Pen Duick II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pen Duick II
Image illustrative de l'article Pen Duick II
Pen Duick II au mouillage

Type monocoque à déplacement léger
Fonction course au large
Gréement ketch marconi puis goélette
Histoire
Architecte Gilles Costantini et Éric Tabarly
Chantier naval Costantini
Fabrication contreplaqué marine
Design prototype
Lancement 1964
Équipage
Équipage conçu pour un solitaire
Caractéristiques techniques
Longueur 13,60 m
Longueur de coque 13,60 m
Longueur flottaison 10,00 m
Tirant d'eau 2,20 m
Tirant d'air 12,50 m
Déplacement 6 500 kg
Lest 3 000 kg
Voilure Grand voile 21,60 m2 ; Artimon 10 m2 ; Yankee 29,60 m2 ; trinquette 16,40 m2 ; voile d'étai 25 m2 ; spi 82 m2 soit au total 61,20 m2 au près
Propulsion 20 ch, ligne d'arbre
Caractéristiques commerciales
Capacité 8 personnes max.
Carrière
Armateur Éric Tabarly puis ENV
Pavillon Drapeau de la France France
Port d'attache Saint-Pierre-Quiberon

Pen Duick II est un voilier de type ketch avec lequel Éric Tabarly[1] a gagné la Transat anglaise en 1964.

Il doit son nom au premier bateau d'Eric Tabarly (Pen Duick, construit en 1898 par les chantiers Fife en Écosse). Sa conception est issue de la série des Tarann dessinés et réalisés par Gilles Costantini dont le Margilic V qui a servi de bateau d’entraînement à Éric Tabarly en 1963.

Ce voilier a subi plusieurs modifications au cours de son existence, dont une transformation du gréement de ketch en goélette à wishbone, et une troncature de la poupe.

Ces modifications étaient destinées à courir en 1966 la course américaine des Bermudes (que Tabarly et son équipage dominèrent pendant une partie du trajet avant de faire une option stratégique peu inspirée), en mettant le bateau en conformité avec la jauge du CCA (Cruising Club of America).

Vendu ensuite à l'École Nationale de Voile de Beg Rohu (Quiberon), dans des conditions qui firent débat à l'époque, Pen Duick II navigua quelques années à l'ENV puis fut tiré à terre dans les années 70 et relégué au rang d'objet décoratif sur le parking situé à l'entrée de l'école.

Vu sa construction en bois assez mince et faute d'un entretien minutieux, il ne tarda pas à se détériorer de façon presque irrémédiable, au point que lors de sa restauration il fallut remplacer le pont, tous les bordés en contreplaqué (panneaux de dimensions spéciales fabriqués à l'unité) et une partie de membrures, ne laissant d'original que la quille, les membrures principales, le mât et l'accastillage.

En 1994, l’École nationale de voile et des Sports Nautiques (ENVSN) l'a entièrement restauré dans son état d’origine, depuis il navigue dans le cadre des formations et stages de l'ENVSN et participe à de nombreuses régates de yachts classiques (skipper David Alexandre).

En mai 2016, Loïc Peyron prend le départ de "The Transat Bakerly", nouveau nom de la Transat anglaise, à la barre de Pen Duick II, en hommage à Eric Tabarly.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Coque[modifier | modifier le code]

La coque est en contreplaqué marine, à double bouchain (coque formée par six panneaux).

  • Longueur coque : 13,60 m
  • Longueur à la flottaison (plan): 10,00 m
  • Longueur à la flottaison réelle : env 10,90 m
  • Maître-bau : 3,40 m
  • Largeur à la flottaison : 2,78 m
  • Déplacement lège : 5 430 kg[2]
  • Lest : 2 500[2] ou 3 000 kg[3]
  • Déplacement en charge : 6 500 kg
  • Appendices : quille fixe à bulbe, safran suspendu sous la voûte

Voilure[modifier | modifier le code]

  • Surface de voilure au près : 61,20 m2
  • Surface de voilure au portant : 111,60 m2
  • Surface grand-voile : 21,60 m2
  • Surface artimon : 10 m2
  • Surface yankee : 29,60 m2
  • Surface trinquette : 16,40 m2
  • Surface voile d'étai : 25 m2
  • Matériau : Tergal
  • Surface spi : 82 m2
  • Matériau spi : Nylon

Motorisation[modifier | modifier le code]

(absente en 1964)

  • Type : diesel
  • Puissance : 20 chevaux
  • Transmission : ligne d'arbre
  • Carburant : gazole
  • Capacité carburant : 50 litres

Intérieur[modifier | modifier le code]

Eric Tabarly

Pour l'anecdote, Éric Tabarly, utilisa une selle de Harley-Davidson en cuir comme siège de table à cartes.
La bulle de barre intérieure, inspirée d'une idée de Marcel Bardiaux, est un astrodôme de bombardier, Eric Tabarly ayant par ailleurs été formé dans l'aéronautique navale dès 1952, d'où cette idée venue de son expérience dans l'aviation.
Cet intérieur, reproduit à l'identique, est visible à l'espace muséographique de la cité de la voile Éric Tabarly de Lorient.

  • Hauteur sous barrots : 1,70 m maxi sous roof
  • Cabines : 2
  • Toilettes : 1
  • Capacité eau douce : 200 litres

Autres[modifier | modifier le code]

  • Catégorie de navigation : 1
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Tabarly, De « Pen Duick » en « Pen Duick », Arthaud, (ISBN 2-7003-1146-9)
  2. a et b « Éric Tabarly nous parle de son bateau », Nautisme no 15, mars 1964
  3. Nautisme no 20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :