Liste d'élèves d'Eugène Ysaÿe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classes d'Eugène Ysaÿe
Généralités
Université Conservatoire royal de Bruxelles
Cadre éducatif
Enseignants Eugène Ysaÿe
Formation Violon

Eugène Ysaÿe est nommé professeur de violon au Conservatoire royal de Bruxelles le 31 juillet 1886, poste auquel il renonce, en avril 1898.

Durant ces douze années, ses méthodes d'enseignement impressionnent ses élèves, mais n'empêchent nullement la plupart d'entre eux de lui témoigner une véritable idolâtrie : sa grande sévérité — les élèves doivent notamment se présenter à chaque cours en connaissant leur morceau par cœur dans tous ses détails, et jouer dans un ordre tiré au sort — est contrebalancée par ses considérables qualités et connaissances artistiques, son courage et sa personnalité plutôt joviale, qui suscitent chez les élèves admiration et confiance[1].

Le dépouillement des registres d'examens, des fiches d'admission et des registres de matricules conservés à la Bibliothèque du Conservatoire Royal de Bruxelles permet de dresser la liste complète des élèves ayant bénéficié de son enseignement durant cette période au sein de l'institution.

Témoignages d'élèves[modifier | modifier le code]

Le Suisse Ernest Christen témoigne de ce que ressentent les élèves dans la classe : « Très intimidés, nous nous sentons comme des grillons appelés à chanter devant un rossignol ou des lampyres appelés à luire devant un astre de première grandeur. Avant l’arrivée d’Ysaÿe, une atmosphère de mystère plane sur la classe. Ysaÿe entre lentement, noblement. Nous sommes sur le point d’applaudir ; mais nous nous levons tout simplement »[2]. Une autre élève, Irma Sèthe, précise : « Comme les quelques tous grands, il était incapable de faire travailler des élèves dans le sens de leur donner des ‘leçons’. Pour l’intéresser, il fallait arriver chez lui avec un bon fond de métier, ‘digérer’ son école, jouer devant lui autant que possible et surtout l’entendre jouer lui-même. Ces élèves-là pouvaient se présenter à tout heure du jour chez lui. Il était toujours là pour eux »[3].

Liste des élèves[modifier | modifier le code]

Voici une liste alphabétique des élèves répertoriés[a] :

Les élèves d'Eugène Ysaÿe
Nom, prénom Dates de naissance et mort Numéro de matricule Parcours (Prix de violon) Notes
Adam, Scipion Câmpulung, 14 août 1875 – ? 6224 Membre d’un quatuor se produisant au Conservatoire Stern à Berlin et élève du directeur Hollaender[4].
Angenot, Laurent Verviers, 31 juillet 1873 – La Haye, 30 novembre 1949 4160 1er prix (1892) Commence ses études à l'École de musique de Verviers, sous la houlette de Louis Kéfer[5]. Grâce à Kéfer, il intègre le Quatuor verviétois en mars 1890 (remplace Jean Kéfer) et rencontre Guillaume Lekeu. Après le Conservatoire, il remplace Luigi Sartoni dans le Quatuor Crickboom mais le décès de l'altiste Gillet met fin au projet dès 1897[6].

Il s'installe alors à La Haye où devient violon solo de l'Opéra Français (1897) et professeur au Conservatoire Royal (1909-1938).

Arnoux, Édouard Molenbeek Saint-Jean, 9 septembre 1877 – ? 3550 Après un parcours chaotique au Conservatoire, intègre les premiers violons de l'orchestre de la Monnaie (1905) avant de passer dans les seconds violons (1910). Parallèlement, il enseigne en privé à Bruxelles[7].
Bachmann, Alberto (Abraham) Genève, 20 mars 1875 – 1963 3173 Voir dans Élèves particuliers
Bacon, Osmond Brighton, 4 septembre 1880 – ? 5086
Beckett, Alice Everton, 12 février 1875 – ? 6249
Behr, Hermann Mayence, 7 avril 1875 – ? 6262 S'installe à Breslau (actuelle Wrocław) où il exerce en tant que violoniste, compositeur et chef d'orchestre (Orchestverein) jusqu'en 1942 au moins. Il fait partie de deux ensembles : le quatuor Essener (1901)[8] et le quatuor Himmelstoss-Behr-Hermann-Melzer (1902-1903)[9]. Parallèlement, il est un pédagogue reconnu et compositeur à ses heures.

Il est le frère de la cantatrice Therese Schnabel.

Bell, George Dublin, 9 juillet 1871 – ? 4262
Bettman, Henry Portland, 3 septembre 1866 – ? 3389 Rentre à Portand et devient une personnalité importante de la ville. Garde malgré tout contact avec Ysaÿe qui fait appel à lui pour plusieurs arrangements musicaux[10]. À Portland, il organise des concerts de musique de chambre et joue en soliste avec le Portland Symphony Orchestra[11], dont il devient concert-master vers 1916[12] puis secrétaire en 1918[13].
Biermasz, Louis La Haye, 21 octobre 1870 – La Haye, 29 août 1901 3149 1er accessit (1887)
2e prix (1889)
1er prix avec distinction (1890)
Reste à Bruxelles jusqu'en 1892 puis s'installe à Paris où il intègre le pupitre de premier violon de l'orchestre Lamoureux (1893-1895)[14]. Il décède d'une maladie foudroyante le 29 août 1901 à La Haye[15].
Bondi, Samuel Budapest, 17 septembre 1873 – ? 4014 2e prix avec distinction (1892)
1er prix (1893)
Rentre dans sa région d'origine où il exerce comme concertiste (Budapest, Graz et Vienne) et pédagogue. À la fin des années 1920, publie plusieurs ouvrages pédagogiques sur l'étude du violon.
Bonzon, Georges Moscou, 25 janvier 1877 – Le Havre, septembre 1893 3548 2e prix (1891)

1er prix avec la plus grande distinction (1892)

Jeune prodige du violon, il se produit en public dès 1886. Malheureusement, il décède subitement au Havre en septembre 1893.
Bosard, Grégoire Verviers, 9 janvier 1863 – ? 2850 1er accessit (1888)
2e prix (1890)
1er prix (1891)
Étudie d'abord avec Émile Dongrie au Conservatoire de Mons où il obtient sa première division avec un 2e prix à la l'unanimité[16]. Après ses études à Bruxelles, il s'installe à Angers où il devient professeur puis directeur de l'école municipale de musique (1912). Parallèlement, il fait partie de l'orchestre des Théâtres et Concerts Populaires de la ville comme premier violon supplémentaire[17].
Bosquet, Ulysse Quiévrain, 22 mars 1863 – ? 3202a 1er accessit (1888)
2e prix (1889)
Étudie d'abord avec Émile Dongrie au Conservatoire de Mons où il obtient sa première division avec un 1er prix à l'unanimité[16]. Après son passage à Bruxelles, il retourne à Mons et devient moniteur de violon pour les cours préparatoires au Conservatoire de Mons (1893-1905) aux côtés de son ancien professeur[18].

Il est également le beau-frère de Mathieu Crickboom[19].

Brightwell, Winifred Mary Colchester, 26 octobre 1879 – ? 6233
Bron, Édouard Mulhouse, 2 mai 1874 – ? 4011 Élève de Martin-Pierre Marsick[20].

Professeur de violon à Paris[21].

Compositeur.

Canivez, Georges Châtelet, 17 janvier 1872 – ? 2401 Fils de Louis Canivez.

Directeur de musique de la ville de Bulle.

Chiaffitelli, Francesco Campinas, 15 mars 1879 – ? 5091 1er prix (1897) Voir dans Élèves particuliers
Christen, Ernest Bâle, 21 juin 1873 – 3 décembre 1961 4668 Auteur d'une biographie consacrée à Eugène Ysaÿe[22].
Claes, Fritz Malines, 9 décembre 1877 – ? 4558 2e prix (1896)
2e prix avec distinction (1897)
Collin, Alfred Spa, 17 octobre 1865 – Namur, juin 1923 1832 2e prix (1888)
1er prix (1889)
Professeur de violon à l'École de musique de Namur.

Directeur de l'Académie de musique de Namur [b].

Crickboom, Joseph Hodimont, 25 novembre 1882 – ? 3959 Voir dans Élèves particuliers
Crickboom, Mathieu Hodimont, 2 mars 1871 – Bruxelles, 30 octobre 1947 3358 1er prix avec la plus grande distinction (1888) Voir dans Élèves particuliers
Da Prato, Victor New York, 9 novembre 1876 – ? 5042
Daucher, Hans Nuremberg, 30 juin 1876 – ? 6080 1er prix (1897) Membre du Quatuor Schörg.
Degen, Fritz Bruxelles, 20 mars 1877 – ? 3847 2e accessit (1898) Membre du Nouveau Quatuor.
Delange, Prosper Bellaire, 18 février 1877 – Bruxelles, juin 1969 6017 Professeur au Lycée français de Bruxelles.
De Porre, Clément Gand, 24 octobre 1874 – Ledeberg, 1950 4658 Premier prix au Conservatoire de Gand en 1891. Après son passage au Conservatoire de Bruxelles, réorientation dans le domaine de la peinture.
De Reyghere, Alfred Bruges, 25 décembre 1875 – Bedford, février 1923 5043 Premier prix au Conservatoire de Gand en 1898.

Professeur de violon à Londres en 1908.

Père d'Alfred de Reyghere junior, membre du Quatuor Isolde Menges (en), ainsi qu'altiste et chef d'orchestre du Leicester Symphony Orchestra (en).

De Roest d'Alkemade, Frédéric Bruxelles, 17 octobre 1867 – février 1909 4081 Membre de la famille de Roest d'Alkemade.
Deru, Édouard Verviers, 15 février 1875 – San Francisco, 27 mars 1928 4159 2e prix avec distinction (1892)

1er prix avec distinction (1893)

Professeur de la Reine Elisabeth[23].

Professeur au Conservatoire Royal de Liège[24].

Premier violon à la Monnaie[25].

Fait carrière en Europe et aux États-Unis[26].

De Rycke, Adrien Tournai, 1876 – ? Obtention d'un prix en 1898 avec un autre professeur (M. Chanson)[27]
Desmidt, Samuel Angers, 14 avril 1866 – ? 3201 Obtient une troisième médaille du Conservatoire national de musique de Paris en 1882, chez M. Garcin[28]
Dikmann, Guillaume Essen, 31 juillet 1876 – ? 6063
Dongrie, Marguerite Mons, 27 août 1876 – ? 4147 2e prix (1893)

1er prix (1894)

Voir dans Élèves particuliers
Dubois, Antoine Watermael-Boitsfort, 16 juin 1876 – après 1932 3759 1er accessit (1892)

2e prix (1893)

1er prix (1894)

Voir dans Élèves particuliers
Duesberg, August Gelsenkirchen, 5 octobre 1867 – 1922 3202b 2e prix (1888) Voir dans Élèves particuliers
Dupont, Edmond Bruges, 18 mars 1868 – ? 3152 1er accessit (1888)

2e prix avec distinction (1890)

Favre, Édouard Fribourg, 30 mars 1872 – 1946 4896 Voir dans Élèves particuliers
Fernandez, Alfred Madrid, 6 mai 1874 – ? 6020 1er prix avec distinction (1896) Voir dans Élèves particuliers
Francés, Julio Madrid, 29 décembre 1868 – 1944 3835 1er prix (1891) Voir dans Élèves particuliers
Gillieaux, Francine Jemappes, 8 juillet 1865 – 1927 3147 Voir dans Élèves particuliers
Gish, Rossi Danville, 28 mars 1876 – ? 6036 2e accessit (1897) Premier violon du New York Ladies Trio[29].
Green, William Ezra Washington, 16 juin 1875 – ? 4996 Fils de Bernard R. Green, membre du Rakemann String Quartet

Fonde un quatuor, à Washington avec Robert Stern et Manolli[30].

Se produit avec le Hammer Quartet (Heinrich Hammer, lui, Daniel Breskin et Richard Lorgeberg)[31].

Guilliaume, Rose Saint-Josse-ten-Noode, 24 mars 1872 – ? 5010 Propose des cours de violon et d'accompagnement à Bruxelles[32].
Henry, Louis Newcastle-upon-Tyne, 19 décembre 1874 – ? 4560
Huberti, Elsa Anvers, 20 décembre 1880 – ? 4883 1er accessit (1897) Fille du compositeur Gustave Huberti[33].
Huguenin, Charles Le Locle, 14 mars 1870 – 1939 3590 2e prix (1889)

1er prix (1890)

Étudie le violon avec Louis Rey à Genève avant d'entrer au Conservatoire de Bruxelles. Après ses études, il fonde sa propre maison d'édition musicale et se fait connaître comme compositeur et chef de chœur.
Jamar, Georges Liège, 19 octobre 1877 – ? 6258 Étudie chez Oscar Dossin au Conservatoire Royal de Liège avant d'entrer au Conservatoire de Bruxelles. Après ses études, se produit aux Concerts Ysaÿe et comme second violon du Quatuor Zimmer à sa fondation. De 1902 à 1930, il est professeur au Conservatoire de Nancy.
Kéfer, Jean Ixelles, 28 juin 1869 – ? 3633 1er accessit (1891)

2e prix (1892)

Issu d'une importante famille de musiciens, il commence son apprentissage en violon et en piano à l'École de musique de Verviers dont son père, Louis Kéfer, est le directeur. De 1888 à 1896, il fait partie du Quatuor verviétois, du Quatuor rémois (1889-1891) et du Quatuor Crickboom comme altiste (1892). En 1896, il s'installe comme professeur à Bradford.
Kilmann, Karl Göteborg, 16 mai 1868 – ? 4041 1er prix (1891) Professeur au Conservatoire d'Helsinki puis au Leefson-Hille Conservatory de Philadelphie à partir de 1913[34].
Klumpke, Julia Boston, 12 août 1872 – 1961 5083
Knauer, Georges Burghausen, 23 décembre 1875 – ? 6081 1er prix (1897) Professeur au Conservatoire d'Athènes en 1889[35] puis rentre en Bavière où il rejoint le Münchener Streichquartet (1904-1908) et le Heinrich Schwartz Trio (1911-1912).
Kuipers, Arie Dordrecht, 19 mai 1870 – La Haye, 21 juin 1939 3578 1er accessit (1889)

2e prix (1890)

S'installe comme professeur de musique à Groningen, où il est le correspondant local du journal Weekblad voor Muziek de 1896 à 1904. Parallèlement, se fait connaître comme chef de chœur. Au début des années 1910, s'installe à La Haye où il décède en 1939.
Künkel, Adélaïde Louise Saint-Louis, 3 décembre 1877 – ? 4926 1er accessit (1897)

1er prix (1898)

Après ses études, rentre à Saint-Louis où elle se produit dans des concerts amateurs sous le nom de Lulu Kunkel-Burg[36].
Lambert, Camille Arlon, 8 mai 1874 – ? 3953 Il pourrait s'agir du peintre Camille Lambert (nl), né à Arlon en 1874[37].
Landas, Alphonse Tournai, 18 octobre 1876 – (1923 ?) 4884 1er accessit (1897) Après ses études, rentre à Tournai où il devient professeur à l'Académie de musique de Tournai. En 1904, fonde le Quatuor tournaisien, où il tient la place d'altiste, avec Léon Lilien, Henri Van Hecke et Louis Paternoster[38].
Laoureux, Nicolas Verviers (Dolhain-Limbourg), 24 avril 1863 – 1946 1838 Voir dans Élèves particuliers
MacCormac, Ernestine Whitehouse (Belfast), 16 juillet 1877 – 27 novembre 1952 6381 2e prix avec distinction (1898)

1er prix avec la plus grande distinction (1899)

Voir dans Élèves particuliers
Magny, Paul Londres, 13 novembre 1875 – ? 6206
Malignon, Eugène Genève, 17 juin 1870 – ? 3591
Marcelli, Jean Roubaix, 1er août 1870 – Croix (Nord-Pas-de-Calais), 20 novembre 1940[39] 3491 1er accessit (1889) Professeur de violon.

Négociant en pianos, instruments à cordes et partitions à Roubaix (accords, location, réparations) [40].

Marino, Pietro San Francisco (peut-être Naples[41]), 27 octobre 1878 – ? 6013 2e prix (1896)

1er prix avec distinction (1897)

Voir dans Élèves particuliers
Marsh, Florence Yeovil, 28 septembre 1876 – ? 6404
Matton, Carlo Ixelles, 15 février 1878 – Londres, 9 octobre 1917[42] 3436 1er accessit (1896)

2e prix (1897)

1er prix (1898)

Correspondant anversois du Guide Musical.

Mari de Juliette Painparé.

Crée à Anvers un Institut de musique Carlo Matton[43].

Mène une carrière de concertiste en Belgique (surtout à Anvers), puis à Londres à partir de la Guerre 1914-18, notamment avec sa femme. (pendant la Guerre 14-18, joue au profit du Belgian Relief Fund[44]).

Organise avec succès à Londres des « Concerts Carlo Matton-Painparé » annuels, sous le patronage d'Ysaÿe. Joseph Jongen fait partie des musiciens invités[45].

Maurage, Augustin (Auguste) Saint-Josse-ten-Noode, 12 décembre 1874 – Buenos Aires, 1925[46] 3486 2e prix avec distinction (1893)

1er prix (1894)

Compositeur, violoniste, chef d'orchestre et pédagogue[46].

Donne de nombreux concerts, notamment en Belgique, en France, aux États-Unis et en Argentine[46].

Voit son Opéra Bodas de Oro joué en Argentine, au Mexique, aux États-Unis et en Espagne, et sa mélodie Mi Rancho Vieje devenir populaire en Argentine[46].

Le 17 juin 1909, dédie en espagnol une Improvisation pour violon et piano à Ysaÿe[47].

Miry, Paul Gand, 14 août 1868 – Ixelles, 11 ou 13 mars 1926[48] 3429 1er accessit (1889)

2e prix (1890)

1er prix (1891)

Violoniste, altiste, pédagogue, compositeur[49].

Fils du compositeur Karel Miry.

Répétiteur du chœur et moniteur d'un cours préparatoire de violon au Conservatoire Royal de Gand (1885-1888)[49].

Premier prix au Conservatoire Royal de Gand en 1887.

Rejoint les XX (1893).

Organise avec la pianiste Louisa Merck un cours de lecture musicale pour piano et un cours de musique de chambre à l'Académie de musique de Charleroi (1893).

Joue à Paris comme altiste solo aux Concerts Harcourt et à la Société Nationale[49].

Second chef d'orchestre du Casino de Blankenberge (1895).

Altiste des Quatuors Crickboom (1895)[26] et Schörg (1900)[50].

Professeur de musique de chambre au Conservatoire Royal de Bruxelles de 1920 à sa mort[26].

Mitchell, Laura Edimbourg, 1877 – ? 6250
Moerenhout, Charles Bruxelles, 26 novembre 1876 – ? 3053 1er accessit (1892)

2e prix avec distinction (1893)

1er prix (1894)

En 1897, il va se fixer à Boston, nommé professeur de violon à Providence[51].
Monteiro de Godoy, Auguste Saint-Josse-ten-Noode (ou Argentine[52]), 15 novembre 1878 – Ixelles, 21 mai 1903 3906 Violoniste et chef d'orchestre[52].
Montviel, Dora May Londres, 22 mai 1876 – ? 2708
Moses, Stanley Sydney, 4 juin 1878 – Nice, 27 février 1902 4604 1er prix avec la plus grande distinction (1897) Voir dans Élèves particuliers
Nathan, Montagu Banbury, 17 septembre 1877 – Londres, 15 novembre 1958 5063 Voir dans Élèves particuliers
Nyblom, Carl Göran (sv) Uppsala, 26 février 1867 – Hedvig Heleonora à Stockholm, 17 avril 1920 3625 Violoniste, critique musical, pédagogue et compositeur.

Carrière en Suède.

Dessinateur et aquarelliste reconnu.

Famille d'artistes.

Owen, Hélène Birth, 24 août 1878 – ? 5068 2e accessit (1897)
Painparé, Juliette Anvers, 7 mars 1880 – Surrey, 1951 5013 Voir dans Élèves particuliers
Percenaire, Léon Bruxelles, 22 mai 1886 – ? 4744
Pirard, François Liège, 21 septembre 1871 – 1952 1466 2e prix (1890) Violoniste au Théâtre royal de la Monnaie[53].

Membre de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth[53].

Chevalier de l'Ordre de Léopold II[53].

Pisart, Augustine Bruxelles, 30 mai 1875 – ? 2665 1er accessit (1884)

2e prix avec distinction (1896)

Professeure dans une école de musique à Bruxelles fondée par sa sœur Jeanne Pisart et Marie Demaeght[54].
Pruvost, Gabrielle Etterbeek, 22 mars 1877 – ? 4445
Rasse, François Helchin, 27 janvier 1873 – 4 janvier 1955 4580 1er prix (1896) Voir dans Élèves particuliers
Reynolds, Helen New Bedford, 27 mars 1877 – ? 6439 Élève de Leopold Lichtenberg, Joseph Joachim, Carl Halir et Willy Hess[55].

Fait partie du Carolyn Belcher String Quartet[56], Olive Mead Quartet (en)[57], Helen Reynolds Trio[58] et du Elsa Fischer String Quartet[59].

Ritchie, Herbert Stroud, 3 février 1881 – ? 6208 1er accessit (1900) Carrière aux États-Unis[60].

1er chef d'orchestre du Seattle Philharmonic Orchestra[61].

Membre du Spargur Quartet[62].

Rousselle, Clément Ensival, 14 février 1877 – ? 6209 1er accessit (1897) Professeur à Lorient et Quimperlé[63].
Ryken, Georges La Haye, 24 septembre 1877 – ? 6704 Membre du Quatuor Zimmer[64].
Sartoni, Luigi Florence, 22 avril 1867 – ? 3577 1er accessit (1889)

2e prix (1890)

1er prix (1891)

Membre du Quatuor Crickboom de 1891 à 1892[65].
Sauveur, Eugène Spa, 20 juillet 1867 – ? 2498 Diplôme de capacité avec distinction (1889)[66] Obtient son premier prix au Conservatoire Royal de Gand en 1882.

Joue pour le Groupe des XX avec Eugène Ysaÿe, Joseph Jacob et Jozef Wieniawski en 1888[67].

Schadeck, Joseph Arlon, 8 juillet 1882 – ? 6058
Schmidt, Paul Uccle, 5 décembre 1880 – ? 3928 1er accessit (1898)

2e prix (1899)

1er prix avec distinction (1901)

Schoofs, Henri Saint-Josse-ten-Noode, 2 septembre 1875 – ? 3809
Schörg, Franz Munich, 15 novembre 1871 – Wurtzbourg, 5 avril 1923 4164 1er prix avec distinction (1892) Voir dans Élèves particuliers
Schumann, Mary Philadelphie, 10 août 1870 – ? 4948
Servais, Alphonse Verviers, 8 juin 1877 – ? 3929
Sèthe, Irma Bruxelles, 27 avril 1876 – 1958 ou après 3972 1er prix (1891) Voir dans Élèves particuliers
Smith, Francis Rugby, 19 juillet 1871 – ? 4904
Soetens, Xavier Emblehem, 10 janvier 1868 – ? 3275 1er accessit (1888)
Stearns, Robert Cary Washington, 17 janvier 1875 – Brookline, 17 août 1929 4998 Compositeur. Laisse notamment un Nocturne pour violon et piano publié à Washington en 1912.
Sterckmans, Fernand Louvain, 24 décembre 1874 – ? 3634
Telfer, Rosa Singapour, 5 mai 1873 – ? 4624
Ten Have, Jean Lyon, 24 juin 1873 – Saranac (New York), 1952 4428 1er prix avec la plus grande distinction (1894) Voir dans Élèves particuliers
Théroine, Albert Bruxelles, 10 juillet 1880 – ? 4647 Fils de Caroline-Antoinette Mège et de Jules-Albert Théroine, représentant des pianos Érard à Bruxelles[68].
Thiébaut, Henri Schaerbeek, 4 février 1865 – Uccle, 12 septembre 1959 2640 Voir dans Élèves particuliers
Tisdall, John Île Maurice, 22 janvier 1875 – ? 4957
Tulkens, Hector Spa, 17 juin 1877 – ? 3345 2e prix (1896)

2e prix avec distinction (1897)

Vander Does, Édouard La Haye, 10 septembre 1872 – ? 4438
Vandermeulen, René Gand, 16 décembre 1877 – ? 6252 2e prix avec distinction (1899)

1er prix (1900)

Est-il apparenté au compositeur gantois Jozef Vandermeulen?
Vanhoof (Vanhoff), Léopold Malines, 8 janvier 1880 – ? 6212
Van Loo, Joseph St Gilles, 12 janvier 1874 – ? 2452
Vengoechea, Santiago Pampelune, 8 novembre 1872 – 1960 4195 2e prix (1893)

1er prix (1894)

Violoniste actif essentiellement à Pampelune.

Ses archives musicales sont conservées à Errenteria dans le Pays basque[69].

Verbrugghen, Henri (en) Schaerbeek, 1er août 1873 – 12 novembre 1934 2950 1er prix (1889) Professeur de violon à Dublin en 1900[70].

Voir dans Élèves particuliers

Verheyden, Edward Anvers, 8 octobre 1878 – Anvers, 10 avril 1959 6213 Voir dans Élèves particuliers
Vilain, Léon Tournai, 17 septembre 1877 – ? 5079
Wagemans, Henri Schaerbeek, 4 décembre 1880 – 1948 6394 1er prix (1899) Voir dans Élèves particuliers
Weissheyer, Jacques Barr, 7 avril 1874 – ? 4203
Weist Hill, Ferdinand Londres, 28 septembre 1873 – après 1936 3488 2e prix avec distinction (1889)

1er prix avec la plus grande distinction (1890)

Voir dans Élèves particuliers
Wertheim, Sada Toledo, 18 janvier 1884 – ? 6002 2e prix (1897)

1er prix avec distinction (1898)

Le 11 décembre 1898, elle donne un concert à New York[71].
Weymans, Charles Anvers, 17 février 1876 – ? 5024 Ne s'est pas présenté au concours de violon le 1er juillet 1898 pour cause de blessure à la main.
Willame, Ernest Mons, 9 janvier 1872 – ? 3439 Remporte un premier prix à l'unanimité (seconde division) au Conservatoire de Mons en 1884 dans la classe d'Émile Dongrie[72].
Windust, Joseph Ernest Londres, 28 mars 1874 – 1928 4430 Il s'installe à New York en 1902[73].

Il est le père du réalisateur américain Bretaigne Windust.

Zimmer, Albert Liège, 5 janvier 1874 – Bruxelles, 11 juin 1940 4655 En 1914, Ysaÿe lui dédie, ainsi qu'à Jacques Gaillard, son Poème nocturne pour violon, violoncelle et piano.

