Malanville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malanville
Malanville
Rizerie de Malanville
Administration
Pays Drapeau du Bénin Bénin
Département Alibori
Maire Gado Guidami (2020-[1])
Démographie
Population 168 641 hab. (2013[2])
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 11° 52′ 00″ nord, 3° 23′ 00″ est
Superficie 301 600 ha = 3 016 km2
Divers
Langue(s) Français, Dendi, Baatɔnum (Bariba), Peul, Yoruba...
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bénin
Voir sur la carte administrative du Bénin
City locator 14.svg
Malanville
Géolocalisation sur la carte : Bénin
Voir sur la carte topographique du Bénin
City locator 14.svg
Malanville
Liens
Site web Site officiel de la commune

Malanville est une ville du Bénin située au nord-est du pays, au bord du fleuve Niger, à la frontière avec le Niger et à proximité de celle avec le Nigeria. Desservie par la route nationale inter-états 2 (RNIE 2), c'est le chef-lieu de la commune du même nom, rattachée au département de l'Alibori.

Histoire[modifier | modifier le code]

Wolo, un village d'éleveurs et de pêcheurs situé au bord du Niger, est à l'origine de la localité qui s'étend progressivement. Son nom est alors Tassi qui signifie « sable » en zarma, désignant le soubassement sableux de l'endroit[3]. Plusieurs quartiers se développent : Tassi-Zenon (« vieux Tassi »), Wouro Hesso, Tassi-Tédji (« nouveau Tassi »), Galiel, où vivent Dendi et Haoussa. Le commerce (bétail, poissons, oignons) avec les pays voisins, et notamment son marché, contribuent à sa notoriété. Avec Gaya, la ville nigérienne qui lui fait face de l'autre côté du fleuve, elle joue un rôle moteur dans l'espace transfrontalier[4].

Dans les années 1940 la localité abrite une garnison militaire et des fonctionnaires coloniaux. Les cases rondes traditionnelles sont remplacées par les maisons carrées typique du sud du Bénin[5].

Par la suite, la ville est renommée Malanville par le génie militaire qui s'y trouve en poste le jour de la mort d'Henri Malan (1869-1912), lieutenant-gouverneur français du Dahomey[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Femmes franchissant le pont sur le Niger.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville s'est développée aux abords du fleuve Niger. Cette situation géographique, ainsi que la présence d'une route nationale, fait de Malanville un point de passage très important entre le Bénin et le Niger. Le , le pont au-dessus du fleuve Niger, et emprunté par cette route, s'est effondré à la suite de fortes intempéries[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type soudano-sahélien, avec une saison sèche qui s'étend de novembre à avril. Les précipitations sont d'environ 750 mm par an.
L'harmattan souffle de novembre à janvier, avec des écarts de température variant entre 16 et 25 °C.

Végétation[modifier | modifier le code]

La végétation de Malanville est celle de la savane arborée où prédominent les formations herbacées, qui abritent une faune variée (éléphants, buffles, léopards, hippotragues ou phacochères).

La forêt classée de Goungoun et celle de Boiffo (Guéné) se trouvent sur le territoire de la commune, de même que la zone cynégétique de la Djona, vers le village de Torozougou.

Population[modifier | modifier le code]

La population de la commune de Malanville, qui compte cinq arrondissements, était d'environ 100 000 habitants en 2002 et de 168 641 habitants en 2013[2]. La ville de Malanville compte quant à elle 60 806 habitants en 2015[7].

Les principales ethnies présentes dans la commune sont : Dendi, Peuls, Mokolé, Djerma, Haoussa, Nago, Yoruba, Bariba, Mina, Goun, Adja, Goun, Fon et Kotokoli.

Administration[modifier | modifier le code]

Gado Guidami, maire de la ville de Malanville[8]

Territoire de Malanville dans le département d'Alibori

Subdivision en arrondissements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Riziculture et élevage.
Culture du coton.

L'agriculture constitue la principale source de revenus de la commune. Outre la riziculture qui joue un rôle central, on y pratique aussi des cultures vivrières (sorgho, petit mil, maïs, niébé), des cultures maraîchères (oignon, tomate, pomme de terre, piment, gombo) et des cultures de rente (coton, arachide, oignon).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Communales de 2020. Gado Guidami, nouveau maire de Malanville », 24haubenin.info [1]
  2. a et b INSAE, Effectifs de la population des villages et quartiers de ville du Bénin, (RGPH-4, 2013), février 2016, p. 18 [2]
  3. a et b Olivier Walther, Affaires de patrons. Villes et commerce transfrontalier au Sahel, Berne, Peter Lang, , 478 p. (ISBN 978-3-03911-468-9, lire en ligne), p. 91
  4. Edmond Sougue, « Malanville-Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière Benin-Niger », Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, no 29, 2016, [lire en ligne]
  5. Affaires de patrons : villes et commerce transfrontalier au Sahel, op. cit., p. 128
  6. « Bénin: l'effondrement d'un pont bloque la route vers le Niger - RFI », sur RFI Afrique, (consulté le )
  7. « Africapolis », sur www.africapolis.org (consulté le )
  8. Akpédjé Ayosso, « Gado Guidami, nouveau maire de Malanville - 24 Heures au Bénin », sur 24haubenin.info (consulté le )

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nestor René Ahoyo Adjovi, Monographie de la commune de Malanville, Afrique Conseil, , 48 p.
  • G.-M. Boluvi,Malanville – Gaya, Comptoir commercial et couloir de spéculations. (Pays frontière de l’informel), CSAO/OCDE, 2004), 30 p.
  • (en) Melanie Erika Hauber, Description and Improvement of the 'Whedo'-System in Malanville: Extensive Aquaculture in the North of Benin, Saarbrücken Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften, Omniscriptum Gmbh & Company Kg., 2011, 184 p. (ISBN 9783838125671)
  • Viwagbo Kinhou, La souveraineté alimentaire dans une perspective de sécurité alimentaire durable : illusion ou réalité ? : le cas de la filière riz dans la commune de Malanville au Nord-Est du Bénin, Université Rennes 2, 2019, 290 p. (reproduction d'une thèse d'économie)
  • Edmond Sougue, « Malanville-Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière Benin-Niger », Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, no 29, 2016, [lire en ligne]
  • Olivier Walther, « Villes-frontières et réseaux informels sahéliens (Gaya-Malanville-Kamba) », Geographica Helvetica, 2007, 1 (7), 62, cahier 1, p. 33‑42.

Liens externes[modifier | modifier le code]