Prière surérogatoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une prière surérogatoire, ou salat nâfilah, est une prière effectuée par le musulman en plus des cinq prières quotidiennes "obligatoires", lesquelles constituent un des cinq piliers de l'islam.

Caractéristiques des prières surérogatoires[modifier | modifier le code]

Le musulman est obligé de s'acquitter d'abord des cinq prières obligatoires (faridah) avant de pouvoir prier de manière surérogatoire[1]. Les prières surérogatoires ne peuvent pas non plus être enchaînées avec les prières obligatoires. Il est déconseillé de se précipiter après la prière obligatoire, sans avoir parlé, ni être sorti de la mosquée, pour accomplir une prière surérogatoire. De plus, il est préférable de faire ces prières surérogatoires à la maison, mais si on les effectue à la mosquée, il n'y a pas mal, selon la parole du Prophète de l'islam.[réf. nécessaire] Pour Al-Ghazâli également, la prière en dehors des prières canoniques est surérogatoire seulement si le musulman s'est déjà acquitté des cinq prières[2] (argumentation basée sur un hadith[Lequel ?]). Le Coran insiste d'ailleurs sur la nécessité d'accomplir correctement les prières canoniques: « Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligeant (et retardant) leur Salat »[3].

Chacun est libre d'accomplir les prières surérogatoires, mais douze d'entre elles sont citées dans les hadiths[4] :

  • 2 rakat avant le fajr[5]
  • 4 rakat avant le dhuhr
  • 2 rakat après le dhuhra
  • 2 rakat après le maghreb
  • 2 rakat après le 'icha (appelée aussi Al-Chafâa)
  • Salat Witr (appelée aussi Al-Witr)
  • Pour les musulmans chiites[réf. nécessaire], on a deux rakat avant le fajr, huit avant le dhuhr, huit avant le 'asr, quatre après le maghreb et deux après le 'icha. En plus, on trouve la prière de la nuit (salat al-layl)[6], composée de onze rakat: huit rakat (en quatre prières de deux rakat), à quoi viennent s'ajouter deux rakat pour la prière al-chaf' (شَفْع) et une pour al-watr (وَتر).

Variété de prières surérogatoires[modifier | modifier le code]

On trouvera ci-après une liste de prières musulmanes non obligatoires, liées à différentes situations de la vie quotidienne.

