Arts et Métiers (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arts et Métiers
Quai carrossé de cuivre de la ligne 11.
Quai carrossé de cuivre de la ligne 11.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 3e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 56″ nord, 2° 21′ 22″ est

Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
Voies 4
Quais 4
Nombre d'accès 5
Accessibilité Non
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Transit annuel 2 403 042 (2021)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code(s) de la station 0803
Ligne(s) (M)(3)(11)
Correspondances
Bus RATP (BUS)RATP203875
Noctilien (BUS)NoctilienN12N23
(3)
(11)

Arts et Métiers est une station des lignes 3 et 11 du métro de Paris, située dans le 3e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La station est implantée à l'intersection des rues Beaubourg, Réaumur et de Turbigo, les quais étant établis :

Un raccordement entre ces lignes passe sous la ligne 3, à l'ouest des quais de la station, côté Pont de Levallois - Bécon (se raccordant en talon à la voie dans cette direction) et au-dessus de la ligne 11, également à l'ouest des quais de la station, côté Châtelet (s'embranchant en pointe sur la voie en direction de Mairie des Lilas).

Histoire[modifier | modifier le code]

La station est ouverte le 19 octobre 1904 avec la mise en service du premier tronçon de la ligne 3 entre Avenue de Villiers (aujourd'hui Villiers) et Père Lachaise.

Elle doit sa dénomination à sa proximité avec le Conservatoire national des arts et métiers, destiné à l'origine à former des techniciens et des ingénieurs à l’aide de démonstrations réalisées à partir d’objets scientifiques et techniques, et abritant aujourd'hui le musée des Arts et Métiers.

Le 28 avril 1935, la station de la ligne 11 est ouverte à son tour avec l'inauguration de son premier tronçon entre Châtelet et Porte des Lilas.

Dans les années 1960, les quais de la ligne 3 sont revêtus d'un carrossage métallique avec montants horizontaux verts et cadres publicitaires dorés jusqu'à leur rénovation en style « Ouï-dire » de couleur verte, effectuée après 1988 en parallèle d'une modernisation des couloirs en carrelage blanc plat. En , la station de la ligne 11 reçoit un aménagement culturel spécifique afin de célébrer le bicentenaire du Conservatoire, ce qui entraîne la disparition des faïences biseautées d'origine dans le style d'entre-deux-guerres de l'ex-CMP sur les quais, décoration caractérisée par des cadres publicitaires de couleur miel à motifs végétaux et le nom de la station incorporé dans la céramique.

Dans le cadre du programme « Un métro + beau » de la RATP d'une part et du prolongement de la ligne 11 jusqu'à Rosny-bois-Perrier d'autre part, les couloirs de la station sont en travaux de rénovation du au afin de tester les matériaux de revêtement des futures stations, puis les quais de la ligne 11 sont rehaussés et carrelés du au afin de permettre l'arrivée du nouveau matériel MP 14, nécessitant leur fermeture au public durant toute l'opération[1].

Selon les estimations de la RATP, la station a vu entrer 4 011 642 voyageurs en 2019, ce qui la place à la 116e position des stations de métro pour sa fréquentation[2]. En 2020, avec la crise du Covid-19, son trafic annuel tombe à 1 844 332 voyageurs, la reléguant alors au 130e rang[3], avant de remonter progressivement en 2021 avec 2 403 042 entrants comptabilisés, ce qui la rétrograde cependant à la 140e position des stations du réseau pour sa fréquentation cette année-là[4].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Accès no 2.

La station dispose de cinq accès, tous constitués d'escaliers fixes agrémentés de balustrades de type Dervaux et, pour les quatre premiers, d'un candélabre dans ce même style :

  • l'accès 1 « Rue Conté, rue de Turbigo - coté numéros impairs » débouchant au droit du no 57 de la rue de Turbigo ;
  • l'accès 2 « Rue Réaumur, rue de Turbigo - côté numéros pairs » se trouvant face au no 42 de la rue Réaumur ;
  • l'accès 3 « Rue de Turbigo, rue Beaubourg » se situant au droit du no 107 de la rue de Turbigo et du no 48 de la rue Réaumur ;
  • l'accès 4 « Rue Réaumur » débouchant face au no 31 de la rue de Turbigo et au no 51 de la rue Réaumur ;
  • l'accès 5 « Rue des Vertus », permettant uniquement la sortie depuis les quais de la ligne 11, se trouvant au droit du no 22 de la rue Réaumur.

Quais[modifier | modifier le code]

Les quais des deux lignes, longs de 75 mètres, sont de configuration standard : au nombre de deux par point d'arrêt, ils sont séparés par les voies du métro situées au centre et la voûte est elliptique.

La station de la ligne 3 est établie en courbe et sa décoration est du style « Ouï-dire » de couleur verte : les bandeaux d'éclairage, de même teinte, sont supportés par des consoles courbes en forme de faux. L'éclairage direct est blanc tandis que l'éclairage indirect, projeté sur la voûte, est multicolore. Les carreaux en céramique blancs sont plats et recouvrent les piédroits, la voûte (en diagonale, particularité que le point d'arrêt ne partage qu'avec Nation sur la ligne 1), les tympans et les débouchés des couloirs. Les cadres publicitaires sont verts et cylindriques et le nom de la station est inscrit en lettres capitales sur plaques émaillées. Les quais sont équipés de sièges de style « Motte » et de banquettes « assis-debout » verts.

La station de la ligne 11 est entièrement recouverte depuis de plaques de cuivre rivées les unes aux autres, et non des habituels carreaux de faïence. Cet habillage est mis en place à l'occasion des cérémonies du bicentenaire du Conservatoire national des arts et métiers. Il est dû à Benoît Peeters, scénariste français, et François Schuiten, dessinateur belge, auteurs de la série Les Cités obscures[5]. Le voyageur est plongé à l'intérieur d'une vaste machine, sorte de Nautilus souterrain évoquant l'ambiance de Vingt Mille Lieues sous les mers, de style steampunk. Au plafond de la station, une série de grands rouages évoque le musée des Arts et Métiers. Le cuivre, unique matériau employé, évoque l'univers technique et industriel. Sur les quais, une série de hublots ouvrent sur des scénographies de petite taille, centrées sur les collections du musée : on y observe la sphère armillaire, le satellite Telstar, ou encore la roue hydraulique. L'ensemble du mobilier de la station est adapté à la décoration et constitue un cas unique sur le réseau : les plaques nominatives, les sièges en bois, les poubelles, les carreaux plats des tympans, les bornes d'alarmes et les bandeaux d'éclairage, de style « Ouï-dire », sont marron. Ces derniers ne possèdent cependant pas d'éclairage multicolore et la lumière est diffusée de manière semi-tamisée du côté des voies. Les quais sont dépourvus de publicités et carrelés en gris anthracite.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 20, 38 et 75 du réseau de bus RATP et, la nuit, par les lignes N12 et N23 du réseau Noctilien.

À proximité[modifier | modifier le code]

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ligne 11 – travaux du 1er semestre 2021 », sur ratp.fr, (consulté le ), paragraphe « Travaux à venir ».
  2. « Trafic annuel entrant (2019) », sur data.ratp.fr, (consulté le ).
  3. « Trafic annuel entrant 2020 », sur data.ratp.fr, (consulté le ).
  4. « Trafic annuel entrant 2021 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  5. Musée des arts et métiers - La station de métro Arts-et-Métiers, www.arts-et-metiers.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]