Péhunco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pehonko)
Aller à : navigation, rechercher
Pehunco
Administration
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Atacora (préfecture)
Maire
Mandat
Inoussa mamam
5ans
Démographie
Population 78 217 hab. (2013[1])
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 13′ 42″ nord, 2° 00′ 07″ est
Superficie 190 000 ha = 1 900 km2
Divers
Langue(s) français, bariba (baatɔnum), etc.
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte administrative du Bénin
City locator 14.svg
Pehunco

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte topographique du Bénin
City locator 14.svg
Pehunco
Liens
Site web www.Pehunco.com

Pehunco (ou Ouassa-Péhunco) est une ville du nord-ouest du Bénin, et préfecture du département de l'Atacora.

Géographie[modifier | modifier le code]

- Situation géographique. La commune de Péhunco est située entre les vallées de l’Alibori à l’Est et de celle de la Mékrou à l’Ouest. Elle fait partie des neuf (9) communes que compte le Département de l’Atacora. Elle est limitée au Nord par la commune de Kérou, au Sud par la commune de Djougou dans le département de la Donga, à l’Est par la commune de Sinendé dans le département du Borgou et à l’Ouest par la commune de Kouandé. La commune de Péhunco a une superficie totale de 1 900 km2. Elle est composée de trois (03) arrondissements et de vingt six (26) villages et quartiers de ville.

- Le relief La commune de Péhunco est dans son ensemble située dans une pénéplaine qui s’étire dans la ligne de partage des eaux entre les bassins du Niger et de l’Atlantique.

- Le climat La commune de Péhunco jouit d’un climat de type Soudano-guinéen, caractérisé par une saison de pluie, allant de mi-avril à mi-octobre, et une saison sèche allant de mi-octobre à mi-avril. Elle appartient à une zone agroécologique caractérisée par une pluviométrie qui oscille ente 800 et 1 100 mm de pluie par an et répartie sur près de 170 jours. La température moyenne est 26 °C avec un maximum au cours du mois de février. L’harmattan, un vent froid et sec, souffle entre novembre et mi-mars et entraîne parfois une amplitude thermique de plus de 10 °C.

- La végétation La végétation dans son ensemble est faite de savane arborée et arbustive. Elle est arborée surtout dans la forêt classée et le long des cours d’eau où elle forme des forêts galeries. Il existe aussi une strate herbacée assez variée mais composée en majorité de graminées. Les ressources forestières occupent un domaine classé qui couvre 207 km2, soit 1,09 % environ de la superficie totale. Ces ressources forment pour la plupart des galeries forestières. La faune de Péhunco est faite de phacochères, de singes, de buffles et autres petits gibiers qu’on rencontre surtout dans les forêts classées de la commune.

- Les sols La roche mère qui constitue le sol dans la commune de Péhunco est du gneiss à biotite compris dans le dahoméen. Ces substrats géologiques ont donné naissance à des sols ferrugineux tropicaux lessivés non concrétionnés et sablonneux. Ces sols gravillonnés et sablonneux sont très peu fertiles et ont une capacité de rétention d’eau assez faible. Des 1 900 km2 représentant sa superficie, environ 800 km2 représentent les terres fertiles. En dehors des forêts classées, où l’on rencontre des sols fertiles, le reste de la superficie de la commune est fait de sols gravillonnés très peu fertiles.

- L’hydrographie La commune de Péhunco est drainée par le fleuve Mékrou dans les arrondissements de Péhunco et de Gnèmasson et par de nombreuses rivières à régime torrentiel telle que l’Alibori dans l’arrondissement de Tobré non loin du village Kika. Ce réseau hydrographique est complété par des cours d’eau dont la plupart ont un caractère saisonnier. C’est sur les bras de ces cours que sont implantées les huit (08) retenues d’eau de l’arrondissement

Population et Habitats[modifier | modifier le code]

Sur le plan démographique, la population de la commune de Péhunco compte selon le recensement de 1992, 33.833 habitants dont 31.237 ruraux, soit 92,3 % et une population urbaine de 2.596 habitants, soit 7,7 %. En dehors de ce chiffre de population, des estimations faites respectivement en 1999 et 2000 ont donné les chiffres ci-après : 41.716 habitants et 43.109 habitants, ce qui dégage un taux d’accroissement d’environ 3,34 %. La commune compte 3840 ménages dont 3301 ménages ruraux. La taille des ménages varie entre 8,8 et 9,5 selon qu’on est en milieu urbain ou en milieu rural. La densité moyenne de la population est de 16,8 habitants au km². La répartition spatiale de cette population en 1992 se présente par arrondissement comme suit: Péhunco centre : 15.493 ; Gnèmasson : 5.812 ; Tobré : 12.528 Lors du recensement de 2013 (RGPH-4), la commune compterait 78 217 habitants, dont 37 217 pour l'arrondissement de Péhunco[1].

