Olga Alexandrovna de Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olga de Russie.
Olga Alexandrovna de Russie
Grande-duchesse Olga Alexandrovna de Russie.
Grande-duchesse Olga Alexandrovna de Russie.

Titre Grande-duchesse de Russie
Biographie
Dynastie Maison Romanov
Naissance
Peterhof, Russie
Décès (à 78 ans)
Cooksville, Canada
Père Alexandre III de Russie
Mère Dagmar de Danemark
Conjoint Peter Alexandrovitch d'Oldenbourg
Nikolaj Kulikovsky

Lesser CoA of the daughters of the emperor of Russia.svg

Olga Alexandrovna Romanova (en russe : О́льга Алекса́ндровна Рома́нова), grande duchesse de Russie, née le au palais du cottage à Peterhof en Russie et morte le à Cooksville (en) au Canada, est une princesse de la Maison Romanov et une artiste-peintre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fille d'Alexandre III, tsar de Russie et de Maria Fedorovna, née princesse Dagmar de Danemark, Olga est la sœur cadette de Nicolas II, dernier tsar de Russie.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Olga vit en Russie jusqu’en 1917, où elle participe à la vie à la cour sous les règnes de son père et de son frère. Elle effectue quelques voyages dont des vacances au Danemark chez ses grands-parents Christian IX et la reine Louise, un voyage en Pologne en 1894, en France en 1901 et 1907, en Angleterre en 1912 et en Autriche en 1915.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Le 27 juillet 1901, Olga épouse le prince Peter Alexandrovitch d'Oldenbourg, né le 21 novembre 1868, mort le 11 mars 1924 à Antibes, fils d’Alexandre, prince d'Oldenbourg et d'Eugenia Maximilianova, princesse Romanovsky, duchesse de Leuchtenberg. Le mariage est dissous le 16 octobre 1916.

Olga se remarie dès le 17 novembre 1916 à Kiev avec le colonel de la garde des cuirassiers impériaux, Nikolaï Koulikovsky, né le 15 novembre 1882 à Estratovska, mort le 11 août 1958 à Cooksville au Canada. De ce mariage, sont nés deux fils, Tikhon (1917-1993) et Gouri (1919-1983).

Exil[modifier | modifier le code]

La grande-duchesse Olga Alexandrovna de Russie

La révolution de 1917 pousse l'impératrice-mère Maria Fedorovna, sa fille la princesse Olga et sa famille à fuir Saint-Pétersbourg par train spécial pour la Crimée où ils sont rejoints par la grande-duchesse Xenia, sœur d'Olga, et d'autres membres de la famille. Installée près de Yalta, Olga met au monde son fils Tikhon en août 1917. Refusant de quitter la Russie, elle et son mari décident de partir pour le Caucase où naît leur second fils Gouri en avril 1919. Quelques mois plus tard, ils parviennent à s'échapper et, à la suite d'un long périple, arrivent au Danemark où Olga retrouve sa mère.

Après une première étape au palais royal d'Amalienborg à Copenhague, ils s'installent à une trentaine de kilomètres de la capitale, au château de Hvidøre à Klampenborg, que l’impératrice Maria Fedorovna avait acheté avec sa sœur Alexandra d’Angleterre en 1907.

Après la mort de l'impératrice-mère en 1928, Olga déménage avec sa famille à Rygaard, près de Gammel Holte (à quelques kilomètres de Copenhague, mais un endroit considéré comme rural à cette époque) dans un domaine rural appartenant à un ami nommé Gorm Rasmussen.

En 1930, la famille devient propriétaire de Knudsminde, une ferme située à Ballerup, à une trentaine de kilomètres de Copenhague, où ils s'installent comme propriétaires fermiers. Leurs fils Tikhon et Gouri font tous deux carrière dans l’armée danoise, l'aîné comme lieutenant capitaine de la Garde de sa Majesté, et le cadet comme lieutenant capitaine dans le régiment de hussards de la Garde royale danoise. Ils se marient tous les deux avec des jeunes femmes de leur région.

Nikolaï s’occupe des affaires de la ferme pendant qu’Olga se consacre entièrement à ses arts. Devenue un peintre assez populaire, elle expose régulièrement et avec succès. Elle compte de nombreux amis parmi les artistes de l’époque comme les peintres, Peder Mørk Mønsted et Ole Søndergaard ainsi que son fils le sculpteur Ole Søndergaard.

En 1948, la famille décide de s'installer au Canada pour des raisons de sécurité. Olga continua de peindre après son installation à Cooksville, dans l'Ontario, où elle réside jusqu'à sa mort. Elle est enterrée au York Cemetery à Toronto.

Carrière de peintre[modifier | modifier le code]

La seule toile d'Olga Alexandrovna de Russie, conservée au musée historique d'État de Moscou.

Éducation artistique[modifier | modifier le code]

À Saint-Pétersbourg, Vladislav Kournakovitch est son professeur de violon et le peintre paysagiste Stanislas Joukovski son professeur de peinture. Né en 1873, ce dernier est représenté au musée de Saint-Pétersbourg et à la galerie Tretiakov. Il participe le 15 janvier 1927 à l'association « Frie Udstilling »[1] à Copenhague.

Style[modifier | modifier le code]

Le style d'Olga est d’un traditionalisme naturaliste qui peut paraître a priori un peu « sec », mais ses aquarelles surtout, sont d’un niveau artisanal remarquable.
Elle excelle aussi dans la peinture sur porcelaine, une discipline où elle enseigne également.

Expositions[modifier | modifier le code]

Elle expose notamment à Charlottenborg, au Danemark, aux printemps 1932-33, 1945 et 1947-48, ainsi qu'à une exposition d’art à Copenhague en 1948 et à la galerie Richard W. Pedersen à Copenhague en 1953, 1956, 1958 et 1959. Ses œuvres font également l'objet de présentations au Canada, en Angleterre, en Allemagne et en France.

Depuis le 24 octobre 1996, le musée régional de Ballerup présente une exposition permanente d'une centaine de ses tableaux.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Illustration de livres : Otto Schrayhs Histoire des trois ours, 1924 et un roman d'Emil Rasmussen, Le Sang polonais, 1943.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Den Frie Udstilling est une association d’artistes danois fondée en 1891 pour protester contre les conditions de participation aux expositions de Charlottenborg sur le modèle du « Salon des refusés » français. Le peintre danois Johan Rohde fut le responsable principal de l'initiative qui regroupa entre autres : J.F Willumsen, Anne Marie Carl-Nielsen,Vilhelm Hammershøi, le couple Harald Slott-Møller et Agnes Slott-Møller, Christian Mourier-Petersen et Malte Engelsted. La première exposition rassembla des noms comme ceux de : P.S. Krøyer, Julius Paulsen et Kristian Zahrtmann.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Musée de Ballerup au Danemark
  • Nicolas II de Russie, le dernier tsar, biographie d'Henri Troyat, Éditions Flammarion, 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]