Laurent Lessard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laurent Lessard
Fonctions
Ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
En fonction depuis le
Prédécesseur Pierre Paradis
Prédécesseur Claude Béchard
Successeur Pierre Corbeil
Prédécesseur Yvon Vallières
Successeur Claude Béchard
Ministre des Transports du Québec
Prédécesseur Jacques Daoust
Successeur André Fortin
Ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec
Prédécesseur Premier titulaire
Successeur Luc Blanchette
Ministre de la Sécurité publique du Québec
Prédécesseur Jacques P. Dupuis
Successeur Robert Dutil
Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec
Prédécesseur Nathalie Normandeau
Successeur Sylvain Gaudreault
Député de Lotbinière-Frontenac à l'Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Premier titulaire
Député de Frontenac à l'Assemblée nationale du Québec
En fonction depuis le
Prédécesseur Marc Boulianne
Successeur Dernier titulaire
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Thetford Mines
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université de Sherbrooke
Profession Notaire

Laurent Lessard, né le à Thetford Mines, est un homme politique québécois. Formé en notariat, il est élu maire de Thetford Mines en 1999. Il fait ensuite le saut en politique provinciale en tant que député libéral de Frontenac, en 2003. Depuis, il s'est vu confié plusieurs ministères au sein des gouvernements Charest et Couillard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Notaire[modifier | modifier le code]

Laurent Lessard a une formation académique en droit notarial à l'Université de Sherbrooke. Il a jadis pratiqué le notariat pendant une dizaine d'années jusqu'en 1998. De plus, il a été le maire de la ville de Thetford Mines de 1999 à 2003.

Député et ministre[modifier | modifier le code]

Il s'est présenté pour la première fois pour le Parti libéral du Québec aux élections de 2003 dans la circonscription de Frontenac. Le jour du scrutin, il remporta la victoire avec une majorité de 3 970 voix.

Le , lors d'un remaniement ministériel, Laurent Lessard a été nommé ministre du Travail. Puis, le 26 mars 2007, il a été réélu une seconde fois dans sa circonscription de Frontenac. Trois semaines plus tard, il fut nommé ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, le poste de ministre du Travail ayant été alors confié à David Whissell. Il a conservé ce poste lors de la formation du nouveau gouvernement en décembre 2008.

De à septembre 2012, Laurent Lessard a été le ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches. De à , il a aussi été le ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, poste qui lui a de nouveau été confié le .

Le , lors d'un remaniement ministériel, M. Lessard est devenu le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, poste qu'il occupa jusqu'en septembre 2012.

Lors des élections générales du 4 septembre 2012, Laurent Lessard est devenu le premier député de la nouvelle circonscription de Lotbinière-Frontenac. Il est élu avec une majorité de 4 956 voix.

Controverse[modifier | modifier le code]

Le à 18h10, se sentant responsable dans son rôle de ministre des Transports du Québec, il poste le message suivant sur Twitter: « Il semble que Mère Nature n'ait pas dit son dernier mot. Adaptons notre conduite aux conditions routières! #Transports #EnSécurité #PLQ ». Il ne donnera plus signe de vie jusqu'au lendemain matin. S'ensuit le plus important cafouillage de l'histoire du Québec lors d'une tempête hivernale: une cinquantaine de véhicules impliqués dans un carambolage monstre sur l'autoroute 10, près de 300 automobilistes coincés dans leur voiture pendant une dizaine d'heures sur l'autoroute 13, de nombreux blessés sur les routes du Québec, mais surtout, plusieurs pertes de vies humaines suite à une négligence sans équivoque dans les responsabilités de l'État. Cette situation historique sans précédent obligera même le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à s'excuser publiquement lors d'un point de presse et à déclencher une enquête externe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]