Phare de Chassiron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phare de Chassiron
Chassiron - Phare (1).jpg

Le Phare de Chassiron

Localisation
Coordonnées
Pays
Localisation
Architecture
Construction
Hauteur
43 m (224 marches)
Élévation
50 m
Statut patrimonial

Logo monument historique Classé MH (2012, Phare de Chassiron)[1]

Logo des sites naturels français Site inscrit (1970)[1]
Équipement
Lanterne
Lampe halogène 1 500 W
Portée
28 milles (52 km)
Feux
Feu blanc à éclats réguliers 10 s
Automatisation
1998
Visiteurs
oui
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Charente-Maritime
voir sur la carte de Charente-Maritime
Red pog.svg

Le phare de Chassiron, juché sur une falaise rocheuse, est situé à l'extrémité nord de l'île d'Oléron, près de la ville de Saint-Denis-d'Oléron. Le phare permet aux marins de rentrer dans les eaux du pertuis d'Antioche, lieu semé de récifs et réputé pour ses nombreux naufrages. C'est le plus ancien phare de France encore en activité après celui de Cordouan[2].

Le phare de Chassiron ainsi que ses dépendances ont été classés au titre des monuments historiques par arrêté du 23 octobre 2012[1].

Le phare en chiffres[modifier | modifier le code]

  • 1re tour construite en : 1685
  • Deuxième construction : en 1834
  • Date de mise en service : 1er décembre 1836
  • Hauteur : 46 mètres
  • Taille des fondations : 18 mètres de diamètre et 3 mètres de profondeur
  • Feu : 8 faisceaux lumineux, feu à éclats blanc 10 s
  • Portée : environ 52 km (28 milles nautiques)
  • Date d'automatisation : 1998
  • Coordonnées géographiques : 46°02′48″N, 1°24′37″O
  • Nombre de marches : 224
  • Fréquentation: 164 000 visiteurs annuels (en 2012) [3]

Histoire[modifier | modifier le code]

La première tour du phare de Chassiron, de 33 mètres de haut, a été construite sur ordre de Colbert en 1685. À l'époque, Rochefort était un arsenal militaire de la marine royale. Ce dernier avait une position stratégique car il était protégé côté terre par la Charente et côté mer par les pertuis charentais et les fortifications maritimes (Fort Louvois, Fort Enet, Fort de Fouras, …)[4].

De nombreux naufrages ont eu lieu sur la côte découpée du nord de l'Ile. Il devenait alors essentiel de construire un phare pour orienter les marins et pour baliser l'entrée du pertuis. De façon à le différencier de ses voisins, que sont le phare des Baleines sur l'Ile de Ré et le phare de Cordouan dans l'estuaire de la Gironde, la tour Colbert était éclairée par deux feux de bois[4].

Le deuxième phare de Chassiron, tel qu'on le connaît aujourd'hui, a été construit en 1834 et mis en service le 1er décembre 1836. Les fondations ont 18 mètres de diamètre et 3 mètres de profondeur sous le rocher. Réputées pour avoir servi à la construction de la cathédrale de Cologne et au socle de la statue de la Liberté, les pierres proviennent de la carrière de Crazannes (Charente Maritime). Les marches, les perrons et la plate-forme sont des blocs de granit de Vendée. Ces matériaux ont été acheminés par gabares jusqu'au port de Saint-Denis[5].

En effet, la tour Colbert n'était plus assez efficace pour faire face au trafic maritime qui augmentait et de plus. De plus, elle se situait trop près de la falaise qui recule très rapidement à cause de l'érosion à cet endroit de la côte[4].

50e anniversaire du phare en 1987, stèle en hommage aux péris en mer

Dès 1836, le phare de Chassiron est équipé des dernières technologies de l'époque en matière d'éclairage. Le premier système se composait d'une lampe à huile végétale à 6 mèches. À partir de 1895, la lampe va fonctionner au gaz d'huile. Une usine à gaz est alors construite à côté du phare. À titre expérimental, de 1902 à 1905 la lampe va utiliser le gaz d'acétylène. Le bouleversement technologique vient ensuite d'un système d'éclairage par ampoule électrique de 2 400 Watts. Aujourd'hui la lampe du phare fonctionne avec une ampoule de 250 Watts aux halogénures métalliques et permet à ses huit faisceaux lumineux d'être visibles jusqu'à 52 kilomètres par temps clair, grâce à sa lanterne située à 43 mètres au-dessus du sol[5].

Avant 1926, le phare de Chassiron était tout blanc. À partir de cette date, trois bandes noires ont été peintes afin de mieux le différencier du phare des Baleines.

Depuis 1998, il n'est plus gardé à demeure mais contrôlé à distance. Il est entretenu par le bureau des phares et balises et surveillé par un contrôleur des Travaux Publics de l'État.

Ainsi, de ce phare qui possède un escalier en colimaçon de 224 marches, on peut admirer les villes de La Rochelle, l'île de Ré, ainsi qu'une partie nord de l'île d'Oléron.

Le musée[modifier | modifier le code]

La rotonde du phare abrite un musée. Les six salles du musée s’orientent, d’une part, autour de la découverte des pêches traditionnelles (pêche embarquée, pêche à pied, pêche à la courtine et pêche aux écluses à poissons) et d’autre part, elles évoquent l’agriculture partagée entre maraîchage et viticulture ainsi que les difficultés que rencontraient les paysans face aux vents et aux embruns qui brûlaient les récoltes.

Le jardin du phare[modifier | modifier le code]

Le jardin est en forme de rose des vents exposé aux embruns de l'océan Atlantique. Il se compose de quatre bassins, de mobilier pédagogique, d'une partie jardin de type contemporain avec des graminées et autres plantes d'ornements, et d'une partie jardin traditionnel avec 21 variétés de roses, un potager et de la vigne. Il est labellisé jardin remarquable[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'écluse à poissons[modifier | modifier le code]

Entre le phare et la falaise, une écluse à poissons en modèle réduit permet d'appréhender son fonctionnement. Les écluses à poissons font partie du patrimoine de l'Île d'Oléron. Ce sont des constructions en pierres de l'estran en forme de croissant convexe face à l'océan. Une grille au milieu du croissant laisse entrer et sortir l'eau des marées. Les poissons restent piégés à l'intérieur du croissant, la foue, plus bas que le niveau inférieur de la grille[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Phare de Chassiron », notice no PA17000091, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Cordouan, Les Baleines, Chassiron - Les trois plus anciens phares de France, René Faille, 1993, Patrimoines & Médias, (ISBN 2-910137-02-3)
  3. « Phare de Chassiron », sur Phares de France - Phare de Chassiron (consulté le 30 avril 2015)
  4. a, b et c « Historique - Phare de Chassiron », sur Site internet du Phare de Chassiron (consulté le 29 avril 2015)
  5. a et b « Phare de Chassiron », sur Phare de Chassiron - Patrimoine île d'Oléron (consulté le 29 mai 2014)
  6. « Jardin du phare de Chassiron », sur Comité des Parcs et Jardins de France.
  7. Collectif, Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Charente - Maritime 2013 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs), Petit Futé, (ISBN 2746968681, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie

  • Les feux du bout du monde, guide historique des phares de Chassiron, par Philippe Lafon.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les phares et balises

Les Musées

Repères géographiques

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :