Galaxies des Antennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis NGC 4038)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Galaxies des Antennes
Image illustrative de l’article Galaxies des Antennes
La galaxie des Antennes,
NGC 4038 et NGC 4039.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Corbeau
Ascension droite (α) 12h 01m 53,0s[1]
Déclinaison (δ) −18° 52′ 03″ [1]
Magnitude apparente (V) 10,3[2]
10,9 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 12,20 & 12,17 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 3,4 × 1,7 & 3,3 × 1,7[2]
Décalage vers le rouge 0,005477 ± 0,000040[1]
Angle de position 94° & 55°[2]

Localisation dans la constellation : Corbeau

(Voir situation dans la constellation : Corbeau)
Corvus IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 642 ± 12 km/s[3]
Distance 22,9 ± 1,7 Mpc (∼74,7 millions d'a.l.)[4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SB(s)m pec[1],[5] SBm[2]
SA(s)m pec[6],[5]
Dimensions 74 000 a.l. et 72 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[5]
Date [5]
Désignation(s) PGC 37967
ESO 572-47
UGCA 264
MCG -3-31-14
Arp 244
VV 245 [2]
Caldwell 60
Liste des galaxies spirales

Les galaxies des Antennes (NGC 4038 / NGC 4039 et aussi Caldwell 60 / Caldwell 61) sont une paire de galaxies en interaction située à environ 75 millions d'années-lumière dans la constellation du Corbeau. Les deux galaxies de la paire sont de type magellanique. NGC 4038 est une galaxie spirale barrée (SB(s)m pec)[1],[5] et NGC 4039 est une spirale ordinaire (SA(s)m pec)[6],[5]. Cette paire a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1785.

Note : les données de NGC 4038 apparaissent en premier dans l'encadré. S'il n'y a qu'une données, c'est celle de NGC 4038.

La classe de luminosité de NGC 4038 est V et elle présente une large raie HI[1]. Celle de NGC 4039 est aussi V, mais elle n'a pas de raie HI. Par contre, NGC 4039 est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés, et c'est aussi une galaxie à sursaut de formation d'étoiles[6].

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 21,056 ± 3,941 Mpc (∼68,7 millions d'a.l.) pour NGC 4038[8] et de 20,943 ± 4,484 Mpc (∼68,3 millions d'a.l.) pour NGC 4039[9]. Ces deux mesures sont en excellent accord avec les distances calculées en employant la valeur du décalage[4].

Une collision galactique[modifier | modifier le code]

Les galaxies des Antennes sont le résultat d'une collision galactique. Situées dans le groupe de NGC 4038 avec au moins 26 autres galaxies, ces deux galaxies sont connues sous le nom d'« Antennes » parce que les deux grandes excroissances formées d'étoiles de gaz et de poussières éjectés hors de leur galaxie lors de la collision ressemblent aux antennes d'un insecte. Les noyaux des deux galaxies sont en train de fusionner lentement et de devenir une unique galaxie.

Dans plusieurs millions d'années, les noyaux galactiques de NGC 4038 et NGC 4039 entreront en collision, devenant un noyau simple entouré d'étoiles, de gaz et de poussière. Certaines observations et simulations suggèrent que ces galaxies fusionneront finalement en galaxie elliptique[10].
Cela arrivera probablement aussi à la Voie lactée lorsqu'elle entrera en collision avec la galaxie d'Andromède.

Supernova[modifier | modifier le code]

Cinq supernovas ont été découvertes dans les galaxies des Antennes : SN 1921A, SN 1974E, SN 2004gt, SN 2007sr et SN 2013dk.

SN 1921A[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte par Edwin Hubble le 1er mars 1921. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[11].

SN 1974E[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte par l'astronome hongrois Miklós Lovas le 21 mars 1974. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[12].

SN 2004gt[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte par l'astronome amateur sud africain Berto Monard (it)[13]. le 12 décembre 2004. Cette supernova était de type Ic[14].

SN 2007sr[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 18 décembre 2007 dans le cadre du programme CRTS (Catalina Real-Time Transient Survey) de l'institut Caltech. Cette supernova était de type Ia[15].

SN 2013dk[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 22 juin 2013 dans le cadre du programme de recherche de supernovas CHASE (CHilean Automatic Supernova sEarch). Cette supernova était de type Ic[16].

Groupe de NGC 4038[modifier | modifier le code]

Selon A.M. Garcia, les galaxies NGC 4038 et NGC 4039 font partie d'un groupe de galaxies qui compte au moins 27 membres, le groupe de NGC 4038. Les autres membres du New General Catalogue du groupe sont NGC 3955, NGC 3956, NGC 3957, NGC 3981, NGC 4024, NGC 4027, NGC 4033, NGC 4035, ainsi que NGC 4050[17].

Le groupe de NGC 4038 fait partie du superamas de la Vierge aussi appelé le Superamas local[18],[19].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 4038 (consulté le 22 avril 2020)
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 4000 à 4099 »
  3. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  4. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  5. a b c d e et f (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 22 avril 2020)
  6. a b et c (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 4039 (consulté le 22 avril 2020)
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 22 avril 2020)
  9. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 22 avril 2020)
  10. (en) J. E. Barnes, L. Hernquist, « Dynamics of interacting galaxies », Annual Review of Astronomy and Astrophysics, vol. 30,‎ , p. 705-742 (lire en ligne)
  11. (en) « Other Supernovae images » (consulté le 22 avril 2020)
  12. (en) « Other Supernovae images » (consulté le 22 avril 2020)
  13. (en) « Berto Monard awarded 2004 Gill Medal » (consulté le 30 mars 2020)
  14. (en) « Bright Supernovae - 2004 » (consulté le 22 avril 2020)
  15. (en) « Bright Supernovae - 2007 » (consulté le 22 avril 2020)
  16. (en) « Bright Supernovae - 2013 » (consulté le 22 avril 2020)
  17. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  18. (en) P. Fouque, E. Gourgoulhon, P. Chamaraux, G. Paturel, « Groups of galaxies within 80 Mpc. II - The catalogue of groups and group members », Astronomy and Astrophysics Supplement, vol. 93,‎ , p. 211-233 (Bibcode 1992A&AS...93..211F, lire en ligne)
  19. (en) Tully, R.B., « The Local Supercluster », Astrophysical Journal, vol. 257,‎ , p. 389-422 (DOI 10.1086/159999, Bibcode 1982ApJ...257..389T, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 4030  •  NGC 4031  •  NGC 4032  •  NGC 4033  •  NGC 4034  •  NGC 4035  •  NGC 4036  •  NGC 4037  •  NGC 4038  •  NGC 4039  •  NGC 4040  •  NGC 4041  •  NGC 4042  •  NGC 4043  •  NGC 4044  •  NGC 4045  •  NGC 4046