Henri Tincq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Tincq
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Henri Alfred TincqVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Henri Tincq (né le à Fouquières-lès-Lens et mort le à Villeneuve-Saint-Georges) est un journaliste et vaticaniste français.

Spécialiste des informations religieuses du journal Le Monde de 1985 à 2008, après avoir travaillé au journal La Croix, il contribue au magazine en ligne francophone Slate depuis son départ à la retraite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Tincq obtient une licence de philosophie à l’Institut d'études politiques de Paris et son diplôme de journalisme à l’École supérieure de journalisme de Lille[1].

Il est notamment l'auteur du Larousse des religions (2005) et a présidé l’Association des journalistes de l’information religieuse de 1994 à 1999[2].

Il meurt du Covid-19 le à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges, à l’âge de 74 ans[1].

Le lendemain de sa mort, Emmanuel Macron salue « l’un des meilleurs connaisseurs du catholicisme et l’un des plus fins observateurs du Vatican, capable d’en sonder les arcanes les plus complexes comme d’en analyser les grandes évolutions historiques. »[3].

Positions[modifier | modifier le code]

Henri Tincq s’est intéressé à l’histoire des papes. À la suite de l’élection du pape Benoît XVI au conclave de 2005, il établit une « liste d’objectifs » qui constitue en somme un résumé de ses conceptions, celle d’une idéologie catholique dite « progressiste » ou « conciliaire »[4], car généralement opposée au mouvement intégriste[5] auquel il estime notamment que Benoît XVI avait fait trop de concessions. Il a parfois regretté que ce Souverain Pontife maintienne certaines des positions traditionnelles de l’Église en matière de morale[6].

Tincq s’est réjoui que Benoit XVI organise une seconde rencontre des grandes religions à Assise, estimant que le dialogue interreligieux se heurte surtout à l’intégrisme et au scepticisme[7]. Il se demande s'il faut avoir peur de l’arrivée au pouvoir des islamistes en Afrique du Nord[8] et s’inquiète du sort des chrétiens égyptiens[9]. Il a salué la « leçon de politique de Benoit XVI » c’est-à-dire le discours du Pape devant les parlementaires allemands du Bundestag[10].

D'un côté, il est attaché au rapprochement avec les protestants ; de l'autre, il semble être hostile à une réconciliation avec les orthodoxes[11].

Il a décrit l’affaire des caricatures de Mahomet comme un « choc des ignorances »[12].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Église pour la démocratie, 1991
  • L'Étoile et la Croix, JC Lattès, 1993
  • Les Médias et l’Église : évangélisation et information, 1997
  • Défis au pape du troisième millénaire : le pontificat de Jean-Paul II, les dossiers du successeur, JC Lattès, 1997
  • Les Génies du christianisme : histoires de prophètes de pécheurs et de saints, 1999
  • Vivre l'islam , 2003
  • Une France sans Dieu, 2003
  • Larousse des religions, 2005 ; rééd. non illustrée Petit Larousse des religions, 2007
  • Ces papes qui ont fait l'histoire, 2006
  • Les Catholiques, 2008
  • Catholicisme : le retour des intégristes, CNRS éditions, 2009
  • Jean-Marie Lustiger : le cardinal prophète, éditions Grasset et Fasquelle, 2012
  • La Grande Peur des catholiques de France, Éditions Grasset, , 208 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Senèze, « Mort de Henri Tincq, grande plume de l’information religieuse », La Croix, 30 mars 2020.
  2. « Liste des derniers présidents », sur le site l’Association des journalistes de l’information religieuse, consulté le 30 mars 2020.
  3. « Décès de Henri Tincq », sur elysee.fr (consulté le 25 avril 2020)
  4. « Les évêques de France résistent au Vatican sur la messe en latin » sur tradinews.blogspot.fr.
  5. « La dérive sectaire des catholiques traditionalistes » sur tradinews.blogspot.fr.
  6. « Qui est Josef Ratzinger ? » sur lemonde.fr.
  7. « L'Assise contre le fanatisme religieux », sur Slate.fr, (consulté le 5 mai 2019).
  8. « Faut-il avoir peur de la victoire des islamistes en Tunisie et de la charia en Libye? », sur Slate.fr, (consulté le 5 mai 2019).
  9. « Egypte, Syrie: l'avenir incertain des chrétiens arabes », sur Slate.fr, (consulté le 5 mai 2019).
  10. « La leçon de politique de Benoît XVI », sur Slate.fr, (consulté le 5 mai 2019).
  11. « Visite du patriarche de Moscou – Les médias cherchent à mettre le diocèse de Paris en position fausse par rapport à Benoît XVI » sur plunkett.hautetfort.com.
  12. « Mahomet : le choc des ignorances, par Henri Tincq », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  13. « Henri Tincq, journaliste du Monde, se voit remettre le prix Templeton de l’information religieuse ».
  14. Décret du 6 avril 2007 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [hommage] Robert Solé, « Henri Tincq. Ancien journaliste au Monde », Le Monde,‎ , p. 28 (lire en ligne, consulté le 1er avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]