Alberobello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alberobello
Alberobello
Vue d'Alberobello
Noms
Nom italien Alberobello
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Ville métropolitaine Provincia di Bari-Stemma.png Bari  
Code postal 70011
Code ISTAT 072003
Code cadastral A149
Préfixe tel. 080
Démographie
Gentilé alberobellesi - selvesi
Population 10 617 hab. (30-11-2019[1])
Densité 265 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 47′ 00″ nord, 17° 14′ 00″ est
Altitude Min. 428 m
Max. 428 m
Superficie 4 000 ha = 40 km2
Divers
Saint patron San Cosma et San Damiano
Fête patronale 27 septembre
Localisation
Localisation de Alberobello
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Alberobello
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Alberobello
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Alberobello
Liens
Site web http://www.comune.alberobello.ba.it/

Alberobello est une commune de la ville métropolitaine de Bari dans les Pouilles en Italie.

Description[modifier | modifier le code]

Alberobello est une petite ville située dans le Sud de l’Italie, dans la région des Pouilles (Puglia en italien), dans la vallée d’Itria.

Le Castel del Monte, tout comme la ville d’Alberobello, fait partie des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. L'église paroissiale Saint Antoine de Padoue a ses toits en forme de trulli.

Les grottes de Castellana[modifier | modifier le code]

Les grottes de Castellana s’étendent sur quelques kilomètres en traversant les villes de Cisternino, Polignano a Mare et Alberobello.

Selon des spéléologues[2], les grottes ont 90 millions d’années. Les Pouilles sont alors recouvertes par une mer antique dans laquelle on trouve de grandes colonies de mollusques et de végétaux marins.

La couche de calcaire qui s’est formée commence à forger la région des Pouilles 25 millions d’années plus tard. Les fortes précipitations dessinent une rivière souterraine dans le sous-sol qui fait fondre les couches de calcaire en créant des couloirs de plus en plus abondants.

Il y a 2,5 millions d’années, la phase d’'embellissement' des grottes commence. Le ruissellement causé par la rentrée des eaux de pluie s’affale progressivement en laissant des petits cristaux qui provoquent la croissance des stalactites et des stalagmites.

Les grottes de Castellana sont découvertes le par le géologue Franco Anelli et ensuite explorées avec Vito Materrese. L’explorateur découvre une caverne dans le noir en creusant dans la Grave. Elle est ensuite nommée « Caverne des Monuments ». A deux, ils poursuivent les travaux et descendent à 70 mètres sous terre. En creusant, les deux explorateurs découvrent une imposante caverne : La Grotte Blanche.


Les trulli[modifier | modifier le code]

Alberobello possède la particularité d'avoir des maisons faites de pierres sèches (sans mortier) et au toit en forme de cône couvert de lauses calcaires[3], notamment celles extraites lors du creusement de la citerne afférente à chaque nouveau trullo. Elles ont pour nom trulli (au singulier trullo) en italien mais casedde (au singulier casedda) en dialecte local.

On en compte environ 1 500 dans les quartiers Monti et Aia Piccola, tous deux classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elles font la renommée de ce centre urbain unique au monde. Le quartier Monti (« des Monts ») est le plus touristique de la ville. Les nombreux trulli bordant ses ruelles pentues sont pour la plupart convertis en boutiques de souvenirs et de produits artisanaux. Quant au quartier Aia Piccola (« la petite aire »), il sert encore de quartier d'habitation et échappe à l'activité commerciale liée au tourisme de masse[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Alberobello remonte à la seconde moitié du XVIe siècle. Ce petit fief alors sous le contrôle de la famille Acquaviva d'Aragon, comtes de Conversano, vit arriver des paysans qui cultivèrent la terre.

Selon la légende, les comtes permirent aux colons de construire des habitations en pierres sèches (sans mortier) afin de les démonter facilement en cas d'inspection royale. En effet, Ferdinand Ier d'Aragon, dans sa Prammatica de Baronibus, exigeait le paiement d'une taxe en cas d'édification d'habitations fixes.

En 1797, un groupe d'hommes courageux d'Alberobello, lassés de cette situation précaire, se rendirent à Taranto pour demander l'aide du roi Ferdinand IV des Bourbons qui les reçut et leur fit une promesse. Le , le roi envoya un décret affranchissant le village.

Ces explications se heurtent toutefois à un constat. Luigi Mongiello, professeur d'architecture à la Faculté d'ingénierie de Bari, fait remarquer que les trulli édifiés au début du XXe siècle, donc bien longtemps après l'édit de Gian Girolamo de Acquaviva et le décret de Ferdinand IV de Bourbon, sont construits par superposition d'assises de pierres et de lauses sans aucune trace de mortier (alors que les parements internes sont parfaitement enduits). Cela implique que l'absence de mortier dans les structures à trulli est un dogme inhérent à la tradition séculaire des artisans bâtisseurs locaux et, partant, que l'explication de « la démolition instantanée en cas d'inspection » ne tient pas[5].

La basilique des Saints Côme et Damien, construite en 1882 par l'architecte Antonio Curri sur les bases de la chapelle du XIIe siècle
En haut du quartier Monti, l'église San Antonio aux toits en forme de trulli

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie d'Alberobello repose principalement sur le tourisme.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Situé entre la place XXVII Maggio, la place Mario Pagano et la rue Larmamora, le Museo del Territorio (« le musée du Terroir »), anciennement Casa Pezzola, du nom du dernier propriétaire, occupe plusieurs trulli dont le plus ancien date du XVIIIe siècle. Il abrite des outils liés à l'agriculture et à la construction rurale, deux pièces meublées comme autrefois et des pinacles déposés du toit de trulli.
  • La chiesa di Sant'Antonio (« l'église saint Antoine »), aux toits construits en style trullo par un des derniers maîtres trullistes, date de 1926. Elle domine, au sud, la colline occupée par le Rione Monti (le « quartier des Monts »). Elle est censée avoir été édifiée pour arrêter l'avancée du prosélytisme protestant dans le quartier[4].
  • Le Trullo Sovrano (« le trullo souverain ») est le seul trullo qui se compose de deux niveaux. Il mesure 14 mètres de hauteur. Il a été transformé en petit musée des traditions populaires[4].

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Festival de la Vallée d'Itria (concerts et opéras du XVIIIe siècle) du au [6]
  • La Ghironda (festival d'art et de culture) de fin août à début septembre

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
26 mai 1998 5 novembre 2001 Angelo Panarese Parti démocrate  
5 novembre 2001 28 mai 2002 Maria Teresa Pricolo SE Commissaire extraordinaire
28 mai 2002 29 mai 2007 Bruno De Luca Parti démocrate  
29 mai 2007 22 mai 2012 Bruno De Luca Parti démocrate  
22 mai 2012 En cours Michele Maria Longo SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Coreggia

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castellana Grotte, Fasano, Locorotondo, Martina Franca, Monopoli, Mottola, Noci

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. « Grottes- origine », sur Grottes di Castellana
  3. Les trulli d'Alberobello - Site de l'UNESCO.
  4. a b et c Guide des Pouilles. Alberobello, la cité des trulli.
  5. (it) Luigi Mongiello, Genesi di un fenomeno urbano, p. 48.
  6. (it) « Festival della Valle d'Itria », sur Festival Valle d'Itria (consulté le 9 septembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (it) Site officiel de la commune d'Alberobello (avec notamment le plan de construction d'un trullo et l'explication de ses différents espaces)
  • Alberobello : Guide touristique sur les infos et adresses utiles, les événements traditionnels, les lieux à visiter, la restauration, ...