Pen Duick VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pen Duick.
Pen Duick VI
Image illustrative de l'article Pen Duick VI
Pen Duick VI lors du festival Temps fête de Douarnenez en juillet 2012.

Type Monocoque
Gréement Ketch Marconi
Histoire
Architecte André Mauric
Chantier naval Direction de la construction Navale Brest
Lancement 1973
Équipage
Équipage 14
Caractéristiques techniques
Longueur 22,25 m
Longueur de coque 18,80 m
Maître-bau 5,3 0m
Tirant d'eau 3,40 m
Déplacement 32 T
Voilure 260 m²
Carrière
Armateur Association Eric Tabarly
Port d'attache Lorient

Pen Duick VI est un ketch en aluminium de 22 mètres dessiné en 1973 par André Mauric pour Éric Tabarly[1] pour la Whitbread (course autour du monde en équipage), dernier de la série, il subit deux démâtages lors de la Whitbread qui l'empêchèrent de montrer son potentiel dans cette épreuve.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Construit en aluminium par l'arsenal de Brest, Pen Duick VI est à la fois léger (pour l'époque) et très robuste. L'aménagement intérieur est caractérisé par la séparation de l'habitat en deux coursives, une pour l'équipe de quart des « tribordais », une pour l'équipe de quart des « babordais ». Ainsi, le quart au repos n'est pas dérangé dans son sommeil par les allées et venues des équipiers de quart.

La barre franche de secours, très dure à manœuvrer en raison de la taille du bateau, a été sculptée en une forme suggestive, par Olivier de Kersauson, selon la légende.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à bord de Pen Duick VI, qu'Éric Tabarly a connu sa plus belle victoire lors de la Transat anglaise en solitaire de 1976 (OSTAR), alors que tout le monde le croyait perdu car des problèmes de radio l'ont privé de tout contact avec la terre quelques jours après le depart. Il a devancé Alain Colas, qui faisait cette course sur le Club Méditerranée, bateau de 70 mètres et 4 mâts. Chacun des deux marins avait déjà gagné cette même course : Tabarly en 1964 sur Pen Duick II et Colas en 1972 sur Pen Duick IV (bateau à bord duquel il devait disparaître quelques années plus tard, rebaptisé Manureva). La manœuvre en solitaire de Pen Duick VI nécessite un effort physique considérable (poids des voiles, matériel de l'époque etc.). Il faut quand même souligner que le maniement de ce bateau était prévu pour un équipage de 14 personnes… C'est donc à l'occasion de cette course en solitaire, et pour ce bateau, qu'Éric Tabarly a inventé la « chaussette à spi » maintenant adoptée sur un bon nombre de voiliers, sportifs ou non.

Le bateau navigue toujours et est exploité par un club de croisière qui propose de naviguer sur Pen Duick VI et d'autres bateaux de prestige.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Tabarly, De « Pen Duick » en « Pen Duick », Arthaud, (ISBN 2-7003-1146-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Tabarly, Louis Ponchelet (Illustrations), Andanson (Photographies) et Jacques Arthaud (Photographies), Le Tour du monde de « Pen Duick VI », Éditions du Pen Duick, , 260 p. (ASIN B0000DR7OB).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :