NGC 4147

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 4147
Image illustrative de l’article NGC 4147
NGC 4147 par le télescope spatial Hubble.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Chevelure de Bérénice
Ascension droite (α) 12h 10m 06,149s[1]
Déclinaison (δ) +18° 10′ 31,78″ [1]
Magnitude apparente (V) +10.74
Dimensions apparentes (V) 1.730×1.592′

Localisation dans la constellation : Chevelure de Bérénice

(Voir situation dans la constellation : Chevelure de Bérénice)
Coma Berenices IAU.svg
Astrométrie
Distance environ 19 kpc (∼62 000 a.l.)[2]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas globulaire
Masse 37 200 M[3]
Dimensions 6.6′[4]
Âge ~14×109 a[5]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel
Date
Désignation(s) NGC 4147
Liste des amas globulaires

NGC 4147 est un amas globulaire situé dans la constellation boréale de la Chevelure de Bérénice. Il a été découvert par l'astronome anglais William Herschel le , qui le décrivit comme un objet « très lumineux, plutôt large, [devenant] progressivement plus brillant au milieu »[6],[5]. Sa magnitude apparente est de 10,7[7]. Il est situé à environ 19 kpc (∼62 000 a.l.)[2] du Soleil, à une latitude galactique élevée de 77.2°[4].

C'est un amas globulaire relativement petit, et qui est classé 112e en luminosité parmi la population d'amas globulaires de la Voie Lactée. Il est considéré comme un amas de type Oosterhoff I (OoI), bien qu'il ait une métallicité relativement faible. En fait, sa métallicité est la plus basse parmi tous les amas de type OoI connus. Il possède 19 étoiles variables candidates de type RR Lyrae et un grand nombre de 23 traînardes bleues. Ces dernières sont présentes en plus grande proportion vers le cœur, dense, de l'amas, ce qui est cohérent avec l'idée selon laquelle les traînardes bleues seraient issues de fusions d'étoiles[2],[8].

L'amas est distant de 21,6 ± 2,3 kpc (∼70 500 a.l.) du centre galactique[4], et il est relativement isolé des autres amas globulaires de la galaxie[2]. La position de l'amas en fait un candidat qui serait associé au courant du Sagittaire, et il pourrait ainsi avoir été capturé par la Voie lactée après avoir séparé de la galaxie naine du Sagittaire[4]. Une carte du contour de l'amas montre des bras de marée en forme de S qui s'étirent au nord et au sud jusqu'à plusieurs rayons de marée de l'amas. De telles caractéristiques sont prédites pour les amas globulaires qui suivent des orbites elliptiques et qui sont proche de leur apogalacticon[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) M. F. Skrutskie et al., « The Two Micron All Sky Survey (2MASS) », The Astrophysical Journal, vol. 131, no 2,‎ , p. 1163–1183 (DOI 10.1086/498708, Bibcode 2006AJ....131.1163S)
  2. a b c et d (en) Peter B. Stetson, M. Catelan et Horace A. Smith, « Homogeneous Photometry. V. The Globular Cluster NGC 4147 », The Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 117, no 838,‎ , p. 1325–1361 (DOI 10.1086/497302, Bibcode 2005PASP..117.1325S, arXiv astro-ph/0508650)
  3. (en) Brian Kimmig et al., « Measuring Consistent Masses for 25 Milky Way Globular Clusters », The Astronomical Journal, vol. 149, no 2,‎ , p. 15 (DOI 10.1088/0004-6256/149/2/53, Bibcode 2015AJ....149...53K, arXiv 1411.1763)
  4. a b c et d (en) Julio A. Carballo-Bello et al., « A search for stellar tidal debris of defunct dwarf galaxies around globular clusters in the inner Galactic halo », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 445,‎ , p. 2971–2993 (DOI 10.1093/mnras/stu1949, Bibcode 2014MNRAS.445.2971C, arXiv 1409.7390)
  5. a et b (en) Stephen James O'Meara, Deep-Sky Companions: The Secret Deep, vol. 4, Cambridge University Press, , 225–228 p. (ISBN 978-1139500074, lire en ligne)
  6. « very bright, pretty large, gradually brighter in the middle »
  7. (en) Emanuele Dalessandro et al., « Ultraviolet Properties of Galactic Globular Clusters with Galex. II. Integrated Colors », The Astronomical Journal, vol. 144,‎ , p. 13 (DOI 10.1088/0004-6256/144/5/126, Bibcode 2012AJ....144..126D, arXiv 1208.5698)
  8. (en) A. Arellano Ferro et al., « CCD Photometry of the RR Lyrae Stars in NGC4147 », Revista Mexicana de Astronomía y Astrofísica, vol. 40,‎ , p. 209–221 (2004) (Bibcode 2004RMxAA..40..209A)
  9. (en) K. Jordi et E. K. Grebel, « Search for extratidal features around 17 globular clusters in the Sloan Digital Sky Survey », Astronomy and Astrophysics, vol. 522,‎ , p. 23 (DOI 10.1051/0004-6361/201014392, Bibcode 2010A&A...522A..71J, arXiv 1008.2966)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 4139  •  NGC 4140  •  NGC 4141  •  NGC 4142  •  NGC 4143  •  NGC 4144  •  NGC 4145  •  NGC 4146  •  NGC 4147  •  NGC 4148  •  NGC 4149  •  NGC 4150  •  NGC 4151  •  NGC 4152  •  NGC 4153  •  NGC 4154  •  NGC 4155