Phare du Bout du Monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Phare du Bout du Monde
Localisation
Coordonnées
Localisation
Histoire
Construction
(inauguration)
Automatisation
Oui
Gardienné
Oui (occasionnellement)
Visiteurs
Oui (occasionnellement)
Équipement
Portée
15 milles marins (27 km)
Feux
Identifiants
Amirauté
D1253Voir et modifier les données sur Wikidata
NGA
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Localisation sur la carte de la Charente-Maritime
voir sur la carte de la Charente-Maritime
Localisation sur la carte de La Rochelle
voir sur la carte de La Rochelle

Le phare du Bout du Monde de La Rochelle en Charente-Maritime, est un phare au large du cap de la pointe des Minimes, à l'entrée du chenal maritime du port de plaisance La Rochelle. Il est un lieu de mémoire littéraire du roman Le Phare du bout du monde de Jules Verne de 1905, inspiré de sa réplique du phare du bout du monde de Patagonie argentine de 1884, de l'île des États située à l'est de la péninsule Mitre en Terre de Feu, dans la région du cap Horn et des cinquantièmes hurlants (une des zones maritimes les plus dangereuses du globe)[1].

Description[modifier | modifier le code]

A l'image du modèle original historique argentin, ce phare en bois octogonal[2] projette sa lumière de signalisation maritime depuis une lanterne sphérique à son sommet, produite par sept lampes à huile fonctionnant à l'huile de colza sur deux côtés, à travers de gros cristaux, avec un faisceau d'une portée de 27 km (15 milles marins) sur un angle de 93°[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Phare du Bout du Monde de Patagonie[modifier | modifier le code]

Le phare du bout du monde de Terre de Feu en Patagonie argentine (2019)
Le phare du bout du monde historique de Patagonie (1898)

Construit en 1884 sur un promontoire à 70 m au-dessus de la mer, dans la région d'Ushuaïa et du cap Horn de la pointe sud de l'Amérique du Sud, il est laissé à l'abandon en 1902 et progressivement détruit par les éléments naturels, à la suite de ses conditions de vie climatiques très inhospitalières des cinquantièmes hurlants de l'Antarctique, et à l'inauguration du nouveau phare Año Nuevo d'une île voisine. Jules Verne s'en inspire pour un de ses derniers romans à succès posthumes Le Phare du bout du monde de 1905. Ses vestiges sont redécouverts en 1993 par André Bronner (dit « Yul Vernes ») un grand aventurier rochelais qui décide, tel Robinson Crusoé, de partir à la découverte de ce lieu de mémoire littéraire des souvenirs de son enfance[4],[5]. À la suite de sa découverte, il décide de partir le reconstruire en 1994[6], en collaboration avec les Ateliers Perrault Frères et une dizaine d'associés bâtisseurs[7]. À travers la reconstruction de ce phare, Bronner souhaite favoriser les échanges culturels entre la France et l'Argentine, en créant en 1995 l'« Association du phare du bout du monde » de La Rochelle. Le phare argentin de l'autre bout du monde émet à nouveau sa lumière depuis le , avant d'être classé monument historique national d'Argentine depuis 1999.

Phare du Bout du Monde de La Rochelle[modifier | modifier le code]

Deux ans plus tard, André Bronner décide d'ériger une seconde réplique du phare original de 1884, sur pilotis, à l'entrée du chenal maritime du port de plaisance La Rochelle, à 600 m au large du cap de la pointe des Minimes, et à 12 780 km de distance de l'original. Celle-ci est inaugurée le 1er janvier du passage à l'an 2000.

Bien qu'il ne soit pas ouvert à la visite public, ce phare-musée privé municipal est une des attractions touristiques phares de La Rochelle. Accessible à pied à marée basse, il est gardienné occasionnellement toute l'année par tranches de 24 heures par des membres aventuriers volontaires invités privilégiés de l'« Association du phare du bout du monde »[8],[9].

Littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Phare du bout du monde – Dédoublement de célébrité », sur figaronautisme.meteoconsult.fr (consulté en )
  2. Site L'association du Phare du bout du monde
  3. « Le Phare du Bout du Monde à La Rochelle, une curiosité à connaître », sur www.territoiredemotions.fr (consulté en )
  4. [vidéo] L'association Phare du bout du monde à La Rochelle sur YouTube
  5. [vidéo] 24 heures dans « le phare du bout du monde » - Météo à la carte sur YouTube
  6. [vidéo] Retour au phare du bout du monde sur YouTube
  7. Lara Bourget, « Jean Perrault. Bâtisseur d'avenir », La Vie n°3175, 6 juillet 2006 [lire en ligne]
  8. « Une nuit seul sur le Phare du Bout du Monde de La Rochelle, ça vous tente ? », sur www.bateaux.com (consulté en )
  9. [vidéo] La Rochelle : le Phare du Bout du Monde a accueilli son 200e gardien... et c'est une gardienne sur YouTube

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]