Kentarō Miura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kentarō Miura

三浦 建太郎

Naissance
Chiba (Japon)
Décès (à 54 ans)
Nationalité Japonais
Profession
Auteur
Langue d’écriture Japonais
Éditeur associé
Scénariste associé

Œuvres principales

Kentarō Miura (三浦 建太郎, Miura Kentarō?), né le à Chiba (Japon) et mort le [Où ?], est un dessinateur et scénariste japonais de mangas. Il est notamment connu pour être l'auteur de la série médiévale-fantastique Berserk.

Il a également collaboré avec le scénariste Buronson pour créer les trois mangas Oh-roh (王狼, Ō-rō?, litt. « Le roi des loups »), Oh-roh-Den (王狼伝, Ō-rō den?) et Japan (ジャパン?). L'auteur travaille en 2013 sur un one shot en sept chapitres, Gigantomachia, publié dans le magazine Young Animal[1],[2]. Il est également à l'origine du character design de la mascotte du logiciel de synthèse vocale Gakupo Kamui[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Né le à Chiba, dans la région du Kantō, au Japon, Kentarō Miura est le fils d’un dessinateur de storyboards publicitaires et d’une professeure d’arts plastiques. Kentarō Miura griffonne ses premières créations en maternelle avant de se lancer dans son premier manga dès l’âge de 10 ans, Miuranger, à l’école primaire[4]. Celui-ci sera publié dans son école, à l’intention de ses camarades de classe, et compta tout de même plus de 40 volumes[5].

En 1977, il commence son deuxième manga, Ken e no Michi (剣への道?, litt. « Le chemin de l'épée »), dans lequel il utilise l'encre de Chine pour la première fois. En 1979, alors au collège, ses techniques de dessin s'améliorent considérablement lorsqu'il commence à utiliser des techniques de dessin professionnelles. Son trait doit beaucoup à l’influence du mangaka Gō Nagai, dont les publications ont dominé les années 1970. En 1982, Kentarō Miura est au lycée et décide de s'inscrire dans un programme d'études artistiques, où lui et ses camarades de classe commencent à publier leurs œuvres dans des livrets scolaires. C'est à ce moment-là qu'il se lie d'amitié avec Kōji Mori, aujourd'hui mangaka. Ils ont tous deux co-écrit un dōjinshi de science-fiction qui a été envoyé au magazine Weekly Shōnen Sunday[6].

À l'âge de 18 ans, Kentarō Miura travaille brièvement comme assistant pour George Morikawa, mangaka connu mondialement pour son œuvre intitulé Ippo (はじめの一歩, Hajime no Ippo?). Ce dernier, qui reconnaît rapidement le haut niveau artistique de Kentarō Miura, le renvoie néanmoins disant qu'il n'y avait rien qu'il puisse enseigner que Kentarō Miura ne savait déjà[7]. À ce moment-là, Kentarō Miura avait déjà un guerrier sombre avec une épée gigantesque illustrée dans son portefeuille[8],[9].

Carrière en tant que mangaka[modifier | modifier le code]

En 1985, Kentarō Miura fait une demande pour entrer à l'université Nihon, une université privée située à Chiyoda, dans la région du Kantō. Il soumet à cette occasion un court projet intitulé Futatabi (再び?, litt. « Une fois de plus ») pour examen et est admis. Un autre projet appelé NOA, est publié dans le Fresh Magazine la même année. En 1988, alors qu'il travaille pour Buronson sur un projet intitulé Oh-roh (王狼, Ō-rō?, litt. « Le roi des loups »), Kentarō Miura publie le prototype de Berserk dans le Monthly ComiComi de Hakusensha[10]. Il remporte pour l'occasion le prix Comi Manga.

En 1990, une suite de Oh-roh (王狼, Ō-rō?, litt. « Le roi des loups ») intitulée Oh-roh-Den (王狼伝, Ō-rō den?) est publié dans le même magazine[11]. En 1992, le Monthly Animal House est rebaptisé Young Animal. La même année, Kentarō Miura collabore avec Buronson sur le manga Japan (ジャパン?) qui a également été publié dans Young Animal[12]. En 1997, Kentarō Miura supervise la production d'une adaptation animée de 25 épisodes de Berserk produite par le studio OLM et diffusée la même année sur Nippon TV. En 2002, il reçoit le prix d'excellence du Prix culturel Osamu Tezuka pour Berserk[13]. En 2013, Kentarō Miura publie le manga Gigantomachia (ギガントマキア, Gigantomakhia?).

Mort et réactions[modifier | modifier le code]

Le 20 mai 2021, l'équipe du magazine Young Animal annonce le décès de Kentarō Miura : « Nous sommes dans une profonde tristesse en apprenant ce décès si soudain. Nous n'avons pas les mots pour décrire cette réalité difficile à accepter. Quand il nous rencontrait, il parlait de ses mangas, animés, films préférés avec le sourire. Nous ne l'avons jamais vu en colère... Il était comme un adolescent toujours heureux. Chers lecteurs, chers partenaires, nous vous invitons à imaginer avec nous ce sourire radieux, pour qu'il puisse reposer en paix »[14]. C'est sa maison d'édition Hakusensha qui précise la cause de sa mort sur le réseau social Twitter : « Kentarō Miura s'est éteint le 6 mai dernier, victime d'une dissection aortique aiguë »[15],[16].

En 2019, il expliquait à l'éditeur français Glénat sa peur de ne pas pouvoir terminer la série Berserk avant de mourir : « À l’époque où j’ai commencé la série, je m’occupais moins de sa fin que de raconter une histoire qui, de toute façon, se terminerait tôt ou tard. Mais aujourd’hui, j’ai pris conscience que la vie n’est pas éternelle, c’est en prenant soin de ma santé que je tente de boucler la série »[17]. Berserk, écoulé à plus de 50 millions d’exemplaires dans le monde depuis sa création en 1989, reste donc inachevé à ce jour[18],[19].

