Rue du Cardinal-Lemoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

5e arrt
Rue du Cardinal-Lemoine
Image illustrative de l’article Rue du Cardinal-Lemoine
Rue du Cardinal-Lemoine vue du carrefour avec la rue des Écoles.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Saint-Victor
Début 17, quai de la Tournelle
Fin 1, place de la Contrescarpe
Morphologie
Longueur 680 m
Largeur 12 à 20 m
Historique
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 1535
DGI 1545

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Cardinal-Lemoine
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Cardinal-Lemoine est une voie du 5e arrondissement de Paris. Elle s'étend de la Seine à la place de la Contrescarpe.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du cardinal français Jean Lemoine (1250-1313), cardinal-légat du pape Boniface VIII.

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Si la rue présente de si différents aspects, elle le doit à la réunion de trois rues ou tronçons de rues autrefois bien distincts :

Cette rue ne laisse pas deviner derrière de simples portes cochères la qualité des villas, piscines et jardins, proches et cachés des passants.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

En se déplaçant de son début, quai de la Tournelle jusqu'à la place de la Contrescarpe.

Entre la Seine et la rue des Écoles[modifier | modifier le code]

  • Au début de la rue, au coin du quai de la Tournelle, se trouve La Tour d'Argent, un restaurant renommé pour sa gastronomie française (et son canard au sang, en particulier). La vue sur la Seine et la cathédrale Notre-Dame y est exceptionnelle, depuis qu'un sixième étage avec de grandes baies vitrées a été ajouté à l'immeuble en 1936. Ce restaurant est la propriété de la famille Terrail depuis 1911.
  • No 2 : l'écrivain et poète Paul Verlaine (1844-1896) habita ici, d'août 1870 à août 1871, juste après avoir épousé sa femme Mathilde le 11 août 1870.
  • No 14 : se trouve un très bel immeuble du XVIIIe siècle.
  • No 24 : dans un bâtiment construit dans les années 1930 se trouve le collège Rognoni (appelé également « École des enfants du spectacle »). Collège atypique, il accueille moins de 250 élèves, du CM1 à la 3e, en proposant des horaires aménagés qui autorisent ces élèves sélectionnés sur concours de pratiquer une activité intensive, artistique ou sportive.
  • Situé au no 28 dans un des anciens bâtiments du collège du Cardinal-Lemoine, le Paradis latin est un cabaret de music-hall construit en 1802. La salle de 720 places a été reconstruite en 1973, selon des plans originaux de Gustave Eiffel.
  • No 30 : matériel (céramique, objets métalliques, cuirs) retrouvés dans le canal de Bièvre et ayant fait l'objet d'un inventaire avec publication[2].
  • No  30 bis (sous-sols) : restes de l'arche de l'enceinte de Philippe Auguste qui permettait à la rivière Bièvre de franchir l'enceinte pour entrer dans Paris.

Entre la rue des Écoles et la rue Monge[modifier | modifier le code]

Au no 49, l'hôtel Le Brun, où vécurent Watteau puis Buffon.
  • Au no 49 de la rue se trouve l'hôtel Le Brun. Cet hôtel particulier a été construit en 1701 par Nicolas Saint-Denis, maître-maçon, sous la direction de l'architecte Germain Boffrand, élève de Jules Hardouin-Mansart. Destiné à Charles II Le Brun, auditeur à la Cour des comptes, neveu et légataire universel du peintre Charles Le Brun, il a été construit en respectant la règle du nombre d'or de l'architecte romain Vitruve. Watteau y passa les trois dernières années de sa vie de 1718 à 1721. Buffon, intendant du Jardin du roi depuis 1739, y emménage en 1766. La façade sur cour possède un avant-corps simple avec une légère saillie. Le fronton est sculpté. Le jardin est fermé par une grille et un portail en fer forgé côté rue et par une treille sur tous ses côtés. À l'avant, il possède une belle cour pavée et à l'arrière un jardin à la française. Le bâtiment a été occupé par la direction de l'OPAC de Paris jusqu'en 2008. Les façades sur cour et sur jardin ont été inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques le 1er février 1955[3]. Actuellement, cet hôtel particulier appartient au groupe de presse De Particulier à Particulier qui a entrepris un travail de restauration des façades et de la toiture.

Entre la rue Monge et la place de la Contrescarpe[modifier | modifier le code]

  • Enceinte de Philippe Auguste. Il ne reste plus que de très courtes parties du mur d'enceinte. Celles-ci ne sont guère visibles et généralement situées dans les cours des immeubles. Tous ces murs sont classés monuments historiques depuis 1889. Ils sont visibles aux nos 17-19, 38-40-42, 48-50 et 60 à 68. Les vestiges des nos 48-50 sont visibles rue Jacques-Henri-Lartigue, nom de l'impasse débouchant sur la rue du Cardinal-Lemoine.
  • Aux nos 48 à 58, façade arrière de l'ancienne École polytechnique.
  • Situé au no 65 de la rue, le collège des Écossais est un bâtiment datant de 1662, dont la particularité est de posséder deux façades empilées l'une sur l'autre. Cette étrangeté est due à un nivellement de la rue en 1685, postérieur à la construction de l'édifice, et qui a eu pour conséquence également que la cour de l'école se trouve au premier étage du bâtiment. Les anciens bâtiments de l'École polytechnique sont occupés à présent par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, bien que l'immeuble de la rue du Cardinal-Lemoine soit en fait occupé par les centres d'études byzantines et orientales du Collège de France. L'arrière des bâtiments donnent sur la rue du Cardinal-Lemoine (nos 48 à 58).
  • Blaise Pascal vécut au no 67, y rejoignant sa sœur malade en 1662 après avoir habité rue Monsieur-le-Prince.
  • Le poète et romancier Valery Larbaud vécut au no 71 de la rue, de 1919 à 1937.

« Tel était le Paris de notre jeunesse / au temps où nous étions très pauvres et très heureux. »

  • Les passages et les cours. Dans le haut de la rue surtout se trouvent de petites maisons d'un ou deux étages avec courettes et jardins, très recherchées par les artistes d'avant-guerre. Au no 75 se trouve notamment l’Hôtel des Grandes Écoles. Menaçant ruine avant guerre, cet ancien meublé pour étudiants fauchés américains est devenu un lieu très couru du Quartier latin, avec ses vieilles cours pavées.

Voies rencontrées[modifier | modifier le code]

La rue du Cardinal-Lemoine croise les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants, c'est-à-dire depuis le quai de la Tournelle jusqu'à la place de la Contrescarpe (« g » indique que la rue se situe à gauche, « d » à droite) :

Transports[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par la ligne (M)(10) à la station Cardinal Lemoine, ainsi que par les lignes de bus RATP 89 47.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p.270.
  2. Catherine Brut, « Étude du matériel découvert dans le canal de Bièvre, 30, rue du Cardinal-Lemoine », Cahiers de la Rotonde, no 17, Paris, 1996, p. 5-33, 17 fig., 1 planche couleurs hors-texte.
  3. Notice no PA00088432, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Sur les autres projets Wikimedia :