Marcillé-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcillé-la-Ville
Marcillé-la-Ville
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Intercommunalité Communauté de communes Mayenne Communauté
Maire
Mandat
Guy Beaujard
2020-2026
Code postal 53440
Code commune 53144
Démographie
Gentilé Marcilléens
Population
municipale
779 hab. (2018 en diminution de 3,11 % par rapport à 2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 24″ nord, 0° 29′ 38″ ouest
Altitude Min. 124 m
Max. 327 m
Superficie 26,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mayenne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lassay-les-Châteaux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Marcillé-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Marcillé-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillé-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillé-la-Ville

Marcillé-la-Ville est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 779 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Bas-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par l'Aron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marcillé-la-Ville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mayenne, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 27 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Marciliaco en 616[8]. Il serait issu d'un anthroponyme roman tel que Marcilius[8].

Le gentilé est Marcilléen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marcillé-la-ville (Villa Marciliaco, 616) traversée par une voie romaine de Jublains à Avranches est une des localités du pays des Diablintes les plus fréquemment citées aux époques mérovingiennes et carolingiennes. En 616, saint Bertrand y accordait le domaine des Tesnières, récupéré sur les héritiers de Leutérus, à l'église cathédrale du Mans, et la villa elle-même acquise de Médighisélus et d'Ébiétude, à son neveu Léodochrannus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1989 M. Pinault[9]    
1989 mars 2001 Robert Bondis    
mars 2001[10] mars 2014 Yolande Bonneau[11]    
mars 2014[12] En cours Guy Beaujard[13] SE Électromécanicien

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 779 habitants[Note 4], en diminution de 3,11 % par rapport à 2013 (Mayenne : −0,14 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Marcillé-la-Ville a compté jusqu'à 1 513 habitants en 1806.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3001 4611 5131 3211 3191 3531 3151 2811 237
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2881 2691 3601 3351 3861 3001 2271 1971 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1111 1271 067902920892822776744
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
731694624662656740823802811
2018 - - - - - - - -
779--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Activité culturelle, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[18].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Entente sportive Marcillé-La Chapelle fait évoluer une équipe de football en division de district[19].

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les deux principaux employeurs de ce village sont situés dans la ZA de la Petite Croix. Il s'agit de l'entreprise d'injection plastique Edip ainsi qu'Ermo dans la réalisation et l'étude de moules.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Quatre stèles gauloises découvertes en 1992.
  • Château de Buleu.
  • Croix de Vaujuas datée de la fin du Moyen Âge.
  • Manoir de Vaujuas.
  • tourbière du Gros Chêne, protégée par Arrêté de Protection de Biotope[20].
  • Église Sainte-Anne de Marcillé, restaurée au XIXe, abritant un chemin de croix en bois, un maître-autel et différentes statues.
  • Église Saint-Martin du XIXe, dont le mur extérieur est encastré de pierres armoriées. Une cloche du XVIIIe siècle est classée à titre d'objet aux Monuments historiques[21].
  • Gare de Marcillé, en usage jusqu'en 1939 pour les voyageurs et jusqu'en 1986 pour les trains de marchandise. Elle est aujourd'hui détruite.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 2, , p. 487
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 518.
  9. « Marcillé-la-Ville (Mayenne). Municipales : Yolande Bonneau ne se représentera pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 juin 2014).
  10. « Yolande Bonneau, maire depuis 2001, ne se représentera pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er août 2014).
  11. Réélection 2008 : « Yolande Bonneau est réélue maire avec 14 voix », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er août 2014).
  12. « Guy Beaujard est élu maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er août 2014).
  13. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Marcillé-la-Ville. Le maire Guy Beaujard repart pour deuxième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 mars 2021).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur cnvvf.fr (consulté le 1er août 2014).
  19. « Ent. s. Marcillé-La Chapelle », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le 1er septembre 2014).
  20. Fichier des arrêtés de protection de biotope de la Direction régionale du l'environnement, de l'aménagement et du logement, consulté le 9 novembre 2015
  21. « Cloche », notice no PM53000360, base Palissy, ministère français de la Culture.