  • prières très fortement recommandées (Shafâa et Witr) ;
  • prière des deux fêtes (voir Aïd al-Adha et Aïd al-Fitr) ;
  • prière funéraire (janazah) ;
  • prière de l'éclipse (kusûf) ;
  • prière de la matinée (ḍuḥā) ;
  • prière de la salutation de la mosquée (taḥiyātu-l-masjid), recommandée lorsqu’on entre dans une mosquée[7], [8];
  • prière de la consultation (’istikhāra): lorsqu'on hésite à faire un choix[9] ;
  • prière du besoin (hāja ou ’istijāb): lorsque l'on a un besoin précis (matériel ou autre) ;
  • prière des nuits du mois de Ramadan (Tarawih) après la prière de al-icha durant ce mois ;
  • prière de la peur ou du danger est permise en temps de guerre ou lorsque l'on craint pour sa vie[10] ;
  • prière du voyageur (musāfir) qui peut être effectuée lorsqu'une personne s'absente de chez elle[11] (pour autant que cette absence reste inférieure à quarante jours);
  • Les prières du vendredi[12] et des deux fêtes sont obligatoires, quant à la prière funéraire sur le(a) musulman(e), elle est seulement communautairement obligatoire (C'est-à-dire que si une partie des musulmans l'accomplit, les autres peuvent en être dispensés. Dans le cas contraire le péché de manquer à la prière est commun à tous les musulmans qui étaient au courant de cette dernière).
  • La prière de l'éclipse[13] est fortement recommandée et est fard kifaya[14] : elle doit être réalisée par une partie de la communauté tandis que l'autre en est dispensée. Elle se réalise en 2 raka'at. À chaque rak'a, il faut réciter la fatiha et une sourate longue. La deuxième rak'a doit être moins longue que la première[15]. D'autres théologiens disent qu'elle est obligatoire[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Coran, la dérive de l'Islam, p. 68
  2. Abû-Hâmid Al-Ghazâlî, Les secrets de la prière en islam, Traduction, introduction et notes par Eva de Vitray Meyerovitch et Tewfiq Taleb, Éditions Albouraq, coll. Revivification des sciences de la religion. (ISBN 978-2-841-61018-1)
  3. Coran, CVII, 4-5.
  4. Cheikh Bazmou, Les pieux aspirants vers la prière surérogatoire, Bruxelles, Ed, Al Hadith
  5. Dans certaines contrées musulmanes, la prière fardh est appelée sobh tandis que les deux rak’a la précédant sont appelées fajr
  6. Cette prière trouve son fondement dans la sourate 17, verset 78: « Acquitte-toi de la prière au déclin du soleil, jusqu'à l'obscurité de la nuit. » (Traduction Denise Masson, Le Coran, Gallimard, coll. « Pléiade », 1967, p. 357.)
  7. « Quand l'un de vous rentrer dans la mosquée, qu'il ne s'assoie pas avant de prier deux raka'at ». Hadith rapporté par Al-Bukhary, Muslim, Abu Dawoud, At-Tirmidhi, An-Nassa'i et Ibn Maja (Al-Jama'a).
  8. Jurisprudence simplifiée (Taysir al-Fiqh) de Sâlih ben Ghânim as-Sadlân traduit par Mohammed Karimi, Editions & Distributions Sana (ISBN 2-914949-43-X) (1re édition 2004) page 80.
  9. `Abdullah ibn Abi al-Awfa al-Aslami a dit : « Le Messager d’Allah se présenta à nous et dit : que celui qui a un besoin auprès d’Allah ou auprès de l’une de Ses créatures fasse ses ablutions et accomplisse deux rak'at. Et puis qu’il dise : "Il n’y a pas de dieu en dehors d’Allah, le Clément, le Noble. Gloire à Allah, Maître du Trône immense. Louange à Allah, le Maître de l’univers. Mon Seigneur ! Je te demande les choses qui conduisent nécessairement à Ta miséricorde et les choses qui permettent nécessairement d’accéder à Ton pardon. Je Te demande de gagner tout bien et d’être à l’abri du péché. Je te demande de me pardonner tous mes péchés, de dissiper tous mes soucis et de satisfaire tous mes besoins qui rencontrent Ton agrément". Ensuite, il demande ce qui lui plaît en fait des choses de ce monde et de l’autre car on le lui décrétera ». Hadith rapporté par Ibn Maja, Iqamat as-Salat wa as-Sunna, 1374.
  10. Lors de l'expédition appelée "Dhat ar Riqa", le Messager d'Allah accomplit cette prière. Il procéda ainsi : « Durant l'expédition, le Prophète (Mahomet) fit la prière de la peur. Un groupe de combattants fit face à l'ennemi et un autre se mit en rang derrière lui, il fit une seule raka'at et resta debout alors que ce groupe continua seul la deuxième raka'at, puis ces combattants quittèrent le lieu de la prière pour faire face à l'ennemi. L'autre groupe qui montait la garde, vint pour prier. Le Prophète accomplit avec eux la deuxième raka'at, resta assis pour les laisser continuer la prière, enfin il fit la salutation finale. »
  11. Coran 4:101 « Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la salat, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l'épreuve, car les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré. »
  12. Coran 62:9 : « Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Salat du jour du vendredi, accourez à l'invocation d'Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez! »
  13. « Le soleil et la lune sont des signes d'Allah, et ils ne s'éclipsent pas à la mort ou à la naissance de quelqu'un, alors lorsque vous voyez ces deux ainsi alors accourrez aux mosquées » et dans une autre version « alors priez et invoquez ». Hadith tiré de ata'liqat aradiyah 'ala rawdati annadiyah bab salat al koussoufayn.
  14. Mohammed ibn Saleh Al'Othaymin dans Arkan al-islam est d'avis que cette prière est recommandée et non obligatoire mais qu'elle est au moins obligatoire pour une partie de la communauté (wajib kifa'i). Fatawa arkan al-islam, Dar Al-Manhaj, page 306.
  15. Le Comité permanent des recherches scientifiques et des avis juridiques.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]