Michel de Bourbon-Parme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel de Bourbon-Parme
Description de cette image, également commentée ci-après
Michel de Bourbon-Parme en 2012.
Biographie
Titulature Prince de Bourbon-Parme
Dynastie Maison de Bourbon-Parme
Nom de naissance Michel Marie Xavier Waldemar Georg Robert Karl Eymar de Bourbon
Naissance
Paris (France)
Décès (à 92 ans)
Neuilly-sur-Seine (France)
Père René de Bourbon-Parme
Mère Marguerite de Danemark
Conjoint 1) Yolande de Broglie
2) Maria Pia di Savoia
Enfants Descendance issue de Yolande de Broglie :
Inès de Bourbon
Éric de Bourbon
Sybil de Bourbon
Victoire de Bourbon
Charles-Emmanuel de Bourbon
Descendance issue de Laure Le Bourgeois :
Amélie de Bourbon
Description de l'image Blason fr Bourbon-Parme (petites armes).svg.

Michel de Bourbon, prince de Parme, né le dans le 16e arrondissement de Paris et mort le à Neuilly-sur-Seine[1], petit-fils de Robert Ier, duc de Parme, est un militaire, un coureur automobile et un homme d’affaires français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Michel de Bourbon-Parme est le fils du prince René de Bourbon-Parme (1894-1962) et de son épouse la princesse Marguerite de Danemark (1895-1992). Par son père, il est donc le petit-fils de Robert Ier, duc de Parme (1848-1907) tandis que, par sa mère, il est l’arrière-petit-fils de Christian IX, roi de Danemark (1818-1906).

Le prince Michel est, par ailleurs, le frère cadet de la reine Anne de Roumanie (1923-2016).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1940, le prince Michel fuit l’Europe avec sa famille et trouve refuge aux États-Unis. Trois ans plus tard, il s’engage dans l’armée américaine et est nommé lieutenant. Intégré à l'opération Jedburgh, il est parachuté en France, dans le Massif central, en 1944.

Après la Libération, le prince Michel s’engage en Indochine pour y lutter contre le Viet-Minh. Parachuté le par le Service Action, il est fait prisonnier le jour même par les Viet-Minhs, qui le gardent en captivité durant huit mois. Parvenu à s’enfuir, le prince tente de gagner, avec cinq camarades, le Laos à pied. Quatre de ceux-ci sont tués avant que les deux survivants ne soient repris. Les accords franco-vietnamiens du lui permettent d'être libéré.

Démobilisé à l’âge de 20 ans, le prince devient coureur automobile et participe, notamment, aux 24 Heures du Mans en 1964 et 1966. En 1964, il arrive également second au Tour de France auto. Lors du Grand Prix de Monaco en 1967, il intervient au moment du terrible accident de Lorenzo Bandini : avec l'aide d'un commissaire de piste, il arrive à extraire le pilote de la carcasse en feu de sa Ferrari.

Il devient ensuite homme d’affaires et jouera fréquemment le rôle d’intermédiaire entre le gouvernement du shah d’Iran et les entrepreneurs français.

Mort[modifier | modifier le code]

Michel de Bourbon-Parme meurt à 92 ans le [2]. Ses obsèques sont célébrées le en l'église des Invalides en présence de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing et d'Henri, grand-duc de Luxembourg, son cousin ainsi que l'ambassadeur des Etats Unis: Howard Leach.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Le , il épouse à Paris la princesse Yolande de Broglie ( à Paris VIIIe - à Paris), fille du prince Joseph de Broglie (1892-1953) et de son épouse Marguerite de La Cour-Balleroy (1901-1976). De ce mariage, qui se termine par un divorce le , naissent 5 enfants :

  1. Inès Marie Joseph Margrethe Yolande Tatiana de Bourbon, princesse de Parme ( à Boulogne-Billancourt - à Londres), dont postérité ;
  2. Éric Marie Joseph René Michael Pierre de Bourbon, prince de Parme (né le à Copenhague), épouse en 1980 la comtesse Lydia von Holstein-Ledreborg (née le ), fille de Knut, comte de Holstein-Ledreborg (1919-2001) et de la princesse Marie-Gabrielle de Luxembourg (née en 1925) ; divorcés en 1999, dont postérité ;
  3. Sybil Marie Joseph Anne Victoire de Bourbon, princesse de Parme (née le à Boulogne-Billancourt), épouse en 1997 Craig Richards (1962) ;
  4. Victoire Maria-Pia Joseph Isaure de Bourbon, princesse de Parme ( à Boulogne-Billancourt - à Neuilly-sur-Seine), épouse 1° en 1974 le baron Alexis Gečmen-Waldek[3] (né le ) ; divorcés en 1988, dont postérité ; épouse 2° en 1993 Carlos Rodríguez (1956) ;
  5. Charles-Emmanuel Marie Joseph Jacques Hely, dit Carl de Bourbon, prince de Parme (né le à Boulogne-Billancourt), épouse en 1991 la baronne[4],[5] Constance de Ravinel (née le à Boulogne-Billancourt), dont postérité.

Le prince Michel a entretenu une relation avec Laure Le Bourgeois ( à Stockholm), dont il a une fille naturelle :

  1. Amélie de Bourbon-Parme[6] (née le à Paris), écrivain[7], épouse le Igor Bogdanoff (1949), dont postérité.

Le , le prince Michel se remarie à Manalapan, en Floride, à la princesse Maria Pia de Savoie (née le à Naples), fille d'Humbert II (1904-1983), roi d'Italie, et de la reine, née princesse Marie-José de Belgique (1906-2001).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • En parachute, Presses de la Cité, 1949 (ASIN B0000DPIAZ)
  • (da) Faldskaermsjaeger : Fra den franske maquis til Indo-Kinas jungle, Hasselbalch, 1949
  • Michel de Bourbon, Trafiquant sur commande, Plon, 1978 (ASIN B0000DSHJY)
  • Michel de Bourbon-Parme et Jean-Louis Tremblay, Un prince dans la tourmente, Nimrod, 2010 (ISBN 291524328X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lieux de naissance et décès trouvés dans la base MatchId des fichiers de décès en ligne du Ministère de l'Intérieur avec les données INSEE (consultation 16 janvier 2020)
  2. « Revuedepresseroyale 2 », (consulté le 8 juillet 2018)
  3. Petit-fils de Vincenz Gečmen (1864-1918) et de son épouse la baronne Margherita von Waldek (1873-1945).
  4. La famille de Ravinel a en effet reçu le 26 octobre 1755 un titre de baron du Saint-Empire, transmissible à tous les descendants des deux sexes.
  5. Yves-Marie des Hauts de Bellevue, À propos de la translation du cœur de Louis XVII et du mariage de Louis XX, Paris, Éditions généalogiques de la Voûte, , 73 p. (ISBN 2-84766-200-3 (édité erroné), notice BnF no FRBNF39300730), p. 18.
  6. Enfant adultérine, elle ne peut porter le titre de princesse.
  7. Elle est l'auteur de deux romans, Le Sacre de Louis XVII, Paris, Gallimard, collection « L’infini », 2001, et Le Secret de l’empereur, Paris, Gallimard, 2015, traduit en espagnol, El secreto del Emperador, Cordoba, Almuzara, 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Pinoteau, Fabien Gandrille, Christian Papet-Vauban, État présent de la Maison de Bourbon, Paris, Le Léopard d'or, 1983
  • Patrick Van Kerrebrouck, Christophe Brun, La Maison de Bourbon, 1256-2004, Villeneuve d'Ascq, Patrick Van Kerrebrouck, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]