Rasoir d'Hitchens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le rasoir d'Hitchens est un rasoir épistémologique affirmant que la charge de la preuve concernant la véracité d'une affirmation est nécessaire à celui qui fait la demande; si cette charge n'est pas remplie, la demande est alors sans fondement et peut être facilement rejetée. Le rasoir d'Hitchens est une traduction de l'expression latine « Quod gratis asseritur, gratis negatur »[1] (Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve), formule du droit romain qui a été largement utilisée depuis le début du XIXe siècle et est employée en particulier par Renan[2].

Il a été nommé ainsi en écho au rasoir d'Ockham par le journaliste et écrivain Christopher Hitchens, qui, dans un article de Slate en 2003, a dit : « Ce qui peut être affirmé sans preuve peut être rejeté sans preuve. »[3],[4]. Cette citation apparaît également dans Dieu n'est pas grand : comment la religion empoisonne tout, un livre de Hitchens publié en 2007[5].


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jon R. Stone, The Routledge Dictionary of Latin Quotations (2005), p. 101.
  2. e.g. The Classical Journal (en), Vol. 40 (1829), p. 312.
  3. (en) Christopher Hitchens, « Mommie Dearest », Slate,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2016)
  4. (en) Cillian McGrattan, The Politics of Trauma and Peace-Building: Lessons from Northern Ireland, Abingdon, Routledge, (ISBN 978-1138775183), p. 2
  5. (en) Christopher Hitchens, God Is Not Great: How Religion Poisons Everything, New York, NY, Twelve Books, (ISBN 978-1843545743), p. 150