Champéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Champéon
Champéon
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Intercommunalité Communauté de communes Mayenne Communauté
Maire
Mandat
Christian Sabran
2020-2026
Code postal 53640
Code commune 53051
Démographie
Gentilé Champéonnais
Population
municipale
590 hab. (2018 en augmentation de 1,55 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 02″ nord, 0° 31′ 04″ ouest
Altitude Min. 114 m
Max. 292 m
Superficie 21,15 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mayenne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lassay-les-Châteaux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Champéon
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Champéon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champéon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champéon

Champéon est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 590 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Bas-Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Champéon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mayenne, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 27 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (55,8 %), terres arables (31 %), zones agricoles hétérogènes (7,4 %), forêts (3,2 %), eaux continentales[Note 4] (2,6 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes Cambdonno ou Cambidonno (Haut Moyen Âge), Cambionnis en 840 et Campéon au XIIe siècle[10]. L'origine serait gauloise avec un second élément dunum, « colline », et un premier qui pourrait être cambo, « courbe »[10].

Le gentilé est Champéonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la création des cantons, Champéon est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801)[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1791   Moulay    
1798   Hainard    
février 1800 1800 François Bonneau   Propriétaire, habite la Genelière
1800 1803 Pierre Moussay    
1803 1815 François Bonneau   Propriétaire, habite la Genelière
1815 1823 Pierre Lemaréchal   Cultivateur et fabricant
1823 1866 Louis Louvard   Aubergiste, fabricant. Propriétaire à la Tibertière.
Conseiller d'arrondissement du Horps (1833-1836) et (1852-1860)
1866 1891 René Barreau Conservateur Propriétaire agriculteur
1891 1892 Léon Louvard   Propriétaire aubergiste. Vit à la Maison-Neuve
1892 04/11/1893 Louis Louvard   Fils du précédent, Propriétaire. Décédé à 26 ans
1894 1896 Benoît Mahérault   Propriétaire
1896 1912 Émile Poirier Rép.G Négociant, Propriétaire du Château du Fresne
1912 1945 François Moulé RéactionnaireURD Propriétaire cultivateur à la Rogerie
1945 1950 Henri Hubert CNIP Propriétaire cultivateur à la Bonneville
1951 1977 Louis Lecoq CNIP Propriétaire cultivateur à la Meurand
1977 1989 Marcel Bichet   Propriétaire exploitant à la Jardière
1989 1995 Maurice Bourgoin MPF Agriculteur à Chouanne
mars 1995 mars 2002 Jean-Claude Maroë DVD Chef d'entreprise
mars 2002[12] En cours Christian Sabran[13] DVD Agriculteur retraité au Vieux-Benâtre

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 590 habitants[Note 5], en augmentation de 1,55 % par rapport à 2013 (Mayenne : −0,14 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Champéon a compté jusqu'à 1 570 habitants en 1866.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3101 3571 5091 3541 3941 4791 4611 4541 474
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5381 5571 5701 5331 5061 5611 4501 4001 385
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2671 1781 087870855830825772715
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
686615555503496512569577585
2013 2018 - - - - - - -
581590-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Médard.
  • Le château du Frêne (XVe siècle), sa chapelle et son pigeonnier. Les deux pièces à décor du rez-de-chaussée et le pigeonnier sont classés au titre des Monuments historiques depuis le 8 septembre 2008, la chapelle et les dépendance inscrits depuis le 17 avril 1986[18].
  • Le château des Vaux (XVe) et sa chapelle. La chapelle est classée au titre des Monuments historiques depuis le 21 décembre 1984, les façades, les toitures du logis ainsi que le portail d'entrée inscrits à la même date[19]
  • L'église romane Saint-Médard remaniée, abritant des vitraux (vers 1900) de Jean Clamens retraçant des événements de la bataille de Loigny[20]. Une croix de procession du XVIIe siècle et le retable du maitre-autel également du XVIIe sont classées à titre d'objets[21],[22].
  • Chapelle Saint-Joseph.
  • Chapelle Saint-Siméon.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 708
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 11 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 11 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Christian Sabran souhaite poursuivre son mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 juillet 2015).
  13. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Champéon. Un quatrième mandat pour Christian Sabran », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 mars 2021).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Vide-greniers : on cherche des bénévoles », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2016).
  18. « Château du Fresne », notice no PA00109476, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Château des Vaux », notice no PA00109477, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Loire 1870 - Vitraux et mosaïques - Champéon » (consulté le 18 juillet 2009).
  21. « Croix de procession », notice no PM53000105, base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Retable et tabernacle du maître-autel », notice no PM53000106, base Palissy, ministère français de la Culture.