Place Aristide-Briand (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Place Aristide-Briand.

Place Aristide-Briand
Image illustrative de l’article Place Aristide-Briand (Nantes)
La place et l'hôtel Radisson Blu, vus de la rue Lafayette.
Situation
Coordonnées 47° 13′ 02″ nord, 1° 33′ 46″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) centre-ville
Morphologie
Type place
Histoire
Création début du XIXe siècle
Anciens noms place de la Reconnaissance
place de Berry
place La Fayette
Monuments ancien palais de justice (actuel hôtel Radisson Blu)
ancienne maison d'arrêt
ancienne caserne Lafayette
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Place Aristide-Briand
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Place Aristide-Briand
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Place Aristide-Briand

La place Aristide-Briand est une place du centre-ville de Nantes, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

La place se trouve à la convergence des rues Descartes, Marceau, La Fayette, Général-Meusnier et Alphonse-Gautté.

Dénomination[modifier | modifier le code]

L'esplanade prend d'abord les noms de « place de la Reconnaissance », puis « place de Berry », puis elle reçoit le nom de « Place La Fayette »[1], avant que le conseil municipal ne décide de lui attribuer, le , le nom d'Aristide Briand, avocat nantais, onze fois Président du Conseil et vingt fois ministre, qui joue un rôle essentiel dans les relations internationales après la Première Guerre mondiale. Cependant, le Conseil des ministres décide, en 1919, d'ajourner jusqu'à nouvel ordre les hommages publics à des personnalités, dont Aristide Briand. La « place La Fayette » conserve alors provisoirement son nom. Il faut attendre une délibération du conseil municipal du , pour que son nom actuel lui soit officiellement attribué, quelques jours après le décès d'Aristide Briand[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de la place est encore un projet assez vague en 1809[1]. Le plan de la petite place de Berry est dessiné telle qu'elle est en 1822 par François-Jean-Baptiste Ogée[3]. En 1824 apparaissent des projets d'urbanisme. Il faut attendre une ordonnance royale, en date du , déclarant d'utilité publique les travaux de construction d'un palais de Justice, d'une prison et d'une caserne de gendarmerie pour que le projet d'aménagement d'une vaste place prenne forme[1].

Le palais de Justice, construit sur les plans de Saint-Félix Seheult et Joseph-Fleury Chenantais, est inauguré en 1852, sur le côté nord de la place. La caserne de la gendarmerie est achevée en 1864, sur son côté ouest, tandis que la prison (également œuvre de Chenantais) est ouverte en 1869, à l'angle nord-ouest[1].

En 1867, la place est ornée, en son centre, d'une statue inaugurée le 15 septembre, à la mémoire d'Adolphe Billault, avocat et ministre de Napoléon III, né à Vannes en 1805 et mort en 1863 au château des Grésillères, à Basse-Goulaine. Cependant, elle est retirée en 1872, après la chute du Second Empire[1]. Elle était entourée de quatre autres statues de bronze : la Jurisprudence, l'Éloquence, la Justice et l'Histoire. Celles-ci sont utilisées en 1872 pour orner un autre monument, érigé boulevard de Launay, à la mémoire des combattants tués lors de la guerre de 1870, puis rejoignent les caves du palais de justice. La statue de Billault, placée dans le parc du musée Dobrée, est réquisitionnée par l'armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale et fondue pour en récupérer le bronze[4].

Le [5], la place est neutralisée par les forces de l'ordre durant 36 heures, lors de la prise d'otages organisée par Georges Courtois, aidé de deux complices, pendant son procès en cour d'assises.

Le parking souterrain qui se trouve sous l'esplanade est inauguré le [6] ; il compte 307 places[7].

En 2000, le palais de justice de Chenantais et Seheult ferme ses portes, l'administration judiciaire occupant dès lors un nouvel équipement, sur l'île de Nantes. Après plus de deux ans de travaux, le bâtiment est reconverti en hôtel de luxe 4 étoiles, le Radisson Blu, inauguré le [8].

L'ancienne caserne de gendarmerie rebaptisée « Carré Lafayette », désertée par les militaires, a été réaménagé afin d'y héberger des commerces, des logements et un spa-balnéo[9],[10].

Cinq mois après sa fermeture, l'ancienne maison d'arrêt, attenante à l'hôtel, ferme ses portes le [11], avant de pouvoir être livrée aux démolisseurs. Au printemps 2020, elle doit laisser la place à des logements neufs, des commerces, un crèche et un parking souterrain de 400 places, tandis que l'ancien bâtiment du greffe et le portail qui seront conservés abriteront respectivement un théâtre et un débit de boissons[12].

À l'automne 2017, la place a fait l'objet d'un réaménagement permettant l'agrandissement significatif de l'îlot central initial occupé par le patio du parking souterrain. Celui-ci est désormais entouré d'un jardin agrémenté de plantes vivaces, gazon et stabilisé, avec des cheminements piétons, sur lequel il a été d'installé des appuis vélos et des sièges. Ces travaux qui ont duré deux mois avaient aussi pour finalité de supprimer le stationnement « sauvage » qui sévissait jusqu'ici au centre de cette place[13],[14].

Galerie de photographies de la place[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Pied 1906, p. 161
  2. « Aristide-Briand (place) », sur catalogue.archives.nantes.fr (consulté le 2 mai 2013)
  3. « Place de Berry, par Ogée, 1822 », sur catalogue.archives.nantes.fr (consulté le 6 juillet 2013)
  4. de Berranger 1975, p. 223
  5. Patricia Tourancheau, « Robin des lois. Georges Courtois, 52 ans. Copreneur d'otages de la cour d'assises de Nantes en 1985, il y revient en chroniqueur judiciaire », sur liberation.fr,
  6. « Parking place Aristide-Briand », sur catalogue.archives.nantes.fr (consulté le 2 mai 2013)
  7. « Descriptif du Parking Aristide-Briand », sur nantesmetropole.fr
  8. « La nouvelle vie de l'ancien palais de justice », Nantes Passion, no 229,‎ , p. 21
  9. « Carré Lafayette », sur Kaufman and Broad (consulté le 24 juillet 2014)
  10. « La caserne Lafayette va changer de vie », sur urbanismeamenagementfiscalite.wordpress.com (consulté le 22 février 2011)
  11. « Prison de Nantes. Un transfert de détenus sous très haute sécurité », sur ouest-france.fr (consulté le 31 mai 2012)
  12. Ville de Nantes, « La reconversion de l’ancienne prison de Nantes commence », nantes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018)
  13. « Le centre-ville poursuit sa mue », Ville de Nantes,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2017)
  14. « Nantes. Début du chantier de réaménagement de la place Aristide Briand », Presse Océan,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :