Chiba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chiba (homonymie).

Chiba-shi
千葉市
Chiba
Drapeau de Chiba-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kantō
Préfecture Chiba
Maire Toshihito Kumagai
Code postal 〒260-8722
Démographie
Population 968 687 hab. (2016)
Densité 3 560 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 36′ nord, 140° 06′ est
Superficie 27 208 ha = 272,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Chiba

Voir sur la carte administrative de Préfecture de Chiba
City locator 12.svg
Chiba-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Chiba-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Chiba-shi
Liens
Site web http://www.city.chiba.jp/

Chiba (千葉市, Chiba-shi?) est la capitale de la préfecture de Chiba, sur l'île de Honshū, au Japon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme « Chiba » (千葉) est créé au début du XIIe siècle, lorsqu'un membre du clan Chiba fonde la cité de Chiba, dans le Sud de la province de Shimōsa[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la ville de Chiba dans la préfecture de Chiba.

La ville de Chiba est située sur l'île de Honshū, dans le Nord-Ouest de la péninsule de Bōsō, à environ 40 km, à vol d'oiseau, au sud-est de Tokyo, capitale du Japon[1]. Le long de la côte orientale de la baie de Tokyo, la capitale de la préfecture de Chiba s'étend sur une superficie de 272,08 km2, au relief peu élevé (0 à 104 m d'altitude), 25,6 km d'est en ouest et 24,5 km du nord au sud[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la population de Chiba était de 968 687 habitants (426 765 foyres), répartis sur une superficie de 272,08 km2[1]. Elle était en baisse de 0,33 % par rapport aux estimations du recensement de 2015 (971 882 habitants)[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Air[modifier | modifier le code]

L'aéroport international de Narita et l'aéroport international de Tokyo Haneda sont les principaux aéroports les plus proches.

Rail[modifier | modifier le code]

La ville est parcourue par le monorail urbain de Chiba qui comporte deux lignes.

Les principales gares sont la gare de Chiba (Lignes Chūō-Sōbu, Narita, Sōbu, Sotobō et Uchibō, ainsi que le monorail de Chiba), la gare de Keisei Chiba (Ligne Keisei Chiba), et la gare de Soga, (Lignes Keiyō, Sotobō et Uchibō), toutes dans l'arrondissement de Chūō.

Route[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La ville de Chiba est divisée en six arrondissements (, ku?) depuis 1992[3].

Arrondissements de Chiba

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'une stèle, érigée dans une forêt de bambous, sous un ciel lumineux.
Stèle marquant l'emplacement de l'ancien château de Chiba (arrondissement Chūō).
Photo couleur d'un monorail suspendu passant au-dessus de voitures, dans une ville, sous un ciel laiteux.
Le monorail de Chiba (2013).

À partir de 1907, l'excavation du site archéologique de Kasorikaizuka (ja) (arrondissement de Wakaba)[4], sur lequel un amas coquillier a été découvert, révèle l'existence, dans le Nord de la péninsule de Bōsō, d'une présence humaine durant le milieu de la période Jōmon (5 000–3 000 ans av. J.-C.)[1],[5],[6].

En, 1126, Chiba Tsuneshige[l 1], du clan Chiba, s'installe dans le Sud de la province de Shimōsa et y fait construire une place forte : le château de Chiba[l 2],[7],[1]. La jōkamachi (ville-château) prospère jusqu'en 1455, année au cours de laquelle des affrontements militaires entre différentes factions du clan Chiba entraînent sa destruction[8]. La cité connaît un regain de prospérité, vers le milieu de l'époque d'Edo (1603 – 1868), lorsqu'elle est reprise par le clan Hotta du domaine de Sakura. Elle devient un relais routier et un port d'où sont transportées des marchandises pour la capitale Edo, siège du pouvoir du shogunat Tokugawa[8]. En 1873, après l'officialisation par le gouvernement de Meiji, issu de la restauration impériale, du découpage du territoire national en préfectures, la préfecture de Chiba est officiellement créée. Son administration est établie dans le bourg de Chiba, qui est alors promu centre politique, économique et culturel préfectoral[l 3],[1]. Un an plus tard, l'université de Chiba est fondée et ouvre ses portes aux jeunes gens attirés par les études de médecine[4]. Le bourg de Chiba acquiert le statut de ville — la 76e du pays — en 1921. La municipalité s'étend alors sur 15,22 km2 et regroupe 33 887 habitants (6 918 foyers)[8],[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, 70 % du centre-ville de Chiba sont détruits par deux raids aériens, menés, les 7 et , par les forces armées américaines. La création d'un port et l'implantation des entreprises TEPCO et Kawasaki Steel Corporation, conjuguées aux efforts des habitants, aboutissent rapidement à la reconstruction de la capitale préfectorale[8],[1]. L'urbanisation se poursuit, notamment au plus fort de la période du « miracle économique japonais » (décennie 1965 - 1975), avec le développement de la façade maritime, d'un parc industriel et de quartiers résidentiels. La population atteint le demi million d'habitants en 1971[8]. En 1992, Chiba s'organise en six arrondissements[3] et devient la 12e des villes désignées par ordonnance gouvernementale[8],[1]. En 2001, le monorail suspendu de 15,2 km, inauguré en 1988, entre dans le Livre Guinness des records, surclassant le Wuppertaler Schwebebahn de Wuppertal (Allemagne), long de 13,5 km et opérationnel depuis 1900[9],[10]. En 2009, la population de la ville dépasse les 950 000 habitants[8]. Deux ans plus tard, le gouvernement japonais désigne le port international de Chiba « port stratégique pour le commerce extérieur », aux côtés de ceux d'Osaka, Kobe, Nagoya, Yokohama et Tokyo, entre autres[3],[9],[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la municipalité[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

