Magnivray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Saône
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Saône.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Magnivray
Église de l'Assomption de Magnivray.
Église de l'Assomption de Magnivray.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Luxeuil
Maire
Mandat
Christian Chamagne
2014-2020
Code postal 70300
Code commune 70314
Démographie
Population
municipale
166 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 54″ nord, 6° 28′ 16″ est
Altitude Min. 294 m – Max. 361 m
Superficie 4,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Magnivray

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Magnivray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magnivray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magnivray

Magnivray est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Bruyère Rose des vents
Esboz-Brest N La Corbière
O    Magnivray    E
S
Citers Rignovelle Belmont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune était orthographié Magnivraye en 1793, Magny-Vray en 1801. La graphie actuelle est plus récente[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Luxeuil.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Luxeuil-les-Bains, puis, lors de sa scission en 1985, la commune a été rattachée au nouveau canton de Saint-Sauveur[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Mélisey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Luxeuil créée le

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en 1983   Georges Chamagne    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean Aubry    
mars 2008[3] en cours
(au 2 juillet 2016)
Christian Chamagne
Petit-fils de Georges Chamagne[4]
  Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 166 habitants, en diminution de -0,6 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
325 343 395 407 407 429 450 470 467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410 425 442 439 459 434 391 412 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
407 406 407 308 301 275 254 225 209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
195 159 151 161 153 155 160 167 166
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Les maires de Magnivray », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 novembre 2016).
  3. « Le maire se représente », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Conseiller municipal de 1983 à 1989, adjoint de 1995 à 2008, maire depuis 2008, Christian Chamagne sollicite une sixième fois les suffrages de ses concitoyens, à la tête d’une liste comptant huit sortants et trois nouveaux candidats ».
  4. « Christian Chamagne brigue un sixième mandat d’élu local », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Christian Chamagne se prépare pour un nouveau mandat, si les électeurs du village continuent à lui accorder leur confiance. Ce sera un sixième mandat d’élu local. Il a été élu en 1983, sur la liste de son grand-père Georges, alors maire « inamovible ».
  5. « Christian Chamagne garde le fauteuil de premier édile », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Face à une liste d’opposition, Christian Chamagne a vu sa liste l’emporter brillamment au premier tour, avec près de 65 % des suffrages exprimés.
    L’élection du maire et de ses adjoints s’est déroulée sans problème, à l’unanimité : Christian Chamagne maire ; Jacques Thiébaud, 1er adjoint ; Daniel Champloy, 2e adjoint »
    .
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « La nouvelle statue de la Vierge inaugurée », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « La première statue a été installée ici même en 1945, au retour des prisonniers de guerre, en reconnaissance à Marie pour leur retour sains et saufs. À l’époque, c’est le père Lucien Bazar qui avait procédé à son implantation avec l’aide des élus et des habitants de notre paroisse. (...) Malgré un entretien régulier, la pluie et surtout le gel l’ont détériorée. « Nous avons décidé au conseil municipal, avec le soutien des élus de Rignovelle, de procéder à son remplacement, avec une nouvelle plaque ‘’Souvenir à Marie 1939-1945’’, pour que les générations futures et surtout les jeunes se souviennent ».