Parc national du Cilento et du Val de Diano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les réserves naturelles et autres zones protégées image illustrant la Campanie
Cet article est une ébauche concernant les réserves naturelles et autres zones protégées et la Campanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Parc national du Cilento et du Val de Diano
Image illustrative de l'article Parc national du Cilento et du Val de Diano
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 63637
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Campania-Stemma.svgCampanie
Province Salerne
Ville proche Salerne
Coordonnées 40° 17′ 18″ nord, 15° 19′ 22″ est
Superficie 1 810,48 km2
Création 13 décembre 1991
Classement  Réserve de biosphère (1997)

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Parc national du Cilento et du Val de Diano
Parc national du Cilento et du Vallo Diano, avec les sites archéologiques de Paestum et Velia et la Chartreuse de Padula *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Campanie, Province de Salerne
Type Culturel
Critères (iii) (iv)
Superficie 1 371 ha
Numéro
d’identification
842
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1998 (22e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le parc national du Cilento et du Val de Diano est un parc national italien situé dans la province de Salerne en Campanie. Agrandi à 180 000 hectares, aujourd'hui, il correspond à la partie méridionale de la province, comprise entre la plaine du Sele au Nord, la Basilicate à l'Est et au Sud, et la mer Tyrrhénienne à l'Ouest. Il rassemble, en totalité ou en partie, les territoires de huit Comunità Montane et 80 communes.

Le site est reconnu en tant que réserve de biosphère depuis 1997[1] et il est inscrit depuis 1998 sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité[2] par l'Unesco.

Le parc[modifier | modifier le code]

Le parc est créé en 1991 avec la loi cadre du 6 décembre n. 394 (Legge Quadro sulle aree protette GU n. 292 du ).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il a un aspect essentiellement montagneux, rythmé par plusieurs vallées fluviales qui descendent vers la mer Tyrrhénienne. Son paysage culturel est caractérisé par un système d'anciennes voies de commerce importantes sur un axe est-ouest utilisé dès la préhistoire. L'organisation de son territoire conserve les traces de nombreux épisodes des civilisations qui s'y sont succédé : culture moustérienne, culture de Gaudo, culture villanovienne, colonisation grecque, empire romain, fondations religieuses et édifices médiévaux.

Le Cilento est aussi le berceau du régime méditerranéen rendu célèbre par le médecin nutritionniste américain Ancel Keys, qui dans les années 1960 séjourna 28 ans à Pollica, petit port de pêcheurs, étudiant soigneusement son modèle alimentaire à base de pâtes, d'huile d'olive, de légumes et de poissons.

En 1991, le parc est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité (avec les aires archéologiques de Paestum et Velia et la Certosa di Paluda), et depuis 1997, il est réserve de biosphère.

Géologie[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

{{..}}

Flore[modifier | modifier le code]

On dénombre dans le parc national environ 1800 plantes, dont 10 % sont en danger. Primula palinuri, élu logo du parc national, est endémique entre le Cap Palinuro et la côte Maratea. Dans les terres poussent hêtres, chênes verts, aulnes et châtaigniers.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camillo Crocamo, Le typologie di architettura rurale nel Parco Nazionale del Cilento, Vallo di Diano et Alburni, Le Microarchitetture, Tomo I, Approfondimenti, 197 p., Tomo II, Schede, 352 p., Globus snc, Vallo della Lucania (Salerno), 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]