- Les groupes socioculturels (ethnies) Les Bariba constituent le groupe socioculturel majoritaire de la commune (65 %) et sont pour la plupart des agriculteurs. Ensuite, vient le groupe des Peuls, (33 %) composé essentiellement d’éleveurs. Les peuls proviennent pour la plupart du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Nigéria pour ce qui concerne les migrations transnationales et de Kérou, de Sinendé, de Nikki de Kouandé pour ce qui concerne les déplacements à l’intérieur du pays. Les autres groupes socioculturels représentent 7 %. Il s’agit des Adja, Fon, Dendi, Yom, Lokpa, Otamari, Yoruba et autres.

- Religions Les populations de Péhunco pratiquent plusieurs religions dont principalement l’islam (46,3 %). Ensuite viennent les religions traditionnelles (34,7 %) et enfin les autres religions tels le catholicisme et le protestantisme mais qui sont en faibles proportions. Pendant que dans toute la commune de Péhunco, on compte trois (03) chapelles catholiques, les trois quartiers à savoir Péhunco 1, Péhunco 2 et Sinaourarou comptent à eux seuls vingt (20) mosquées.

2- Type d'habitat On distingue à Péhunco deux types d’habitat : l’habitat urbain et l’habitat rural. Le premier type caractérise le centre de l’arrondissement de Péhunco et les chefs-lieux des arrondissements de Gnèmasson et de Tobré. Il est aussi de type regroupé chez les Bariba alors qu‘il est dispersé chez leurs voisins les Peuls. Les habitations sont de forme rectangulaire et sont construites en matériaux semi durs couvertes de tôles ou en terre de barre et couvertes de paille. Ce dernier type d’habitation (forme ronde) est rencontré surtout en milieu rural et chez les éleveurs peuls.

Histoire[modifier | modifier le code]

{{Péhunco serait créé au XVIIIe siècle, c’est-à-dire vers les années 1770 par des chasseurs Bariba venus de Kouandé et de Sinendé. À leur arrivée dans la zone, ils y trouvèrent des villages comme Dasso. Les populations qui y vivaient seraient des forgerons et parleraient Bariba. Les concertations mutuelles qui rentrent dans le cadre de la préparation des expéditions de ces chasseurs Bariba de Kouandé et de Sinendé furent à l’origine du nom Ouassa qui signifierait « souffrance ».

En effet, cette zone où venaient chasser les populations de Kouandé et de Sinendé serait un domaine où il n’y avait ni montagne, ni buisson, où il n’y avait ni à manger ni à boire.

Ainsi, dans leur préparation, ces chasseurs laissaient entendre : «Nkou dam ouassaraco» qui signifie « je veux aller souffrir là où il n’y a rien» car le terme «ouassara» signifie «souffrir». Péhunco quant à lui, serait une déformation coloniale de «Péhuncourou» qui signifie «Pierre Noire» qui serait au départ une divinité à laquelle ces chasseurs faisaient régulièrement des sacrifices. La communauté qui s’est installée autour de cette divinité a simplement donné son nom au village ainsi constitué. De nos jours, cette « pierre noire » existe encore et les sacrifices se font toujours.}}

Économie[modifier | modifier le code]

ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

1 Agriculture - Facteurs naturels La commune de Péhunco dispose de terres cultivables disponibles, riches et favorables aux différentes cultures telles que les céréales, les tubercules, les cultures de rente surtout le coton et l’anacarde, etc. La superficie cultivée suivant l’atlas monographique de 2001 est de 20 618,25 ha. De nombreux cours d’eau traversent la commune. Les plus importants sont le Mékrou et l’Alibori. La commune dispose de neuf (09) retenues d’eau à but agropastoral.

- Facteurs humains et organisationnels La population rurale selon le dernier recensement avoisine les 40 000 habitants. Il existe des échanges économiques entre les deux (02) groupes socioculturels les plus importants de la commune que sont : les bariba et les peuhl à travers la garde du bétail. Plus de 44,66 % des actifs de la population de la commune interviennent dans l’agriculture, l’élevage, la pêche et la chasse3

- Les techniques agricoles La culture extensive, itinérante et sur brûlis reste la plus utilisée à travers la commune avec un travail à la daba qui a pour conséquence une destruction importante des espèces végétales et animales. La culture du coton, nécessite une forte utilisation des engrais et des insecticides qui appauvrissent les sols. La houe reste le principal outil de travail: 80 % des superficies sont cultivées à la houe. Néanmoins, la culture attelée prend de plus en plus de l’ampleur dans la commune.

- Structures d’appui / encadrement Comme la plupart de communes de notre pays, la commune de Péhunco dispose d’un Centre Rural de Promotion Agricole (CeRPA) avec des agents d’encadrement et d’appui aux activités rurales. Mais avec la réforme, l’encadrement des paysans se fait sentir de moins en moins sur le terrain. Quelques ONG et projets, s’investissent aussi dans l’appui des communautés rurales. La commune dispose de105 groupements dont 23 enregistrés. Lors des entretiens et des ateliers régionaux, les communautés de Péhunco ont exprimés quelques besoins qui se résument en : - La diversification des filières agricoles - L’enrichissement des sols et l’utilisation judicieusement les terres cultivables - Le respect des couloirs de passages des animaux par les éleveurs et les agriculteurs - La promotion de l’agriculture intensive, - Le payement à temps, après la vente du coton graine - La Restauration de la fertilité des sols

2 Élevage L’élevage se pratique dans la commune de Péhunco de façon traditionnelle. Les espèces les plus importantes élevées dans la commune sont les bovins, ovins caprins et les volailles. L’élevage des bovins de Péhunco, représente plus de 15 % de celui du département de l’Atacora. Les bouviers constituent la main d’œuvre qui assure l’élevage des bovins. Le Secteur de Péhunco dispose de trois postes d’élevage (Péhunco centre, Tobré, Gnèmasson). Il existe à Péhunco centre des vétérinaires ainsi que des pharmacies privés qui complètent les agents permanents de l’État dans le soin des élévages. La commune dispose d’un marché de bétail à Péhunco centre qui s’anime tous les 4 jours c’est-à-dire le même jour que le jour du marché de Péhunco.

3- Pêche et pisciculture La commune dispose des rivières (Mékrou et Alibori) où se pratique la pêche traditionnelle ; de neuf (09) retenues d’eau empoissonnées où la pêche est faite grâce à des comités villageois formés par le Projet de Promotion de l’élevage dans l’Atacora. Le Tylapia est le poisson d’eau douce pêchés dans les eaux de la commune. La pratique de la pêche qui se faisait avec les insecticides est abandonnée suite aux sensibilisations du PPEA qui a formé en lieu et place des pêcheurs villageois au niveau de chaque retenue d’eau. Mais bon nombre de ces retenues sont peuplées de crocodiles.

4 Sylviculture La commune dispose de deux (02) forêts classées de 20,7 km2 soit 1,09 % de la superficie de Péhunco. Les campagnes successives de reboisement menées jusqu’en 2001 à Péhunco donnent les résultats suivants : Acacia; Anacardes; Eucalyptus; Gmélina; Teck; Agrumes; Manguiers

5-La transformation et stockage Les matières premières qui subissent des transformations dans la commune de Péhunco sont : le Maïs, le Sorgho, le lait, l’igname et le manioc. Il existe aussi des carrières d’argile qui fournissent de la matière première pour la poterie. - 1,69 % des actifs de la population opèrent dans le secteur des industries, petites et moyennes entreprises3. - 1,94 % des actifs de la population opèrent dans le sous-secteur des entreprises du bâtiment travaux publics (BTP)4 - 01 usine d’égrenage de coton payant une taxe de 25.000.000 FCFA par an à la commune emploie 10 à 100 jeunes selon la saison - de nombreuses organisations de femmes faisant la transformation des produits agricoles - il existe aussi des associations des artisans de Péhunco ainsi que le collectif des artisans de Péhunco

6- Production artisanale On distingue plusieurs sortes d’artisanats que sont : - L’artisanat de service: couture, coiffure, mécanique, menuiserie, maçonnerie, soudure - L’artisanat de production: poterie, forge, tissage, dessin, sculpture, vannerie, cordonnerie - L’artisanat de transformation: transformation des produits agricoles en produits semi-finis: fabrication du beurre de karité, de la moutarde, du fromage, de l’huile d’arachide, etc. Plusieurs Besoins ont été exprimées par les populations de la commune. On peut citer entre autres : - améliorer et adapter le système d’accès aux crédits - Renforcer les capacités techniques des artisans et des groupements de femmes - Renforcer les capacités organisationnelles des artisans - Améliorer le revenu des populations (équipement, technologie moderne, encadrement, crédits surtout aux femmes). Les artisans sont souvent des cultivateurs qui travaillent dans leurs ateliers lorsqu’il n’y a pas de travail aux champs. Le secteur de l’artisanat a été longtemps oublié avec un appui presque inexistant des partenaires. Néanmoins il existe quelques appuis du Projet de Promotion de l’Artisanat GTZ / DED, du Programme Suisse et de la Fédération Nationale des Artisans du Bénin (FENAB). Les organisations des artisans sont confrontées à des problèmes internes et surtout par leur faible capacité de concurrence sur les marchés.