Voir dans Élèves particuliers

Élèves particuliers[modifier | modifier le code]

Alberto Bachmann[modifier | modifier le code]

Né à Genève de parents russes, Bachmann passe sa jeunesse à Lille où il suit les cours d'Émile Schilllio, professeur au conservatoire de la ville. Après avoir obtenu un premier prix, il entre au Conservatoire Royal de Bruxelles chez Ysaÿe en janvier 1887, après quelques mois d'arrêt dus à une blessure. Il quitte l'établissement dès la fin de l'année 1888, à cause de difficultés avec la direction[74]. Après son départ de Bruxelles, il étude auprès des grands professeurs en Europe : César Thomson en 1888-1889, Jenő Hubay en 1890-1891 et Henri Petri en 1892. Il est probable qu'il continue de suivre également les cours d'Ysaÿe en privé.

En 1893, il effectue une tournée en Allemagne qui lui permet d'être engagé comme violon solo de l'orchestre du Konzerthaus de Berlin, avant d'être membre du Kaim-Orchestre de Munich. Après l'Allemagne, Bachmann s'installe à Genève de 1895 à 1898 où il commence à enseigner. À cette époque, il compose déjà, une activité qu'il pratiquera durant toute sa carrière.

En 1898, il se fixe à Paris et épouse Marie Réveilhac, pianiste et compositrice. Il continue de se produire comme violoniste tout en se construisant une réputation grandissante de violoniste-compositeur, et devient une personnalité importante de la scène musicale parisienne.

Outre ses activités de musicien, il se consacre parallèlement à l'écriture d'ouvrages sur le violon et les violonistes. Il publie un premier ouvrage en 1906, intitulé Le violon : lutherie-œuvres-biographies. Membre actif de la Société Internationale de Musique dès 1907, il publie une étude en deux parties sur Niccolò Paganini qui fait figure de référence à l'époque.

En 1913, le violoniste s'installe à New York. Il intègre rapidement la vie éditoriale locale en collaborant aux deux grands périodiques musicaux, le Musical America et The Musical Observer. Entre janvier et novembre 1914, il publie une série de huit « chapitres » intitulés « Style in Violin Playing » dans laquelle il analyse le style de plusieurs violonistes. Le quatrième chapitre fait fortement réagir le violoniste belge Ovide Musin et le débat se prolongera dans les chapitres suivants.

Il ne délaisse pas son activité de composition et, durant cette période, il publie de nombreuses pièces de genre, compositions personnelles, ouvrages pédagogiques et éditions « historiques ». Il reste également très actif comme interprète, jouant notamment au Carnegie Hall le 30 janvier 1918.

Vers janvier 1923, Bachmann rentre en France, sans pour autant cesser tout lien avec les États-Unis puisqu'il publie son Encyclopedia of the Violin à New York en 1925. Progressivement, il se détourne de la scène musicale et disparaît définitivement en 1939. Il décède en 1963.

Joseph Crickboom[modifier | modifier le code]

Joseph Crickboom, jeune frère de Mathieu Crickboom, a eu une carrière moins impressionnante que lui. Après un an au Conservatoire de Bruxelles, il part avec son frère en Espagne où il rejoint la classe que celui-ci dirige. Bien que Joseph obtienne le titre de premier accessit lors d’un concours en 1897, sa mère s’inquiète de son manque de motivation et le fait revenir à Bruxelles. À partir d'octobre 1899, il travaillera régulièrement au Cabaret Artistique ainsi qu’aux Concerts Ysaÿe[75]. Il ira même jusqu’à enseigner le violon dès 1905, au no 40, rue de la Source, à Bruxelles[76].

Mathieu Crickboom[modifier | modifier le code]

Mathieu Crickboom est le disciple d'Eugène Ysaÿe le plus connu. Avant même sa sortie du Conservatoire de Bruxelles, il occupait le poste de violon solo au Théâtre de la Monnaie, poste qu’il conserve jusqu’en 1890. Il a également fait partie du Quatuor Ysaÿe de 1889 à 1894, qu’il choisira de quitter pour se consacrer à sa propre formation : le Quatuor Crickboom. Il se produira également avec sa femme, la pianiste Clémence Campocasso (surnommée Renée[75],[77]).

Il passera une partie de sa carrière en Espagne où il sera le directeur des Concerts Symphoniques et de l’Académie de musique en Catalogne de 1896 à 1904. Il rentrera par la suite en Belgique où il occupera le poste de professeur de violon au Conservatoire de Liège (1910–1919) et au Conservatoire de Bruxelles (1919-1936). Il reviendra enseigner dans cette institution pendant la Seconde Guerre mondiale pour pallier l’absence du professeur Maurice Raskin, réfugié à Londres. Mathieu Crickboom s'adonne aussi à la direction d’orchestre ainsi qu’à la composition. Ses œuvres ayant eu la plus grande pérennité sont celles à visée pédagogique[77].

Francisco Chiaffitelli[modifier | modifier le code]

Violoniste né à Campinas au Brésil, il vient étudier auprès d'Eugène Ysaÿe au Conservatoire de Bruxelles à partir d'octobre 1895[78]. Après sa formation, il donnera plusieurs concerts en Europe tout en faisant des allers-retours au Brésil. Il deviendra par la suite professeur au Conservatoire de Rio de Janeiro et organisera même dans cette ville des concerts de soutien aux soldats belges blessés durant la Première Guerre mondiale[79]. Francisco Chiaffitelli a également eu une activité de compositeur.

Marguerite Dongrie[modifier | modifier le code]

Marguerite Dongrie est la fille d'Émile Dongrie, professeur de violon au Conservatoire de Mons, qui initia au violon d'autres futurs élèves d'Ysaÿe. Avant d'entrer dans la classe d'Ysaÿe à Bruxelles, Marguerite Dongrie obtient obtient un accessit seconde division au Conservatoire de Mons en 1884 (elle a alors 8 ans), dans la classe de son père, qui est aussi violon solo de l'orchestre de Mons[80]. Lorsqu'elle passe le concours de violon à Bruxelles, pour la première fois, en 1893, son père est déjà décédé. Elle obtient le second prix[81]. Elle s'inscrit à nouveau au concours l'année suivante, en 1894, et décroche le 1er prix. Cette année-là, neuf femmes concourent sur vingt-cinq candidats[82]. Durant ses études, Marguerite Dongrie se lie d'amitié avec la famille de son professeur[83]. Suite à l'obtention de son prix, elle effectue plusieurs concerts avec Ysaÿe mais aussi en tant que soliste. Ainsi va-t-elle jouer, en 1897, devant Camille Saint-Saëns :

« Marguerite Dongrie, qui est très connue et très appréciée ici, a interprété magistralement, en artiste convaincue, le troisième concerto de Saint-Saëns. Disons à ce propos que l'auteur de Samson et Dalila, pendant son dernier séjour à Bruxelles, avait convié Mlle Dongrie à l'hôtel de BelleVue, pour jouer devant lui ce concerto, et qu'il avait exprimé à la jeune violoniste toute sa satisfaction sur la façon vraiment heureuse dont elle avait compris le sens dramatique de l'œuvre »

— Le Guide Musical, 1897[84].

Le jeudi 18 mars 1897, au concert d'hiver (4e) du « Deutscher Gesangverein » à Bruxelles, dans la salle de la Grande Harmonie, Marguerite Dongrie joue la Fantaisie écossaise de Max Bruch, une œuvre de Wieniawski, et une autre de Svensen. On apprend aussi qu'elle a « l'intention de se faire entendre prochainement à Berlin »[85]. Elle se produit aussi en Hollande, à Amsterdam, en 1898, avec au programme le Concerto de Saint-Saëns et la Polonaise de Wieniawski. Elle fût rappelée trois fois[86].

Pour gagner sa vie, elle s'établit aussi comme professeur, comme le montre une annonce parue dans la presse : ouverture d'un cours d'étude de l'œuvre des maîtres classiques et contemporains, et histoire de la musique, au 11 rue du Bosquet à St Gilles[87]. Ysaÿe supervise les cours.

Elle se marie avec Anthony Dubois, rencontré au conservatoire, probablement entre 1898 et 1899. Bien qu'aucune information n'ait été trouvée à ce propos, on peut le déduire car dès ces années-là, on la présente dans les programmes comme Marguerite Dubois-Dongrie. Ce mariage prendra fin en 1911[88]. Elle sera une des assistantes d'Ysaÿe au conservatoire[89].

Sa carrière est essentiellement belge, même si elle réalise quelques concerts en Hollande et en Allemagne. Ainsi, le dimanche 5 août 1904, lors du concert dans la Galerie du Parc, avec l'orchestre symphonique dirigé par François Rasse, se produisent la cantatrice Nina Faliero-Dalcroze et Marguerite Dubois. Les œuvres jouées par la violoniste sont la Havanaise de Saint-Saëns, ainsi que Zingara de Wieniawski[90]. Elle joue régulièrement pour les Concerts Ysaÿe : « L'orchestre des Concerts Ysaye vient de donner un superbe concert où nous applaudîmes Mlle Delfortrie, Mme Kleeberg et Mme Dubois-Dongrie»[91].

La suite de sa carrière est peu documentée dans la presse de l'époque et mériterait de plus amples recherches.

Anthony (Antoine) Dubois[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit inscrit dans les registres du Conservatoire Royal de Bruxelles en tant que « Antoine Dubois », toutes les recherches effectuées recensent les activités d'Anthony Dubois dont le profil, les collaborations, les liens affectifs et professionnels nous permettent d'affirmer qu'il s'agit bien de la même personne. C'est pourquoi nous le prénommons Anthony.

Anthony Dubois n'a que treize ans lorsqu'il est admis dans la classe d'Ysaÿe, ce qui explique peut-être le nombre d'années passées au sein de l'établissement. À sa sortie du conservatoire, Anthony reste proche du cercle Ysaÿe et participe à de nombreux concerts organisés par son ancien professeur, qui l'apprécie beaucoup. Il joue dans l'orchestre des Concerts Ysaÿe et forme le Quatuor Dubois (avec Stanley Moses, Alfred Gietzen et Émile Doehaerd), qui sera certaines fois accompagné du pianiste Émile Bosquet[92]. Il participe au Quatuor Zimmer reformé en 1899, avec Nestor Lejeune et Émile Doehaerd[93]. L'élève d'Ysaÿe transmet aussi son savoir lors de cours : il est assistant, comme Marguerite Dongrie, de son ancien professeur au conservatoire[94]. Il donne une conférence à Molenbeek sur Jean-Sébastien Bach, dans le cadre de l'Université populaire de Molenbeek[95].

Dubois est aussi chef d'orchestre. Il dirige l’orchestre de La Monnaie pour certains concerts (au Waux-Hall notamment), en alternance avec Sylvain Dupuis[96], et se retrouve à la tête de l’opéra d’Anvers en 1908[97]. Il dirige également les chœurs de la Monnaie pour la saison 1908-1909[98]. On apprend qu'il crée des contacts en Allemagne et en Suisse et qu'il fonde une revue musicale, La musique internationale, avec René H. Feibelman, qui sera rédigée en France et en Allemagne[99].

Avant guerre, il dirige l'orchestre du Boston Opera House, lorsque Ysaÿe vient jouer à Boston le 15 décembre 1912[100]. Comme d'autres musiciens, Dubois quitte la Belgique pour l'Angleterre au début de la guerre. Le 1er mars 1915, il dirige l'orchestre du Queen's Hall de Londres, avec son professeur Ysaÿe en soliste, accompagné d'Édouard Deru[101].

August Duesberg[modifier | modifier le code]

Cet élève d'Ysaÿe, allemand d'origine, mène une carrière essentiellement viennoise. Il fonde en 1890, le « Erste Wiener Volksquartett für classische Musik » dans le but de promouvoir la musique populaire[102]. En 1891, Duesberg fait partie d'un autre quatuor créé par J. Gutmann. On y précise qu'il est élève d'Ysaÿe et d'Auguste Wilhelmy[103]. Comme beaucoup de musiciens viennois, il donne cours, à la Musikschule Jutta Pawel[104]. Sa rencontre avec la pianiste Nathalie Javurek va être déterminante dans sa vie car non seulement ils vont se marier, mais ils vont développer un répertoire commun[105]. Dès 1896, « Frau Duesberg-Javurek »accompagne très souvent le violoniste mais aussi le quatuor qu'il a formé[106]. En janvier 1897, la presse allemande relate le 14e concert du quatuor avec comme pianiste la femme de Duesberg[107]. En 1897, le Quatuor Duesberg est composé de Philomena Kurz, Anna v. Baumgarten, et Anton Barthlmé. En 1906, le couple va jouer à Darmstadt[108]. Leur fille, Nora, est musicienne. Les journaux la mentionne déjà lorsqu'elle a 10 ans, dans le cadre de concerts qu'elle donne en tant que pianiste[109]. Mais c'est en tant que violoniste que Nora, accompagnée de sa mère, jouent en duo aux États-Unis, en 1911[110]. Elle donne des récitals de violon dans lesquels elle utilise une sourdine, dispositif inventé par son père[111]. August Duesberg décède à Vienne, le 12 novembre 1922.

Édouard Favre[modifier | modifier le code]

Édouard Favre n'obtient pas de prix au Conservatoire de Bruxelles. Au sujet de son enfance, on découvre qu'il était ami avec Ernest Bloch[112] :

« Pour perfectionner les études musicales de leur fils, les parents d'Ernest Bloch décident de le confier en 1892 à Louis Rey, un des meilleurs violonistes de Genève, qui enseigne à l'Académie de Musique. Dans cette institution, il se fait de nouveaux amis, en particulier Robert Haas et Edouard Favre. »

Il quitte donc le Conservatoire Royal de Bruxelles en 1895 et retourne dans son pays natal : la Suisse. En 1904, on apprend dans la presse suisse que « le violoniste Edouard Favre (1872-1946) et l'organiste et chef d'orchestre belge Charles Delgouffre (né en 1860) font part au politicien de leur souhait de créer un Conservatoire »[113]. Favre est donc le créateur du conservatoire de Fribourg qui ouvre ses portes en 1904. Mais il continue sa carrière de violoniste car il fait partie de la première formation du Quatuor Schörg. En 1907, il quitte son poste à Fribourg et rejoint Vienne[114]. Il reviendra en Suisse à la fin de sa vie, car à partir de 1936, Favre dirige un orchestre amateur, basé à Lausanne : l'Odéon romand. Le programme consiste en des œuvres du répertoire classique et romantique facilement accessibles[115]. Il est aussi membre de la Société de Gymnastique Rythmique Jaques-Dalcroze[114].

Alfredo Fernandez[modifier | modifier le code]

Durant ses études à Bruxelles, Fernandez est actif dans le cercle Ysaÿe. En 1896, par exemple, il participe à une séance de musique de chambre avec Deru, Dubois, Moses, Chiaffitelli et Rousselle[116]. On trouve peu d'informations sur la suite de sa carrière excepté le fait qu'il est le professeur d'Albert Sammons, alors enfant. Et on peut émettre l'hypothèse qu'il soit parti en Équateur, dans la ville de Quito, où un certain Alfredo Fernandez donne cours de violon à l'époque qui nous concerne[117]. Mais cela reste une piste à confirmer.

Julio Francés[modifier | modifier le code]

Julio Francés débute son apprentissage du violon à Madrid, auprès de M. Monasterio[118]. Puis il décide d'aller étudier à l'étranger, avec Eugène Ysaÿe. Après son 1er prix obtenu en 1891, Julio Francés poursuit sa carrière de violoniste à Paris. Il se produit tout de même en Belgique car il fait partie des premiers violons de l'orchestre des Concerts Populaires de Dupont[119]. À Paris, il joue, entre autres, avec le violoncelliste Sarmiento et le pianiste Velasco, et fait partie de la société espagnole de quatuor établie à Paris. Lorsqu'il retourne à Madrid, il dirige l'orchestre de l'opéra du Théâtre Royal de la capitale espagnole. Sa carrière est aussi suivie en Belgique car on le mentionne à plusieurs reprises. Par exemple[120] :

« Une société de musique de chambre dirigée par un excellent violoniste, M. Julio Francès, obtient en ce moment de grands succès à Madrid, où elle donne ses séances dans la salle du théâtre de la Comédie. Cette société, qui en est seulement à sa seconde saison, a déjà fait entendre non seulement de nombreuses œuvres classiques, mais aussi des compositions d'auteurs espagnols actuels, entre autres des quatuors de MM. Ruperto Chapi, le fameux zarzueliste, Thomas Breton… »

Francés est aussi connu grâce au Quatuor Francés, actif entre 1905 et 1910, où l'altiste est Del Campo, fondateur du quatuor aussi connu qui porte son nom. Francés est également compositeur et enseignant : il est nommé professeur d'alto au conservatoire de Madrid, en 1934[121], à la veille de la guerre civile espagnole.

Francine Gillieaux[modifier | modifier le code]

Cette élève belge d'Ysaÿe est renommée pour sa pratique vocale. Elle n'obtient d'ailleurs pas de prix de violon car ne reste que six mois dans la classe. Francine Gillieaux apparaît plus souvent sous le pseudonyme de « Gherlsen »[122]. Elle participe aux concerts des XX, où ses interprétations des mélodies sont très appréciées :

« Francine Gillieaux était la plus sûre des musiciennes. C'est elle, au même concert, qui révéla Dansons la Gigue! de Bordes, dans toute son intensité dramatique (la Presse parla surtout d'« amusant cachet populaire...») et elle ne redouta point la périlleuse Chanson d'Ariel, sans accompagnement, dans la Tempête de Chausson, musique de scène pour l'adaptation de cette pièce au théâtre des marionnettes[123]. »

Elle est aussi appréciée de deux compositeurs : Guillaume Lekeu, dont ses talents de cantatrice l'impressionnent lors du Salon des XX, mais aussi Vincent d'Indy, comme en témoigne les lettres échangées entre la cantatrice et le compositeur :

« Dans la lettre du 5 novembre 1892, Vincent d'Indy montre son désir de l'avoir comme interprète : « Seulement, n'en parlez à qui que ce soit, je vous prie, Lamoureux m'ayant demandé le secret le plus absolu. » Il est question dans les autres lettres de rendez-vous, projets, rencontres. La lettre télégramme du 9 janvier 1893 est particulièrement éloquente : « J'étais trop émotionné à la fin du concert pour avoir pu vous l'exprimer comme je le pense. Vous avez été vraiment superbe et, du reste, il n'y a eu qu'une voix dans le public et parmi nos amis pour rendre justice à votre charmante voix (nullement altérée par le rhum, quoique vous en disiez) et à votre intelligence de musicienne accomplie — Lamoureux a été tout à fait content de vous et, après le Concert, il a dit à Chabrier qu'il ne pouvait pas désirer mieux pour chanter Gwendoline (qu'il va monter après la Cloche)[124] ».

Nicolas Laoureux[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille modeste de Dolhain-Limbourg, Nicolas Laoureux commence son parcours musical comme timbalier au théâtre de Verviers[c],[125]. Vers l'âge de quinze ans, il se prend d'intérêt pour le violon et entre à l'École de musique de Verviers[d] où il étudie avec Alphonse Voncken et Louis Kéfer.

En septembre 1882, il rentre à la fois à l'orchestre de La Monnaie et au Conservatoire Royal de Bruxelles, dans la classe Jenő Hubay. Malgré un tempérament maladif, conséquence d'une pneumonie contractée enfant, il sort en juin 1886 muni de son 1er prix. À l'annonce de l'ouverture d'une classe par Eugène Ysaÿe, il se réinscrit mais ne peut malheureusement suivre les cours plus de quelques mois, trop épuisé par son activité de concertiste. Il trouvera le moyen de suivre périodiquement les cours d'Ysaÿe en privé et deviendra l'ami du violoniste.

En plus de son engagement à La Monnaie, où il sera concertmeister pendant cinq ans, Laoureux se produit dans de nombreux concerts de chambre et d'orchestre à Bruxelles, notamment au Conservatoire avec la Société des instruments à vent ou dans l'orchestre du Waux-Hall dont il est membre du conseil administratif en 1893[126]. De 1898 à 1900, il est également second violon dans le Quatuor Thomson fondé par César Thomson avec Léon Van Hout et Édouard Jacobs. Comme chambriste, il se produit régulièrement avec Palmyre Buyst, son fils Maurice Laoureux et Émile Bosquet.

À la fin des années 1900, Laoureux entame l'écriture de sa Méthode pratique du violon (1907–1913) en six volumes qui deviendra un classique du genre, chaudement recommandé par Eugène Ysaÿe lui-même[127].

L'arrivée de la Première Guerre Mondiale le pousse à fuir en Grande-Bretagne avec son fils. Il y reste pendant toute la durée du conflit, poursuivant ses activités de concertiste dans son pays d'adoption. La guerre terminée, il rentre à Bruxelles et se détourne progressivement de sa carrière musicale, arrêtant définitivement à l'âge de 67 ans. Il décède en 1946 à 83 ans.

Ernestine MacCormac[modifier | modifier le code]

Née le 16 juillet 1877 à Whitehouse (qui fait partie du grand Belfast), Ernestine MacCormac grandit dans une famille de notables locaux versés dans la médecine. Son père, John MacCormac, est le fils du médecin Henry MacCormac (en) et le frère du chirurgien Sir William MacCormac (en) ; tandis que son frère Henry MacCormac (en) devient un dermatologue renommé.

Elle apprend d'abord le violon à Manchester avec le violoniste allemand Willy Hess puis avec le Français Émile Sauret, peut-être à Londres où il est professeur[128]. En octobre 1897, elle entre au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe d'Ysaÿe, qui est alors en tournée aux États-Unis et se fait remplacer par Alfred Marchot. À la suite du départ d'Ysaÿe en 1897, elle intègre la nouvelle classe de César Thomson dont elle sort en juin 1899, munie d'un 1er prix avec la plus grande distinction.

Après ses études, elle rentre au Royaume-Uni où elle entame une carrière typique, écumant les petites salles et les concerts privés à Londres, Belfast et en province. Jouissant d'un certain succès, elle se produit aux côtés de quelques grands artistes tels Nellie Melba[e], Émile Bosquet[f], Natalia Janotha ou la Princesse Te Rangi Pai (en)[g].

Parallèlement, Ernestine MacCormac développe un intérêt pour la musique folklorique irlandaise au contact de la folkloriste Charlotte Milligan-Fox. Elle se produit dans différents groupes folkloristes du pays dont la Gaelic League (Londres), la Irish Literary Society (Londres) ou le Feis Ceoil (Dublin). En 1904, elle fait même partie du tout premier comité de la Irish Folk Song Society fondé par Charlotte Milligan-Fox pour « collecter et publier les airs et balades de la race irlandaise »[129].

En 1906, son père décède, laissant deux filles non mariées. Quelques mois plus tard, Ernestine épouse le brigadier Alec Burrowes dont elle a quatre enfants : Lucie Burrowes (1908), Terence Burrowes (1909), Honor Burrowes (1913) et Alexander Burrowes (1919)[130]. Le mariage d'Ernestine MacCormac marque l'arrêt de sa carrière de violoniste, qu'elle ne reprendra pas après son divorce en 1922.

Elle serait décédée le 27 novembre 1952[130].

Pietro Marino[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille napolitaine pauvre qui émigre dans sa plus tendre enfance à San Francisco, il montre très tôt un penchant et de bonnes dispositions pour la musique, en particulier le violon. Après avoir réalisé son cursus académique à San Francisco, il parvient, « avec mille sacrifices »[41] , à entrer dans la classe d'Eugène Ysaÿe, dont il sort deux ans plus tard avec un premier prix, à l'âge de 19 ans.

Il débute alors très vite une fructueuse carrière de concertiste, qui le mènera principalement en Italie et à San Francisco, et lui permettra de côtoyer d'importants chefs d'orchestre : il sera premier violon sous la direction de Mascagni, puis sous celle de Walter Rothwell, Alfred Feith et Cornelius Depper.

De plus, sera engagé par Henry W. Savage pour jouer lors de la première représentation américaine de Madame Butterfly de Giacomo Puccini - qu'il connaîtrait selon ses dires personnellement — à Washington le 15 octobre 1906[131].

La presse est très élogieuse à son égard, le qualifiant par exemple de « futur grand violoniste après Ysaÿe »[131].

Anecdote : deux revues américaines, The Anaconda Standard et The Atlanta Constitution, relatent en 1906 le récit suivant : Ysaÿe, après un concert à Rome, aurait plaidé la cause de son jeune élève en difficulté financière à la reine Marguerite d'Italie, en le qualifiant de son « meilleur élève » et de « l'enfant le plus doué depuis Mozart ». Cette dernière se serait laissée séduire et l'aurait alors pris sous sa protection, lui permettant de finir ses études en lui payant notamment un violon de qualité[131],[132].

Stanley Moses[modifier | modifier le code]

Il débute ses études musicales avec sa sœur, pianiste et violoniste, avant de suivre des cours avec Horace Poussard (1828-1898), ancien premier prix du Conservatoire de Paris et maître réputé à Sydney. C'est ce dernier qui lui conseille d'aller se perfectionner dans un Conservatoire d'Europe, et lui suggère l'école belge de violon. Avant de partir pour Bruxelles, il donne quelques concerts en Australie[133],[134].

Il est admis au cours d'Ysaÿe le 23 septembre 1893. L'année de son départ correspond à celle de la démission du maître: il sort en septembre 1897, après avoir remporté le 1er prix « avec la plus grande distinction ». Il affirme vite sa valeur et quand Ysaÿe part pour sa seconde tournée en Amérique (novembre 1897-juillet 1898), il assure l'intérim[134].

Il commence sa fructueuse carrière de concertiste peu avant sa sortie de l'établissement. En Belgique, il joue notamment au sein du Quatuor Dubois (Anthony Dubois au premier violon, Stanley Moses au second, A. Gietzen à l'alto, et Émile Doehaerd au violoncelle)[135], qui avait la volonté de « faire entendre des œuvres modernes et peu ou pas connues »[135], avec le pianiste Émile Bosquet et avec le compositeur et chef d'orchestre François Rasse (qui dirige notamment l'orchestre des Concerts Ysaÿe)[136],[137].

À partir de 1898, il joue beaucoup à Paris, où il participe à des concerts de la Société Nationale avec l'orchestre des Concerts Colonne, donne des concerts à la Salle Pleyel avec Émile Bosquet, présente pour la première fois en France le Concertstück de François Rasse sous sa direction le 17 mars 1898[138], et, surtout, devient le deuxième violon du Quatuor Thibaud, avec lequel il créera le 1er Quatuor à cordes de Saint-Saëns[26].

Montagu Nathan[modifier | modifier le code]

Il a fait ses études à Birmingham avant d'entrer au Conservatoire Royal de Bruxelles (25 septembre 1895–septembre 1897), puis au Conservatoire Hoch à Francfort, et d'enfin suivre des leçons privées avec August Wilhelmj à Londres[139]. Entre 1900 et 1905, il fait souvent des apparitions aux Concerts de Musique de Chambre de l'Université de Belfast. À partir de 1900, il rédige aussi des méthodes de violon, et aux environs de 1907, il devient professeur de violon à Leeds, où il se produit régulièrement en concert et officie comme critique musical au Yorkshire Observer.

Il possède un temps un Quatuor, constitué de lui-même au premier violon, H.E. Dunford au second violon, Edgar Drake à l'alto, et de Deszo Kordy au violoncelle[140].

En complément de sa carrière de violoniste, il est compositeur, pédagogue, auteur et critique musical[139]. Son sujet de prédilection est la musique russe: il apprend la langue, organise en 1913 et 1914 « des concerts pionniers » au Hall Steinway à Londres, afin d'ouvrir le public anglais à ces musiques méconnues, et consacre de nombreux ouvrages et articles aux compositeurs russes majeurs et à l'histoire de la musique du pays[139].

À la mort d'Ysaÿe, il rédige un article à sa mémoire, « Eugène Ysaÿe: Some Personal Reminiscences », aux pages 593–595 du The Musical Times, vol. 72, no 1061 du 1er juillet 1931[1].

Juliette Painparé[modifier | modifier le code]

Juliette Painparé est issue d'une famille anversoise dont les membres montrent des aptitudes musicales rares, souvent comparée aux familles des Couperin ou des Bach[141] :

  • Jules Painparé : Père. Inspecteur des musiques de l'armée[142] et directeur de la Maison C. Painparé et Cie[143].
  • Marie-Émilie Pellaerts : Mère. Pianiste et professeure à Anvers[144]. Fondatrice de l'Institut Musical Painparé[145].
  • Hubert Painparé : Oncle. Professeur, organiste[146], écrivain[147].
  • Céleste Painparé : Sœur. pianiste virtuose et professeure[148].
  • Émile Painparé : Frère. violoncelliste, compositeur, journaliste et professeur[149].

Elle commence sa formation musicale dans l'Institut Musical Painparé d'Anvers, auprès de Mathieu Crickboom[150] pour la poursuivre au Conservatoire royal de Bruxelles de 1895 à 1898[151]. Elle poursuit sa carrière en tant que violoniste dans un premier temps, accompagnant son mari, Carlo Matton[152], et son frère[149]. Elle devient ensuite professeure à l'Institut Musical Painparé[152] et débute une carrière de cantatrice dès 1913[152].

Lors de la Première Guerre Mondiale, Juliette va émigrer en Angleterre, où elle va organiser, toujours avec son mari, des concerts caritatifs[153]. Elle va avoir une carrière assez riche par la suite, étant engagée à l'Opera House de Londres[153], et se produisant régulièrement à la BBC[154].

Elle décède en 1951 dans le Surrey[154].

François Rasse[modifier | modifier le code]

François Rasse est formé auprès d'Eugène Ysaÿe au Conservatoire royal de Bruxelles de 1893 à 1896[151], après quoi il va poursuivre une carrière très riche. En 1897, grâce son œuvre Concertstück (trio pour piano, violon et violoncelle dédié à Ysaÿe[155]), il obtient le premier 2d Prix de Rome[156] et le 1er Prix pour le concours spécial de musique de chambre de l'Académie de Belgique[156]. En plus de nombreux concerts et associations (comme avec le pianiste suisse Bertrand Roth (de)[157]), il va enchaîner des postes prestigieux :

Rasse va diriger les Concerts Ysaÿe[158] ; être nommé 2d chef d’orchestre du Théâtre royal de la Monnaie dès 1902[159] ; être nommé directeur des concerts symphoniques du Casino de Spa de 1904 à 1906[160] ; être nommé 1er chef d’orchestre au Théâtre de la Monnaie, aux côtés de Sylvain Dupuis, dès 1905[161] (il restera dans l’institution jusqu’en 1911[162]) ; donner des cours d’harmonie théorique par intérim au Conservatoire de Bruxelles en 1906[163] ; être nommé chef d’orchestre au Capitole de Toulouse de 1907 à 1908[164] ; être nommé 1er chef d’orchestre du théâtre hollandais, le Noord Nederlausche Opera en 1908[165] ; être nommé directeur de l’école de musique Saint-Josse-ten-noode-Schaerbeek en 1910[166] (poste qu’il garde jusqu’en 1925), succédant à Gustave Huberti ; être nommé professeur de lecture musicale et transposition au Conservatoire de Bruxelles en 1910[167] ; être nommé directeur de la musique et 1er chef d’orchestre au Kursaal d’Ostende (nl) en 1922 (il y reste jusqu’en 1932[160]) ; être nommé directeur du Conservatoire de Liège en 1925 (il reste en fonction jusqu’en 1938[160]) ; être critique musical pour le journal Le Soir de 1919 à 1925[168] et être élu membre de l’Académie Royale de Belgique en 1933[169].

Rasse a également obtenu une série de récompenses au cours de cette carrière : outre ses Prix de Rome et de l'Académie, il a reçu la 1re médaille du Comité du Salon des musiciens français en 1924[170] et lui a été donné les titres de Grand Officier de l’Ordre de Léopold, Grand Officier de l’Ordre de la Couronne et Chevalier de la Légion d’Honneur[168].

Il décède le 4 janvier 1955 à Ixelles[168], laissant une multitude d’œuvres au patrimoine belge[160].

Irma Sèthe[modifier | modifier le code]

Irma Sèthe est née le 28 avril 1876 à Bruxelles[171],[172]. Elle est la fille de Gérard Sèthe, entrepreneur textile bruxellois qui possédait une usine de feutre dans les années 1870, et de Louise Frédérique Seyberth-Sèthe, tous deux issus de familles rhénanes[173]. Elle a deux sœurs aînées, Alice, qui épousera le sculpteur belge Paul Dubois, et Maria, qui deviendra la femme de l'architecte belge Henry Van de Velde. Louise Frédérique Sèthe initie sa fille au monde musical, avant que celle-ci ne soit formée, dès ses cinq ans, par Ottomar Jokisch[173]. La jeune Irma Sèthe poursuit également son apprentissage au violon auprès d'August Wilhelmij durant l'été de ses neuf ans[173].

Le 23 septembre 1890, Irma Sèthe est admise au Conservatoire Royal de Bruxelles[174], où elle suit des cours de violon auprès d'Eugène Ysaÿe, mais également les cours d'harmonie de Gustave Huberti et le cours d'ensemble instrumental. Neuf mois seulement après son entrée au Conservatoire, début juillet 1891, Irma se voit décerner le premier prix en violon à l'âge de 15 ans[175]. Si le registre des matricules des élèves signale sa sortie du Conservatoire en septembre 1891, il semble qu'elle soit restée plus longtemps au sein de l'institution, aidant certains élèves d'Ysaÿe dans leur apprentissage jusqu'en 1894[176].

Avant même d'obtenir son prix, elle est présentée au public londonien du Saint James's Hall par Ysaÿe le 6 mai 1891[177]. Ce dernier, tombé amoureux de son élève, en fait sa maîtresse en 1893, la relation prenant fin avec le départ du violoniste pour sa première tournée américaine en novembre 1894[178]. Avant la rupture, il compose pour elle son Poème concertant, tandis que Théo Van Rysselberghe la peint cette même année 1894[179].

Dès 1898, elle est installée à Berlin avec son mari, Samuel Saenger, et joue au sein de l'Orchestre philharmonique de Berlin. Elle deviendra également professeur à la Hochschule de Berlin[180].

En 1907, elle crée, avec Otto Urack et Walther Lampe, le Berliner Kammerspiel-Trio[181].

Durant la période 1894 à 1911, elle collabore avec de nombreux artistes: Marguerite Swale, Gustav Ernest, Alfred Reisenauer, Paul Ludwig, George Henschel, Henry Bird, Eleanor King, Louis Hillier, Waldemar Lütschg et Erna Klein.

Elle interrompt sa carrière dans les années 1910, sans raison apparente.

Elle fuit avec son mari, Samuel Saenger, et ses deux filles pour les États-Unis au début des années 1940, son mari étant d'origine juive[180]. Ce dernier décède en 1944[176].

Elle décède en 1958 ou après, probablement à New York[182].

Franz Schörg[modifier | modifier le code]

Franz Schörg (sv) naît à Munich le 15 novembre 1871. Il est admis au Conservatoire Royal de Bruxelles le 1er octobre 1891 et y suit le cours de violon d'Eugène Ysaÿe, ainsi que les cours de contrepoint de M. Kufferath et d'ensemble instrumental. Il obtient son premier prix en violon avec distinction en juillet 1892 et quitte le Conservatoire en septembre de la même année[183],[184].

Après sa sortie du Conservatoire, il part vivre six ans de « voyages artistiques » en Allemagne et en Suisse. Il forme un Quatuor avec Édouard Favre, Eugène Raymond et Jacques Gaillard en 1896 à Genève. À Bruxelles en 1897, la formation change et comprend, outre lui, Hans Daucher au second violon, Paul Miry à l'alto et Jacques Gaillard au violoncelle. Sous cette forme, le Quatuor Schörg se présente pour la première fois au public le 19 novembre de cette année à Bruxelles, à la salle Ravenstein, dans le Quatuor à cordes de César Franck et le Quatuor en la de Schumann[185].

Franz Schörg se produit énormément à Bruxelles avec son Quatuor et collabore notamment avec Céleste Painparé, Florence Nightingale, Alice Dupouy, Jean Ten Have, François Rasse et Émile Bosquet.

Le Quatuor Schörg change de violoncelliste au moins en 1913 : le Belge Émile Doehaerd (1876-1960)[186].

À la suite de cela, il reforme un nouveau quatuor avec lequel il se représentera en Suède jusqu'en mars 1923[187].

Il décède le 5 avril 1923 à Wurtzbourg[187].

Jean Ten Have[modifier | modifier le code]

Jean Ten Have naît le 24 juin 1873 à Lyon. Son père était un violoniste hollandais[188]. Il est admis au Conservatoire entre le 11 et le 12 octobre 1892[189]. Il suit la classe de violon d'Eugène Ysaÿe et remporte dans celle-ci le Premier Prix avec la plus grande distinction en 1894 avec Adagio et Finale de la Fantaisie écossaise de Max Bruch; il suit également le cours d'harmonie de M. Huberti et le cours d'ensemble instrumental[190],[191],[192]. Il quitte le Conservatoire en septembre 1894. En 1895, alors qu'Ysaÿe est en tournée, il assure l'intérim de ses cours. Le 26 janvier 1896, il joue au cours du second des Concerts Ysaÿe au Cirque Royal à Bruxelles[193]. Durant la seconde moitié de cette décennie, il fait partie de l’Orchestre des Concerts Ysaÿe[194].

Il se produit principalement à Bruxelles mais joue occasionnellement au Royaume-Uni[195] et en Allemagne[196].

On ignore à quel moment il met au point et orchestre, avec François Rasse, le Poème concertant d'Ysaÿe[197],[198].

Il habite à Paris après ses études, ville qu'il quitte en août 1916 pour les États-Unis, où il devient professeur au Cincinnati Conservatory of Music[199].

Il décède en 1952 à Saranac, dans l’état de New York.  

Henri Thiébaut[modifier | modifier le code]

Henri Thiébaut naît à Schaerbeek le 4 février 1865[200],[201]. Son père est le peintre Édouard Thiébaut. Il est admis le 11 septembre 1884 au Conservatoire où il suit le cours de violon de Colyns, Vessière et Alonso. Il suit les cours d'Eugène Ysaÿe à partir du 22 octobre 1887, ainsi que ceux de solfège (professeur Sangler) dès 1886, ayant un second prix cette même année. Il suit le cours d'ensemble vocal, puis instrumental, et est admis à fréquenter la classe d’harmonie théorique de Jehin en septembre 1886, pour laquelle il obtient un 2e accessit en 1888. Il suit également la classe d’harmonie écrite de Gustave Huberti et de J. Dupont, dès le 5 septembre 1888, pour laquelle il obtient le 2e prix avec distinction en 1890, le rappel avec distinction du 2e prix en 1891 et le 1er prix avec distinction en 1892. Enfin, il est admis à fréquenter la classe de contrepoint de M. Kufferath, le 20 septembre 1892. Il quitte le Conservatoire en 1893. Ce parcours est cependant incertain, les informations fournies par les archives du Conservatoire se montrant contradictoires[202],[203],[204],[205],[206].

Il se parfait ensuite en écriture avec Jan Blockx.

Il est compositeur, mais aussi chroniqueur musical pour la presse, notamment La Libre Critique, et répétiteur en harmonie au Conservatoire jusqu’à la fin du siècle.

En 1894, il fonde un chœur féminin, le Chœur des Dames Art-Charité, et organise des cours de musique pour dames.

En 1896, il crée une « École de Musique et de déclamation », renommée en 1907 « Institut des Hautes Études Musicales et Dramatiques », pour s'appeler finalement « École royale Henri Thiébaut ». Le système d'enseignement donné y est novateur, car il allie aux cours de musique des cours de culture générale. Il s'intéresse aussi à la méthode rythmique du Suisse Émile Jacques-Dalcroze et l'introduit le premier en Belgique en l'insérant dans son programme d'enseignement[207].

Il organise fréquemment des concerts pour les malades de l'hôpital militaire au début des années 1930[208].

Concernant sa musique, il est renommé pour ses pièces lyriques, dont la Passion du Christ, Le Juré, Polyphène, et sa musique pour le Bourgeois Gentilhomme. Ses pièces sont aujourd'hui tombées dans l'oubli.

Il décède à Uccle le 12 septembre 1959.

Henri Verbrugghen[modifier | modifier le code]

Henri Verbrugghen, né à Schaerbeek le premier août 1873, est admis au Conservatoire Royal de Bruxelles en 1886; il suit d'abord les cours de Hubay puis d'Ysaÿe, auprès de qui il obtient son premier prix en 1889[209].

Eugène Ysaÿe, l’ayant pris sous son aile, l’emmènera en tournée et lui présentera Daniel Mayer[210], qui découvrira par la même occasion le quatuor Verbrugghen, fondé par celui-ci. Il s’installe en Écosse au début du XXe siècle et joue régulièrement à Edimbourg en 1902 avec cette formation[211]. Alors qu’il se produit régulièrement à Londres, il sera nommé professeur en chef du conservatoire de Glasgow en 1912[212]. C’est à Edimbourg qu’il commence à s’investir davantage dans la direction d’orchestre[213]. Après quelques retours en Belgique pour des prestations à la Monnaie notamment, il fait office de chef d’orchestre pour le « Beethoven Festival » à Londres[214].

En 1914, il est nommé nouveau directeur du Sydney Conservatorium of Music (en) de Sydney[215], ce qui lui permet de s’éloigner de l’Europe et de la guerre. Il est le lauréat d’une candidature ayant rassemblé près de 150 candidats et qui le met à la tête du premier conservatoire subventionné sur le sol anglophone[216].

Il participe à la normalisation en Australie de l’accord tel que pratiqué en Europe, un demi-ton plus grave[217]. Déjà à l’époque, il est attiré par les États-Unis s’y rendant en 1918 pour un concert et quelques interviews[218]. Ne rechignant pas à se mêler au monde politique, il obtient en 1920 un subside de l’état australien pour former un nouvel orchestre attaché à son institution[219]. Il ne sera cependant plus pour très longtemps en Australie, puisque dès 1922, après avoir dirigé plusieurs fois aux États-Unis le Minneapolis Orchestra en tant qu’invité, il s’engage sur le long terme à la direction de cet orchestre américain pour un premier contrat de trois ans[220]. Le New South Wales Orchestra, fondé deux ans plus tôt à Sydney, est, quant à lui, déjà dissout.

Cette nouvelle carrière l’emmène régulièrement à travers les États-Unis lors des annuelles tournées de printemps et d’hiver du Minneapolis Orchestra bien qu’il rate la moitié de sa première tournée pour raisons de santé[221]. Son épouse viendra chanter avec le Minneapolis Orchestra en tant que mezzo-soprano durant l’hiver 1924[222], puis en 1925 il se produit pour la première fois au Canada[223].

Élu maire honoraire de Pequot, Minnesota, en 1926, il dirigera pour la première fois un autre orchestre américain que le Minneapolis, en étant invité à diriger l’orchestre de Chicago pour un concours d’étudiants solistes[224]. Grâce à son influence, le Minneapolis recevra, à partir de 1927, des fonds supplémentaires pour continuer son activité durant plusieurs années[225], avec renouvellement de contrat à la clé pour Verbrugghen. Le Quatuor Verbrugghen, qui était venu de nombreuses fois se produire Outre-Atlantique, est finalement dissout le 14 avril 1927.

Après la direction d’un concert exceptionnel au Hollywood Bowl[226], le Minneapolis Orchestra et Verbrugghen se produiront pour la première fois à Cuba en 1928[227]. Durant les années qui suivent, il a l’occasion de recevoir comme soliste invité le célèbre pianiste Horowitz[228] et de diriger une série de pièces jazz en 1931 à Minneapolis[229]. Il tombe malheureusement malade à la fin de l’année et ne reprendra jamais vraiment ses fonctions.

De retour en Belgique, il est rédacteur d’articles dans le Musical America durant l’année qui suit[230]. Il revient ensuite aux États-Unis où il hérite de la chaire de musique au Carleton College dans le Minnesota[231].

Il décède le 13 novembre 1934 dans le Minnesota et un concert hommage du Minneapolis Orchestra lui est consacré[232].

Edward Verheyden[modifier | modifier le code]

Né à Anvers le 8 octobre 1878, il fera des études tout d’abord à la Vlaamse Muziekschool d’Anvers puis sera admis au Conservatoire Royal de Bruxelles le 12 octobre 1896. Il obtient un deuxième prix de violon avec distinction en 1897, suivi d’un premier prix en 1898[233].

Sa carrière sera principalement attachée à Anvers. Il est avant tout compositeur et certains de ses Lieder sont joués à Anvers au printemps 1904[234]. Dès 1906, il devient professeur au Conservatoire d’Anvers et se tourne de plus en plus vers la pédagogie. Son épouse chantera lors d’une audition de ses compositions le 14 février 1911, à Anvers toujours[235]. Il a participé à la fondation de la société d’auteurs NAVEA, ancêtre de la SABAM, en 1922.

Il est décrit comme un post-romantique pourvu de lyrisme[236].

Henri Wagemans[modifier | modifier le code]

Né à Schaerbeek, le 4 décembre 1880, il est admis au Conservatoire Royal de Bruxelles le 10 octobre 1897. Il suivra les cours de violon d’Ysaÿe puis de Thomson. Il est radié (puis rapidement réintégré) suite à une irrégularité et décroche un premier prix de violon en 1899[237].

Réputé pour sa virtuosité, il fera avant tout carrière en tant que musicien soliste. En 1902, il travaille en tant que musicien pour le casino de Monte-Carlo[238]. En 1919, il s’attache à la cour princière de Monaco[238] - l’essentiel de son activité a lieu dans cette région méridionale de la France (à Cannes notamment)[239].

En 1930, il fonde son propre quatuor (avec Van Hout, Pitch et Scharrès) et donne, la même année, un concert avec Charles Scharrès[240]. Il est professeur de violon au Conservatoire Royal de Bruxelles de 1936 à 1946 et meurt peu de temps après sa retraite, en 1948.

Ferdinand Weist-Hill[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille musicale, Ferdinand Weist-Hill est très tôt initié à la musique par son père Thomas Henry Weist-Hill, violoniste et premier principal de la Guilhall School of Music, avant de poursuivre sa formation à la Guilhall School en 1886. Avec son frère Egerton, violoncelliste, il se fait rapidement remarquer pour son talent[241] et en 1888, Ferdinand intègre la classe d'Ysaÿe au Conservatoire Royal de Bruxelles. Élève prometteur, il est récompensé par un 2e prix avec distinction en juin 1889 ; le règlement empêchant d'octroyer un 1er prix après moins d'un an[242]. C'est donc en juin 1890 qu'il reçoit son 1er prix, avec la plus grande distinction.

Voulant poursuivre ses études auprès du maître, il reste au Conservatoire encore une année, sans participer au concours. Et en février 1892, après le décès de son père, la Draper's Company (en) lui octroie une bourse de 100 £ pour continuer ses études à Bruxelles[243], probablement en privé, pendant au moins un an. La bourse sera même renouvelée pour six mois en mai 1893[244].

Le 20 décembre 1893, Ferdinand Weist-Hill fait un retour remarqué à Londres en interprétant le Concerto no 4 pour violon d'Henry Vieuxtemps au concert de la Westminster Orchestral Society[245]. À la suite du concert, il est engagé pour participer à la tournée d'adieu de la cantatrice Marie Rôze[246], ce qui le fait connaître aux quatre coins du pays. Il se lance alors dans une carrière de chambriste typique, alternant entre les circuits officiels de Londres et les concerts privés de province.

De 1896 à 1897 – après un bref passage dans l'orchestre du Casino de Monte-Carlo[247] – il s'attache au Queen's Hall de Londres où il se produit comme soliste dans les Sunday Afternoon Concerts d'Alberto Randegger, et comme second violon du Queen's Hall Quartet[248] fondé par Enrique Fernández Arbós avec Alfred Hobday (en) et W. H. Squire. De 1899 à 1902, il est membre du Herbert Sharpe Trio[249] avec le pianiste Herbert Sharpe (en) et le violoncelliste Tennyson Werg. Et de 1906 à 1908, il est premier violon d'un "London String Quartet" composé d'Ernest Yonge (alto), T. Egerton Weist-Hill (violoncelle) et Claude Hobday (en) (contrebasse)[250].

Entre les concerts de musique de chambre, Ferdinand Weist-Hill joue régulièrement en orchestre. Durant l'hiver 1899-1900, il est premier violon du Ivan Caryll Orchestra[251]. En 1901 et 1902, il dirige les représentations de Sweet Nell of Old Drury[252] dont la musique de scène est composée par son ami Raymond Rôze (en). De 1901 à 1909, il est premier violon pour l'orchestre de la New Richmond Philharmonic Society[253]. Enfin, de 1908 à 1910 il est régulièrement premier violon dans l'orchestre des Oratorios de l'Église St. Matthew de Brixton[254].

De 1910 à 1931, Ferdinand Weist-Hill disparaît du monde musical. Il réapparait en juin 1931, dans une diffusion radiophonique de la B.B.C.. À partir de mars 1932, il est premier violon successivement dans les sections D, E et C de l'orchestre de la B.B.C., et ce jusqu'au 13 janvier 1936, date de sa dernière apparition.

Albert Zimmer[modifier | modifier le code]

Né à Liège le 5 janvier 1874 dans une familles d’horlogers, Albert Zimmer évoluera tout d’abord au Conservatoire de Liège[255], puis est admis au Conservatoire Royal de Bruxelles le 24 octobre 1893[256].

En 1898, il donne un concert à Londres, au Crystal Palace, en tant que soliste[257]. Il se produit ensuite très régulièrement avec la formation qu'il fonde, le Quatuor Zimmer, non seulement à Bruxelles, à la Maison d'Art[258], mais aussi à Anvers[259] et à Liège[260]. Il renonce, au début de sa carrière, à partir aux États-Unis, pour rester auprès d’Eugène Ysaÿe avec qui il joue en tant que second violon[261].

Il entame, en 1901, une collaboration avec Maurice Jaspar proposant une série de séances pédagogiques sur l’histoire de la sonate[262] puis sur les grands compositeurs modernes[263]. Il est ensuite, la même année, le lauréat d’un concours pour le poste de professeur de violon au Conservatoire de Gand[264]. Il assurera également quelques intérims à la succession d’Eugène Ysaÿe pour les cours de violon au Conservatoire de Bruxelles[265] donnant d’ailleurs régulièrement des cours au 110, Rue de la Loi[266].

Le Quatuor Zimmer fera plusieurs tournées en France, passant notamment par Lyon[267] puis en 1906 à Bordeaux[268]. En 1907, il prend la direction des activités de l’institut de "gymnastique rythmique" à Bruxelles[269], tandis qu'en 1908, il fonde la société Jean-Sébastien Bach, qui donnera trois concerts par an à la salle Patria[270], ce qui marquera son passage à la direction d’orchestre[271]. Entre ses déplacements en France avec le Quatuor Zimmer, il organise avec la société Jean-Sébastien Bach un premier festival sur deux journées, répétant l'initiative durant la saison 1911-1912[272]. Fin 1912, il est décoré de l’Ordre de Léopold[273].

Le Quatuor Zimmer rend hommage à Eugène et Théo Ysaÿe lors d’une série de concerts en octobre 1913. L’activité du quatuor est malheureusement interrompue par la première guerre mondiale ainsi que l’existence de la société Bach qui s'en trouve malheureusement écourtée[274].

Le Quatuor Zimmer reprendra son activité après la guerre et sera en activité jusqu'à la saison 1936-37. Zimmer abandonnera cependant sa carrière de soliste pour s’occuper davantage d’organisation de concerts et le soutien de jeunes talents. Le 11 juin 1940, Albert Zimmer décède, loin de la vie publique[275].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Registres des examens généraux, Classe de Monsieur Ysaÿe, 1887-1898, registres manuscrits sans cote.
  • Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Registres des matricules [registres reprenant, par numéro croissant de matricule, les élèves toutes classes confondues et apportant une série d'informations sur leur parcours au sein de l'institution], cote ARC-002, volumes 3 (1883-1887), 4 (1887-1892), 5 (1892-1897) et 6 (1898-1902), manuscrits.
  • Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Fiches d'admission des élèves [fiches nominatives manuscrites reprenant le numéro de matricule, le lieu et la date de naissance, le domicile, la profession des parents, ainsi qu'une série d'informations sur le parcours au sein de l'institution], sans cote.

