Laurence De Cock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Cock.
Laurence De Cock
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(45-46 ans)
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Directeur de thèse
Françoise Lantheaume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Laurence De Cock (née en 1972) est une essayiste et historienne française.

Impliquée depuis le milieu des années 2000 dans les débats publics concernant les utilisations médiatiques et politiques de l'histoire, elle développe depuis le début des années 2010 une recherche portant sur l'enseignement de l'histoire (et en particulier du fait colonial) en France depuis le xixe siècle.

Parcours[modifier | modifier le code]

Laurence De Cock naît en 1972[1].

Professeure agrégée d’histoire-géographie en lycée dans la région parisienne[2], elle s'investit à partir du milieu des années 2000 dans les débats concernant l'enseignement de l'histoire dans le secondaire en soutenant le « Premier appel » des Indigènes de la République[3]. Elle est membre du bureau du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH), fondés par les historiens Gérard Noiriel et Nicolas Offenstadt. En 2011, elle cofonde, avec Emmanuelle Picard, Patricia Legris et Suzanne Citron, le site internet « Aggiornamento Histoire-géo »[2], consacré aux « réflexions et propositions pour un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du Primaire à l'Université »[4].

À partir du début des années 2010, elle commence à publier des articles sur l'enseignement de l'histoire en France[5] tout en travaillant à une thèse de doctorat en sciences de l'éducation, intitulée Le fait colonial à l’école : genèse et scolarisation d’un objet de débat public, scientifique et mémoriel (des années 1980 à 2015), essai de socio-histoire du curriculum, qu'elle soutient en 2016 à l'université Lumière-Lyon-II sous la direction de Françoise Lantheaume[6]. Ses recherches portent sur l'enseignement de l'histoire et l'articulation entre l'universalisme républicain et la diversité culturelle.

Dans le même temps, elle participe à la rédaction de plusieurs manuels chez Nathan[7] et ouvrages destinés aux bacheliers[8], et est chargée de cours en didactique de l'histoire et pédagogie depuis 2005 à l'université Paris-Diderot[2].

Elle participe à une chronique avec l'historienne Mathilde Larrère sur Mediapart, intitulée « les détricoteuses »[9].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Laurence De Cock se déclare « engagée à gauche » et « proche du mouvement Ensemble ![10] ». Elle intervient et est citée principalement dans des médias classés à gauche ou au centre-gauche (France Culture[11], L'Humanité[12], Libération[13], Marianne[14], Le Monde[15], Le Monde diplomatique[16]).

En novembre 2017, elle défend dans une tribune avec d'autres intellectuels les « ateliers en non-mixité » organisés par le syndicat SUD Éducation condamnés comme une nouvelle forme de racisme par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale[17],[18], tribune qui exige que « toutes les poursuites à l’égard de SUD Éducation 93 soient immédiatement abandonnées »[19].

Usages politiques de l'histoire[modifier | modifier le code]

Elle a codirigé en 2008 un ouvrage dénonçant la vision sarkozienne de l'histoire, et a été médiatisée fin 2016 pour un Storify (en) avec Mathilde Larrère réfutant des propos de l'ancien président français sur les origines gauloises de la France[10].

Le , elle est invitée par L'Émission politique de France 2 pour débattre de l'histoire de France avec François Fillon, candidat des Républicains à l'élection présidentielle, sans que son engagement à gauche ne soit explicité, ce qui suscite quelques remous[3].

Programmes scolaires[modifier | modifier le code]

Laurence de Cock intervient régulièrement dans les débats concernant l'élaboration des programmes d'histoire. Ses interventions s'appuient sur l'idée que « l'histoire scolaire est incontestablement, dans son acte de fondation, un lieu d'usage public de l'histoire, car l'enseignement de l'histoire a d'emblée été chargé d'une finalité civique. En tant que tel, un programme peut donc se lire comme un projet mémoriel.»[20] Dans cette perspective, l'enseignement de l'histoire, selon elle, doit-il servir davantage à tisser l'appartenance nationale (construction d'une mémoire nationalo-républicaine ou roman national) ou à accompagner l'apprentissage d'un esprit critique?

En 2015, elle critique la place selon elle trop faible accordée à l'immigration dans les nouveaux programmes du collège français[21], arguant le fait que, depuis les années 1980, l'arrivée d'élèves, enfants de l'immigration, est venue progressivement interroger les poncifs du roman national, et a révélé les non-dits de l'universel républicain.

