Marguerite de Danemark (1895-1992)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marguerite de Danemark
Description de cette image, également commentée ci-après
La princesse Marguerite de Danemark en 1921.
Biographie
Titulature Princesse de Danemark et d'Islande
Princesse de Danemark
Princesse de Bourbon-Parme
Dynastie Maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg
Nom de naissance Margrethe Francoise Louise Marie Helene af Danmark
Naissance
Gentofte (Danemark)
Décès (à 97 ans)
Brodrehoj (Danemark)
Sépulture Cathédrale de Roskilde
Père Valdemar de Danemark
Mère Marie d’Orléans
Conjoint René de Bourbon-Parme
Enfants Jacques de Bourbon-Parme
Anne de Bourbon-Parme
Michel de Bourbon-Parme
André de Bourbon-Parme
Religion Catholicisme romain

Marguerite de Danemark et d'Islande (en danois, Margrethe af Danmark og Island), née le au palais de Bernstorff, à Gentofte (Danemark) et morte le à Brodrehoj (Danemark), est un membre de la famille royale de Danemark et, par mariage, une princesse de Bourbon-Parme.

Famille[modifier | modifier le code]

Marguerite est le cinquième enfant et la fille unique du prince Valdemar de Danemark (1858-1939) et de la princesse Marie d’Orléans (1865-1909). Cette dernière, arrière-petite-fille en ligne masculine de Louis-Philippe par son père le duc de Chartres, appartient à la maison d’Orléans, quand le prince Valdemar est membre de la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, une branche cadette de la maison d’Oldenbourg qui a accédé au trône de Danemark depuis l’extinction de la branche aînée en 1863. Petite-fille du premier prince issu de la branche cadette, le roi Christian IX, et de la princesse Louise de Hesse-Cassel, Marguerite appartient comme ses frères aînés Aage, Axel, Erik et Viggo à la famille royale de Danemark. Sa mère étant catholique, elle est élevée dans la religion catholique, alors que ses frères, comme leur père, sont élevés dans la religion luthérienne.

Le , la princesse Marguerite épouse, en l’église du Sacré-Cœur-de-Jésus[1], à Copenhague, le prince René de Parme (1894-1962), fils du duc Robert Ier de Parme (1848-1907) et de son épouse la princesse Antoinette de Portugal (1862-1959)[2], frère cadet du prince Félix de Luxembourg et de l'ex-impératrice-reine d'Autriche-Hongrie Zita de Bourbon-Parme. Appartenant en lignée mâle aux ducs de Parme et de Plaisance de la maison de Bourbon-Parme, le prince René est aussi rattaché aux Bragance par sa mère, fille du roi Michel Ier de Portugal (1802-1866) — dont descendent les prétendants actuels à la Couronne portugaise.

Du mariage de Marguerite et de René de Parme naissent quatre enfants :

  • Jacques Marie Antoine Robert Waldemar Charles Félix Sixte Ansgar de Bourbon, prince de Parme ( - ), qui épouse en 1947 la comtesse Birgitt Alexandra Maria de Holstein-Ledreborg ( - ) :
    • Philippe Georges Karl Valdemar René Joseph Marie de Bourbon (° ), qui épouse le Annette Smith (° )
      • Jacques Carl Christian Marie de Bourbon (° )
      • Joseph Axel Alain Eric Marie de Bourbon (° )
    • Lorraine Charlotte Tatiana Ebba Johanna Maria Antonia Joséphine Renée de Bourbon (° )
    • Alain Johann Knud Bernhard Félix Marie René Joseph de Bourbon (° ) qui épouse le Inge Birgitte Vedel Andersen (° 1948)
  • Anne Marie Antoinette Françoise Zita Marguerite de Bourbon, princesse de Parme[3] (, Paris - , Morges), qui épouse le à Athènes, le roi déchu Michel de Roumanie (, Sinaia - , Aubonne) ; (postérité)
  • Michel de Bourbon, prince de Parme[4] (, Paris - , Neuilly-sur-Seine), qui épouse en premières noces le à Paris (divorcés le ) la princesse Yolande Marie Gonzague Thérèse de Broglie ( à Paris - à Paris) et, en secondes noces le à Manalapan la princesse Maria-Pia Elisabetta Margherita Milena Malfalda Gennara Ludovica Tecla de Savoie (° à Naples), fille du roi Humbert II d'Italie (1904-1983) et de la princesse Marie-José de Belgique (1906-2001) :
    • Inès Marie Josèphe Margrethe Yolande Tatiana de Bourbon ( - )
    • Eric Marie Joseph René Michel Pierre de Bourbon (° ), qui épouse le (divorcés en 1999) Lydia Adelaide Maria de Holstein til Ledreborg (° ), fille de Knud Johan Ludvig de Holstein til Ledreborg (1919-2001) et de Marie Gabrielle Aldegonde Wilhelmine Louise de Luxembourg (° 1925) :
      • Antonia de Bourbon (° )
      • Marie-Gabrielle de Bourbon (° )
      • Alexia de Bourbon (° )
      • Michel de Bourbon (° )
      • Henri de Bourbon (° )
    • Sybil Marie Joseph Anne Victoire de Bourbon (° )
    • Victoire Maria-Pia Joseph Isaure de Bourbon ( - ), qui épouse en premières noces le (divorcés le ) Ernst Alfons Vincenz Frantz Anton Gecmen-Waldek (° ), épouse en secondes noces le Carlos Ernesto Rodrigues :
      • Tatiana von Gecmen-Waldek (° )
      • Vincent Nicolas von Gecmen-Waldek (° )
    • Charles-Emmanuel Marie Joseph Jacques Élie de Bourbon (° )
Le prince Michel a une fille naturelle issue de sa liaison avec Laure Le Bourgeois (° 1950)
    • Amélie)
  • André de Bourbon, prince de Parme[5] (, Paris - , Dourdan), qui épouse morganatiquement le , Paris Paulette Marina Gacry (° 1935) :
    • Sophie Tania Marie Marguerite Carole Yvonne de Bourbon (° )
    • Astrid Marie de Bourbon (° )
    • Axel André Pierre Marie de Bourbon (° )

Biographie[modifier | modifier le code]

Attachée à la foi catholique et ne l’ayant pas abjurée, la princesse Marie d’Orléans, mère de Marguerite, avait décidé avec son mari luthérien et en accord avec l'Église catholique que leurs enfants auraient une foi différente selon leur sexe : leurs fils partageraient la foi de leur père quand leurs filles seraient baptisées selon la religion catholique. Ainsi, après avoir eu quatre fils, la princesse Marguerite, est la seule de leurs enfants à être élevée en catholique[1].

Née le au palais de Bernstorff, une résidence d’été de la famille royale de Danemark, Marguerite est l’une des nombreuses princesses de Danemark à naître sous le règne de son grand-père le roi Christian IX, qui est par ailleurs connu pour être le « beau-père de l’Europe » du fait des liens dynastiques entretenus entre les maisons régnantes européennes.

Peu de temps après leur première rencontre, la princesse Marguerite épouse le dans le même palais de Bernstorff le prince René de Parme, dix-neuvième enfant du duc Robert Ier de Parme et frère entre autres de Zita (future impératrice d’Autriche) et de Félix (futur prince consort luxembourgeois). Résidant en France, les princes ont trois enfants entre 1922 et 1928 : Jacques, Michel, Anne et André.

La famille, qui vit de façon modeste en France, doit la fuir pour l’Espagne en 1939, après l’attaque de l’Allemagne nazie. La famille quitte ensuite le pays pour le Portugal, avant d’arriver aux États-Unis.

Marguerite meurt le lendemain de son 97e anniversaire, le , au château de Brodrehoj (Danemark) et des obsèques catholiques ont lieu le 23 en la chapelle du château de Ledreborg. La princesse est par la suite inhumée dans la nécropole royale danoise, à Roskilde[1].

Titulature[modifier | modifier le code]

  •  : Son Altesse royale la princesse Marguerite de Danemark
  •  : Son Altesse royale la princesse Marguerite de Danemark et d’Islande
  •  : Son Altesse royale la princesse René de Bourbon-Parme

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « René de Bourbon-Parme, prince de Bourbon-Parme », sur Dynastie capétienne (consulté le 1er mars 2013)
  2. « Mariées du Gotha : Marguerite de Danemark, princesse de Bourbon-Parme », sur Noblesse et royautés, (consulté le 1er mars 2013)
  3. Son Altesse Royale, la Princesse Anne de Bourbon, Princesse de Parme, acte de naissance n° 467, archives municipales de la ville de Paris
  4. Son Altesse Royale, le Prince Michel de Bourbon, Prince de Parme, acte de naissance n° 338, archives municipales de la ville de Paris
  5. Son Altesse Royale, le Prince André de Bourbon, Prince de Parme, acte de naissance n° 357, archives municipales de la ville de Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]