Paris est une fête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paris est une fête
Auteur Ernest Hemingway
Pays États-Unis
Genre récit autobiographique
Version originale
Langue Anglais
Titre A Moveable Feast
Date de parution 1964
Version française
Traducteur Marc Saporta
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Du monde entier
Date de parution 1964
Nombre de pages 220

Paris est une fête (A Moveable Feast) est un récit autobiographique d'Ernest Hemingway publié de manière posthume en 1964 aux États-Unis et la même année en France chez Gallimard, avec une traduction de Marc Saporta.

Une édition revue et augmentée comprenant huit courts récits supplémentaires[1] est parue outre-Atlantique en 2009 et fut traduite en français en 2011, également chez Gallimard[2]. L'édition de poche de 2012 dans la collection Folio reprend le texte intégral de cette nouvelle version[3].

Historique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Il s'agit à l'origine de notes d'Hemingway oubliées en 1928 dans une malle Vuitton à l'hôtel Ritz de Paris. Retrouvées par l'auteur en 1956[4] et publiées de manière posthume en 1964[5] par sa veuve Mary, le titre A Moveable Feast fut proposé par son ami et biographe A.E. Hotchner[6],[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

Écrit entre 1957 et 1960, l'auteur y témoigne de ses premières années d'écrivain désargenté à Paris dans les années 1920. Jeune journaliste, il abandonne son travail pour essayer de vivre de son écriture. Il arrive dans la capitale française avec Hadley Richardson, sa charmante épouse ; le couple vit d'amour et de vin frais... Mais Hemingway élargit très vite ce cadre aux allures de conte bleu. Les personnages et surtout les personnalités apparaissent : on rencontre la collectionneuse Gertrude Stein qui tâche de régner en prophétesse des destinées artistiques sur le petit monde des bohèmes américains de Paris ; le poète Ezra Pound que ses enthousiasmes généreux conduisent aux pires erreurs ; ou l'écrivain américain Francis Scott Fitzgerald, fou et charmant, qui entraîne le narrateur dans un aller-retour pour Lyon aux rebondissements étonnants...

Hemingway prévient ainsi son lecteur en préambule : « Ce livre peut être tenu pour une œuvre d'imagination. Mais il est toujours possible qu'une œuvre d'imagination jette quelque lueur sur ce qui a été rapporté comme un fait. » (Préface)

Le livre déborde d'amour pour la ville de Paris vers laquelle il revint à de nombreuses reprises. C'est également un émouvant hommage à son premier amour, Hadley, qui apparaît délicieuse. Leur histoire passée est rapportée avec une belle tendresse et beaucoup de nostalgie pour cette passion exubérante et le livre se clôt sur le prélude de la rupture qui va séparer les époux.

Lieux cités[modifier | modifier le code]

Personnages cités[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Woody Allen s'est inspiré du livre Paris est une fête pour écrire le scénario du film Minuit à Paris (Midnight in Paris) sorti en 2011[7].
  • Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le livre connaît un nouveau succès de librairie ; interrogée par BFMTV, une retraitée parisienne de 77 ans, Danielle Mérian, délivre un message apaisé à la société française (« nous fraterniserons avec cinq millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment. Et nous nous battrons contre les 10 000 barbares ») et déclare que « C'est très important de voir, plusieurs fois, le livre d'Hemingway, Paris est une fête »[8]. Ses quelques phrases sont largement partagées sur les réseaux sociaux.
    Les éditions Folio Gallimard affirment alors que les ventes du livre passent de 10 exemplaires par jour avant les attentats à 500 pour atteindre 1 500 exemplaires quotidiens le 19 novembre. Le livre passe en tête des ventes en ligne[9], de nombreuses librairies sont en rupture de stock[10] et 20 000 exemplaires doivent être réimprimés[11]. Fin 2015, l'ouvrage s'écoule à 28 000 exemplaires par semaine[12] et sur l'ensemble de l'année, 125 400 exemplaires auront été vendus[13].


Hemingway à Paris en 1924

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Paris est une fête", de nouveaux morceaux d'Hemingway à découvrir, Nelly Kaprièlian, les Inrocks, 13 mai 2011
  2. Notice bibliographique Gallimard
  3. Notice bibliographique Gallimard
  4. a et b Don’t Touch ‘A Moveable Feast’, A. E. Hotchner, New York Times, 19 juillet 2009
  5. Frédéric Beigbeder, « Paris est une fête », Le Figaro Magazine, semaine du 30 décembre 2015, pages 38-43.
  6. (en) Hotchner, A.E., Papa Hemingway, New York, Random House, , p. 57
  7. Decoding Woody Allen’s Midnight in Paris, Joseph Bergermay, The New York Times, 27 mai 2011
  8. Des fleurs pour Danielle, la grand-mère que le Web rêve d'avoir, Le Monde, 17 novembre 2015 lire en ligne
  9. « Attentats à Paris : Hemingway, le symbole de la résistance face au terrorisme », telerama.fr, 19 novembre 2015
  10. Les ventes du «Paris est une fête» d'Hemingway ont décollé après les attentats, Libération du 19 novembre 2015.
  11. « Paris est une fête » en rupture de stock, Le Monde.fr du 23 novembre 2015
  12. Julie Clarini, « « Traité sur la tolérance » et « Paris est une fête », best-sellers inattendus », lemonde.fr, (consulté le 27 décembre 2015)
  13. « « Le palmarès des ventes de livres en 2015 enfin dévoilé », Le magazine littéraire, (consulté le 4 février 2016)

.