Marguerite-Yolande de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marguerite-Yolande de Savoie, née le à Turin, morte le à Parme, est princesse de Savoie. Par son mariage avec Ranuce II Farnèse, elle devient Duchesse de Parme.

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est la cinquième enfant de Victor-Amédée Ier (1587-1637), duc de Savoie et prince de Piémont et de Christine de France (1606-1663.

Par son père, elle est la petite-fille de Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et prince de Piémont, et de Catherine-Michelle d'Espagne.

Par sa mère, elle est la petite-fille de Henri IV de France et de Marie de Médicis.

Elle a notamment comme cousins Louis XIV, Marie-Thérèse d'Autriche et Henriette d'Angleterre.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marguerite-Yolande (la plus grande des filles) avec sa sœur Henriette-Adélaïde de Savoie, son frère Charles-Emmanuel II et sa mère Christine de France.

Elle est née au Château du Valentino dans le duché de Savoie, que sa famille dirige depuis 1416.

Son père décède en octobre 1637, alors qu'elle n'avait que deux ans. Son frère aîné, le prince François-Hyacinthe, a succédé en tant que duc de Savoie. Sa mère devient donc régente de Savoie.

Durant l'enfance de Marguerite-Yolande, ses deux oncles le prince Maurice de Savoie et son jeune frère le prince Thomas de Savoie-Carignan, se disputent le pouvoir avec Christine de France qui mène une politique francophile.

La première de ses frères et sœurs à se marier est sa sœur aînée la princesse Louise-Christine de Savoie qui épousa leur oncle Maurice de Savoie en 1642. Sa sœur cadette, Henriette-Adélaïde de Savoie, épousa en 1650 Ferdinand-Marie , électeur de Bavière .

La mère de Marguerite-Yolande, commence donc à communiquer avec la France afin d'obtenir un mariage entre sa fille et le jeune Louis XIV, cousin germain de Marguerite-Yolande; Le père de Louis XIV, Louis XIII, était le frère aîné de Christine.

« Fiançailles » françaises[modifier | modifier le code]

Marguerite-Yolande et la Cour de Savoie entre alors en concurrence avec la cour espagnole qui avait présenté l'infante Marie-Thérèse d'Autriche à Louis XIV. L'infante d'Espagne était une fille d' Élisabeth de France , une autre sœur de Louis XIII et de Christine.

Mais l'Espagne tarde à commencer les négociations pour le mariage, alors pour obliger Philippe IV à donner sa fille en mariage au roi de France, Mazarin feint de marier le roi à Marguerite-Yolande. La fiancée est conviée à se rendre à Lyon pour retrouver la cour de France, qui se rend par étape en Provence et en Languedoc. De Paris à Lyon, il y a un mois de route (du 26 octobre au ), et faisant partie du voyage, la reine mère Anne d'Autriche (1601-1666), le cardinal Mazarin et la belle Marie Mancini.

À Lyon, la cour savoyarde arrive enfin et les Français ont été impressionnés par son apparence malgré le fait que sa peau était trop bronzée et que son teint soit olivâtre. Ils ont également dit qu'elle était une fille calme. Le jeune Louis âgé d'une vingtaine d'années, en la voyant, la considère avec sympathie et dira que sa promise n’est pas si mal que cela.

À peine les conversations préliminaires du mariage savoyard entamées, qu'Antoine Pimentel marquis de Tábara (Espagne), envoyé secret du roi d’Espagne arrive et Mazarin simulant un profond étonnement, accueille l'ambassadeur officieux par ces paroles : «...Monsou Pimentel, vous êtes chassé de chez vous ou vous nous apportez la paix et le mariage… », le diplomate s'explique : « …le mariage savoyard n’est pas digne du roi de France, Philippe IV roi d’Espagne propose sa fille, l’infante Marie-Thérèse qui a toutes les qualités pour devenir l’épouse de Louis XIV… ». Les pourparlers avec la cour de Savoie sont rompus.

Ce fut une humiliation pour la Cour de Savoie, mais Christine de France reçu une compensation de 100 000 livres par Anne d'Autriche[1].

Mariage[modifier | modifier le code]

Marguerite-Yolande en 1660, première épouse de Ranuce II Farnèse

Après être restée célibataire depuis les négociations avec la France, elle épouse finalement le Ranuce II Farnèse (1630 - † 1694) (Ranuccio II de Parme) sixième duc de Parme et duc de Plaisance, un Farnèse. Elle devient alors Duchesse de Parme.

Descendance[modifier | modifier le code]

Elle n’aura avec son mari que deux enfants qui mourront à la naissance :

  1. une fille, mort-née le .
  2. un garçon, né le , décédé le .

Décès[modifier | modifier le code]

La princesse Marguerite-Yolande de Savoie, décède à la suite de couches le à l'âge de 27 ans. Sa dépouille est inhumée en la basilique de la Madonna della Steccata à Parme (Italie).

Après sa mort, son mari épousa deux princesses de Modène, Isabelle d'Este (1635–1666), puis sa sœur Maria d'Este. Le seul enfant d'Isabelle survivant était Édouard II Farnèse, père de la future Élisabeth Farnèse , reine d'Espagne. Le dernier fils né de Maria d'Este, Antoine Farnèse, mourra en 1731 et sera le dernier duc de Parme.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Historama : n°152 de mai 1964
  • série Les manuscrits du C.E.D.R.E. (Cercle d'étude des dynasties royales européennes, président : Jean-Fred Tourtchine) :
    • Le Royaume d'Italie, volume II, 225 pages, 1993, ISSN 0993-3964 ; voir : Princesse Marguerite de Savoie pages 74 et 75

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joëlle Chevé, Marie-Thérèse d'Autriche, épouse de Louis XIV, Pygmalion, 560 p. (ISBN 978-2-7564-1750-9)