Edmund M. Clarke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Edmund Melson Clarke, Jr. (né le ) est un informaticien universitaire connu pour ses contributions au model checking, une méthode de vérification de conceptions de logiciel et matériel. Il est titulaire de la chaire FORE Systems (en) en informatique à l'université Carnegie-Mellon. Clarke est un des trois récipiendaires, avec E. Allen Emerson et Joseph Sifakis, du prix Turing 2007, décerné par l'Association for Computing Machinery (ACM).

Biographie[modifier | modifier le code]

Clarke obtient un B.A. en mathématiques à l'université de Virginie de Charlottesville en 1967, puis une maîtrise (M.A.) en mathématiques à l'université Duke de Durham (Caroline du Nord) en 1968, et un Ph.D. en informatique à l'université Cornell, à Ithaca (New York) en 1976. Après son Ph.D., il enseigne au département d'informatique de l'université Duke pendant deux ans, et en 1978 il part pour l'université Harvard à Cambridge (Massachusetts) où il est professeur assistant en informatique dans le département d’ingénierie et de sciences appliquées. Après Harvard, il rejoint en 1982 le département d'informatique de l'université Carnegie-Mellon à Pittsburgh. Il devient professeur titulaire en 1989. En 1995, il est le premier titulaire de la chaire FORE Systems (en), une chaire attachée à la Carnegie Mellon School of Computer Science (en).

Il est membre de la société scientifique Sigma Xi (en) et de l'association d'anciens élèves Phi Beta Kappa.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les intérêts scientifiques de Clarke comprennent la vérification et la validation de logiciels et de matériels informatiques, et la démonstration automatique de théorèmes.

Dans sa thèse de Ph.D., il montre que certaines structures de contrôle de langages de programmation ne possèdent pas de bons systèmes de preuve en logique de Hoare. En 1981, lui et son étudiant en Ph. D. Allen Emerson sont les premiers à proposer l'usage du model checking comme technique de vérification pour des systèmes concurrents à un nombre fini d'états.

Son groupe de recherche est alors pionnier dans l'usage du model checking pour la vérification du matériel. Le model checking symbolique, utilisant les diagrammes de décision binaire (ou BDD) est également développé par son groupe. La thèse de Ph. D. de Kenneth McMillan développe une technique importante de ce thème ; elle a obtenu le prix d'excellence des thèses de l'ACM.

De plus, le groupe de recherche de Clarke a développé le premier démonstrateur de théorèmes parallèle (Parthenon) et le premier démonstrateur de théorèmes basé sur un système de calcul symbolique (Analytica).

En 2009, il dirige la création du centre CMACS (Computational Modeling and Analysis of Complex Systems), financé par la National Science Foundation. Ce centre comprend un groupe de chercheurs, répartis sur plusieurs universités, qui appliquent l'interprétation abstraite et le model checking aux systèmes biologiques et aux systèmes embarqués.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • (en) Edmund M. Clarke, Orna Grumberg et Doron A. Peled, Model Checking, The MIT Press, (ISBN 9780262032704)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 2004 il obtient le Prix en mémoire de Harry H. Goode (en) de l'IEEE Computer Society « pour ses contributions importantes et pionnières à la vérification formelle des systèmes logiciels et matériels, et pour l'impact profond de ces contributions sur l'industrie électronique »[3].
  • En 2008, il reçoit le Prix Herbrand « en reconnaissance de son rôle dans l'invention du model checking et de son leadership constant dans ce domaine pendant plus de deux décennies ».

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des récipiendaires sur le site de Carnegie-Mellon.
  2. Annonce sur le site de l'ACM.
  3. annonce sur le site de l'IEEE.