Sylvia Beach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beach.
Sylvia Beach
Sylvia Beach at Shakespeare & Co Paris 1920.jpg

James Joyce photographié avec Sylvia Beach et Adrienne Monnier au magasin Shakespeare and Company à Paris, en 1920.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Sylvia Nancy Woodbridge BeachVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Paris Rue de l Odeon 12 plaque-2.jpg

plaque commémorative

Sylvia Beach, née le 14 mars 1887 à Baltimore, Maryland et morte le 5 octobre 1962 à Paris, était une libraire et éditrice américaine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un pasteur, Sylvia Beach arrive à Paris en 1916, et devient la compagne de la libraire Adrienne Monnier.
En 1919, elle ouvre sa propre librairie « Shakespeare and co » au 8 rue Dupuytren, laquelle déménagera en mai 1921 au 12 rue de l'Odéon (Paris 6e)[2].

Sa librairie accueille alors les intellectuels américains et anglo-saxons de Paris : Man Ray, Ezra Pound, Ernest Hemingway, mais aussi français : Valery Larbaud, André Gide, Paul Valéry, Jacques Lacan

En 1922, elle publie la version originale du roman de James Joyce, Ulysse dont Adrienne Monnier publiera la première traduction française en 1929.

En 1941, elle refuse de vendre à un officier allemand le dernier exemplaire du roman de James Joyce, Finnegans Wake.

En 1943 elle est internée en tant que citoyenne américaine avec d'autres compatriotes à Vittel. Elle est libérée sur l'intervention de Jacques Benoist-Méchin, membre du gouvernement de Vichy et ultra-collaborateur, qui avait été présenté à Beach et Monnier lorsqu'il jouait dans l'orchestre de George Antheil, qui habitait au-dessus de la librairie. Adrienne Monnier dit de lui : « Aucun jeune homme ne fut autant que lui l’enfant de la maison [...] Je suis très fière de notre enfant. »[3].

Elle apparaît dans le documentaire de Jean-Marie Drot Les Heures chaudes de Montparnasse.

Ernest Hemingway lui rend longuement hommage et lui consacre un chapitre entier dans Paris est une fête.

Dans son livre Shakespeare & co, Sylvia Beach raconte ses souvenirs de cette période d'entre-deux-guerres.

Référence dans la littérature[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (avril 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

"L'Américaine Sylvia Beach , qui tenait rue de l'Odéon une librairie baptisée Shakespeare and Company, consacrée à la littérature d'avant-garde, lui avait signalé ce jeune homme comme un prometteur auteur de nouvelles. La libraire avait apprécié la critique élogieuse d'Exeter dans son journal de l'Ulysse de James Joyce, qu'elle venait de publier grâce à une vaste souscription auprès des intellectuels." in Première station avant abattoir, Romain Slocombe,Paris, Seuil, 2013 p. 57.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laure Murat, Passage de l'Odéon. Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire à Paris de l'entre-deux-guerres, Fayard, 2003
  • Sylvia Beach, Shakespeare and Company, Mercure de France, Paris, 1960.
  • Adrienne Monnier, Les Gazettes, Gallimard, Paris, 1960
  • Charles Glass, Les Américains à Paris. Vie et mort sous l'occupation nazie, Saint-Simon, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sylvia Beach | American bookstore owner », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  2. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Artistes/Femmes, femmes artistes, Éditions Hazan, Paris, 2007, page 37 avec une photo de Sylvia Beach sur le pas de sa librairie.
  3. Adrienne Monnier, Les Gazettes, Gallimard, Paris, 1960