Julia Klumpke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klumpke.
Julia Klumpke
Miss Julia Klumpke, playing the violin. Photograph. Wellcome V0018977.jpg
Julia Klumpke au violon.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
San FranciscoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
John Gerard Klumpke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Dorothea Mathilda Tolle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Instrument
Maître

Julia Klumpke, souvent orthographié Julia Klumpkey (San Francisco – San Francisco, ), est une violoniste et compositrice américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Julia Klumpke, surnommée Lulu, naît à San Francisco en Californie[1]. Fille d'un riche agent immobilier, John Gerald Klumpke et de son épouse Dorothea Mattilda Tolle[2]. Elle est l'un des huit enfants et, parmi la fratrie, notons l'astronome Dorothea Klumpke-Roberts, la peintre Anna Elizabeth Klumpke et le neurologue Augusta Dejerine-Klumpke[2]. Bien que les articles et autres publications de son temps n'usent presque toujours que de l'orthographe d'origine de son nom de famille, la graphie actuellement est souvent américanisée pour Klumpkey[2].

Julia Klumpke étudie pendant un an au New England Conservatory à Boston, dans le Massachusetts, travaillant avec Emil Mahr et Herman Hartmann pour le violon et avec Percy Goetschius pour la composition[2]. En 1895, elle est diplômée en interprétation au violon[2],[3]. Elle poursuit sa formation en Europe dans les années 1920, avec Eugène Ysaÿe, Leopold Auer, William Henley et Maurice Hewitt et alto avec Henri Benoit[3]. Elle prend également des leçons de composition de Nadia Boulanger et Annette Dieudonné à Paris[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Julia Klumpke donne ses premiers récitals à Honolulu, à Hawaii, dès 1908[2]. Entre 1906 et 1910, Klumpke enseigne le violon au Converse College, un lycée pour femmes à Spartanburg, en Caroline du Sud et dirige l'Orchestre symphonique de Spartanburg ; elle occupe ces postes avec des interruptions, jusqu'en 1922[2],[3],[4]. Pendant la Première Guerre mondiale, elle abandonne son travail un temps rejoindre sa sœur Anna en Europe, et l'aider lorsqu'elle  transforme sa maison dans la banlieue de Paris, en hôpital pour les soldats blessés[5],[6].

En 1928, elle effectue un tour du monde et au milieu des années 1930, Julia Klumpke retourne vivre à San Francisco, où elle est membre de plusieurs associations musicales féminines (toutes de San Francisco), de la société des compositeurs de Californie et de l'Association des professeurs de musique de Californie[3],[4].

Klumpke compose une cinquantaine d'œuvres musicales, principalement de la musique de chambre[3], des mélodies et de la musique chorale[4]. Elle compose un poème dramatique, The Twin Guardians of the Golden Gate, pour l'exposition internationale du Golden Gate en 1939.

Klumpke meurt à San Francisco où elle est enterrée, dans le columbarium de la société Neptune, avec son père et deux de ses sœurs[2]. Dans son testament elle laisse deux bourses d'études, l'une pour le San Francisco Symphony (pour un remarquable interprète du groupe des instruments à cordes) et au Converse College[2]. Ses papiers personnels et ses manuscrits musicaux sont conservés au sein de la collection Julia Klumpkey au New England Conservatory de Boston[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique de chambre
  • Quatre pièces (Quatre Pièces, 1932 ; pour alto et piano)
  • Deuxième suite pour alto et piano (1935)
  • Berceuse pour alto et piano (1937)
  • Suite pour alto et piano : la Baie de San Francisco (1951)
  • Sonate no 3 pour violon et violoncelle
  • Suite pour petit orchestre
  • Premier trio pour violon, clarinette et piano
  • Deuxième trio pour violon, clarinette et piano
  • Trio pour piano, violon et violoncelle
  • Miniature trio à cordes
  • Andante pour cordes
  • Valse fantaisiste (Valse lunatique)
Chorale
Voix seule
Autre
  • The Twin Guardians of the Golden Gate (1939)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Julia Klumpke » (voir la liste des auteurs).
  1. Il y a des informations contradictoires sur l'année de naissance de Klumke. Cette date est tirée d'un mémoire d'une de ses sœurs. Voir Julien Bogousslavsky, « The Klumpke Family: Memories by Doctor Déjerine, Born Augusta Klumpke », European Neurology 53:3 (2005), p. 115.
  2. a b c d e f g h i et j (en) "Julia Klumpkey", sur New England Conservatory.
  3. a b c d e et f (en) Julia Klumpkey, Lullaby for Viola and Piano. David M. Bynog, ed. AVS Publications no. 45, 2016.
  4. a b et c (en) Maryalice Mohr, "The Youngest of the Klumpkey Quintet: An Introduction to the Life of Julia Klumpkey". Music Library Association Northern California Chapter Newsletter, vol 16, no. 1 (automne 2001).
  5. The Violinist, vols. 26-28, 1920, p. 180.
  6. Musical Courier, vol. 44, 1902, p. 94.

Liens externes[modifier | modifier le code]