Le Ribay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Ribay
Le Ribay
L'église Saint-Ouen.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Lassay-les-Châteaux
Intercommunalité Mayenne Communauté
Maire
Mandat
André Rocton
2014-2020
Code postal 53640
Code commune 53190
Démographie
Gentilé Ribayéens
Population
municipale
458 hab. (2015 en diminution de 1,93 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 00″ nord, 0° 24′ 33″ ouest
Altitude Min. 163 m
Max. 296 m
Superficie 17,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Le Ribay

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Le Ribay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Ribay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Ribay
Liens
Site web www.le-ribay.mairie53.fr

Le Ribay est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 458 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-est du Bas-Maine. Son bourg est à 6,5 km au sud-ouest de Javron-les-Chapelles, à 10 km au sud-est de Lassay-les-Châteaux, à 12 km au nord-ouest de Villaines-la-Juhel et à 19 km au nord-est de Mayenne[1].

Le territoire est coupé sur tout son long par la RN 12.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Le Grand Aulnay (orthographié Rond Aunay sur la carte de Cassini) ; la Cour (motte seigneuriale) ; la Cour Landais ; l'Oisillère ; la Champonnière ; l'Epinay ; Herbouet ; Chauvallon ; Le Buffet (Buffay sur Cassini) ; le Tertre, la Hayère; le Gué ; Coulion ; le Faburais ; la Touche ; Biry ; la Frette ; Ricordeau ; l'Ermitage, le Corbelet ; Maupas ; la Soutivière ; le Bourdonnais ; la Godardière ; la Métairie ; la Mare ; la Renaudière ; Ker Avray ; les Bas Bois ; la Laire ; le Mérite ; la Baumerie ; le Bois Bouvier ; le Plessis ; les Basses et les Hautes Frogeries ; le Val ; les Basses et les Hautes Monneries.

Communes limitrophes du Ribay[2]
Le Horps Charchigné Charchigné
Le Horps du Ribay[2] Le Ham
Marcillé-la-Ville,
Hardanges
Hardanges Le Ham,
Hardanges

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon la monographie communale de 1899, le toponyme serait issu du latin rubetum, « buisson »[réf. à confirmer][3], « roncier », végétation qui devait donc caractériser ce territoire.

Le gentilé est Ribayéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg du Ribay, de par son emplacement stratégique sur l'antique axe Paris-Brest, prit logiquement un rôle de relais. Ainsi l'histoire du village est-elle très liée à cet important axe, qui encore aujourd'hui assure la survie des quelques commerces qui bordent la route.

Révolution[modifier | modifier le code]

  • Un cantonnement militaire s'installe dans le bourg afin de sécuriser la route de Paris (escorte des voitures). Ce qui n'empêche pas la chouannerie locale, menée par Rochambeau, d'agir, en témoignent trois faits marquants :
  1. L'attaque du cantonnement dans la nuit du 4 au 5 septembre 1795 durant laquelle la bande parvient entre autres à s'emparer des armes de la gendarmerie et d'une caisse de 450 livres.
  2. L'attaque de la malle-poste de Paris à Brest contenant une importante somme d'argent, le 29 mars 1795.
  3. Le 26 novembre 1795, les chouans s'emparent de trente bœufs du cantonnement.
  • Le Ribay tient une place importante dans l'histoire de la «petite émigrée». C'est en effet ici que Françoise Gaudérian, jeune servante vendéenne, se perdit lors de la Virée de Galerne. Elle fut recueillie dans une auberge du bourg par Julien Thuault, le maire du Ribay, qui la cacha chez lui au hameau de Coulion. Cependant cette nouvelle arrivante ne passa pas inaperçue et finit par être dénoncée auprès du maire de Lassay qui l'emprisonna et la fit guillotiner le 6 mars 1794, en cette même ville. Elle repose désormais un peu à l'est de Lassay, à la «Lande des Malheureux», où fut construit un oratoire en mémoire de cette jeune fille perçue comme sainte par la population qui rapporta que quatre chevaux avaient eu du mal à transporter son corps.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1902 19… Edmond Leblanc ALP Sénateur
1983 en cours André Rocton[4] SE Artisan maçon
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 458 habitants[Note 2], en diminution de 1,93 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Le Ribay a compté jusqu'à 1 154 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9509271 0221 0851 0691 0701 1331 1541 139
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0571 0471 0801 0801 0171 002987914888
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
867852789650641634640640648
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
618593568527476473514467458
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Carrière des Bas Bois.
  • Scierie reconvertie en construction de chalets.
  • Divers services de proximité : boulangerie, boucherie, librairie, bar-tabac, salon de coiffure.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Le Ribay est considéré comme l'un des hauts lieux de customisation de tracteurs et autres engins agricoles. Cet événement se déroule traditionnellement le 1er week-end du mois de mai sur le parking des routiers.

C'est en 1929 que fut ouverte la 1re édition de ce rendez-vous incontournable pour les passionnés de grosses cylindrées. Au fil des années, l'événement a su perdurer et gagner de la reconnaissance à travers le monde. En effet, l'édition 2007 a été marquée par la venue exceptionnelle des Américains pour présenter le nouveau modèle de tracteur à traction nucléaire. Ce coup de pouce publicitaire des Américains marquera les esprits. Le Ribay restera le point de départ de la diffusion de cette culture "underground" vouée à l'embellissement des engins à moteur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. « Monographie du Ribay », sur archinoe.fr (consulté le 17 mars 2015)
  4. a et b Réélection 2014 : « Le Ribay (53640) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 16 juin 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :