Lectures du Coran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les lectures du Coran, ou qirâʾât (de l'arabe : قراءات القرآن), sont les méthodes de récitation du Coran. Traditionnellement, il existe 10 écoles de lecture du Coran, chacune portant le nom de son fondateur.

Étymologie et définitions[modifier | modifier le code]

Qirâʾa (pluriel : qirâʾât) signifie littéralement « lecture ». Appliquée au Coran, le mot peut aussi avoir le sens de « récitation », et le mot est employé alors dans trois sens principaux :

  • La récitation ou la lecture d'une partie du Coran ou du Coran entier.
  • La lecture spéciale d'un mot ou d'un passage (qirâʾa est compris alors au sens de « variante »)[1].
  • La lecture spéciale du Coran entier. On parle alors de qirâʾa au sens d'école de lecture[1].

Origines des lectures[modifier | modifier le code]

Rappel historique[modifier | modifier le code]

Révélation du Coran en sept aḥruf[modifier | modifier le code]

Dans la littérature de hadîth, le Coran est dit avoir été révélé selon sept ahruf, le plus célèbre de ces hadîths est rapporté notamment par Bukhari et Muslim :

« Omar Ibn al-Khattab dit : « J’entendis Hisham Ibn Hakim réciter la sourate al-Furqan[2] d’une manière différente de celle que m’avait apprise l'Envoyé de Dieu -que la prière et le salut de Dieu soient sur lui. Je faillis me précipiter sur lui, mais je le laissai terminer. Quand il eut fini, je saisis fortement son habit et l’amenai devant l'Envoyé de Dieu -que la prière et le salut de Dieu soient sur lui-, et je dis : « Ô Envoyé de Dieu ! J’ai entendu celui-ci réciter la sourate al-Furqan d’une manière différente de celle que tu m'as apprise. Alors l'Envoyé de Dieu -que la prière et le salut de Dieu soient sur lui- dit : « Laisse-le. Récite. » Et il récita de la manière dont je l'avais entendu réciter. Le Prophète dit alors : « C'est bien ainsi qu'elle a été révélée. » Ensuite il me dit : « Récite ». Et je récitai. Et il dit : « C’est bien ainsi qu'elle a été révélée. En effet, ce Coran a été révélé suivant sept aḥruf. Récitez-le de la manière qui vous est facile. » »

Le mot ḥarf (pluriel : aḥruf) signifie littéralement « lettre », et est utilisé à propos du Coran comme synonyme de qirâʾa (« lecture »). Les savants ont beaucoup divergé sur le sens à donner à ce mot dans ce hadîth[3]. L'explication la plus répandue est celle qui donne à aḥruf le sens de lughât (« dialectes », ou mots ou expressions dialectales)[3],[4]. Néanmoins on considère que ces mots, s'ils impliquent une prononciation différente selon la lecture prenant en compte la prononciation de telle ou telle tribu (les lughât), ils n'ajoutent pas de sens au texte coranique, et ont tous le même sens[3].

Différence entre aḥruf et qirâʾât[modifier | modifier le code]

Condition de validité d'une qirâʾa[modifier | modifier le code]

Description des lectures[modifier | modifier le code]

Les dix lecteurs et leurs transmetteurs[modifier | modifier le code]