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour Jean-Paul Brighelli, professeur de littérature, chroniqueur de l'hebdomadaire Le Point, et membre de Debout la France, contre lequel De Cock a pris position publiquement[22], le collectif Aggiornamento « ne représente rien dans le monde des profs d’Histoire-Géographie[23] » et « pourrit l'enseignement de l'histoire » car ses membres « se croient infaillibles : ils sont de gauche, ils sont le camp du Bien. Ils sont les idiots utiles — et parfois, peut-être, les salauds utiles »[24].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Directions et co-directions
  • Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France (co-direction), Marseille, Agone, 2008 (ISBN 9782748900934).
  • Paniques identitaires (co-direction avec Régis Meyran), Le Croquant, 2017.
  • La Fabrique scolaire de l’histoire (co-direction avec Emmanuelle Picard), Marseille, Agone, 2009 (ISBN 9782748901061).
  • La Fabrique scolaire de l'histoire, 2e édition (direction), Marseille, Agone, 2017 (ISBN 9782748903355) — édition fortement augmentée et retravaillée.
  • Sur l'enseignement de l'histoire. Débats, programmes et pratiques de la fin du xixe siècle à nos jours, Libertalia, 2018 (ISBN 9782377290338).

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://viaf.org/viaf/37242262/.
  2. a, b et c « Qui sommes nous ? », sur Aggiornamento hist-geo (consulté le 2 août 2017).
  3. a et b Frantz Durupt, « Citoyens invités dans L'Émission politique de France 2 : le problème va au-delà de leur parcours politique », Liberation.fr,‎ (lire en ligne).
  4. « Aggiornamento hist-geo | Réflexions et propositions pour un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du Primaire à l'Université », sur aggiornamento.hypotheses.org (consulté le 19 octobre 2017)
  5. « Publications de Laurence De Cock », sur cairn.info, (consulté le 2 août 2017).
  6. « Le Fait colonial à l’école : genèse et scolarisation d’un objet de débat public, scientifique et mémoriel (des années 1980 à 2015) », (consulté le 2 août 2017).
  7. Histoire Term L-ES en 2012 (ISBN 9782091728179), Histoire 2nde (ISBN 9782091728254) et Histoire-géographie Term S (ISBN 9782091728247) en 2014, Histoire-géographie 4e en 2016 (ISBN 9782091717647).
  8. Bac : Objectif mention (ISBN 9782817600918) et Les Citations pour gagner des points au bac (ISBN 9782817600901) publiés en 2011 et régulièrement réédités depuis.
  9. [vidéo] « Les détricoteuses », youtube.com
  10. a et b Violaine Morin, « Deux profs d’histoire détricotent les propos de Nicolas Sarkozy sur les « Gaulois » », sur Big Browser, .
  11. « Laurence De Cock », sur franceculture.fr (consulté le 2 août 2017).
  12. Laurence De Cock, sur humanite.fr (consulté le 2 août 2017).
  13. Laurence De Cock dans Libération, sur liberation.fr (consulté le 2 août 2017).
  14. Laurence De Cock, « Les manuels scolaires ne sont pas des outils d'endoctrinement idéologique », Marianne,‎ (lire en ligne).
  15. Articles de ou citant Laurence De Cock dans Le Monde, sur Lemonde.fr (consulté le 2 août 2017).
  16. Laurence De Cock, « Manipulant ou manipulé ? », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  17. Youen Tanguy, VIDÉO - "Racisme d'Etat" : Blanquer va plainte pour diffamation contre Sud Education 93, LCI
  18. Hadrien Mathoux, Les participants au stage "non-mixte" de Sud-Education 93 seront payés par l'Education nationale, marianne.net, 21 novembre 2017
  19. « Au croisement des répressions » : en soutien à SUD Éducation 93, soutiensudeduc93.wordpress.com
  20. « La fabrique scolaire de l’histoire : Illusions et désillusions du roman national. », sur www.cahiers-pedagogiques.com (consulté le 20 octobre 2017)
  21. Mattea Battaglia, « L’histoire de l’immigration, grande oubliée des nouveaux programmes du collège ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. « Le crétin, sa fabrique et ses racines », sur Blog Aggiornemento Histoire-Géo, .
  23. Jean-Paul Brighelli, « T’es méraire, mais pas trop ! », sur Bonnet d'âne.
  24. Jean-Paul Brighelli, « Le collège 0.0 est arrivé ! », sur Bonnet d'âne, .

Liens externes[modifier | modifier le code]