Porte de Champerret (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Porte de Champerret
Accès à la station dans l'avenue de Villiers.
Accès à la station dans l'avenue de Villiers.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 17e
Coordonnées
géographiques
48° 53′ 09″ nord, 2° 17′ 37″ est

Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
Voies 4
Quais 2
Nombre d'accès 3
Accessibilité Non
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Transit annuel 2 101 673 (2021)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code(s) de la station 2912
Ligne(s) (M)(3)
Correspondances
Bus RATP (BUS)RATP92PC164165
Noctilien (BUS)NoctilienN16N52
(3)

Porte de Champerret est une station de la ligne 3 du métro de Paris, située dans le 17e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est établie sous le boulevard Berthier entre la rue de Courcelles et l'avenue de Villiers. Orientée selon un axe nord-est/sud-ouest, elle s'intercale entre les stations Louise Michel et Pereire. Conçue à l'origine pour jouer le rôle de terminus occidental, elle se prolonge par une ancienne boucle terminale sous laquelle la ligne s'engage en direction de Pont de Levallois - Bécon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le en tant que nouveau terminus occidental de la ligne 3 depuis Gambetta (puis depuis Porte des Lilas à partir du ), en remplacement du terminus provisoire de Pereire qui la précède directement.

Elle doit sa dénomination à son implantation sous la porte de Champerret, ancienne barrière de fortification du village de Champerret, localisée sur le champ de la propriété de Jean-Jacques Perret qui a donné son nom à ce hameau, lequel fut réuni au village de Levallois (lui-même nommé d'après son fondateur Nicolas Eugène Levallois) en 1867 pour former la commune de Levallois-Perret[1].

Le , elle devient une station de passage avec la mise en service du prolongement jusqu'au terminus actuel de Pont de Levallois - Bécon. La boucle de retournement sous laquelle passe le nouveau tunnel est dès lors utilisée en tant que garage.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station ont été rénovés le [2].

Selon les estimations de la RATP, la station a vu entrer 3 189 251 voyageurs en 2019, ce qui la place à la 158e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[3],[4]. En 2020, avec la crise du Covid-19, son trafic annuel tombe à 1 576 691 voyageurs, la reléguant alors au 165e rang[5], avant de remonter progressivement en 2021 avec 2 101 673 entrants comptabilisés, ce qui la rétrograde cependant à la 170e position des stations du réseau pour sa fréquentation cette année-là[6].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La station dispose de trois accès répartis en quatre bouches de métro, agrémentées pour chacune d'une balustrade de type Dervaux :

  • l'accès 1 « Place Stuart-Merrill » comprenant deux escaliers fixes signalés par un même mât avec un « M » jaune inscrit dans un cercle, débouchant à l'angle oriental de cette place à proximité du square Jérôme-Bellat ;
  • l'accès 2 « Avenue Stéphane-Mallarmé - Espace Champerret », constitué d'un escalier fixe doublé d'un escalier mécanique montant, se trouvant au cœur de la place Stuart-Merrill, occupée par une gare routière dédiée aux bus ;
  • l'accès 3 « Avenue de Villiers », constitué d'un escalier fixe orné d'un candélabre Dervaux, se situant au droit du no 141 de cette avenue.

Jusqu'en 2019, chaque entrée établie sur la gare routière avait la particularité d'avoir son entourage de fer forgé et son porte-plan peints en bleu turquoise au lieu du vert habituel, de même que la balustrade et le totem de l'accès 3 de 2018 à 2019.

Quais[modifier | modifier le code]

Quai en direction de Gallieni.

Porte de Champerret est une station de configuration particulière : du fait de son ancien statut de terminus, elle comporte quatre voies, réparties dans deux demi-stations identiques (une par direction) à deux voies encadrant un quai en îlot[7] sous une voûte elliptique, disposition qu'elle partage avec Château de Vincennes sur la ligne 1 et Porte de la Villette sur la ligne 7. Les voies encadrant le piédroit axial sont utilisées par les circulations ordinaires de la ligne, les deux autres étant dédiées au garage des rames et donnant uniquement accès à l'ancienne boucle terminale en direction de l'ouest, laquelle sert également au retournement des trains assurant un service partiel, notamment en cas d'interruption du trafic au-delà de la station.

La décoration est classique avec des carreaux en céramique blancs biseautés recouvrant les piédroits, la voûte et les tympans, tandis que l'éclairage est assuré par des tubes indépendants ainsi que des projecteurs. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est inscrit sur des plaques émaillées, en lettres capitales sur les piédroits latéraux et en police de caractères Parisine sur les quais ainsi que le piédroit central. Les sièges sont de style « Motte » de couleur jaune.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare routière près de la station est le terminus de plusieurs lignes de bus.

La station est desservie par les lignes 92, PC, 164 (depuis l’arrêt L’Yser et la Somme) et 165 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N16 et N52 du Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

Projet de tramway[modifier | modifier le code]

La station devrait, à l'horizon 2023, être en correspondance avec la ligne de tramway T3b qui doit être prolongée depuis la porte d'Asnières[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Roland, Stations de métro d'Abbesses à Wagram, Christine Bonneton, , 224 p. (ISBN 9782862533827), p. 171.
  2. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le )
  3. « Trafic annuel entrant (2019) », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  4. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2019.
  5. « Trafic annuel entrant 2020 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  6. « Trafic annuel entrant 2021 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  7. Schéma de la station, sur cartometro.com (consulté le 2 février 2016).
  8. Prolongement du T3 de Porte d'Asnières à Porte Dauphine, Le calendrier prévisionnel, sur tramway.paris.fr, consulté le .
  9. Prolongement du T3 de Porte d'Asnières à Porte Dauphine, Le tracé, sur tramway.paris.fr, consulté le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]