Principe de Sagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carl Sagan en 1987

Le principe de Sagan (Sagan standard) est un néologisme abrégeant l'aphorisme « des affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires » (AENPE)[1]. Il est nommé d'après Carl Sagan, qui a utilisé l'expression exacte dans son émission de télévision Cosmos (1980). L'aphorisme met en évidence un principe fondamental de la méthode scientifique et du scepticisme et peut être utilisé pour déterminer la validité d'une allégation.

Des formulations similaires de celui-ci ont été faites avant Sagan par des personnalités telles Théodore Flournoy (1899), Pierre-Simon Laplace (1814) et Thomas Jefferson (1808).

Applications[modifier | modifier le code]

Selon Patrizio Tressauldi (2011), le principe de Sagan « est au cœur de la méthode scientifique, et est partout un modèle pour la pensée critique, rationnelle et le scepticisme. »[trad 1],[2]

AENPE est lié au rasoir d'Occam. En effet, selon une telle heuristique, des explications plus simples sont préférées à des explications plus compliquées. Ce n'est que dans les situations où il existe des preuves extraordinaires qu'une revendication extraordinaire serait l'explication la plus simple[3]. Il est également lié au rasoir de Hitchens, illustré par la locution latine « Quod gratis asseritur, gratis negatur » (« ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve »).

Une forme systématique de ceci apparaît dans les tests d'hypothèse où l'hypothèse selon laquelle il n'y a aucune preuve du phénomène proposé, ce que l'on appelle « l'hypothèse nulle », est préférée. L'argument formel consiste à attribuer une priorité bayésienne (en) à l'hypothèse nulle[4]. La façon de peser de tels a priori nécessite un examen attentif, et c'est généralement à ce stade que se produisent les disputes entre ceux qui font des déclarations extraordinaires et leur opposants[réf. nécessaire].

Il n'y a pas de paramètres absolus quant à ce qui constitue des « affirmations extraordinaires », ce qui soulève la question de savoir si le principe est subjectif. De plus, ce problème est moins apparent en médecine clinique et en psychologie, où les preuves peuvent être obtenues par des statistiques[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'aphorisme a été rendu populaire par l'astronome Carl Sagan qui l'a utilisé en 1980 dans l'émission de télévision Cosmosen faisant référence à des allégations concernant des extraterrestres visitant la Terre[5].

Avant cette mise en lumière par Sagan, deux articles de 1978, un dans US News & World Report et un autre de Koneru Ramakrishna Rao dans le Journal of Parapsychology, accordent l'aphorisme au physicien Philip Abelson, alors rédacteur en chef de Science [6]. La phrase est également utilisée par le sociologue Marcello Truzzi dans De l'extraordinaire: une tentative de clarification (1978).

D'autres prédécesseurs ont avancé des idées très similaires. Ainsi, en 1899, Théodore Flournoy affirme que « le poids de la preuve d'une prétention extraordinaire doit être proportionné à son étrangeté »[7], attribuant l'idée à Laplace, qui écrit, en 1814, que « nous devons examiner [les phénomènes apparemment inexplicables] avec une attention d'autant plus scrupuleuse qu'il paraît plus difficile de les admettre »[8]. Cette dernière citation pourrait elle-même être dérivée d'un postulat de David Hume : « Un homme intelligent modère par conséquent ses croyances selon les preuves »[trad 2], [9]. En 1808, Thomas Jefferson disait aussi : « Mille phénomènes se présentent chaque jour que nous ne pouvons expliquer, mais où des faits sont suggérés, sans analogie avec les lois de la nature que nous connaissons encore, leur vérité a besoin de preuves proportionnées à leur difficulté[trad 3]. »

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En 2004, le cycliste Lance Armstrong utilise l'expression « Des allégations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires » pour discréditer les allégations de dopage soulignées par le journaliste David Walsh[10],[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « is at the heart of the scientific method, and a model for critical thinking, rational thought and skepticism everywhere »
  2. (en)"A wise man, therefore, proportions his belief to the evidence."
  3. (en) « A thousand phenomena present themselves daily which we cannot explain, but where facts are suggested, bearing no analogy with the laws of nature as yet known to us, their verity needs proofs proportioned to their difficulty. »
  1. (en) Marc Kaufman, First Contact: Scientific Breakthroughs in the Hunt for Life Beyond Earth, Reprint, , 124 p. (ISBN 978-1439109014)
  2. a et b (en) Tressoldi, « Extraordinary Claims Require Extraordinary Evidence: The Case of Non-Local Perception, a Classical and Bayesian Review of Evidences », Frontiers in Psychology, vol. 2, no 117,‎ , p. 117 (PMID 21713069, PMCID 3114207, DOI 10.3389/fpsyg.2011.00117)
  3. (en) Jonathan C. Smith, Pseudoscience and Extraordinary Claims of the Paranormal: A Critical Thinker's Toolkit, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1444358940)
  4. (en) Paul Matthews, Sample Size Calculations: Practical Methods for Engineers and Scientists, Mathews Malnar and Bailey, , 6 p. (ISBN 978-0615324616)
  5. Erreur de paramétrage du modèle {{Citation épisode}} : les paramètres titre et série sont obligatoires.
  6. (en)Rao, K.R., 1978, Psi: Its place in nature. Journal of Parapsychology vol 42.
  7. Théodore Flournoy, Des Indes à la planète Mars: étude sur un cas de somnambulisme avec glossolalie, Slatkine, , 344–345 p. (ISBN 9782051004992, lire en ligne)*(en) Théodore Flournoy, From India to the Planet Mars: A Study of a Case of Somnambulism, Cosimo, Inc., , 369–370 p. (ISBN 9781602063570, lire en ligne)
  8. Pierre-Simon de Laplace, Essai philosophique sur les Probabilités, 5th, , 134–135 p. (lire en ligne)
  9. (en) Paper
  10. (en) Fotheringham, « Lance Armstrong shying away from a fight is an extraordinary moment - William Fotheringham » [archive du ], sur www.theguardian.com, (consulté le )
  11. (en) Paul Gittings, « The man who exposed Lance Armstrong's doping lies », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) Carter, « Lance Armstrong facing lifetime ban, loss of titles » [archive du ], CNN (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]