Synapse immunologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En immunologie, une synapse immunologique (ou synapse immune) est l'interface entre une cellule présentatrice d'antigène ou cellule cible et un lymphocyte tel qu'un effecteur cellule T ou cellule Natural Killer[1].

Structure et fonction[modifier | modifier le code]

La synapse immunologique est aussi connue sous le nom de complexe supramoléculaire d'adhésion ou SMAC (pour supramolecular adhesion complex en anglais)[2]. Cette structure est composée d'anneaux concentriques chacun contenant des groupes (clusters) séparés les uns les autres de protéines:

Ce complexe dans son ensemble est supposé avoir plusieurs fonctions incluant entre autres (liste non exhaustive):

  • Régulation de l'activation des lymphocytes [7]
  • Transfert des complexes CMH-peptides de l'APC aux lymphocytes T [7]
  • Sécrétions dirigées de cytokines ou de granules lytiques [7]

Histoire[modifier | modifier le code]

La synapse immunologique fut d'abord découverte par Abraham Kupfer au National Jewish Medical and Research Center à Denver et fut baptisée ainsi par Michael Dustin à NYU qui l'étudia plus en détail. Daniel Davis et Jack Strominger mirent en évidence une synapse immune structurée dans un autre type de lymphocyte, les cellules Natural Killer, et publièrent leurs travaux pendant la même période[8]. Abraham Kupfer présenta d'abord ses découvertes durant un des symposia Keystone en 1995, quand il montra des images tridimensionnelles de cellules immunes interagissant ensembles. Des molécules clés de la synapse immunologique sont le récepteur des cellules T et son ligand le complexe majeur d'histocompatibilité (CMH). On y trouve également LFA-1, ICAM-1, CD28, et CD80/CD86.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grakoui A, Bromley SK, Sumen C, Davis MM, Shaw AS, Allen PM, Dustin ML, « The immunological synapse: a molecular machine controlling T cell activation », Science, vol. 285, no 5425,‎ , p. 221–227 (PMID 10398592, DOI 10.1126/science.285.5425.221)
  2. a et b Monks CR, Freiberg BA, Kupfer H, Sciaky N, Kupfer A, « Three-dimensional segregation of supramolecular activation clusters in T cells », Nature, vol. 395, no 6697,‎ , p. 82–86 (PMID 9738502, DOI 10.1038/25764)
  3. Monks CR, Kupfer H, Tamir I, Barlow A, Kupfer A, « Selective modulation of protein kinase C-theta during T-cell activation », Nature, vol. 385, no 6611,‎ , p. 83–86 (PMID 8985252, DOI 10.1038/385083a0)
  4. Lee KH, Holdorf AD, Dustin ML, Chan AC, Allen PM, Shaw AS, « T cell receptor signaling precedes immunological synapse formation », Science, vol. 295, no 5559,‎ , p. 1539–1542 (PMID 11859198, DOI 10.1126/science.1067710)
  5. Delon J, Kaibuchi K, Germain RN, « Exclusion of CD43 from the immunological synapse is mediated by phosphorylation-regulated relocation of the cytoskeletal adaptor moesin », Immunity, vol. 15, no 5,‎ , p. 691–701 (PMID 11728332, DOI 10.1016/S1074-7613(01)00231-X)
  6. Freiberg BA, Kupfer H, Maslanik W, Delli J, Kappler J, Zaller DM, Kupfer A, « Staging and resetting T cell activation in SMACs », Nat. Immunol., vol. 3, no 10,‎ , p. 911–917 (PMID 12244310, DOI 10.1038/ni836)
  7. a, b et c DM Davis et Dustin, ML, « What is the importance of the immunological synapse? », Trends in immunology, vol. 25, no 6,‎ , p. 323–7 (PMID 15145322, DOI 10.1016/j.it.2004.03.007)
  8. Davis DM, Chiu I, Fassett M, Cohen GB, Mandelboim O, Strominger JL, « The human natural killer cell immune synapse », Proc Natl Acad Sci U S A, vol. 96, no 26,‎ , p. 15062–7 (PMID 10611338, PMCID 24773, DOI 10.1073/pnas.96.26.15062)

Liens externes[modifier | modifier le code]