Les sept Lecteurs et leurs transmetteurs
Qari (Lecteur) Rawi (Transmetteur)
Nom Naissance Décès Nom complet Information complémentaire Nom Naissance Décès Nom complet Information complémentaire Actuelle région d'utilisation
Nafiʿ al-Madani 70 AH 169 AH Ibn ʿAbd ar-Rahman Ibn Abi Naʿim, Abu Ruwaym al-Laythi Il est originaire d'Isfahan Qalun 120 AH 220 AH Abu Musa, ʿIsa Ibn Mina al-Zarqi Client des Banu Zuhrah Libye, Tunisie, et certaines régions d'Al-Andalus et du Qatar[5]
Warch 110 AH 197 AH ʿUthman Ibn Saʿid al-Qutbi Égyptien ; client de Quraych Al-Andalus, Algérie, Maroc, certaines régions de Tunisie, d'Afrique de l'Ouest et du Soudan[5] et certaines régions de Libye.
Ibn Kathir al-Makki 45 AH 120 AH-737 CE ʿAbdullah, Abu Maʿbad al-ʿAttar al-Dari Persan Al-Buzzi 170 AH 250 AH Ahmad Ibn Muhammad Ibn ʿAbdallah, Abu al-Hasan al-Buzzi Persan
Qunbul 195 AH 291 AH Muhammad Ibn ʿAbd ar-Rahman, al-Makhzumi, Abu ʿAmr Mecquois de naissance et Makhzumi par loyauté
Abu Amr Ibn al-Alâ' 68 AH 154 AH Zubban Ibn al-ʿAla' al-Tamimi al-Mazini, al-Basri Grammairien. Fondateur de l'école de grammaire de Basra Hafs al-Duri ? 246 AH Abu ʿAmr, Hafs Ibn ʿUmar Ibn ʿAbd al-ʿAziz al-Baghdadi Grammairien. Il était aveugle. Certaines régions du Soudan et d'Afrique de l'ouest[5].
Al-Susi ? 261 AH Abu Shuʿayb, Salih Ibn Ziyad Ibn ʿAbdallah Ibn Ismaʿil Ibn al-Jarud ar-Riqqi
Ibn ‘Amir ad-Dimashqi 8 AH 118 AH ʿAbdallah Ibn ʿAmir Ibn Yazid Ibn Tamim Ibn Rabi‘ah al-Yahsibi Hisham 153 AH 245 AH Abu al-Walid, Hisham ibn ʿAmmar Ibn Nusayr Ibn Maysarah al-Salami al-Dimashqi Certaines régions du Yémen[5].
Ibn Dhakwan 173 AH 242 AH Abu ʿAmr, ʿAbdullah Ibn Ahmad al-Qurayshi al-Dimashqi
ʿÂṣim al-Kufi ? AH 127 AH-774 CE Abu Bakr, ʿÂsim Ibn Abi al-Najud al-'Asadi 'Asadi (par loyauté) Shu‘bah 95 AH 193 AH Abu Bakr, Shuʿbah Ibn ʿAyyash Ibn Salim al-Kufi an-Nahshali Nahshali (par loyauté)
Hafs 90 AH 180 AH Abu ʿAmr, Hafs Ibn Sulayman Ibn al-Mughirah Ibn Abi Dawud al-Asadi al-Kufi Monde musulman en général[5].
Hamzah al-Kufi 80 AH 156 AH-772 CE Abu ʿImarah, Hamzah Ibn Habib al-Zayyat al-Taymi Taymi (par loyauté) Khalaf 150 AH 229 AH Abu Muhammad al-Asadi al-Bazzar al-Baghdadi
Khallad ? 220 AH Abu ʿIsa, Khallad Ibn Khalid al-Baghdadi
Al-Kisa'i al-Kufi 119 AH 189 AH-804 CE Abu al-Hasan, ʿAli Ibn Hamzah al-Asadi Asadi (par loyauté). Persan. Al-Layth ? AH 240 AH Abu al-Harith, al-Layth Ibn Khalid al-Baghdadi
Hafs al-Duri ? 246 AH Abu ʿAmr, Hafs Ibn ʿUmar Ibn ʿAbd al-ʿAziz al-Baghdadi Transmetteur d'Abu ʿAmr

Exemples de lectures[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paret, R.. "Ḳirāʾa." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Reference. BULAC (Bibliothèque universitairedes langues et civilisations). 06 August 2014 <http://referenceworks.brillonline.com.prext.num.bulac.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/kiraa-SIM_4383>
  2. Sourate 25, al-furqân (Le discernement) - cf. Traduction Hamidullah
  3. a b et c Fleisch, H.. "Ḥarf." Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Reference. BULAC (Bibliothèque universitairedes langues et civilisations). 06 August 2014 <http://referenceworks.brillonline.com.prext.num.bulac.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/harf-SIM_2724>
  4. Voir notamment à ce propos le Itqān d’al-Suyūṭī, chapitre Fīmā waqaʿa fīhi bi-g̲h̲ayr lug̲h̲at al-Ḥid̲j̲āz sur le site d'Al-Warraq
  5. a b c d et e Abu Ammaar Yasir Qadhi, An Introduction to the Sciences of the Qur'aan, 1999, p. 199.'

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]