Influences[modifier | modifier le code]

Kentarō Miura a déclaré que le travail qui a eu le plus d'impact sur lui-même était le manga Ken le Survivant (北斗の拳, Hokuto no Ken?) de Buronson et Tetsuo Hara. Il a également cité comme influences le manga Violence Jack (バイオレンス ジャック, Baiorensu Jakku?) de Gō Nagai, la série de nouvelles d'heroic fantasy Guin Saga (グイン・サーガ, Guin Sāga?) de Kaoru Kurimoto, les films de Paul Verhoeven, la série de films d'horreur Hellraiser, les films de Walt Disney Pictures ainsi que les différentes œuvres de Jérôme Bosch, Maurits Cornelis Escher, Gustave Doré ou encore Pieter Brueghel l'Ancien.

Héritage[modifier | modifier le code]

Établi comme l'un des mangas les plus vendus de tous les temps avec plus de 50 millions d’exemplaires écoulés, la série Berserk de Kentarō Miura a eu un impact dans le milieu des mangas et même au-delà. La journaliste Jade King déclare à ce sujet : « Il est difficile d'établir l'énorme impact que son travail a eu sur le monde des jeux vidéo, des mangas, des films, des anime et même de la littérature ». L'image du personnage de Guts et de son épée massive est attribuée à des personnages inspirants comme Cloud Strife de Final Fantasy VII et Dante de la série Devil May Cry. Les créateurs de jeux vidéo Hideaki Itsuno et Hiroyuki Kobayashi sont fans de Berserk. En 2019, lors d'une conférence de la Game Developers Conference (GDC), Hideaki Itsuno a déclaré que le ton et le style de Devil May Cry 5 étaient inspirés de Berserk[20].

De nombreux auteurs ont cité Kentarō Miura et Berserk comme influences et notamment Kazue Katō, l'auteur de Blue Exorcist[21]. On peut également citer le romancier Ryōgo Narita et la mangaka Yana Toboso connu pour Black Butler.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Miuranger.
  • 1977 : Ken e no Michi (剣への道?, litt. « Le chemin de l'épée »).
  • 1989–2021 : Berserk (ベルセルク, Beruseruku?). Publié dans le Monthly Animal House (1989–1992) puis dans le Young Animal (1992–2021) de Hakusensha.
  • 2019–2021 : Duranki[22]. Publié dans le Young Animal Zero de Hakusensha.

One shots[modifier | modifier le code]

Artbook[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Berserk Illustration Files (ベルセルクイラストブック?), artbook. Publié par Hakusensha.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Egan Loo, « Berserk manga to resume after Miura runs 6-chapter mini-series », sur Anime News Network, (consulté le )
  2. (en) Lynzee Loveridge, « Berserk's Miura draws bonus Gigantomakhia chapter », sur Anime News Network, (consulté le ).
  3. (ja) « がくっぽいど » (consulté le )
  4. a et b Alexis Orsini, « Manga : « Berserk », monument immortel d’heroic-fantasy », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « 三浦建太郎先生年譜&作品リスト », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  6. FEATURE: "Berserk" Discussion Explores Kentarō Miura's Roots
  7. (ja) « 漫画家になるための戦略教室/門倉紫麻 【11限目】 特別インタビュー「僕が“森川ジョージ”になるためにやってきたこと」(4/4) », sur www.moae.jp (consulté le )
  8. « George Morikawa : «En trente ans de manga je n’ai jamais eu le syndrome de la page blanche !» », sur LEFIGARO (consulté le )
  9. (en) « Creators Offer Condolences for Berserk Creator Kentarou Miura's Passing », sur Anime News Network (consulté le )
  10. (ja) « 「ベルセルク」三浦建太郎氏、24年ぶりの完全オリジナル新作―その間ベルセルクは連載お休み », sur ライブドアニュース (consulté le )
  11. (en) « Berserk Manga Creator Kentarou Miura Passes Away at 54 », sur Anime News Network (consulté le )
  12. « Japan TPB :: Profile :: Dark Horse Comics », sur www.darkhorse.com (consulté le )
  13. « 2002 Osamu Tezuka Cultural Prizes », sur web.archive.org, (consulté le )
  14. « Kentaro Miura, l'auteur du célèbre manga "Berserk", est mort à 54 ans », sur Franceinfo, (consulté le )
  15. Valentin Paquot et Mis à jour le 20/05/21 11:32, « Mort de Kentaro Miura : de quoi est décédé l'auteur de Berserk ? », sur www.linternaute.com (consulté le )
  16. « Vu du Japon. Le monde du manga pleure Kentaro Miura, l’auteur de la saga “Berserk” », sur Courrier international, (consulté le )
  17. « Mangas : Kentaro Miura, le créateur de « Berserk », est mort à 54 ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Amandine Jonniaux, « Manga : Kentaro Miura, le créateur de Berserk est mort », sur Journal du Geek, (consulté le )
  19. Jérôme Lachasse, « Mort à 54 ans de Kentarō Miura, le créateur du manga "Berserk" », sur BFM TV, (consulté le ).
  20. (en-US) « Berserk's Influence on Video Games », sur Game Rant, (consulté le )
  21. (ja) Natasha Inc, « 映画「ベルセルク 黄金時代篇II ドルドレイ攻略」-ストーリーガイド、加藤和恵インタビュー - コミックナタリー 特集・インタビュー », sur コミックナタリー (consulté le )
  22. « Duranki, nouveau manga produit par Kentarô Miura », sur Manga-news.com, (consulté le ).