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette liste se base sur le dépouillement des registres d'examens, des registres de matricules et des fiches d'admission effectué en février 2018 au sein des archives de la Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles par les étudiants inscrits au séminaire universitaire en musicologie Patrimoine musical belge. Questions de recherche qui avait pour thème les élèves d'Eugène Ysaÿe au Conservatoire royal de Bruxelles (1886-1898).
  2. Le précédent directeur, Charles Hemleb, avait fait changer le nom lorsqu'il occupait les fonctions de directeur. Aujourd'hui cette institution porte le nom de Conservatoire Balthasar-Florence.
  3. Probablement la « Bonbonnière », prédécesseur du Grand-Théâtre de Verviers ouvert en 1892.
  4. Aussi appelé Conservatoire de Verviers.
  5. Nellie Melba et Ernestine MacCormac jouent toutes deux au concert d'ouverture de la saison 1901-1902 de la Belfast Philharmonic Society, le 18 octobre 1901.
  6. Ernestine MacCormac et Émile Bosquet jouent ensemble à deux reprises. Le 7 juin 1901 lors d'un concert au Steinway Hall de Londres dirigé par Alice E. Joseph. Et le 7 octobre 1904 au Ulster Hall de Belfast, pour un concert organisé par Ernestine MacCormac elle-même.
  7. Le 3 octobre 1902, Ernestine MacCormac organise un concert au Ulster Hall de Belfast avec Natalia Janotha, Te Rangi Pai et le ténor américain Kelley Cole.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Montagu Nathan, « Eugène Ysaye: some personal reminiscences », The Musical Times,‎ (RIPM)
  2. Christen 1947, p. 71.
  3. Bibliothèque royale de Belgique, Mus. Ms. 1472/III/5 : Lettre d’Irma Sèthe à Antoine Ysaye du 24 mars 1938.
  4. (en) « Fiddle and Bow », The Musical America,‎ .
  5. « Verviers », Le Guide musical,‎ .
  6. Stockhem 1990, p. 140.
  7. Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, Paris, E. Risacher, 1905-1910.
  8. (de) « Bericht », Musikalisches Wochenblatt,‎ .
  9. (de) « Breslau », Die Musik,‎ avril 1902 et 1903
  10. (en) « Sans titre », Musica America,‎ .
  11. (en) « Its Next Performance Eagerly Awaited by Oregon City’s Music People », The Musical America,‎ .
  12. (en) « Draws Largest Crowd in History of Theater in Oregon City —Orchestra Heard », The Musical America,‎
  13. (en) « Orchestra to Give Six Concerts », The Musical America,‎
  14. Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, Paris, E. Risacher, 1893-1895.
  15. Acte de décès de Louis Biermasz, no 2445, Archives Municipales de La Haye [lire en ligne].
  16. a et b « Province. Mons », Le Guide musical,‎ 21-28 août 1884
  17. « Tableau de l'orchestre. Saison 1901-1902 », Angers-Artiste,‎ .
  18. Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, Paris, E. Risacher, 1983-1905
  19. Bibliothèque Royale de Belgique, Correspondance de Matthieu Crickboom.
  20. Chronique artistique, 25 décembre 1892, p. 223.
  21. Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical, 1896, 1897, 1899, 1903, 1905, 1906, 1907.
  22. Ernest Christen (préf. Émile Jaques-Dalcroze), Ysaÿe, Genève, Labor et Fides, 1947, 2e éd., 232 p. (OCLC 18975550, notice BnF no FRBNF32280099)
  23. (en) The Musical America, 5 janvier 1918
  24. Le Menestrel, du 27 février 1920
  25. (nl) Ann Casier, De Oostendse muziekgeschiedenis : Belangrijkste solisten en gastdirigenten in het kursaal 1850-1914
  26. a b c et d Stockhem 1990, p. ?.
  27. Registre du Conservatoire Royal de Bruxelles.
  28. Écho saumurois, 13 avril 1880.
  29. (en) The Musical America, 24 juin 1899.
  30. (en) The Musical America, 21 décembre 1907.
  31. (en) The Musical America, 9 mars 1912.
  32. Le Guide Musical, 4 décembre 1904.
  33. Gustave Huberti, Brume de midi, pour chant et orchestre, partition autographe signée « Bruxelles 28 septembre 1904 », dédicacée « À ma fille Elsa » (Bibliothèque Royale de Belgique, B-Br Mus. Ms. 618).
  34. (en) « Offers Violin Scholarship », The Musical America,‎
  35. « Athènes », Le Guide musical,‎
  36. (en) [Anon.], « Music », The Musical America, vol. 3, no 12,‎
  37. Born in 1874, Camille Lambert studied at the Academy of Brussels and at the age of 20 was asked to choose between painting and music. (« Né en 1874, Camille Lambert étudie à l'Académie de Bruxelles et à l'âge de 20 ans, il lui est demandé de choisir entre peinture et musique. ») « Exhibition: Ondes et Miroirs by Camille Lambert » sur ambafrance.org.
  38. [Anon.], « Tournai », Le Guide musical, vol. 51, no 10,‎
  39. « "Jean (Henri) Marcelli" », sur Geneanet.org, s.d. (consulté le 14 mars 2018)
  40. « Annuaire de des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, [s.d.] 1909 (consulté le 18 mars 2018).
  41. a et b (it) Riccardo A. Lucchesi, « Concerti », Gazzetta musicale di Milano,‎ , p. 217 (lire en ligne).
  42. s.n., « Nécrologie », L'Indépendance belge (édité en Angleterre),‎ , p. 4 (lire en ligne).
  43. (nl) s.n., « Belge Muts, Nationalestr., 15 groote keus van Carnavalartikelen », De Nieuwe Gazet,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  44. s.n., « Concert Carlo Matton / Belgian Relief Fund / Au Sword Club », L'Indépendance belge (édité en Angleterre),‎ 18 novembre 1914 / 8 décembre 1915 / 16 décembre 1915, p. 3 (lire en ligne).
  45. s.n., « Concert Carlo Matton-Painparé », L'Indépendance belge (édité en Angleterre),‎ , p. 4 (lire en ligne).
  46. a b c et d Levaux 2006, p. 424.
  47. B-Br Mus.Ms.102.
  48. (nl) Flavie Roquet (dir.), Lexicon Vlaamse componisten geboren na 1800, Roeselare, Roularta Books, 2007, 945 p. (ISBN 978 90 8679 090 6), p. 509.
  49. a b et c Roquet 2007, p. 509.
  50. (nl) s.n., « Reizende strijk-kwartetten », Muziek-Warande,‎ (RIPM).
  51. Verdebout et Lekeu 1993, Lettre de Guillaume Lekeu à sa mère du 21 juillet 1893, écrite à Paris, p. 330.
  52. a et b Anon., « In Memoriam », Musica e musicisti, Milan, vol. 1, no 6,‎ 15 juin 1903 (année 58), p. 545–548 (RIPM).
  53. a b et c Le Soir, 2 octobre 1952, ed. 1, p. 6.
  54. Verdebout et Lekeu 1993, p. 223.
  55. (en) The Musical Observer, vol. 5, no 6, 1er juillet 1911, p. 11.
  56. (en) The Musical Observer, vol. 1, no 6, 1er juillet 1907, p. 22.
  57. (en) The Musical America, vol. 7, no 7, 28 décembre 1907, p. 22.
  58. (en) The Musical America, vol. 1, no 51, 1er mai 1907, p. 23.
  59. (en) The Musical America, vol. 22, no 25, 23 octobre 1915, p. 31
  60. (en) The Musical America, vol. 8, no 26, 7 novembre 1908, p. 17.
  61. (en) The Musical America, vol. 18, no 5, 7 juillet 1913, p. 37.
  62. (en) Kurt E. Armbruster, Before Seattle Rocked : A City and Its Music, University of Washington Press, Washington 2011, p. 113.
  63. L’Union Agricole et Maritime, 30e année, no 98, 30 novembre 1913, p. 3.
  64. Le Guide Musical, vol. 53, no 9, 3 mars 1907, p. 174.
  65. Le Guide Musical, vol. 37, no 4, 25 janvier 1891, n.p.
  66. Le Guide musical du 4 août 1889.
  67. Stockhem 1990, p. 76.
  68. Verdebout et Lekeu 1993, p. 27.
  69. (es) « Fondo A155 : Santiago Vengoechea », sur eresbil.com, ERESBIL – Archivo Vasco de la Música (consulté le 5 juin 2018).
  70. The Musical Times de février 1900.
  71. The New York Times du 4 décembre 1898.
  72. Le Guide musical des 21 et 28 août 1884 (numéro double).
  73. New York Times du 28 décembre 1902.
  74. « Sans titre », Le Soir - Courrier des théâtres,‎
  75. a et b Bibliothèque nationale de Belgique, Fonds Mathieu Crickboom, dossier 35a.
  76. Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905, p. 1127, 1906, p. 1114, 1907, p.1118, 1909, p.1127.
  77. a et b Christophe Pirenne, « Crickboom, Mathieu », dans Nouvelle Biographie Nationale, vol. 6, 2001.
  78. Archives du Conservatoire de Bruxelles, Annuaire des élèves du Conservatoire, dossier ARC 2 – (3), s.v. 5091.
  79. L’Indépendance Belge, 1er mai 1926, p. 2.
  80. Le Guide Musical, 28 août 1884.
  81. Journal de Bruxelles, 10 juillet 1893.
  82. L'Indépendance Belge, 5 juillet 1894.
  83. Lettre Mus Ms. 472-XI/20 de Louise à Eugene Ysaÿe, [décembre 1893], Bibliothèque Royale de Bruxelles
  84. Le Guide Musical, Revue Internationale de la Musique et de Théâtres Lyriques, volume 43, 1897.
  85. Journal de Bruxelles, 20 mars 1897.
  86. Journal de Bruxelles, 3 janvier 1898.
  87. Le Peuple, 25 octobre 1899 et Le Guide Musical, 25 octobre 1899.
  88. Journal des Tribunaux, vol 30, p. 629.
  89. Fragment des lettres écrites par la mère de Mathieu Crickboom (B-Br Mus. Ms. 674/33-35). Bibliothèque Royale de Bruxelles.
  90. La Meuse, 5 août 1904.
  91. Le Courrier Musical, no 1, 1906, p. 267.
  92. Stockhem 1990, p. 201.
  93. Stockhem 1990, p. 131.
  94. Fragment des lettres écrites par la mère de Mathieu Crickboom (B-Br Mus. Ms. 674/33-35) Bibliothèque Royale de Bruxelles
  95. Le Soir, 19 octobre 1906.
  96. Le Guide Musical, 8 et 15 septembre 1907.
  97. Le Guide Musical, 27 septembre 1908 et 4 octobre 1908.
  98. Le Guide Musical, 30 août 1908.
  99. La Vie Musicale, vol 2, 15 décembre 1908.
  100. L'Indépendance Belge, 7 janvier 1913.
  101. L’Indépendance belge (édité en Angleterre) du 1er mars 1915.
  102. Musikalisches Wochenblatt, 29 décembre 1892.
  103. Musikalisches Wochenblatt, 26 février 1891.
  104. Neue musikalische Press, 15 septembre 1895.
  105. Neue musikalische Press du 25 octobre 1896
  106. Musikalisches Wochenblatt, 17 août 1899.
  107. Neue musikalische Press, 17 janvier 1897.
  108. Neue musikalische Press, 12 mai 1906.
  109. Musikalisches Wochenblatt, 31 janvier 1907.
  110. Musikalisches Wochenblatt, 16 décembre 1911.
  111. Musikalisches Wochenblatt, 6 janvier 1912.
  112. Emmanuelle Dijon, Ernest Bloch (1880-1959) : sa vie et sa pensée, volume 2.
  113. Revue musicale de Suisse romande, volume 58, 2004.
  114. a et b La Vie Musicale, 1er octobre 1907.
  115. Revue historique vaudoise, 1980, [lire en ligne].
  116. Le Guide Musical, 27 décembre 1896.
  117. (en) « Quito’s Short-Lived London Sextett », sur cayambismusicpress.com.
  118. Ilustracion Musical, 15 mai 1888.
  119. Le Guide Musical, 25 janvier 1891.
  120. Le Ménestrel, 1904, p. 103.
  121. Le Ménestrel, 8 juin 1934.
  122. Verdebout et Lekeu 1993, p. 25.
  123. Madeleine Octave Maus, Trente Années de Lutte Pour L'art : Les XX, la Libre Esthétique, 1884-1914, Éditions Lebeer Hossmann, 1926, p. 105.
  124. Lettres de D'Indy à Gillieaux vendues aux enchère par la maison Ferration, lot 0869 : [lire en ligne].
  125. Nicolas Laoureux est l’auteur d’une courte autobiographie publiée à titre posthume dans le Bulletin de la société liégeoise de musicologie sous le titre « Souvenirs de Nicolas Laoureux, violoniste verviétois, 1863-1946 » (no 75, 1991, p. 23–39), et dont est tiré une grande partie de cette section.
  126. « Bruxelles », Le Guide musical,‎ .
  127. (en) « A Practical Method for Violin. Endorsed by Eugène Ysaÿe » (Annonce publicitaire), The Musical Observer,‎ .
  128. (en) « "The Sketch" Dramatic Chat », The Sketch,‎ .
  129. « Women's Work », London Daily News,‎ .
  130. a et b (en) « The Peerage », sur http://www.thepeerage.com/ (consulté le 10 mai 2018)
  131. a b et c (en) n.s., « A Queen's protege (rubrique 'The Stage') », The Anaconda Standard,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  132. (en) Louise Dooly, « Music Notes », The Atlanta Constitution,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  133. Anon., « Chronique locale et régionale », La Gazette de Charleroi,‎
  134. a et b Anon., « Concerts », Le courrier de l'Escaut,‎
  135. a et b Anon., « A la maison d'art », Le Peuple,‎
  136. Anon., « Séance musicale à la Grande Harmonie », Le Peuple,‎
  137. Anon., « Théâtres et Beaux-Arts », L'Indépendance belge,‎
  138. Anon., « Chronique locale et régionale », Gazette de Charleroi,‎
  139. a b et c (en) Eric Blom, « Montagu-Nathan, M. », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, , 2e éd., 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne).
  140. Anon., « Concerts », Northern Whig,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  141. Le Guide Musical, 6 juin 1897, p. 419.
  142. Le Guide Musical, 10 juillet 1892, p. 204.
  143. Le Guide Musical, 21 janvier 1894, p. 74.
  144. Le Soir, 6e année, no 218, 5 août 1892, p. 2.
  145. Charles Bergmans, La musique et les musiciens, A. Siffer, Gand, 1902, p. 127 (OCLC 976941461) [lire en ligne] sur archive.org.
  146. Le Guide Musical, vol. 40, no 24, 17 juin 1894, p. 516.
  147. Le Guide Musical, 17 juin 1875.
  148. Le Guide Musical, 20 mars 1898, p. 271.
  149. a et b Le Guide Musical, 12 février 1899, p. 163.
  150. Le Guide Musical, vol. 40, no 30, 22 juillet 1894, p. 570.
  151. a et b Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, registre des matricules, cote ARC-002/5, manuscrit.
  152. a b et c Le Guide Musical, 23 novembre 1913, p. 736.
  153. a et b L’Echo Belge, 1re année, no 271, 21 juillet 191, p. 2.
  154. a et b Le Soir, 65e année, no 212, 1er août 1951, p. 2.
  155. Stockhem 1990, p. 242.
  156. a et b Le Guide Musical, vol. 43, no 45, 7 novembre 1897, p. 708
  157. Le Guide Musical, vol. 47, no 17, 28 avril 1901, p. 399.
  158. Le Guide Musical, vol. 45, no 15, 9 avril 1899, p. 349.
  159. Le Guide Musical, vol. 48, no 12, 23 mars 1902, p. 276.
  160. a b c et d Raymond Moulaert, « Notice sur François Rasse », dans Annuaire de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1959, p. 25–47.
  161. Le Guide Musical, vol. 74, no 5, 30 janvier 1909, p. 37.
  162. Le Guide Musical, vol. 57, no 24, 18 mai 1911, p. 439.
  163. Le Guide Musical, vol. 52, no 39, 30 septembre 1906, p. 603.
  164. Le Guide Musical, vol. 54, no 3, 19 janvier 1908, p. 55.
  165. Le Ménestrel, vol. 74, no 51, 19 décembre 1908, p. 406 – 407.
  166. Le Ménestrel, vol. 76, no 31, 30 juillet 1910, p. 244.
  167. Le Guide Musical, vol. 56, no 39, 25 septembre 1910, p. 639.
  168. a b et c Le Soir, 69e année, no 4, 5 janvier 1955, p. 2.
  169. (en) Henri Vanhulst, « Rasse, François », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, , 2e éd., 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne).
  170. Le Ménestrel, vol. 86, no 30, 25 juillet 1924, p. 336.
  171. Informations générales sur Irma Sèthe : Volker Timmermann , Sophie Drinker Institut, « Saenger-Sethe, Sänger-Sethe, Saenger, Sänger, geb. Sèthe, Sethe, Irma, Irmgard », 2016 [lire en ligne]
  172. Informations générales sur Irma Sèthe : Silke Wenzel, Musik und Gender im Internet, "Irma Saenger-Sethe", 11 décembre 2017 [lire en ligne]
  173. a b et c Arthur M. Abell, « Younger Women Violonists. », The Musical World II , no. 3 (avril 1902), p. 35.
  174. Conservatoire Royal de Bruxelles, Fiches d’admission de Sèthe Irma (no. 3972), 23 septembre 1890.
  175. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre matricule des élèves : 1887-1892 (no. 3398 à 4405), no. 3972, [s.p.].
  176. a et b Volker Timmermann , Sophie Drinker Institut, « Saenger-Sethe, Sänger-Sethe, Saenger, Sänger, geb. Sèthe, Sethe, Irma, Irmgard », 2016 [lire en ligne] (13 avril 2018).
  177. The Musical Times de juin 1891.
  178. Volker Timmermann , Sophie Drinker Institut, « Saenger-Sethe, Sänger-Sethe, Saenger, Sänger, geb. Sèthe, Sethe, Irma, Irmgard », 2016 [lire en ligne] (13 avril 2018).
  179. Portret van Irma Sèthe (nl)
  180. a et b Verdebout et Lekeu 1993, p. 240.
  181. [s.a.], [s.t.], 'FritzschMW', 1907, p. 625.
  182. Correspondance entre Carl Zuckmayer et Albrecht Joseph entre1922−1972, hrsg. von Gunther Nickel, Göttingen 2007, lettre du 24 février 1958.
  183. Conservatoire Royal de Bruxelles, Fiches d’admission de Schörg Franz (no. 4164), 1er octobre 1891.
  184. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre matricule des élèves : 1887-1892 (no. 3398 à 4405), no. 4164, [s.p.].
  185. [s.a.], « Petite Gazette », Le Soir, (24 novembre 1897), p. 1.
  186. G.S., « Musique », Le Vingtième Siècle, (28 février 1913), p. 3.
  187. a et b Franz Schörg (sv)
  188. Stockhem 1990, p. 119.
  189. Conservatoire Royal de Bruxelles, Fiches d’admission de ten Have Jean (no. 4428), 11 octobre 1892.
  190. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre matricule des élèves : 1892-1897 (no. 4406 à 6315), no. 4428, [s.p.].
  191. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre des examens généraux : classe d’Eugène Ysaÿe, 1893, [s.p.].
  192. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre des examens généraux : classe d’Eugène Ysaÿe, 1894, [s.p.].
  193. [s.a.], « Arts, Sciences et Lettres », Le Soir, (18 janvier 1896), p. 3.
  194. Stockhem 1990, p. 121.
  195. [s.a.], « Théâtres & Beaux-Arts », L'Indépendance Belge, (20 novembre 1897), p. 3.
  196. [s.a.], « Nouvelles diverses », La Meuse, (15 octobre 1902), p. 3.
  197. J.B., « Concert populaire », Le Peuple, (11 janvier 1950), p. 4.
  198. P.T., « Le 3e concert du Conservatoire », Le Soir, (15 janvier 1950), p. 2.
  199. (en) Thomas Underwood, Allen Tate : Orphan of the South, Princeton University Press, , 456 p. (ISBN 0691115680, OCLC 53192440, lire en ligne), p. 24.
  200. Informations générales : Thierry Levaux (préf. Robert Wangermée), Dictionnaire des compositeurs de Belgique du Moyen-Âge à nos jours, Bruxelles, Conseil de la musique de la Communauté française de Belgique, Éditions Art in Belgium, 2006, 736 p. (ISBN 2930338377, OCLC 68910673), p. 604.
  201. Informations générales : Roquet 2007, p. 675.
  202. Conservatoire Royal de Bruxelles, Fiches d’admission de Thiébaut Henri (no. 2640), 11 septembre 1884.
  203. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre des examens généraux : classe d’Eugène Ysaÿe, 1888, [s.p.].
  204. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre des examens généraux : classe d’Eugène Ysaÿe, 1889, [s.p.].
  205. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre des examens généraux : classe d’Eugène Ysaÿe, 1890, [s.p.].
  206. Conservatoire Royal de Bruxelles, Registre matricule des élèves : 1883-1887 (no. 2401 à 3397), no. 2640, [s.p.].
  207. [s.a.], « À l'Institut des Hautes-Études musicales et dramatiques d'Ixelles », Le Soir, (24 octobre 1928), p. 1.
  208. [s.a.], « À l'hôpital militaire », Le Courrier de l'Escaut, (11 août 1932), p. 2 ; (25 décembre 1932), p. 3 ; (19 février 1933), p. 3 ; (12 mars 1933), p. 3 ; (27 août 1933), p. 3 ; (1er avril 1934), p. 3 ; (14 juillet 1935), p. 3 ; (8 décembre 1935), p. 3.
  209. Fiche de matricule : Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Verbrugghen, Henri, fiche d’admission manuscrite sans cote.
  210. Musical America, Vol. 27, No 13 (26 janvier 1918) p. 40
  211. Zeitschrift der Internationalen Musik-Geselllschaft, Vol. 3 No 10 (1902)  p. 408
  212. Le Guide musical, vol. 58, N°8 (25 février 1912) p. 155
  213. Zeitschrift der Internationalen Musik-Geselllschaft, Vol. 9, No 3, (28 novembre 1908), p. 13
  214. Musical America Vol. 19 p. No 12, (24 janvier 1914) p. 28
  215. Musical America, vol.22, No 11 (17 juillet 1915) p. 13
  216. Musical America, vol.22, N°25 (23 octobre 1915) p. 14
  217. Musical America vol. 25 N°26 (28 avril 1917) p. 17
  218. Musical America, Vol. 27, N°15 (9 février 1918) p. 33
  219. Musical America, vol. 30, n°7 (14 juin 1919) p.19
  220. Musical America, Vol. 37, N°10 (30 décembre 1922) p.2
  221. Musical America, XXXVIII No.4 (19 mai 1923) p.2
  222. Musical America, vol. 41, n°10 (27 décembre 1924) p.13
  223. Musical Canada, New Series, Vol. 6 N°7 (juillet 1925) p. 7
  224. Musical America, vol. 45, N°24 (2 avril 1927) p.37
  225. Musical America, vol.46 N°25 (8 octobre 1927) p.8
  226. Musical America, vol.48, N°10 (23 juin 1928) p.7
  227. Musical America, vol. 49, n°3 (26 janvier 1929) p.24
  228. Musical America, vol. 50, n°8 (25 Avril 1930) p.43
  229. Musical America, vol. 51, n°1 (10 janvier 1931) p.27
  230. Musical America, vol.53, N°2 (25 janvier 1933) p.6
  231. Musical America, vol.53, no 4 (25 Février 1933) p.13
  232. Musical America, vol.54, N°19
  233. Fiche de matricule : Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Verheyden, Edouard, fiche d’admission manuscrite sans cote.
  234. Le Guide Musical, vol. 50, n°17 (24 Avril 1904) p. 391
  235. Le Guide Musical, vol. 57, n°42 (15 octobre 1911) p.620
  236. The Musical Quarterly vol. 34, n°2 (Avril 1948), p.269
  237. Fiche de matricule : Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Wagemans, Henri, fiche d’admission manuscrite sans cote.
  238. a et b Le Guide Musical, vol. 48, n°47 (23 novembre 1902) p. 859
  239. Le Ménestrel, vol. 90, N°47 (23 novembre 1928)
  240. Disponible à la KBR : Charles Scharrès III/1351 Mus.
  241. (en) « Archdeacon Farrar at Hackney », Hackney and Kingsland Gazette,‎ .
  242. (en) « Sans titre », York Herald,‎ .
  243. (en) « Notes », London and Provincial Entr'acte,‎ .
  244. (en) « Musical Sundries », Illustrated Sporting and Dramatic News,‎ .
  245. (en) « Westminster Orchestral Society », The Globe,‎ .
  246. (en) « Sans titre », Freeman's Journal,‎ .
  247. (en) « Musical Notes », The Era,‎ .
  248. (en) « Theatrical and Musical Notes », The Morning Post,‎ .
  249. (en) « Annonce », The Morning Post,‎ .
  250. (en) « Huddersfield Subscription Concerts. Song and Chamber Music », Leeds Mercury,‎ .
  251. (en) « St. James's Hall Ballad Concerts », Daily Telegraph & Courier,‎ .
  252. (en) « Grand Fulham », The Era,‎ .
  253. (en) « New Philharmonic Society », Surrey Comet,‎ .
  254. (en) « Brixton Oratorio Services. Performance of Gounod's "Redemption" », South London Press,‎ .
  255. Le Guide Musical, vol. 34 (23 et 30 août 1888) p.207
  256. Fiche de matricule : Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles, Zimmer, Albert, fiche d’admission manuscrite sans cote.
  257. Le Guide Musical, vol. 44 n°50 (11 Décembre 1898) p.959
  258. Le Guide Musical, vol. 46, n°1 (7 janvier 1900) p.23
  259. Le Guide Musical, vol. 46, N°15 (15 Avril 1900) p.347
  260. Le Guide Musical, vol. 46, N°37 (16 septembre 1900) p.655
  261. WAHNON, Olivia, « Albert Zimmer (1874-1940): dévoilement d'une correspondance, révélation d'une intense vie musicale » dans Revue belge de musicologie, vol.56 (2002) p. 55
  262. Le Guide Musical, vol. 47, N°8 (24 février 1901) p.183
  263. Le Guide Musical, vol. 47, n°41 (13 octobre 1901) p.737
  264. Le Guide Musical, vol. 47, n°42 (20 Oct 1901) p.754
  265. Source KBR : Mus. Ms. 674/33-35
  266. L’indépendance Belge, 29-10-1903 p.4
  267. Revue musicale de Lyon, Vol.1, N°20 (2 mars 1904) p.229
  268. Le Guide Musical, vol. 51, n°46 (12 novembre 1905) p.736
  269. La vie Musicale, vol. 1 N°5 (15 novembre 1907) p.86
  270. Le Guide Musical, vol. 54, N°47 (22 novembre 1908) p.758
  271. WAHNON, Olivia, « Albert Zimmer (1874-1940): dévoilement d'une correspondance, révélation d'une intense vie musicale » dans Revue belge de musicologie, vol.56 (2002) p. 68
  272. Le Guide Musical, vol. 58, N°14 (7 avril 1912) p.280
  273. Le Guide Musical, vol. 57, N°49 (3 décembre 1911) p. 755
  274. WAHNON, Olivia, « Albert Zimmer (1874-1940): dévoilement d'une correspondance, révélation d'une intense vie musicale » dans Revue belge de musicologie, vol.56 (2002) p. 77
  275. WAHNON, Olivia, « Albert Zimmer (1874-1940): dévoilement d'une correspondance, révélation d'une intense vie musicale » dans Revue belge de musicologie, vol.56 (2002) p. 97

Liens externes[modifier | modifier le code]