Ligne de Châteauneuf-sur-Charente à Saint-Mariens - Saint-Yzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Châteauneuf-sur-Charente à Saint-Mariens - Saint-Yzan
Image illustrative de l'article Ligne de Châteauneuf-sur-Charente à Saint-Mariens - Saint-Yzan
L'ancienne voie à Chantillac, aménagée en piste cyclable
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1872 – 1907
Fermeture 1938 (fermeture partielle)
Concessionnaires Barbezieux à Châteauneuf (1868 – 1893)
État (1893 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 580 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 15
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret, infra

La ligne de Châteauneuf-sur-Charente à Saint-Mariens - Saint-Yzan est une ligne ferroviaire du sud-ouest de la France non électrifiée, à écartement standard, et à voie unique. Elle reliait la gare de Châteauneuf-sur-Charente (Charente) à celle de Saint-Mariens - Saint-Yzan (Gironde), en desservant notamment Barbezieux, Chevanceaux et Clérac.

Déclassée dans sa partie nord, elle constitue la ligne 580 000 du réseau ferré national.

Historique[modifier | modifier le code]

La section de Châteauneuf à Barbezieux est concédée à la Compagnie du chemin de fer de Barbezieux à Châteauneuf par une convention signée le 13 août 1868 entre le conseil général de la Charente et la compagnie. Cette convention est approuvée par décret impérial le 15 mai 1869 qui déclare la ligne d'utilité publique à titre d'intérêt local[1].

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 84, une ligne de « Barbezieux à un point à déterminer entre Montendre et Cavignac »[2].

La section de Châteauneuf à Barbezieux est reclassée dans le réseau d'intérêt général par une loi le 21 juin 1893[3].

La section de Barbezieux à Saint-Mariens est déclarée d'utilité publique à titre d'intérêt général par une loi le 26 avril 1900[4].


Dates de mise en service[modifier | modifier le code]

La ligne a été ouverte en deux étapes :

Fermeture au service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Le service des voyageurs a été supprimé le 1er septembre 1938. Cependant, quelques trains ont circulé pendant la guerre de 1939-1945[5].

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Châteauneuf-sur-Charente à Barbezieux (PK 0,370 à 17,885), le 19 octobre 1967[6] ; la voie est alors déposée.
  • Section à Barbezieux (PK 17,885 à 18,145) le 29 octobre 1970[7]
  • De Barbezieux à Orignolles - Montguyon (PK 18,145 à 49,300), le 18 septembre 1992[8]
  • D'Orignolles - Montguyon à Clérac-Charente (PK 49,300 à 53,500), le 17 octobre 1994[9]

Depuis 1994, la voie est déposée entre Barbezieux et Clérac et l'emprise est aménagée ultérieurement en piste cyclable.

En 2012, des travaux sont engagés pour déplacer la ligne existant encore entre Clérac et Saint-Yzan de Soudiac, afin de pouvoir maintenir l'activité de fret d'une société de production d'argile blanche, AGS[10]. La réouverture de celle-ci était envisagée au plus tard pour 2016, année de mise en service de la LGV Sud Europe Atlantique. Malheureusement, le transport routier étant employé depuis ces 4 années de travaux a définitivement enterré l'hypothétique remise en service de ce tronçon.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 17190 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Barbezieux à Châteauneuf (Charente) : 15 mai 1869 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 34, no 1745,‎ , p. 301 - 317.
  2. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  3. « N° 26748 - Loi qui incorpore dans le réseau d'intérêt général le chemin de fer d'intérêt local de Barbezieux à Châteauneuf : 21 juin 1893 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 46, no 1565,‎ , p. 1520 (lire en ligne).
  4. « N° 38306 - Loi qui déclare d'utilité publique, à titre d'intérêt général, le chemin de fer de Barbezieux à Saint-Mariens : 26 avril 1900 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 61, no 2174,‎ , p. 227 - 228 (lire en ligne).
  5. Henry Le Diraison et Yvette Renaud, Voyages en Charente au temps de la vapeur, Centre départemental de la documentation pédagogique de la Charente, coll. « Cultures et traditions charentaises », , 304 p. (ISBN 2-903770-48-4, présentation en ligne), p. 97-104
  6. Journal Officiel de la République Française du 5/11/1967, page 10 878.
  7. Journal Officiel de la République Française du 18/11/1970, page 10 609.
  8. Journal Officiel de la République Française du 29/09/1992, page 13 379.
  9. Journal Officiel de la République Française du 25/10/1994, page 15 148.
  10. Photo M.-L. G, « La toute petite ligne d'abord », sur SudOuest.fr (consulté le 20 octobre 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]