7 -Activités minières Dans ce secteur, les activités pratiquées sont l’extraction et la commercialisation du sable et du gravier.

8- Commerce - Facteurs naturels Le marché de Péhunco a une position géostratégique dans la sous-région. Il s’agit d’un marché carrefour des axes : Péhunco-Djougou ; Péhunco-Kérou ; Péhunco-Fô- bouré et Péhunco-Kouandé.

- Facteurs humains et organisationnels Parmi les trois (03) marchés périodiques qui s’animent dans la commune, celui de Péhunco est le plus important et s’anime tous les 4 jours. Il possède de nombreuses boutiques, des baraques et des gargote ries et quelques auberges. On y trouve des produits variés comme le bétail, les céréales, les tubercules, les produits manufacturés et pétroliers, des services comme le transport inter communal. Près de 33,51 % des actifs de la population de Péhunco opèrent dans le commerce. La Caisse Locale de Crédit Agricole Mutuelle (CLCAM) pour l’épargne et le crédit finance en partie ces activités commerciales. - Production commerciale Dans les marchés de la commune de Péhunco plusieurs formes de commerces se distinguent : - Le commerce de bovins, caprins, ovins, porcins, volaille - Le commerce des produits manufacturés et autres (tissu, vélo, etc.) - L’artisanat : les produits de consommation familiale (pagnes, chapeaux) - Le commerce des produits vivriers en sous produits alimentaires : huile, galettes, moutarde, beurre de karité, savon, etc.

Lors de l’étude, les communautés ont exprimées quelques besoins pour améliorer la performance de leurs marchés. Il s’agit de : - Améliorer et adapter le système d’accès aux crédits - Renforcer les capacités techniques des commerçants - Renforcer les capacités organisationnelles des commerçants - Améliorer le chiffre d’affaires des commerçants et du revenu des opérateurs économiques - Améliorer l’écoulement des produits

Le secteur commerce a été aussi longtemps oublié surtout du point de vue de l’organisation. En outre les organisations des commerçants sont minées par des problèmes internes qui réduisent leur capacité de compétition sur les marchés. Aujourd’hui des opportunités s’offrent avec le programme de relance du secteur privé à travers les projets comme l’Association pour le Développement des Exportations (ADEx), la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB), le Projet de Promotion de l’Artisanat / GTZ. Les responsables actuels de la commune souhaitent en faire leur priorité.

9- Transport et communication - Transport - types de transport (transport en commun de personnes, transport des marchandises - moyens de transport - infrastructures de transport - main d’œuvre (chauffeurs et apprentis) - financement du transport - organisations par type de transport - revenu de transport et importance dans le revenu total - statistique sur les flux de personnes et volume de marchandises - structures d’appui - atouts et contraintes - Communication

Routes (pistes communales, routes et leur longueur) - recettes : taxes et autres frais perçus sur pistes et routes - charges : entretien des pistes communales - structures d’appui - atouts et contraintes Télécommunication (téléphone, TV, Internet, radio, etc.) Il existe un bureau de poste à Péhunco centre avec un agent qui fournis des services élémentaires d’une poste. Le service des chèques postaux n’existe pas. La Caisse Nationale d’Epargne n’est pas représentée dans la commune. C’est pourquoi, il faudra améliorer la densité du réseau postal. - Téléphone - 36 lignes disponibles à Péhunco centre sur 1700 lignes disponibles dans le département de l’Atacora1 - 29 abonnées à la fin de novembre 2002 contre 32 abonnées en 20012 - 1 téléphone public au bureau de l’OPT - 03 Prestataires de téléphonie mobile

Aujourd’hui, il y a une meilleure communication avec la commune. Radio - 1 radio locale fonctionnelle à mi-temps - 1 radio régionale (Antenne de Parakou) qui n’est pas bien reçu dans certaines périodes de la journée. Il existe alors un déficit d’informations nationales et internationales.

Télévision La réception de la télévision nationale est très faible. Des efforts sont entrepris par les responsables de l’ORTB pour corriger ces déficits. Il est souhaitable une amélioration de la qualité des images et du son dans les 3 arrondissements de la commune.

La résolution de ces problèmes proposés par la population passe par l’exécution des actions suivantes : - Tenir des séances de négociation avec les autorités de l’audiovisuel. - Améliorer le réseau et l’équipement de la poste, du téléphone, de la radio et de la télévision. - Organiser des séances de concertations intercommunales dans les 3 communes (Kouandé, Péhunco, Kérou) pour identifier des actions à mener ensemble pour pouvoir partager les charges. - L’amélioration de la qualité et la réception de la transmission des émissions des radios et de la télévision va accroître les sources d’informations des populations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b INSAE, Effectifs de la population des villages et quartiers de ville du Bénin, (RGPH-4, 2013), février 2016, p. 12-13 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]