Nèfle du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie « Bibasse » redirige ici. Pour l’article homophone, voir BIBAS.
Ne doit pas être confondu avec Nèfle.
Nèfles du Japon.

La nèfle du Japon, bibace, ou bibasse, est le fruit du Néflier du Japon (Eriobotrya japonica).

Description[modifier | modifier le code]

C'est un fruit charnu de taille moyenne, de 3 à 7 cm de long, de forme générale ovoïde, à peau lisse, légèrement duvetée, un peu résistante, de couleur jaune orangé à maturité. La chair est très juteuse, fraîche, de saveur légèrement acidulée et de couleur variant du blanc à l'orangé. Sur le plan botanique c'est une baie.

Il contient des noyaux, en réalité des pépins assez volumineux, au nombre de 4 à 5, parfois moins du fait de l'avortement de certains ovules.[réf. nécessaire] Ces noyaux contiennent de l'acide cyanhydrique[1].

Les nèfles du Japon arrivent à maturité au printemps. Les arbres fleurissant en hiver, la maturation intervient au printemps plus ou moins tôt. En mars-avril au Maghreb, en mai-juin dans le sud de la France.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le fruit[modifier | modifier le code]

Il peut se consommer nature, ou en salade de fruits. On peut l'utiliser pour préparer des pâtisseries ou des confitures.

Les Mauriciens utilisent aussi les bibasses pour préparer des achards. Dans ce dernier cas, il ne faut pas les utiliser trop mûrs. À la Réunion, il est communément utilisé pour faire de la confiture, de la gelée ou du punch.

Le noyau[modifier | modifier le code]

Comme les autres pépins de fruits des Rosaceae, les noyaux doivent leur amertume à l'amygdaline (hétéroside cyanogénétique) dont la toxicité est établie à des seuils relativement faibles [2] qui lui vaut d'être classé comme "très toxique pouvant être mortel" par l'Université de Californie à Davis [3].

Certaines préparations de rhum arrangé, du rhum-bibase, utilisent ces noyaux en petite quantité, grillés ils seraient un substitut au café, on les utilise pour faire des liqueurs ou des gelées amères[4] comme ceux des amandes. Des propriétés pharmacologiques sont démontrées chez le rat : anti glycémiques [5], limite le stress oxydatif rénal du à l'adriamycine [6]

Pour la santé[modifier | modifier le code]

Nèfle du Japon
(valeur nutritive pour 100 g)

eau : 87 % matières azotées : ?? % mat. hydrocarbonées : ?? % cendres totales : ?? g
fibres : ?? g valeur énergétique : 47 kcal
protéines: 0,43 g lipides: 0,2 g glucides: 12,1 g sucres simples : ?? g
Sels minéraux & oligo-éléments
potassium : 266 mg phosphore : 27 mg calcium : 16 mg magnésium : 13 mg
sodium : 1 mg fer : 0,28 mg zinc : 50 µg cuivre : 40 µg
Manganèse : 148 µg Sélénium : 0,6 µg
vitamines
vitamine C : 1 mg vitamine B1 : 19 µg vitamine B2 : 24 µg B3/PP/Niacine : 180 µg
vitamine B5 : ?? µg vitamine B6 : ?? µg vitamine B9 : ?? µg vitamine B12 : ?? µg
vitamine A : ?? µg rétinol : ?? µg vitamine E : ?? µg vitamine K : ?? µg
acides gras
saturés : 0,04 g mono-insaturés : 0,008 g poly-insaturés : 0,091 g cholestérol : 0 mg

Les noms des nèfles et de leurs cousines[modifier | modifier le code]

En Afrique du nord, la nèfle du Japon a, selon les régions, des noms divers :au Maroc « Mzah » en Algérie « Molèsse » ou « Mouz » autre part, « mchimcha », « zaârour ». Ce dernier terme désigne la nèfle du Japon mais aussi, de façon générique, plusieurs petits fruits charnus dont deux ont, en français, des noms qui dérivent du nom arabe « zaârour » : l'« azérole » des forêts tempérées, et l'« acerola », des forêts équatoriales. En Tunisie, la nèfle du Japon s'appelle « Bousaâ ». À Madagascar, on appelle ce fruit « pibasy ». En Grèce, il s'appelle « mousmoulo » (μούσμουλο). [réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Le régal végétal: plantes sauvages comestibles, Editions Ellebore, , 527 p. (ISBN 978-2-8698-5184-9, présentation en ligne), p. 238
  2. Comité Scientifique de l’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, Avis rapide 11 2016 - Proposition d’une limite d’action pour l’acide cyanhydrique dans les amandes d’abricot amères et douces, Bruxelles, Scicom, (lire en ligne)
  3. (en) University of California, Davis;, Safe and Poisonous Garden Plants, Davis CA, (lire en ligne)
  4. Centre de recherche sur l'Extrême-Orient de Paris-Sorbonne, Savourer, goûter, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 9782840500490, lire en ligne)
  5. (en) « Hypoglycemic Activity of Eriobotrya japonica Seeds in Type 2 Diabetic Rats and Mice (PDF Download Available) », sur ResearchGate (consulté le 1er février 2017)
  6. Atsuhide Hamada, Saburo Yoshioka, Daisuke Takuma et Junko Yokota, « The effect of Eriobotrya japonica seed extract on oxidative stress in adriamycin-induced nephropathy in rats », Biological & Pharmaceutical Bulletin, vol. 27, no 12,‎ , p. 1961–1964 (ISSN 0918-6158, PMID 15577213, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]