Monument national marin de Papahānaumokuākea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument national marin de Papahānaumokuākea
Image illustrative de l'article Monument national marin de Papahānaumokuākea
Catégorie UICN VI (zone de gestion de ressources protégées)
Identifiant 220201
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau d'Hawaï Hawaï
Coordonnées 25° 42′ nord, 171° 44′ ouest
Superficie 1 510 000 km2
Création 2006

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
Monument national marin de Papahānaumokuākea
Papahānaumokuākea *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Subdivision Hawaï
Type Mixte
Critères (iii) (vi) (viii) (ix) (x)
Superficie 36 207 499 ha
Numéro
d’identification
1326
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2010 (34e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le monument national marin de Papahānaumokuākea (Papahānaumokuākea Marine National Monument), dénommé avant 2006 monument national marin des îles hawaïennes du Nord-Ouest (Northwestern Hawaiian Islands Marine National Monument) et plus connu sous le nom de Papahānaumokuākea, est un monument national américain inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Il couvre a sa constitution environ 360 000 km2 d'océan et englobe dix petites îles inhabitées dans le nord-ouest de l'État d'Hawaï[1].

Papahānaumokuākea provient du nom de la déesse hawaïenne Papahanaumoku. L'espace, initialement protégé au niveau local, est par décision de George W. Bush, passé sous statut fédéral en 2006. Dix ans plus tard, il est agrandi de quatre fois sa taille par Barack Obama, qui invoque l'Antiquities Act de 1906 pour en faire la plus grande réserve de faune et flore marine au monde. Quand l'ordre exécutif de ce dernier entrera en vigueur, le parc fera environ 1 500 000 km2.

Description[modifier | modifier le code]

Ces îles s'étendent sur environ 1 931 km de long et sont situées à près de 250 km au nord-ouest du principal archipel hawaïen[1]. L'aire marine protégée entoure la partie nord et inhabitée des îles Hawaï et abrite plus de 7 000 espèces maritimes et terrestres, dont environ un quart sont endémiques[2]. En termes de taille, il s'agit actuellement de la 10e aire marine protégée du monde par sa taille[2].

La zone, sanctuaire marin mais aussi ensemble culturel, a été inscrite sur la liste du Patrimoine mondial le . Ce bien y est décrit comme ayant « une signification cosmologique pour les natifs hawaïens, en tant qu'environnement ancestral, incarnation du concept de parenté entre les hommes et le monde naturel, berceau de la vie et terre d'accueil des esprits après la mort[1] ». Sur les îles de Nihoa et de Mokumanamana, se retrouvent aussi des vestiges archéologiques relatifs au peuplement pré-européen[1].

C'est en visionnant le film de Jean-Michel Cousteau, Voyage to Kure, que le président W. Bush a pris la décision de créer ce monument national[3].

En 2016, Brian Schatz, sénateur fédéral d'Hawaï, demande au président Obama — qui est né sur l’archipel — d'agrandir le périmètre de l'aire protégée en faisant passer sa surface de 360 000 km2 à 1,5 millions km2 environ, pour en faire la plus vaste aire marine protégée au monde (devant l’aire marine protégée calédonienne créés en 2014 sur 1,291 millions km2)[2], ceci afin de préserver davantage de fonds marins et d'augmenter l'attrait touristique de l'archipel, le tourisme de nature se portant bien aux États-Unis avec un record battu en 2015 (environ 305 millions de visiteurs accueillis dans les parcs nationaux américains[4]). Selon l'ONG PEW, c'est un souhait partagé dans le peuple hawaïen[5]. Le président officialise son accord au projet lors de son déplacement sur place le 31 août 2016[6].

Les îles hawaïennes du Nord-Ouest formant le Monument national marin de Papahānaumokuākea.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Papahānaumokuākea », Unesco (consulté le 2 août 2010).
  2. a, b et c Barack Obama veut créer la plus vaste aire marine protégée au monde aux îles Hawaï, Outre Mer 360, consulté le 30-06-2016.
  3. Jean-Michel Cousteau, « … George W. Bush a découvert la catastrophe écologique autour de Hawaii », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  4. « Obama, grand protecteur de grands espaces », Libération, 18 juin 2016.
  5. (en) Le peuple hawaïen appelle à la création de la plus grande réserve marine du monde, Pew Trusts.
  6. « Hawaï : Obama va inaugurer la plus grande réserve naturelle marine sur ses terres natales », Les Échos, 26 août 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]