Pedro Pablo Kuczynski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pedro Pablo Kuczynski
Illustration.
Pedro Pablo Kuczynski en 2016.
Fonctions
Président de la République du Pérou

(1 an, 7 mois et 23 jours)
Élection 5 juin 2016
Vice-président Martín Vizcarra
Mercedes Aráoz
Président du Conseil Fernando Zavala
Mercedes Aráoz
Prédécesseur Ollanta Humala
Successeur Martín Vizcarra
Président du Conseil des ministres du Pérou

(11 mois et 11 jours)
Président Alejandro Toledo
Gouvernement Kuczynski
Prédécesseur Carlos Ferrero Costa
Successeur Jorge del Castillo
Ministre de l'Économie et des Finances

(11 mois et 13 jours)
Président Alejandro Toledo
Prédécesseur Javier Silva Ruete (es)
Successeur Javier Silva Ruete (es)
Ministre de l'Énergie et des Mines

(2 ans et 6 jours)
Président Fernando Belaúnde Terry
Prédécesseur René Balarezo Vallebuona
Successeur Fernando Montero Aramburú
Biographie
Nom de naissance Pedro Pablo Kuczynski Godard
Date de naissance (83 ans)
Lieu de naissance Lima (Pérou)
Nationalité Péruvienne
Américaine (jusqu'en 2015)
Parti politique Péruviens pour le changement (2014-2019)
Diplômé de Université d'Oxford
Université de Princeton
Profession Économiste
Professeur
Musicien

Signature de Pedro Pablo Kuczynski

Pedro Pablo Kuczynski
Présidents du Conseil des ministres du Pérou
Présidents de la République du Pérou

Pedro Pablo Kuczynski Godard (prononcé en espagnol [ˈpe.ðɾo ˈpa.βlo ku.ˈtʃin.ski ɣo.ˈðarð][N 1]), souvent appelé par ses initiales « PPK », est un homme d'État péruvien, né le à Lima. Il est président de la République du Pérou du au .

Ministre à partir de 1980, il devient en 2005 président du Conseil des ministres, une fonction qu'il occupe pendant onze mois. Il est candidat à l'élection présidentielle de 2011, lors de laquelle il est éliminé au premier tour.

De nouveau candidat à l'élection présidentielle de 2016, sous l'étiquette du parti Péruviens pour le changement, il l'emporte au second tour face à Keiko Fujimori, avec seulement 50,1 % des suffrages exprimés.

À la fin de l’année 2017, il échappe à une procédure de destitution engagé au Congrès de la République, contrôlé par le parti fujimoriste Force populaire, après des accusations de corruption et son implication dans l'affaire Odebrecht au milieu des années 2000. Menacé par une seconde procédure de destitution, il démissionne de son mandat présidentiel à la veille du vote du Congrès. Son vice-président, Martín Vizcarra, lui succède.

En 2019, dans le cadre du scandale Odebrecht, il est arrêté plus placé en résidence surveillée.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Famille et origines[modifier | modifier le code]

Son père, Máx Hans Kuczynski, est un médecin allemand, juif, d’ascendance polonaise de Poznań, qui vint au Pérou pour fuir la montée du nazisme. Il s'installa en Amazonie péruvienne avec sa femme, Madeleine Godard, tante du réalisateur franco-suisse Jean-Luc Godard, cousin germain de Pedro Pablo Kuczynski[1]. Il y est directeur de la Léproserie San Pablo, Iquitos.

Pedro Pablo Kuczynski a la double nationalité péruvienne et américaine[2] jusqu'en , date à laquelle il renonce à la nationalité américaine[3].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Après avoir passé une partie de son enfance dans l'Amazonie péruvienne où son père travaille, Pedro Pablo Kuczynski étudie dans un internat britannique de Lima et termine ses études dans une école militaire anglaise. Il obtient une bourse pour étudier la philosophie, l'économie et la politique à l’université d'Oxford (au Royaume-Uni). Il fait ensuite des études supérieures d’économie à la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs de l’université de Princeton (aux États-Unis).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1966, il retourne au Pérou et devient conseiller économique du gouvernement démocratique de Belaúnde , ainsi que directeur de la Banque centrale du Pérou. Il est détenu puis exilé par la junte du Gouvernement révolutionnaire des forces armées après le coup d'État du .

Il voyage aux États-Unis, où il fait fortune comme banquier dans les fonds de pension[4], et devient chef de la planification et de la politique à la Banque mondiale. Il travaille entre 1977 et 1980 en Afrique de l'Ouest, dans le secteur minier et industriel.

En 2012, il estime que sa fortune est supérieure à cinq millions de dollars[5].

Ascension politique[modifier | modifier le code]

Responsabilités ministérielles[modifier | modifier le code]

En 1980, Pedro Pablo Kuczynski revient au Pérou et collabore à la campagne électorale de Fernando Belaúnde, qui le nomme ministre de l'Énergie et des Mines.

En 2001, il est nommé ministre de l'Économie et des Finances, puis président du Conseil des ministres par le président Alejandro Toledo. Il est soupçonné par les services anticorruption de l’État péruvien de trafic d'influence dans la négociation de contrats durant cette période à la tête du gouvernement[6].

Élection présidentielle de 2011[modifier | modifier le code]

Kuczynski en 2010.

Il est le candidat de l'Alianza por el Gran Cambio à l'élection présidentielle de 2011, où il arrive troisième lors du premier tour, avec 18,5 % des voix. Il est devancé par Ollanta Humala (31,7 %) et Keiko Fujimori (23,5 %), la fille de l'ancien président Alberto Fujimori[7]. Il soutient cette dernière pour le second tour[8] mais le premier l'emporte.

Élection présidentielle de 2016[modifier | modifier le code]

Pedro Pablo Kuczynski est le candidat du parti de centre droit Péruviens pour le changement à l'élection présidentielle de 2016. Il est notamment soutenu par le patronat, dont la conférence annuelle (Cade 2015) lui témoigne un taux d'approbation de 84 %, devançant nettement tous les autres candidats. En revanche, il est peu apprécié des populations indigènes pour ses déclarations racistes (il leur reprochait, en 2006, de « ne pas avoir assez d’oxygène dans le cerveau »)[8].

Les résultats le donnent vainqueur de justesse du scrutin, le , face à Keiko Fujimori, avec 50,12 %[9]. Sa victoire est proclamée seulement le [10]. Alors que sa candidature n'a guère suscité d'enthousiasme pendant la campagne, au cours de laquelle il est perçu comme le représentant de l’élite blanche et du secteur privé[11], la crainte chez beaucoup d'électeurs d'un retour au pouvoir de la famille Fujimori lui a donné un avantage décisif à la fin de la campagne. Sa campagne pourrait avoir été partiellement financée de façon frauduleuse, par l'entreprise Odebrecht[12].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Exercice du pouvoir[modifier | modifier le code]

Pedro Pablo Kuczynski en 2016.

Pedro Pablo Kuczynski prend ses fonctions le .

L'exécutif est rapidement confronté à des faits de corruption, qui provoquent la démission de trois conseillers[13],[14].

Procédures de destitution[modifier | modifier le code]

Pedro Pablo Kuczynski est lui-même mis en cause dans l'affaire de corruption Odebrecht, qui touche plusieurs pays sud-américains. Dans un premier temps, le président avait nié tout lien avec le groupe Odebrecht, mais l'entreprise a reconnu avoir versé, entre 2004 et 2014, 4,8 millions de dollars à Westfield Capital et First Capital Partners, deux sociétés de conseil liées à Kuczynski[15],[16].

Le , alors que sa cote de popularité tombe sous les 20 %, le Parlement péruvien, dominé par ses opposants, approuve l'ouverture d'un débat parlementaire sur sa destitution en raison de son enlisement dans le scandale Odebrecht[15]. Les médias et commentateurs prédisent alors sa destitution au vu du nombre de parlementaires ayant voté l'ouverture de la procédure[17]. Les études d'opinion indiquent qu'une majorité de Péruviens sont favorables à son départ[17],[18].

Pedro Pablo Kuczynski en .

Mais l'opposition échoue à réunir une majorité des deux tiers au Parlement le  : 79 parlementaires se prononcent pour la destitution, 19 votent contre et 21 s'abstiennent[17]. Ce résultat inattendu s'expliquerait notamment par la menace des deux vice-présidents, Martín Vizcarra et Mercedes Aráoz, de démissionner, ce qui aurait entraîné des élections générales anticipées et donc le risque pour les différents partis présents au Parlement de perdre les élections[17],[19].

Le , trois jours après avoir échappé à la destitution, il gracie l'ancien président Alberto Fujimori[20]. Il avait pourtant promis pendant sa campagne présidentielle de ne pas procéder à une telle grâce en cas d'élection[21]. Pour justifier sa décision, critiquée par des familles des victimes de la dictature Fujimori, il reconnaît que l'ancien président est certes responsable de répressions, mais affirme qu'il a aussi contribué à rétablir la stabilité économique et que la grâce constitue un acte de clémence à l'égard d'un homme âgé et malade[21]. Le , en réaction à cette décision, le ministre de la Culture présente sa démission et trois députés quittent le parti au pouvoir[22]. Les partis de gauche, qui se sont abstenus lors du vote sur la destitution, critiquent vivement la décision[23]. Le , dans un manifeste, quelque 230 auteurs, dont le prix Nobel de littérature 2011 Mario Vargas Llosa, dénoncent la grâce et accusent Kuczynski de l'avoir effectuée en échange de son maintien au pouvoir par l'abstention d'une partie des fujimoristes[24]. Le , c'est au tour du ministre de la Défense Jorge Nieto, issu d'un parti de gauche, de présenter sa démission[25]. Le , le juge Hugo Nuñez annule la grâce et ordonne l'arrestation de Fujimori[26]. La justice péruvienne souligne qu'un accord avait été conclu avec Kenji Fujimori, qui s'était engagé à convaincre des députés de ne pas voter la destitution du chef de l’État si celui-ci graciait son père[27],[28].

Démission[modifier | modifier le code]

Le président Kuczynski annonçant sa démission lors d'une allocution télévisée ().

Dans le cadre d'une seconde procédure de destitution, un nouveau vote visant à le destituer est prévu pour le [18]. Pedro Pablo Kuczynski, qui avait déclaré auparavant qu'une possible destitution serait un « coup d'État », déclare qu'il « n'abandonne pas […] parce que [sa] mission n'est pas terminée », puis dénonce des « injustices »[29].

Il présente finalement sa démission le [30], alors que l'opposition aurait recueilli le nombre de suffrages nécessaires à sa destitution[31]. La veille, l'opposition fujimoriste avait produit des vidéos attestant d'achats de voix lors de la première procédure[32].

Le , le Congrès accepte sa démission[33]. Le premier vice-président Martín Vizcarra lui succède.

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Au lendemain de son départ du pouvoir, le , ses résidences sont perquisitionnées et la justice lui interdit de quitter le pays[34].

Accusations de corruption et collusion[modifier | modifier le code]

Le , il est arrêté pour corruption[35], et placé en détention provisoire pour une durée de 10 jours. Une semaine plus tard, il est hospitalisé pour des problèmes de tension[36]. Le , sa détention est prolongée de trois ans[37], mais il n'est pas incarcéré. Opéré en urgence le afin de recevoir un stimulateur cardiaque, il est assigné à résidence à sa sortie de l'hôpital, le [38]. En , il est pris en charge médicale brièvement pour une arythmie cardiaque[39],[40].

