Allada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allada
Rue d'Allada (1999)
Rue d'Allada (1999)
Administration
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Atlantique
Maire Mathias Djigla
Démographie
Population 127 512 hab. (2013[1])
Géographie
Coordonnées 6° 39′ 54″ nord, 2° 09′ 08″ est
Divers
Langue(s) français, fon, aïzo
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte administrative du Bénin
City locator 14.svg
Allada

Géolocalisation sur la carte : Bénin

Voir la carte topographique du Bénin
City locator 14.svg
Allada
Liens
Site web http://www.web-africa.org/allada/

Allada est une ville et une commune du sud du Bénin, rattachée au département de l'Atlantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roi d'Allada (1900)

Historiquement, Allada était la capitale d'un royaume Fon appelé Adanwssa (le lieu de la colère, le siège de la colère, en langue fon). Allada étant le terme utilisé par les locaux encore aujourd'hui pour dire "passer dans l'au-delà". Les termes Allada, Ardra, Arda, Grand Ardra, ou encore, en français, Ardres sont utilisés par les colons pour designer ce royaume.

D'après des historiciens, le royaume d'Allada fut le plus important et puissant royaume de sa région pendant le XVIe e XVIIe siècles, jusqu'au XVIIIe siècle, quand il a été conquis par le voisin royaume du Dahomey[2]. Il est quand même à noter que les danxomenou (peuple du royaume de Danxome) viennent à l'origine aussi d'Adanwssa (Allada).

Au XIXe siècle, au lendemain de la conquête du Royaume du Danxome (Dahomey) par les troupes françaises commandées par le général Alfred Dodds (1894), le roi en titre d’Allada, 12e de la lignée, a été appelé à sortir du maquis pour négocier avec les autorités coloniales françaises. Il s’attribue un nouveau nom fort en relation avec les circonstances : « Vi dé gla ɔ, é nɔ kpɔn gbɛ nu Mawu » : l’enfant courageux veille sur les choses de ce monde pour le compte de Dieu. En abrégé, on a le Roi Vigla. Les Français ont rendu le mot par Djigla. Après le roi Djigla (Vigla), deux autres rois ont siégé sur le trône d’Allada (le 13e et le 14e roi). Le 15e roi est un fils de Djigla qui a pris deux noms forts (1) alada xɔsu to yi : roi d’Allada voulu et accepté par le peuple. (2) Bɛɖegla : Bɛ ɖe gla ɔ, e nɔ sɔ nu ɖo zomɛ : Le bec qui est courageux peut retirer un objet du feu.

L’actuel roi d’Allada a été intronisé le , dix ans (1983-1992) après le départ chez les ancêtres de son feu père, le roi Toyi Bɛɖegla. Il a pris le nom fort de Kpɔɖegbe : le léopard a rugi (kpɔ ɖegbe, lan e ɖo zunmɛ ɔ bi ni xwɛ : Le léopard a rugi. Que tous les animaux de la forêt se taisent ! Autrement dit : finies les querelles de succession ! il y a désormais un maître à bord !).

Pour l'histoire, Toussaint Louverture, héros de l’indépendance d'Haïti est le fils d'un prince d'Allada appelé Gahou Deguénon qui était un spécialiste en médecine traditionnelle africaine (amabloto : docteur herbe). La ville d'Allada lui a consacré un monument situé à la sortie nord de la ville, sur la place Toussaint-Louverture. Pour les Haïtiens, Allada est une Ville Sainte. Dans le vodou haïtien jusqu'à date on chante couramment un chant en mémoire de l'unité que Toussaint Louverture a institué :

Frère nous sommes tous des frères
Allada le dit
Frère nous sommes tous des frères
Allada le dit
Allada, sauve-nous de l'ennemi
Nous sommes tous frères
Allada notre lumière.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2013 (RGPH-4), la commune comptait 127 512 habitants[1].

Personnalités nées à Allada[modifier | modifier le code]

  • Lionel Agbo (né en 1950), avocat et homme politique béninois ;
  • Martin Chobli (né en 1948, plus précisément à Niaouli, 10 km au nord d'Allada) médecin anesthésiste-réanimateur et universitaire béninois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b INSAE, Effectifs de la population des villages et quartiers de ville du Bénin, (RGPH-4, 2013), février 2016, p. 16 [1]
  2. (en) « Encyclopedia Britannica - Allada »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Dans le film documentaire d'Elio Suhamy La Côte des Esclaves (1993) apparaît le roi d'Allada Kpodegbé Toyi Djigla.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robin Law, The Kingdom of Allada, Centre of Non-Western Studies, Leyde, 1997, 137 p. (ISBN 90-73782-80-5)
  • Alexis B. Adande, Togudo-Awute, capitale de l'Ancien royaume d'Allada : étude d'une cité précoloniale d'après les sources orales, écrites et les données de l'archéologie, Université Paris 1, 1984, 2 vol. (thèse de 3e cycle d'Histoire des sociétés de l'Afrique noire)
  • Nicoué Lodjou Gayibor, L'Aire culturelle Ajatado des origines à la fin du XVIIIe siècle Université Paris 1, 1985, 3 vol., 1305 p. (thèse d'État d'Histoire),
  • Henri Labouret et Paul Rivet, Le royaume d'Arda et son évangélisation au XVIIe siècle, Institut d'ethnologie, Paris, 1929, 62 p-XIX p. de pl.
  • Guérin Montilus, Dieux en diaspora : les Loa haïtiens et les Vaudou du royaume d'Allada, Bénin, Niamey (Niger), CELHTO, 1988, 143 p.
  • Florentin Nangbe, Monographie de la commune de Allada, Afrique Conseil, avril 2006, 37 p.
  • Claude-Hélène Perrot, « La fête d'Adjahouto à Allada (Dahomey) et ses enseignements historiques », in Annales de l'Université d'Abidjan, série I, histoire, 1972, t.1, p. 133-149

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :