Lalizolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lalizolle
Lalizolle
Lalizolle, placette dans le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Gilles Trapenard
2020-2026
Code postal 03450
Code commune 03135
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2017 en augmentation de 7,95 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 27″ nord, 3° 00′ 08″ est
Altitude Min. 415 m
Max. 729 m
Superficie 23,72 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gannat
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Lalizolle
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Lalizolle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lalizolle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lalizolle

Lalizolle (La Gleisola en occitan) est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une partie importante de la commune est couverte par la forêt des Colettes, qui entoure pratiquement le bourg et surtout le village de Boënat. L'altitude décroît fortement de l'ouest à l'est, avec une dénivellation d'environ 300 mètres. Les ruisseaux de la Veauce et de la Cèpe ont taillé sur cette pente des ravins profonds.

Huit communes sont limitrophes[1] :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 2 372 hectares ; son altitude varie entre 415 et 729 mètres[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 37 (vers Sussat, Vicq et Gannat), 284 (vers Coutansouze au nord et Chouvigny au sud) et 998 (liaison de Commentry à Ébreuil)[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Lalizolle est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lalizolle vient de La Gleisola (attesté en 1322 sous la forme La Glizole), qui était un mot qui signifie la « petite église » en ancien occitan auvergnat. La forme latine ecclesiola est attestée dès le XIIIe siècle[7]. Le village s'est sans doute développé autour de l'église qui, dès les XIIe et XIIIe siècles, desservait les habitats situés sur la pente orientale du massif des Colettes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1789, la commune faisait partie de l'ancienne province d'Auvergne[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Louis Odekerken PS Économiste
mars 2008 mars 2014 Jean-Claude Magot PS  
mars 2014 En cours
(au )
Gilles Trapenard[9] DVD Éleveur
Réélu en 2020

Depuis le , afin que les arrondissements du département « correspondent à une meilleure cohérence administrative et [à une] adaptation aux bassins de vie », la commune est retirée de l'arrondissement de Montluçon pour être rattachée à celui de Vichy[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2017, la commune comptait 380 habitants[Note 2], en augmentation de 7,95 % par rapport à 2012 (Allier : -1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596611619805701770820848834
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8818568688699059579561 0201 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 005999912727729686670640703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
656525473375347308361368375
2013 2017 - - - - - - -
342380-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lalizolle dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Marie, XIIe-XIXe siècles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Duc de Morny (1811-1865), homme politique[16]
  • Gilbert Tourret (1881-1914), botaniste
  • Théophile Alajouanine (1890-1980), neurologue et écrivain. Il achète vers 1935 le château de Chalouze, au village de ce nom sur la route de Lalizolle à Ébreuil.
  • Roger B. Baron (1907-1994), sculpteur animalier, médailleur, y est mort en 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Lalizolle sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le ).
  2. « Répertoire géographique des communes », Institut national de l'information géographique et forestière.
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  7. René Germain, dans André Leguai (dir.), Histoire des communes de l'Allier : Arrondissement de Montluçon, p. 237.
  8. Didier Robert de Vaugondy (cartographe) et Elisabeth Haussard (graveur), Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne (carte), Paris, Robert de Vaugondy fils, (lire en ligne).
  9. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 21 juillet 2020).
  10. Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté préfectoral no 16-534 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Allier », Recueil des actes administratifs no 03-2016-061, Préfecture de l'Allier, (consulté le 26 avril 2017), p. 40.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Annuaire : Résultats de recherche », sur education.gouv.fr, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 20 mars 2016).
  16. Irénée Henri Barbarat, Le Duc de Morny et la Terre de Nades, Fédération départementale des Foyers ruraux de l'Allier, tome 1, 1984.