En , le parquet chargé de l'opération Lava Jato exige de Pedro Pablo Kuczynski et d'autres personnalités accusées de blanchiment le versement de 4,4 millions de $ à titre de réparation civile en faveur de l'État péruvien[41]. Plus tard dans l'année, l'ex-président est accusé de collusion présumée dans le cas de la construction de la voie IIRSA Norte[42].

Pandora Papers[modifier | modifier le code]

En octobre 2021, son nom apparaît dans les Pandora Papers[43].

Le Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ) révèle qu’il a créé le 2 juillet 2004, via l’OMC Group, dans le paradis fiscal des îles Vierges britanniques, une société offshore, DAM Ltd, pour gérer deux grandes propriétés immobilières, alors qu'il était ministre de l'Économie et des Finances. DAM Ltd possède les deux propriétés de Kuczynski au Pérou, et l'ICIJ indique que l'entreprise souhaitait également fournir des services de conseil financier. Les Pandora Papers montrent aussi que l'OMC Group a fourni des services à l'entreprise par Kuczynski jusqu'en novembre 2013. Selon le département d'État chargé du dossier, DAM Ltd pourrait être « une clé » pour comprendre plusieurs affaires liées à Kuczynski car les bénéfices suspectés d'être illégaux des transactions de Kuczynski avec Odebrecht venaient justement de cette société de gestion de fonds, qui intéresse donc l'enquête de l'équipe spéciale de Lava Jato.

Au Pérou, le procureur spécial chargé de l'enquête sur l'affaire de corruption baptisée « Car Wash » annonce vouloir réinterroger Pedro Pablo Kuczynski pour clarifier le rôle de l'entreprise offshore qu'il a créée quand il était ministre de l'Économie et qu’il n’a jamais inclus dans ses déclarations de patrimoine[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Isolément, « Godard » est prononcé [ɡo.ˈðarð].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Godart qui devrait diriger le Pérou », sur Le Temps, (consulté le ).
  2. (es) El imperio de PPK « Copie archivée » (version du 23 avril 2011 sur l'Internet Archive), Diario16.pe, 20 mars 2011.
  3. (es) « Sheput muestra que PPK renunció a nacionalidad estadounidense », sur El Comercio, (consulté le ).
  4. Frédéric Faux, « Au Pérou, le front du "tout sauf Keiko" », Le Figaro, samedi 4 / dimanche 5 juin 2016, page 6.
  5. (es) « PPK: "Mi fortuna supera los 5 millones de dólares" », Diario Correo,‎ (lire en ligne)
  6. EP, « Fiscalía de Perú retoma investigaciones contra PPK », teleSUR,‎ (lire en ligne)
  7. « Pérou: Humala reste en tête, Fujimori deuxième de la présidentielle », Le Parisien, 10 avril 2011.
  8. a et b Amanda Chaparro, « Au Pérou, la droite ou la droite », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (es) «  Resultados Segunda Vuelta », El Comercio.
  10. « Pérou : la victoire de Kuczynski officiellement proclamée », Le Figaro, 12 juin 2016.
  11. Paulo A. Paranagua (Lima, envoyé spécial), « Au Pérou, Pedro Pablo Kuczynski vu comme le candidat de l’élite blanche et du secteur privé », sur Le Monde, (consulté le )
  12. « Culpan a Kuczynski de recibir dinero de Odebrecht para campaña », TeleSUR,‎ (lire en ligne)
  13. gestion.pe, « Comisión de Fiscalización visitará a PPK por caso del ex asesor Carlos Moreno », Gestion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « PPK mantiene contacto con exasesores José Labán y Jorge Villacorta », Diario Correo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. a et b « Au Pérou, la descente aux enfers du président fait craindre le retour du clan Fujimori », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Francisco JARA, « Pérou : menacé de destitution, le président Kuczynski se défend au Parlement », sur yahoo.com, Yahoo Actualités, (consulté le ).
  17. a b c et d Marie Delcas, « Pérou : le président Kuczynski évite la destitution », lemonde.fr, 22 décembre 2017.
  18. a et b « Pérou: le président Kuczynski encore menacé de destitution », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Pérou : le président Kuczynski échappe à la destitution », sur TV5MONDE (consulté le )
  20. https://www.ouest-france.fr/monde/perou/perou-alberto-fujimori-gracie-par-le-president-kuczynski-5470415
  21. a et b « Pérou: l'ex-dictateur Fujimori s'excuse, le président Kuczynski s'explique - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le )
  22. « Pérou: un ministre démissionne pour dénoncer la grâce à Fujimori », sur TV5MONDE (consulté le )
  23. « Pérou: Fujimori, une grâce qui pourrait finir en coup de grâce pour Kuczynski », sur RFI (consulté le )
  24. « Au Pérou, 230 auteurs signent un manifeste contre la grâce de l’ex-président Fujimori », sur Le Monde, (consulté le )
  25. Home, « Pérou: démission du ministre de la Défense », sur Le Figaro (consulté le )
  26. « Un juge péruvien annule la grâce accordée à l'ex-président Fujimori et ordonne son arrestation - France 24 », sur France 24 (consulté le )
  27. Christelle Guibert, « Les Fujimori. Grandeur et décadence d’une dynastie japonaise au Pérou », sur Ouest-France.fr,
  28. « Fiscalía de Perú pide 12 años de cárcel para Kenji Fujimori », sur www.telesurtv.net,
  29. « Pérou: le président Kuczynski se dit sûr d'échapper à la destitution », sur LExpress.fr (consulté le )
  30. « Pérou: proche de la destitution, le président Kuczynski démissionne », sur LExpress.fr (consulté le )
  31. « Pérou : le président Pedro Pablo Kuczynski annonce sa démission », sur Le Figaro (consulté le )
  32. « Pérou : proche de la destitution, le président Pedro Pablo Kuczynski démissionne », sur Le Monde, (consulté le )
  33. « Pérou: la démission de Kuczynski acceptée », sur Le Figaro (consulté le )
  34. « Pérou: perquisitions dans deux résidences de l'ex-président », sur L'Orient-Le Jour (consulté le )
  35. « Scandale Odebrecht : un ex-président péruvien en détention pour corruption », sur Le Figaro (consulté le )
  36. « Pérou : un ex-président hospitalisé en urgence, un autre se suicide », sur Le Figaro (consulté le )
  37. « Scandale Odebrecht : la détention de l’ex-président péruvien Pablo Kuczynski prolongée », sur Le Monde.fr (consulté le )
  38. (es) EFE, Pedro Pablo Kuczynski abandonó la clínica donde estaba internado y cumplirá arresto domiciliario en Lima, www.infobae.com, 3 mai 2019 (consulté le 13 septembre 2020)
  39. AFP, Pérou: l'ex-président Kuczynski hospitalisé, www.tgd.ch, 12 novembre 2019 (consulté le 13 septembre 2020)
  40. (es) RPP, PPK recibió el alta médica y regresó a su vivienda en San Isidro, www.rpp.pr, 17 novembre 2019 (consulté le 13 septembre 2020)
  41. (es) RPP, Procuraduría solicita pago de más de US$ 4 millones a PPK y otros por caso Odebrecht, rpp.pr, 15 janvier 2020 (consulté le 13 septembre 2020)
  42. (es) RPP, Fiscalía formalizó investigación contra PPK, René Cornejo, Juan Sheput y otros por caso IIRSA Norte, www.rpp.pr, 18 juin 2020 (consulté le 13 septembre 2020).
  43. (es) « Pedro Pablo Kuczynski, Sebastián Piñera y otros líderes latinoamericanos mencionados en investigación del ICIJ », sur elcomercio.pe, (consulté le ).
  44. (en-US) « Politicians and tax authorities across several continents launch fresh investigations after Pandora Papers » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]