En 2018, la ville de Chiba est jumelée avec les municipalités étrangères suivantes[12] :

Symboles Municipaux[modifier | modifier le code]

Photo couleur de quelques fleurs épanouïes, aux pétales roses, émergeant, au bout d'une tige, d'un amas de larges feuilles vertes en forme de corolle.
Fleurs de Lotus Ōga, dans le parc de Chiba.

L'arbre symbole de la municipalité de Chiba, sélectionné en 1993, est l'une des espèces d'arbres la plus commune dans la ville : le Zelkova du Japon. Son oiseau et sa fleur symboles, choisis en 1993, sont respectivement la Sterne naine et le Lotus Ōga[l 4],[1]. Celui-ci, aussi appelé Nelumbo 'Ōga', est un cultivar d'une espèce fossile de Lotus d'Orient. Il a été obtenu par germination de graines vieilles de deux mille ans, découvertes, en 1951, par le botaniste Ichirō Ōga, dans le sous-sol d'un terrain du Nord de la ville, une annexe de l'université de Tokyo. Depuis 1954, le Lotus Ōga est classé monument naturel de la préfecture de Chiba, sous le nom de « Lotus Ōga de Kemigawa »[l 5]. Par la suite, il est devenu une plante ornementale cultivée aussi bien au Japon et en Chine qu'en Allemagne et aux États-Unis[13],[14].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes lexicales bilingues[modifier | modifier le code]

  1. Chiba Tsuneshige (千葉常重?).
  2. Le château de Chiba (千葉城, Chiba-jō?), aussi connu sous le nom de château d'Inohana (亥鼻城, Inohana-jō?).
  3. Le bourg de Chiba (千葉町, Chiba-chō?).
  4. Le Lotus Ōga (大賀蓮, Ōga hasu?).
  5. Le Lotus Ōga de Kemigawa (検見川の大賀蓮, Kemigawa no Ōga hasu?).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j (en) Mairie de Chiba, « About Chiba City » [« À propos de Chiba »], (consulté le 15 janvier 2019).
  2. (ja) Mairie de Chiba, « 千葉市の主要プロジェクト » [« Principaux projets de la ville de Chiba »] [PDF],‎ (consulté le 16 janvier 2019), p. 3.
  3. a b c et d (ja) Asahi Shinbun, « 千葉市 » [« La ville de Chiba »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  4. a et b Louis Frédéric, Le Japon : dictionnaire et civilisation, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1419 p. (ISBN 9782221067642 et 2221067649, OCLC 36327575), p. 135.
  5. (ja) Mairie de Chiba, « 加曽利貝塚のあゆみ » [« Développement de Kasorikaizuka »],‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  6. (ja) Asahi Shinbun, « 加曽利貝塚 », sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  7. (ja) Asahi Shinbun, « 亥鼻城 » [« Le château d'Inohana »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  8. a b c d e f et g (ja) Mairie de Chiba, « 総説 » [« Aperçu général »] [PDF],‎ (consulté le 16 janvier 2019), p. 1-5.
  9. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 千葉県千葉市 » [« La ville de Chiba dans la préfecture de Chiba »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  10. (ja + en) Chiba Urban Monorail, « 営業距離世界最長 » [« Distance opérationnelle la plus longue du monde »], sur 千葉モノレール,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  11. (ja) Asahi Shinbun, « 特定重要港湾 » [« Port d'importance spécial »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  12. (en) Mairie de Chiba, « Sister and Friendship Cities of Chiba City » [« Jumelages de la ville de Chiba »], (consulté le 16 janvier 2019).
  13. (ja) Asahi Shinbun, « 検見川 » [« Kemigawa »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 janvier 2019).
  14. (ja) Mairie de Chiba, « 検見川の大賀蓮(県指定天然記念物) » [« Le Lotus Ōga de Kemigawa (monument naturel préfectoral) »],‎ (consulté le 16 janvier 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :