Théo Ysaÿe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Theo et Ysaÿe.
De gauche à droite : Théo Ysaÿe, Eugène Ysaÿe et Raoul Pugno

Théo (Théophile) Ysaÿe, né le à Verviers et mort le à Nice, est un compositeur et pianiste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quelque peu relégué dans l’ombre par la carrière prestigieuse de son frère aîné, Eugène, Théo Ysaÿe fait des études en dilettante au Conservatoire de Liège. Sur les conseils d’Eugène, il complétera sa formation à l’Académie de Berlin. En 1885, il rejoint Paris où il fait partie de la "Bande à Franck". Il y assiste également à l’éclosion d’un courant dominé par les nouvelles tendances esthétiques représentées par Debussy. Théo Ysaÿe contribua à faire connaître la jeune école française à Bruxelles. En 1894, on le retrouve, avec son frère, dans La Libre Esthétique qui offre aux Bruxellois un vaste éventail de créations tant en musique que dans les arts plastiques. Théo y contribue en tant que pianiste et chef répétiteur. Excellent pianiste, sa santé fragile ne lui permettait pas de suivre le rythme effréné des tournées de son frère. Il épouse à Bruxelles le 17 juin 1895 la violoniste Carry Mess (1866-1939), avec qui il aura un fils, prénommé Jean[1]. Professeur au Conservatoire de Genève, il meurt deux jours avant Debussy. Son œuvre, relativement vaste, n’est malheureusement pas entièrement éditée et, encore moins, interprétée. On y trouve principalement des symphonies, des concertos pour piano, des poèmes symphoniques, un requiem et de la musique de chambre. Le style initial, hérité de César Franck, se fait proche, ensuite, de l’impressionnisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Orchestre
  • Concerto pour piano et orchestre en mi bémol majeur op.9 (publ. 1907)
  • Première symphonie op.14
  • Le Cygne op.15
  • Les Abeilles op.17
  • La Forêt et l'oiseau op.18
  • Seconde symphonie (inachevée)
Musique de chambre
  • Quintette pour cordes et piano op.5
  • Variations pour 2 pianos op.10
Vocale
  • Requiem (1906)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Stockhem, Eugène Ysaÿe et la musique de chambre, Liège, Mardaga, , p. 194

Liens externes[modifier | modifier le code]