Orsonnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Orsonnette
Orsonnette au fond de son anse.
Orsonnette au fond de son anse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Brassac-les-Mines
Commune Nonette-Orsonnette
Statut Ancienne commune
Maire délégué Jean-Pierre Gueugnot
Code postal 63340
Code commune 63266
Démographie
Population 193 hab. (2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 34″ Nord 3° 18′ 00″ Est / 45.4761, 3.3
Altitude Min. 389 m – Max. 490 m
Superficie 3,05 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Nonette-Orsonnette
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Orsonnette

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Orsonnette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Orsonnette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Orsonnette

Orsonnette (Orsonede en occitan) est une ancienne commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Le , elle devient une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Nonette-Orsonnette[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Orsonnette fait partie de la communauté de communes du Lembron Val d'Allier, s'étendant sur les terres fertiles de la Limagne d'Issoire. Sur la rive droite de l'Allier, le village niche au pied d'une anse semi-circulaire bordée au nord et à l'est par un plateau calcaire, ainsi exposé il est protégé des vents froids d'hiver. Le plateau est limité à l'ouest par le piton volcanique de Nonette. Au sud - sud-ouest du village s'étend, jusqu'au cours de l'Allier, un patchwork de parcelles cultivées. L'Allier se signale par les hautes haies qui le bordent. Les toits couverts de tuile canal et bordés par la génoise donnent à Orsonnette son aspect méditerranéen. Le village compacte s'organise autour de ruelles étroites, avec notamment d'anciennes maisons vigneronnes et des fontaines.

Avant fusion, Orsonnette est limitrophe avec cinq communes[2] :

Communes limitrophes d’Orsonnette
Nonette Orsonnette Lamontgie
Le Breuil-sur-Couze Beaulieu Auzat-la-Combelle

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 34 (liaison de Parentignat à Brassac-les-Mines) et 123 (de Nonette à Lamontgie)[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 131 logements, contre 115 en 2007. Parmi ces logements, 69,5 % étaient des résidences principales, 14,5 % des résidences secondaires et 16 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,5 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 82,4 %, en hausse sensible par rapport à 2007 (82,2 %). Il n'existait aucun logement HLM loué vide[a 2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Orsonnette faisait partie du vignoble auvergnat qui atteint son apogée à la fin du XIXe siècle. La proximité de l'Allier permettait le transport fluvial des vins vers Paris, puis en 1855, le train de la ligne des Cévennes prendra le relais. À partir de 1895 le phylloxéra signera le déclin du vignoble qui s'accentuera après la guerre de 1914-1918. Aujourd'hui encore, on trouve au hasard des chemins, quelques vignes.
  • Comme la plupart des communes auvergnates Orsonnette a été électrifié entre les années 1923 et 1931.
  • Au cours de la guerre de 1939-1945, des groupes de résistants s'étaient formés à Nonette et Orsonnette, comme en a témoigné Georges-André Winninger, résistant au maquis du Mont Mouchet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bernard Courmont    
mars 2008 décembre 2015 Jean-Pierre Gueugnot[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 193 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
282 307 297 330 346 327 323 345 352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337 327 312 288 283 287 303 285 301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280 296 282 246 220 195 197 172 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
180 164 181 177 171 206 205 212 193
2013 - - - - - - - -
193 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les habitants sont appelés des Orsonnettois ou Versounudes en langue auvergnate.

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,5 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (23,6 %) et au taux départemental (25,8 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Toutefois, le taux (50,8 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Pyramide des âges d'Orsonnette en 2012 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
90 ans ou +
4,1 
10,5 
75 à 89 ans
6,1 
15,8 
60 à 74 ans
20,4 
20 
45 à 59 ans
25,5 
23,2 
30 à 44 ans
17,3 
21,1 
15 à 29 ans
11,2 
9,5 
0 à 14 ans
15,3 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2012 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,7 
60 à 74 ans
16,2 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
17 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Orsonnette dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de Liziniat à Saint-Germain-Lembron[7], puis à Issoire, au lycée Murat pour les filières générales et STMG ou à Clermont-Ferrand, aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 29 594 €, ce qui plaçait Orsonnette au 16 572e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[9].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 133 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,7 % d'actifs dont 62,4 % ayant un emploi et 11,3 % de chômeurs[a 5].

On comptait 7 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 83, l'indicateur de concentration d'emploi est de 8,4 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait une seule exploitation agricole. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (6) et à 1988 (7)[10].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 275 hectares en 2010, dont un hectare alloué aux cultures permanentes, les surfaces allouées aux terres labourables et toujours en herbe sont soumises au secret statistique[10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Orsonnette comptait six entreprises : une dans l'industrie, une dans la construction et quatre dans le commerce, les transports et les services divers[a 7]. Aucune n'a été créée en 2014[a 8].

En outre, elle comptait autant d'établissements[a 9], sans nouvelle création[a 10].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2014 ne recense aucun commerce[11].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune ne comptait ni hôtel[a 11], camping[a 12] ou hébergement collectif[a 13] en 2015.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Petite église romane (éclairée pour Noël), dédiée à saint Laurent, classée aux monuments historiques depuis 1907.
  • Sur les pentes du plateau, on découvrira des tonnes de vignerons appelées également chabanas (cabane de berger, prononcé 'tzabone') en occitan auvergnat.
  • Ancien four à chaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2012.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T1 – Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2014.
  9. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  10. DEN T4 – Créations d'établissements par secteur d'activité en 2014.
  11. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  12. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  13. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Puy-de-Dôme, Recueil des actes administratifs - 28 août 2015 [PDF], p. 190-193, arrêté no 15-00978 du 24 août 2015 prononçant la création de la commune nouvelle "Nonette-Orsonnette".
  2. a et b Carte d'Orsonnette sur Géoportail.
  3. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  6. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », sur le site de l'Insee (consulté le 28 décembre 2015).
  7. « Sectorisation du département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 28 décembre 2015).
  8. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 10 février 2016).
  9. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  10. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Orsonnette commune », sur le site du ministère de l'Agriculture (consulté le 28 décembre 2015).
  11. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], sur le site de l'Insee,‎ .