Plaques de Peyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Découvertes par le Suisse Johann Conrad Peyer (1653-1712), les plaques de Peyer sont, avec les follicules lymphoïdes isolés et l'appendice, l'un des constituants du tissu lymphoïde associé à l'intestin, lui-même faisant partie du tissu lymphoïde associé au tube digestif (qui est lui-même un sous-ensemble du tissu lymphoïde associé aux muqueuses)[1].

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Les plaques de Peyer sont des agrégats de 5 à 200 follicules lymphoïdes situés à intervalles réguliers dans la partie terminale de l'iléon[2]. Ces follicules lymphoïdes, composés en grande partie de lymphocytes B et de lymphocytes T, sont séparés de la lumière intestinale par des cellules épithéliales particulières, appelées cellules M (en anglais M cells pour microfold cells).

Anatomie[modifier | modifier le code]

D'aspect gaufre, les plaques de Peyer mesurent 15 a 18 mm de diamètre. Les plus petites (retrouvées dans la partie supérieure de l’iléon) mesurent 5 a  6 mm de diamètre tandis que les plus grandes qu'on rencontre vers la fin du jéjuno-iléon ont un diamètre de 10 a 12 mm. Il y en a rarement plus de trente, et souvent beaucoup moins. Elles sont elliptiques a  grand axe longitudinal et saillantes a  la surface de la muqueuse. on n'en trouve jamais sur le cote de l'intestin qui reçoit l'insertion du mésentère.

Au niveau de l'appendice, situées sur son extrémité coecale, les plaques de Peyer présentent les mèmes caractéristiques qu'au niveau de l'intestin mais on note l'absence de bourrelets, de villosités et de dépressions réticulées qui existent dans les véritables plaques de Peyer.

Histologie[modifier | modifier le code]

Les plaques de Peyer sont des amas ovalaires d'environ 250 follicules lymphoïdes (soit environ 20 a 40 par plaque) situés a intervalles réguliers dans la partie terminale de l'iéon en formant un Dôme dans la lumière.

Ces follicules lymphoïdes, composés en grande partie de lymphocytes B et de lymphocytes T, sont séparés de la lumière intestinale par des cellules épithéliales particulieres: les cellules M (microfold cells). ces dernières étant spécialisées dans l'incorporation et le transport d'antigènes sur leur surface apicale vers le tissu lymphoïde sous-épithélial grâce à leur pouvoir de trancytose  facilitant l’échantillonnage des antigènes intestinaux.

Retrouvées dans la membrane muqueuse de l’intestin grêle, les plaques de Peyer comprennent:

  • les follicules lymphoides
  • les epitheliums associes aux follicules (EAF) riches en cellules immunitaires
  • un dome de cellules epitheliales
  • la zone inter-folliculaire

Fonction[modifier | modifier le code]

Les plaques de Peyer sont l'un des sites d'induction de la réponse immunitaire dans l'intestin. La couche de mucus, qui maintient les bactéries de la lumière intestinale à distance de l'épithélium, est moins épaisse au niveau des cellules M surplombant les plaques de Peyer. L'activité d'endocytose des cellules M leur permet de capturer des antigènes de la lumière intestinale et de les présenter ensuite aux cellules dendritiques[3]. Les cellules dendritiques de l'intestin peuvent également prélever directement des antigènes dans la lumière intestinale en projetant des dendrites entre les cellules épithéliales de l'intestin ou à travers les cellules M[4],[5].

Sous l'effet de l'acide rétinoïque (un dérivé de la vitamine A) sécrété par les cellules dendritiques, les lymphocytes T activés dans les plaques de Peyer produisent plusieurs cytokines parmi lesquelles du TGFβ, de l'IL-4, de l'IL-6 et de l'IL-10. À leur tour, ces cytokines activent la recombinaison isotypique et la production d'IgA par les lymphocytes B[6].

Les lymphocytes activés dans les plaques de Peyer migrent dans les ganglions lymphatiques mésentériques puis, à travers le canal thoracique et la circulation sanguine, retournent dans la lamina propria (ou chorion) de l'intestin où ils contribuent à la phase effectrice de la réponse immunitaire intestinale[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Brandtzaeg P, Kiyono H, Pabst R, Russell MW. « Terminology: nomenclature of mucosa-associated lymphoid tissue »
  2. (en) J.S. Cornes « Number, size, and distribution of Peyer's patches in the human small intestine: Part I The development of Peyer's patches » Gut 1965;6(3):225–229.
  3. (en) Neutra MR, Mantis NJ, Kraehenbuhl JP. « Collaboration of epithelial cells with organized mucosal lymphoid tissues » Nat Immunol. 2001;2(11):1004-9.
  4. (en) Rescigno M, Urbano M, Valzasina B, Francolini M, Rotta G, Bonasio R, Granucci F, Kraehenbuhl JP, Ricciardi-Castagnoli P. « Dendritic cells express tight junction proteins and penetrate gut epithelial monolayers to sample bacteria » Nat Immunol. 2001;2(4):361-7.
  5. (en) Lelouard H, Fallet M, de Bovis B, Méresse S, Gorvel JP. « Peyer's Patch Dendritic Cells Sample Antigens by Extending Dendrites Through M Cell-Specific Transcellular Pores » Gastroenterology 2011.
  6. (en) Mora JR, Iwata M, Eksteen B, Song SY, Junt T, Senman B, Otipoby KL, Yokota A, Takeuchi H, Ricciardi-Castagnoli P, Rajewsky K, Adams DH, von Andrian UH. « Generation of gut-homing IgA-secreting B cells by intestinal dendritic cells » Science 2006;314(5802):1157-60.
  7. (en) Mowat AM. « Anatomical basis of tolerance and immunity to intestinal antigens » Nat Rev Immunol. 2003;3(4):331-41.