Petite pervenche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vinca minor

La petite pervenche (Vinca minor L.) est une plante herbacée pérenne de la famille des Apocynacées.

Description[modifier | modifier le code]

Sur une base sarmenteuse, se forment des tiges rampantes, érigées portant des feuilles opposées, ovales, vert foncé, parcheminées, qui produisent des fleurs terminales solitaires, bleues, à 5 pétales carrés asymétriques.

Composition[modifier | modifier le code]

La plante renferme de 0.3 à 1 % d'alcaloïdes totaux. La vincamine (représente environ 10 % de ces alcaloïdes totaux) est accompagnées d'une trentaire d'autres alcaloïdes indoliques de type éburnane (vincine epivincamine, eburnamonine), de type aspidospermane et apparentés (québrachamine, vincadine, minovincine, vincadifformine), de type binaires (vinblastine) ou de type corynanthéane;

Répartition[modifier | modifier le code]

C'est une plante commune dans toutes les forêts d'Europe jusqu'au sud de la Russie.

Habitat[modifier | modifier le code]

C'est une plante des sous-bois, de haies et de parcs où elle peut se montrer envahissante.

En zone européenne tempérée, les petites pervenches seraient un bioindicateur qui signale qu'une parcelle a été autrefois cultivée, éventuellement plusieurs siècles ou millénaires auparavant. Elles renseignent donc sur la naturalité des forêts[1].

Usages[modifier | modifier le code]

Plante astringeante, diurétique, dépurative, tonique et vulnéraire. Elle est utilisée pour les troubles de la mémoire ainsi que les mains et doigts froids (Maladie de Reynaud), la mauvaise circulation artérielle dans le cerveau (ischémie cérébrale) et les troubles fonctionnels dus à l’artériosclérose, tels les vertiges et les bourdonnements d’oreilles (2) et hypertension (3). Elle aurait des vertus anti-cancéreuses ((4)(5)(6)(7)(8).


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Jean-Luc Dupouey et Étienne Dambrine dans le no 14 des Rendez-vous techniques de l’ONF (automne 2010)

(2)Tesseris J, Roggen G, Caracalos A, Triandafillou D. Effects of vincamin on cerebral metabolism. Eur Neurol. 1975;13(3):195-202.

(3)SZABO Z, NAGY Z. Experimental animal and clinical research on the antihypertensive effect of vincamin. Arzneimittelforschung. 1960 Oct;10:811-3.

(4)Long-term Efficacy of Methotrexate Plus Vinblastine/Vinorelbine in a Large Series of Patients Affected by Desmoid-Type Fibromatosis. Palassini E, Frezza AM, Mariani L, Lalli L, Colombo C, Fiore M, Messina A, Casale A, Morosi C, Collini P, Stacchiotti S, Casali PG, Gronchi A. Cancer J. 2017 Mar/Apr;23(2):86-91. doi: 10.1097/PPO.0000000000000254.

[5) In vitro characterization of transport and metabolism of the alkaloids: vincamine, vinpocetine and eburnamonine.Fandy TE, Abdallah I, Khayat M, Colby DA, Hassan HE.Cancer Chemother Pharmacol. 2016 Feb;77(2):259-67. doi: 10.1007/s00280-015-2924-3. Epub 2015 Dec 14.

(6) Therapy of desmoid tumors and fibromatosis using vinorelbine. Weiss AJ, Horowitz S, Lackman RD. Am J Clin Oncol. 1999 Apr;22(2):193-5. Erratum in: Am J Clin Oncol 1999 Jun;22(3):followi. Lackmen RD [corrected to Lackman RD].

(7) Combination chemotherapy using vinblastine and methotrexate for the treatment of progressive desmoid tumor in children. Skapek SX, Hawk BJ, Hoffer FA, Dahl GV, Granowetter L, Gebhardt MC, Ferguson WS, Grier HE.J Clin Oncol. 1998 Sep;16(9):3021-7.

(8)Vinblastine and methotrexate for desmoid fibromatosis in children: results of a Pediatric Oncology Group Phase II Trial. Skapek SX, Ferguson WS, Granowetter L, Devidas M, Perez-Atayde AR, Dehner LP, Hoffer FA, Speights R, Gebhardt MC, Dahl GV, Grier HE; Pediatric Oncology Group.J Clin Oncol. 2007 Feb 10;25(5):501-6.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :