Mothern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mothern
Mothern
L'église.
Blason de Mothern
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine du Rhin
Maire
Mandat
Isabelle Schmaltz
2020-2026
Code postal 67470
Code commune 67305
Démographie
Gentilé Mothernois(oises)
Population
municipale
1 955 hab. (2019 en diminution de 2,83 % par rapport à 2013)
Densité 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 59″ nord, 8° 09′ 17″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 172 m
Superficie 10,3 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Mothern
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Wissembourg
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mothern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mothern
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Mothern
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Mothern

Mothern est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mothern est située non loin du Rhin dans l'extrémité nord-est de l'Alsace. La frontière allemande, par la route de Lauterbourg, se trouve à 6 km. Le village est composé de deux parties contigües : le Haut-Village et le Bas-Village. Le second se trouve sur l'ancien lit du Rhin avant qu'il ne soit canalisé tandis que le premier occupe la colline qui domine la plaine d'une trentaine de mètres. Le ruisseau Kabach emprunte le vallon du Hundsaecker, entre le Dasselberg (143 m) et le Meisterberg (158 m) pour se déverser directement dans le Rhin au niveau du port de Lauterbourg.

La commune se trouve au carrefour de la route départementale 89 sur un axe nord-ouest/sud-est et de la RD 248 qui mène à Lauterbourg au nord-est et à Seltz au sud-ouest. Elle est une étape sur la Véloroute Rhin EV 15 (1 320 km) qui relie la source du Rhin, située à Andermatt en Suisse, à son embouchure à Rotterdam. La ligne TER Strasbourg - Lauterbourg offre également un accès ferroviaire au village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mothern est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].Elle appartient à l'unité urbaine de Mothern, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 2 769 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (67,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,4 %), forêts (21,2 %), zones urbanisées (10,4 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), prairies (3,6 %), eaux continentales[Note 2] (2,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Mothern est mentionné pour la première fois en 878. C'est en cette année que Charles le Gros et Louis le Jeune s'y rencontrèrent pour fixer un rendez-vous avec le roi Louis III de France.

Son orthographe varia successivement au cours des siècles : tout d'abord orthographié Matra, il se déclinera plus tard en Motern, Mathern, Moderen (qui s'apparente à la prononciation alsacienne du village « Modere ») puis finalement Mothern.

L'ancien maire de Mothern Antoine Meyer confie lors d'un reportage que cette dénomination peut venir de "Mutter" (mère), qui évoque les déesses-mères gallo-romaines, ou encore de la Moder, rivière qui se jetait autrefois dans le Rhin situé bien plus au nord qu'actuellement[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vie des habitants de Mothern a de tout temps été fortement influencée par la présence du Rhin qui, avant d'être canalisé, était fort capricieux et détruisait souvent tout sur son passage.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les habitants ont été évacués vers Bussière-Poitevine en Nouvelle-Aquitaine (anciennement Limousin) ; depuis, les deux communes sont jumelées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Mairie.
Blason de Mothern

Les armes de Mothern se blasonnent ainsi :
« D'argent à l'échelle de trois échelons de sable, posée en barre. »[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Gilles Meyer    
Joseph Fritz    
Alphonse Gerhard (1891-1983)    
Marcel Hiegel (1911-1984)    
Alfred Meyer    
Antoine Meyer (1939- ) UMP Retraité de l'enseignement, maire honoraire
Marie-Bernadette Butzerin (1958- ) DVD-LR Vice-présidente de la CCPSS (2008 → 2013)
Vice-présidente de la CCPR (2014 → 2020)
En cours Isabelle Schmaltz[13] (1973- )   Employée commerciale, ancienne adjointe
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2019, la commune comptait 1 955 habitants[Note 3], en diminution de 2,83 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4506131 1301 3351 4821 4601 5161 6311 707
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 5081 5311 5111 4441 4271 3381 2491 1951 194
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1931 2371 2951 2931 2851 3051 3241 3051 323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 5051 5211 6211 6101 7211 9332 0152 0392 012
2018 2019 - - - - - - -
1 9781 955-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Mothern dispose des infrastructures sportives suivantes :

  • ACDM (Association des chiens de défense Mothern)[18]
  • Amicale de la course populaire[19]
  • Association des Pêcheurs[19]
  • Badminton Club
  • Club d'aéromodélisme [20]
  • Club de football FCM (Football Club Mothern), en entente depuis 2005 avec le village voisin de Munchhausen, sous le nom EMM[21]
  • Club de gymnastique
  • Les Amis de la marche et de la pétanque
  • Mother'n Dancers[22]
  • Moto-club[23]
  • TCM (Tennis Club de Mothern)

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Amicale des sapeurs pompiers
  • Association du Cercle d'Histoire[24]
  • Association « Les Petites Canailles »
  • Chorale Cécilia
  • Chorale Sainte-Cécile
  • Comité des fêtes
  • Harmonie Sainte-Cécile
  • Les amis de la Wacht
  • Union Nationale des Anciens Combattants de Mothern

Carnaval[modifier | modifier le code]

Le traditionnel "bayass" ouvre la cavalcade.
Le traditionnel « bayass » ouvre la cavalcade.
Masques et tenues traditionnelles des "Fosenochtbutze"
Tenues et masques traditionnels des « Fasenachtbutze ».

Dans le village, le début d’année civile est fortement marqué par le carnaval.

La naissance du carnaval mothernois se situe au début du XXe siècle, lorsque les bateliers du Rhin, inspirés par le folklore carnavalesques de villes comme Mayence, Cologne ou Rotterdam, importèrent cette tradition. Dans l’entre-deux guerre, les festivités débutèrent le dimanche de quinquagésime, soit 50 jours avant Pâques, pour prendre fin Mardi-gras à minuit. Des individus déguises, appelés en alsaciens « Butze » ou « Fasenachtbutze » se donnaient rendez-vous à la place de l’église, pour se faire admirer par les femmes et les enfants. Le visage caché par des masques en carton ou papier mâché et habillés de tenues traditionnelles, les « Butze » se rendaient ensuite de maison en maison pour discuter des faits du village, et délivrer des paroles calomnieuses et médisances.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la tradition s’estompe. C’est à partir des années 1950 que le carnaval renaît, encouragé par l’augmentation des revenus des habitants, leur permettant ainsi d’acquérir des tenues vestimentaires plus esthétiques et des masques en plastiques.

Les premiers bals de carnaval apparaissent dans les années 1960, et sont organisés par les restaurateurs du village. Les festivités s’étendent alors jusqu’à l’aube du Mercredi des Cendres, et attirent les populations des villages voisins.

C’est 1976 qu’a lieu la première cavalcade carnavalesque.

Aujourd’hui, les associations du village perpétuent les traditions. Un bal d’ouverture organisé par le Moto-Club, marque le début des festivités. D'autres bals se déroulent durant la semaine précédant le Mercredi des Cendres.

Les « Fasenachtbutze » continuent de se promener dans le village durant toute la période du carnaval, troquant les médisances d’autrefois contre des chants, blagues ou commérages.

Le défilé carnavalesque organisé le dimanche avant Mardi-Gras, est point d’orgue des festivités. À midi, les « Zwelfebutze » sont sur les routes, à pied ou en vélo, pour réveiller le village en traînant derrière eux des d’objets bruyants. Le défilé accueille des chars et des groupes, et est ouvert par le traditionnel « Bayass ». Tous les ans est désignée une princesse de Carnaval, à qui sont remises les clés de la localité, ce qui lui permet de régner trois jours sur la cité rhénane[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Visitation[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de la Visitation a été construite en 1778.

Maison de la Wacht[modifier | modifier le code]

C'est un espace culturel au cœur de Mothern. Il a pour origine un bâtiment ancien qui abritait autrefois le garde de nuit (der Nachtwächter) du village. Aujourd'hui il s'agit du siège de l'office du tourisme, le bâtiment accueille également une exposition permanente sur le Rhin[26].

Les puits à balancier[modifier | modifier le code]

Les puits à balancier sont assez rares en Alsace. Le puisage était effectué à l'aide d'un contrepoids, puis l'eau s'écoulait par une lancière dans auge de pierre qui pouvait aussi servir d'abreuvoir pour les bêtes. Le village porte deux puits en son sein, l'un en face de la Maison de la Wacht et l'autre en face de la mairie.

La grotte de Lourdes[modifier | modifier le code]

La grotte de Lourdes de Mothern, située sur la route menant à Neewiller-près-Lauterbourg a été édifiée en 1901 par un couple ayant perdu deux de leurs enfants peu après leur naissance, désireux d'ériger un calvaire. Le curé du village, Alphonse Heitz, leur conseilla de faire construire une grotte de Lourdes. La légende raconte qu'édifier ce lieu de culte leur a permis de faire naître deux autres enfants. La grotte fut réaménagée dans les années 1990[27].

Le mât des bateliers[modifier | modifier le code]

Depuis que le Rhin est navigable, les villages situés sur son rivage ont fourni un important contingent de bateliers englobant tout un éventail de professions, du mousse au capitaine, en passant par le cuisinier et le mécanicien. Dans les années 1950, Mothern comptait environ 150 bateliers (soit près du tiers des résidents du village) qui se sont regroupés en une association qui ont alors érigés un mât sur la place du village, semblable à un mât de bateau mais bien plus imposant. Les jours de fête, le mât est orné de fanions et de décorations lumineuses aux couleurs des nations et compagnies de navigation présentes sur le Rhin. Ce mât rappelle également l'important rôle économique du Rhin pour les villages situés sur son cours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune de Mothern constitue un îlot linguistique au sein de la zone francique du Bas-Rhin. Le dialecte pratiqué, bien que très proche du francique méridional de la partie supérieure du Seltzbach, présente des particularités significatives dont l'origine n'est pas clairement établie à ce jour. Les voyelles palatales sont plus ouvertes, le [i] devient [a], la diphtongue ei devient ooi[28]. A Mothern par exemple « gëwe » (donner) se rapproche sensiblement de l'allemand standard « geben », alors que dans le reste de la zone de langue francique, il se traduit par « genn ».

Des chercheurs de l'Office pour la Langue et les Cultures d'Alsace-Moselle (OLCA) recherchent ponctuellement des locuteurs originaires de la commune pour participer à des études sur la structure du dialecte.


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel de la commune de Mothern

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Mothern », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Reportage radio France Bleu Alsace » (consulté le ).
  12. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Site internet officiel de l'ACDM », (consulté le ).
  19. a et b « Site internet de la commune » (consulté le ).
  20. « Site internet du club d'aéromodélisme » (consulté le ).
  21. « Site internet officiel du Football Club Mothern 1929 », (consulté le ).
  22. « Site internet officiel » (consulté le ).
  23. « Site officiel du motoclub de Mothern », (consulté le ).
  24. « Site internet du Cercle d'Histoire » (consulté le ).
  25. Cercle d'Histoire de Mothern, Mothern, village au bord du Rhin, .
  26. « Site officiel du musée de la Wacht Mothern », (consulté le ).
  27. Cercle d'Histoire de Mothern, Mothern, village au bord du Rhin, (ISBN 2-9519833-1-X), page 163.
  28. Cercle d'Histoire de Mothern, Mothern, village au bord du Rhin, (ISBN 2-9519833-1-X), page 14.