Parc et Château de Sours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Sours
Image illustrative de l'article Parc et Château de Sours
Le château.
Nom local Château de l'Aval
Type Château
Début construction XIIIe siècle
Protection Façades, toitures, boiseries  Inscrit MH (1987)
Coordonnées 48° 25′ 01″ nord, 1° 35′ 50″ est
Pays Drapeau de la France France
Département Eure-et-Loir
Commune Sours

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Château de Sours

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

(Voir situation sur carte : Eure-et-Loir)
Château de Sours

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Sours
Parc du Château de Sours
Image illustrative de l'article Parc et Château de Sours
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Sours
Quartier Parc et Château de Sours
Superficie 17 ha
Cours d'eau Retenue d'eau dite le Canal et rivière la Roguenette
Histoire
Création 1653
Caractéristiques
Type Parc boisé et paysager
Lieux d'intérêts Château du 17e, faune locale, chasse, végétation
Gestion
Fréquentation environ 5 000 visiteurs par an
Localisation
Coordonnées 48° 25′ 01″ nord, 1° 35′ 50″ est
Pour un article plus général, voir Sours.

Le parc du « château de Sours »[1], ou du « château de la Vallé » selon la carte de Cassini[2], ou du « château de l'Aval »[3] est un domaine de 17 hectares boisés et irrigués abritant un château situé sur la commune française de Sours, en Eure-et-Loir.

La construction du bâtiment actuel et l’aménagement du parc datent de 1653. Le château est inscrit depuis 1987[4] à l'inventaire de la Conservation régionale des Monuments historiques.

Il a probablement été le lieu des décisions du traité de Brétigny et fut bâti comme un grand domaine de chasse et de pêche pour les chevaliers et seigneurs de Montigny. Sa partie privée est toujours utilisée comme telle.

Son important parc, divisé en deux parties, publique et privée, est le lieu de vie d'une faune sédentaire et occasionnelle intéressante, souvent prisée des chasseurs et des pêcheurs.

Le domaine inclut une ferme, toujours en activité, exploitée par une entreprise d'agriculture céréalière.

Situation du parc[modifier | modifier le code]

Le parc est située dans la « Vallée de la Roguenette » et est traversé par cette dernière.

Il y a trois entrées publiques : l'allée du canal, par le square dédié à Dienheim, la ville jumelle, l'allée du parc (dont la porte est ancienne) et la rue Théophile-Bourgeois.

La Roguenette a deux petits affluents qui sont en fait des ruisseaux d'irrigation pour l'agriculture céréalière : le Ru de Générville et le Ru de Chandres.

Un long système d'irrigation fait de barrages et du lit aménagé de la rivière La Roguenette, affluent de l'Eure, alimente d'abord une grande retenue d'eau rectangulaire devant le château souvent appelée le canal, puis des rivières artificielles serpentant dans la partie privée du parc qui, compte tenu de sa disposition, pourrait avoir accueilli un grand jardin potager.

Les allées du château sont disposées en « étoile », une petite clairière circulaire au centre du parc est le point central où se rejoignent huit allées.

Le château est entouré de murs et d'étroites douves, ainsi que d'une grande ferme avec plusieurs dépendances.

Histoire du domaine[modifier | modifier le code]

Héraldique et toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Laval pourrait provenir du fait qu'il ait appartenu à la puissante famille de Laval. En effet, à la fin du XVe la fin du siècle, la maison de Laval a acquis un statut quasi princier, et la famille possède de vastes domaines dans le Nord-Ouest de la France. Mais le fait que les informations sur la famille de Laval soient extrêmement dispersées et que les archives de la Maison de Laval ont disparu[5] ne permettent pas de le certifier. Cependant, on sait qu'à l'époque de l'apogée des Laval, un premier château était déjà construit à l'emplacement même de celui encore debout aujourd'hui puisque ses fondations reposent sur des voûtes du XIIIe siècle.

Seconde hypothèse, son nom pourrait être l'anagramme du mot « Vallée ». Effectivement, le parc se trouve dans la « vallée de la Roguenette ».

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Charles V, dit « le Sage » qui a ratifié l'accord signé à Brétigny

On connaît peu de choses sur l'histoire du château à cette époque : un ancien château (dont l'actuel est construit sur ses ruines) existait bien à cette époque. Les voutes trapues de l'édifice datent du XIIIe siècle, c'est la trace la plus ancienne du château trouvée à ce jour.

Dans le Guide de la France templière, Alain Lameyre rapporte qu'on prétend qu'au Moyen Âge, des Templiers appartenant à l'ordre du Temple[6], vivant à la commanderie de Sours, avaient construit plusieurs gigantesques souterrains reliant le château à leur commanderie ou encore à la cathédrale de Chartres[7].

En 1360, compte-tenu de sa proximité avec le hameau de Brétigny, il a pu accueillir les plénipotentiaires du roi Édouard III d'Angleterre et ceux de Charles, fils du roi Jean II de France, qui se sont rencontrés sur la commune de Sours dans un « château près du hameau de Brétigny » où ils ont ensemble fixé les modalités du célèbre Traité de Brétigny[8]. Quelque temps après ce traité, le château aurait servi de grange. Au même moment, les agriculteurs des terres de la plaine où se situe le château (de Sours à Nogent-le-Phaye), et où avaient campé les troupes anglaises, se virent ajournés de la dîme en mémoire du traité. Ils conserveront ce privilège jusqu'à la révolution de 1789[9].

Certains déduisent par sa toponymie qu'il est possédé au XVe siècle par la Famille de Laval.

De sa proximité avec le hameau de Brétigny aussi, on peut en déduire qu'il était rattaché à la baronnie d'Auneau, puisque le secteur était sous le fief vassal de cette dernière, dirigée depuis le château de Baronville entre autres par les famille de Montescot ou encore de Lattaignant[10].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l'endroit est une seigneurie qui appartient d'abord à Philippe de Montigny : gouverneur pour sa majesté, des villes, château et citadelle de Dieppe. Il fut aussi seigneur de Montigny, Long, Longpré, Sours, Ponessant, Le verger et autres lieux. Il épouse Anne De Dangueulles. À sa mort en 1689, son fils Guillaume de Montigny, chevalier et vicomte de Dreux hérite du château[11].

En 1653, Philippe fait du site son domaine de chasse et de pêche. L'étang et le parc semblent avoir été créés pour cette utilité[8]. Il construit le château actuel sur les voûtes de l'ancien sous la forme d'un corps de logis dessiné sur le modèle d'une de ses propriétés, le château de Montigny[12], situé à Perreux dans l'Yonne, que le seigneur a construit dix ans auparavant.

La ferme du château est construite à quelques dizaines de mètres à l'est côté cour, probablement à la même époque sinon au XVIIIe.

À la fin du XVIIIe siècle, à l'époque de la Révolution française, le château est habité par des propriétaires probablement notables et influents qui aménagent et meublent le salon de façon coûteuse et remarquable. Encore utilisé comme domaine de chasse, il occupa plus une fonction de ferme à cette période. Les boiseries du salon et de la salle à manger ont probablement été réalisées par un talentueux maître-menuisier de l'époque et peut-être aussi de la région. Malheureusement, aucun renseignement n'a été publié quant à l'éventuelle présence d'une ou plusieurs estampilles sur les pièces.

À partir du XXe siècle[modifier | modifier le code]

De 1918 à 1938, sont éditées des cartes postales du château. Ce qui laisse penser qu'alors il se visite et qu'il est une attraction touristique.

En 1958, le domaine appartient au Marquis de Rozières, descendant du militaire et encyclopédiste Louis François Carlet de La Rozière. À cette époque, le site est déjà surnommé Parc du château de Sours[13].

Depuis le 15 juin 1987, certains de ces éléments sont protégés et inscrits au titre de Monuments historiques[4] :

  • Les façades ;
  • Les toitures ;
  • Les boiseries du salon et de la salle à manger.

À la fin des années 1990, les propriétaires de la partie privée du parc, du château et de la ferme, agriculteurs céréaliers, vendent le château et son parc à un particulier qui y élève des moutons.

La ferme appartient toujours aux agriculteurs et est toujours en activité[14].

Du côté public du parc, qui appartient à la commune de Sours, une partie au sud du parc a été rasée au début des années 1990 afin d'y construire le second stade de football de la ville, dit le Stabilisé. L'entretien du parc est confié aux services paysagers de la mairie de Sours.

Le Parc[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Un lièvre en période estivale
Un beau faisan, apprécié des amateurs de chasse photographique
Jeune couleuvre Natrix natrix
Le fameux "Brochet", autrefois très convoité dans le "canal" du parc du château
Une Petite Violette sur une fleur
Le Frêne élevé, certains spécimens du parc sont plusieurs fois centenaires

Dans les années 1990 et au début des années 2000, l'association Loi 1901 « Parc et Nature » harmonise et aide à l'entretien du parc.

À la fois parc public à l'est et parc privé à l'ouest, l'aménagement est différent de chaque côté. Côté public, les arbres ont été parfois replantés, certains éliminés et les plus anciens sérieusement entretenus. Les allées sont dégagées, les pelouses tondues régulièrement, la végétation élaguée et traitée. Côté privé, la partie découverte constituée d'une pelouse est broutée par les moutons. Tout le reste du parc est laissé depuis plusieurs décennies à l'état purement sauvage, sans aucune intervention humaine.

Le parc se situe dans la « vallée de la Roguenette ». Cette dernière est un petit affluent de l'Eure qui serpente le parc. C'est son eau qui se jette dans l'étang surnommé le « Canal ».

Faune[modifier | modifier le code]

Compte-tenu de la présence d'un long étang, de rivières, d'allées bien dégagées formées d'arbres souvent élagués, et dans la partie privée du parc, de végétations diverses (grands arbres, buissons, orties, mûriers sauvages, "mauvaises herbes"...) poussant sauvagement et laissées à la libre décision de la nature, une faune sédentaire peuple cet espace semi-naturel. Une bonne partie de celle-ci est prisée des chasseurs. On peut y croiser régulièrement :

À part les moutons qui appartiennent au propriétaire du château, ainsi que les chevaux de la ferme, on note aussi une faune de passage, plutôt occasionnelle et discrète. On pourra apercevoir :

L'étang surnommé le « Canal » a été autrefois un lieu de pêche privilégié. De nos jours, certaines des espèces convoitées dans l'étang font encore parfois leur apparition ou reviennent dans l'étang par le biais d'un « lâcher artificiel ». On y a déjà pêché :

Bien entendu, on trouve un grand nombre d'insectes, dont beaucoup de papillons :

Flore[modifier | modifier le code]

Parmi les espèces végétales, on trouve[15]:

Structure paysagère[modifier | modifier le code]

Les allées du parc sont disposées en « étoile », une petite clairière circulaire au centre du parc est le point central où se rejoignent huit allées partant de chaque côté du parc, sur le dessin d'une étoile. La clairière centrale est surnommée la « Lune ».

Le château (corps de logis)[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne le château lui-même, il s'agit d'un corps de logis de trois bâtiments mitoyens, reliés en forme de « L ». Le bâtiment principal est établi sur trois niveaux et un sous-sol. Son second étage est mansardé, car il est directement situé sous le toit, recouvert d'Ardoise. Chaque côté de sa largeur dispose d'une grande cheminée. L'entrée, une porte-fenêtre, surplombe la cour intérieure depuis un double escalier.

Le second bâtiment, perpendiculairement mitoyen du principal à l'est, est légèrement moins épais que ce dernier mais il est quasiment de la même hauteur. Son second étage, bien qu'équipé de hublots sur le toit, n'abrite qu'un grenier.

Le troisième logis, est une maison de maître mitoyenne au second bâtiment et poursuit parallèlement ce dernier vers l'est. Elle ne comporte qu'un rez-de-chaussée, un sous-sol et un étage mansardé par le toit. À son angle nord-est, est construite une tourelle cylindrique coiffé d'un toit pointu attenant à la maison.

Le corps complet couvre les côtés ouest et nord de la cour intérieure carrée.

La ferme du château[modifier | modifier le code]

Le domaine comprend une ferme, toujours en activité et exploitée par une entreprise d'agriculture céréalière.

Culture et événements[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, la fête du 14 juillet était célébrée dans le parc public, sur la clairière surplombant le grand étang. On pouvait y voir une représentation théâtrale de la décapitation de Louis XVI lors de la Révolution française. On donnait un feu d'artifice au-dessus de l'étang puis une soirée dansante.

Dans les années 1990, après la vente du château par les agriculteurs de la ferme, le propriétaire accueillit des « vide-grenier » sur la pelouse devant le château.

Actuellement, on peut le visiter du 25 juin au 24 septembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin de la Société des amis de Marcel Proust et des amis de Combray, no 7 à 11, p. 154
  2. http://geoportail.fr/url/7Fmggg
  3. http://www.tourisme28.com/visites/chateaux/242520-sours-chateau-de-laval
  4. a et b « Château », notice no PA00097219, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Parc et Château de Sours », dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910 [détail de l’édition], Article : « Chartrier de Laval », t. II, p. 633.
  6. Alain Lameyre dans Dailliez 1990
  7. Dailliez 1990, p. 377
  8. a et b Buchère de Lépinois 1854, p. 24
  9. V. Chevard, Histoire de Chartres et de l'ancien pays chartrain : avec une description...
  10. http://www.sours.fr/
  11. http://eric.bailly2.free.fr/spip.php?article28
  12. http://www.cc-charny.fr/villages/perr/montigny.htm
  13. https://books.google.fr/books?id=yv9cAAAAMAAJ&q=ch%C3%A2teau+de+sours&dq=ch%C3%A2teau+de+sours&hl=fr&sa=X&ei=1lvXT4boOfGR0QW0s4y6BA&ved=0CFcQ6AEwBg
  14. http://www.societe.com/societe/societe-civile-d-exploitation-de-l-aval-322415449.html
  15. http://www.google.fr/search?q=arbres+eure+et+loir&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a#hl=fr&client=firefox-a&hs=bMY&rls=org.mozilla:fr%3Aofficial&sclient=psy-ab&q=especes+d%27arbres+eure+et+loir&oq=especes+d%27arbres+eure+et+loir&aq=f&aqi=&aql=&gs_l=serp.3...6685.8134.1.8542.8.8.0.0.0.0.194.829.7j1.8.0...0.0.kJgWsZVwGBI&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.,cf.osb&fp=b40b5f1095c2070&biw=1024&bih=636

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Sours.

Personnalités liées au château[modifier | modifier le code]