Nicolas Gob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gob (homonymie).
Nicolas Gob
Description de l'image Nicolas gob (1).jpg.
Naissance (35 ans)
Drapeau de la Belgique Bruxelles, Belgique
Nationalité Belge
Profession Acteur
Films notables Sa raison d'être
Un amour à taire
La Belle et la Bête
Séries notables L'Art du crime
Chefs
Un village français
Les Bleus, premiers pas dans la police

Nicolas Gob est un acteur belge, né à Bruxelles, le .

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

À son adolescence, il voulait devenir joueur de tennis professionnel et a pratiqué le tennis à haut niveau. À 17 ans, Nicolas présente les examens d’entrée à l’école d’acteurs Parallax.

Carrière de comédien[modifier | modifier le code]

Nicolas Gob s'est fait connaître en 2005 grâce au téléfilm de Christian Faure, Un amour à taire, dans lequel il donnait la réplique à Jérémie Rénier. Il jouait le rôle de Jacques Lavandier, un homme qui, par jalousie, dénonce son frère à la Gestapo[1]. Grâce à ce rôle, il décroche le prix du jeune espoir masculin au Festival des créations télévisuelles de Luchon, en 2005. Ce festival le récompensera encore trois ans plus tard pour Sa raison d'être, un rôle aux côtés de Michaël Cohen pour lequel il a dû perdre 15 kilos[2].

Il décroche ensuite des rôles dans plusieurs séries. Sur M6, il joue dans Les Bleus, premiers pas dans la police diffusée entre 2006 et 2010. Il y incarne Kevin Laporte, un jeune policier homosexuel, dans une brigade composée notamment de Raphaël Lenglet, Mhamed Arezki, Clémentine Célarié et Élodie Yung[2]. De 2009 à 2016, il tient le rôle de Jean Marchetti, flic des RG sans scrupules, dans Un village français. Il incarne également des personnages récurrents et principaux dans plusieurs séries télévisées telles que Merci, les enfants vont bien, Chefs ou L'Art du crime.

Il participe également à de nombreux téléfilms unitaires et plusieurs longs métrages pour le cinéma.

Filmographie[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • Séance du soir de N. Benzekri
  • Les empailles ou l'ami de Fred de D. Nollet
  • La crise de M. Donk
  • La Boîte à musique de Fred Brival
  • Waterloo de Benjamin Viré
  • Si gentil de Christophe De Groef et Christian Mahieu
  • L'homme aux pieds enflés de Guillaume Grélardon
  • Le Nouveau de Myriam Wallaert

Récompenses et Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix du jeune espoir - Festival de Luchon 2004 (pour le rôle de Lucas Danjou dans Procès de famille)
  • Prix du jeune espoir - Festival de Luchon 2005 (pour le rôle de Jacques Lavandier dans Un amour à taire)
  • Prix d'interprétation masculine - Festival de Luchon 2008 (pour le rôle de Bruno Maubranche dans Sa raison d'être)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Dague, « Nicolas Gob, corps d'athlète et cœur sensible », sur Le Parisien, (consulté le 6 février 2018).
  2. a et b Laurence Gallois, « Cinq infos sur… Nicolas Gob (Un village français sur France 3) », sur Télé 2 semaines, (consulté le 6 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]